Catégories
économie et affaires sociales

Coches d'intelligence à gauche

Pourquoi la gauche est-elle à nouveau en hausse ?

C'est un contradiction étrange :
Au XXe siècle, la terreur bolchevique et communiste était responsable d'environ 100 millions de morts en raison de son idéologie fanatique. Partout où les idées communistes ou socialistes de gauche ont prévalu et partout où elles ont pu usurper le pouvoir gouvernemental - le plus souvent par la violence - les États concernés se sont régulièrement éclatés ou ont abouti à l'oppression et au chaos économique : en Russie, dans le bloc de l'Est, y compris la RDA, à Cuba, en la Révolution culturelle chinoise, au Vietnam, en Corée du Nord, au Cambodge, en Amérique latine, en Afrique, en Afghanistan. Beaucoup de mal a également été causé par l'Internationale communiste et les partis communistes qui ne sont pas au pouvoir.(1).

Les crimes du NSDAP ne sont pas inclus dans cette liste. Parce qu'il est souvent réprimé que le Nationalsocialiste Le Parti ouvrier allemand - en toute hostilité au communisme -, du moins jusqu'à la guerre, a représenté les intérêts de la classe ouvrière.

Le dernier exemple de l'échec de l'idéologie socialiste est le Venezuela. Et l'Afrique du Sud, autrefois le pays le plus moderne et le plus développé d'Afrique subsaharienne, est en passe de devenir l'hospice socialiste.

Mais les idéologues socialistes sont inébranlables, ils ont toujours de nouvelles excuses à proposer et avancent régulièrement l'argument que ces versions du communisme ou du socialisme, qui ont déjà échoué, n'étaient justement pas les bonnes. La bonne forme est alors recommandée par les partisans respectifs, c'est-à-dire par les propagandistes. Celui qui devrait mettre en pratique cette variation peut être certain d'échouer également.

Malgré toutes ces terribles expériences, les idéologies "de gauche" - par ex. B. par "l'école de Francfort" - pénétrée dans le monde entier dans les stations de télévision et de radio, les médias, les partis politiques, les religions, les écoles, les universités, les éditeurs de journaux, même établis, et même aux États-Unis, qui sont connus pour être capitalistes, de gauche- la foi de l'aile est à la hausse. « Gauche » ou « socialiste » est interprété à tort comme social, ce qui lui confère un bon obscurcissement et une bonne discrétion.

« Vous ne renforcerez pas les faibles en affaiblissant les forts.
Vous n'aiderez pas ceux qui doivent gagner leur vie en ruinant ceux qui les paient.
Vous ne créerez pas de fraternité en fomentant la haine de classe.
Vous n'aiderez pas les pauvres en éliminant les riches.
Vous risquez d'avoir des ennuis si vous dépensez plus que vous ne gagnez.
Vous ne susciterez aucun intérêt pour les affaires publiques et aucun enthousiasme si vous enlevez l'initiative et la liberté de l'individu.
Vous ne pourrez jamais aider les gens à long terme si vous faites pour eux ce qu'ils devraient et pourraient faire pour eux-mêmes.
" Abraham Lincoln

(L'auteur cité de cette analyse très pertinente n'est pas certain)

Une erreur fondamentale
Après la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 et l'effondrement de l'URSS qui s'en est suivi, le turbo-capitalisme se considérait comme le vainqueur mondial. Les gouvernements ont assoupli les restrictions légales sur les marchés des capitaux et se sont livrés à des politiques budgétaires très discutables, la dette dépassant désormais les pires craintes pour une économie saine. L'économie sociale de marché introduite avec succès par Ludwig Erhard (1897-1977) sous la devise "Prospérité pour tous" a été oubliée.

Dans le marché mondial, les réglementations nationales peuvent souvent être contournées, l'influence des comités d'éthique, des syndicats, des philosophes, des religions et autres autorités compétentes sur l'activité économique est minime, et les excès des dirigeants capitalistes en indignent plus d'un, à juste titre. Les penseurs de gauche actuels profitent de ce malaise.

Impossible de chasser le diable avec Belzébuth !

La malédiction de la propriété
la socialisme est un défaut intellectuel fondé sur la philosophie, apparemment logique, qui a donné de l'espoir aux personnes souffrant de la misère sociale provoquée par l'exploitation de l'homme par l'homme.

Vous connaissez probablement la vieille blague de la RDA :
« Sous le capitalisme, les gens sont exploités par les gens. Dans le socialisme, c'est exactement le contraire.

(L'Internet)

la notion de propriété cependant - que les propagandistes d'aujourd'hui aiment assimiler au capitalisme - s'est développé historiquement, oui, "pré-historiquement", par nécessité pratique, (voir ci-dessous). Il est théoriquement et philosophiquement moins sûr et donc discutable pour de nombreux intellectuels. Des mots à la mode comme "la propriété, c'est du vol" sont bien reçus et ont même trouvé une audience auprès d'un pape.[1]

C'est pourquoi la foi communiste ou socialiste conduit régulièrement à des expropriations : Impôts excessifs, vol direct par l'État, inflation, réduction des prestations sociales, surendettement, réformes monétaires, travail forcé, etc. Si l'économie s'effondre, l'État doit à nouveau intervenir pour "aider", avec l'aide de sa bureaucratie, qui ne s'est pas vraiment distinguée par son action visionnaire et entrepreneuriale. Dans les pays socialistes, on trouve généralement plusieurs mesures de ce type qui génèrent pauvreté et détresse en même temps.

Bien sûr, le retour au Néolithique avec une répartition équitable des richesses ne peut pas fonctionner dans la société différenciée des temps modernes, aussi magnifiquement philosophiquement justifié que cela puisse paraître !

Rendre les "riches" pauvres ne rend pas les "pauvres" riches !

la notion de propriété se situe au tout début d'une civilisation supérieure :

Les chasseurs-cueilleurs, tout comme les récents braconniers, ne connaissaient guère notre concept de propriété. Ils vivent dans une société plus ou moins "communiste", où beaucoup de choses sont partagées et où la propriété personnelle de l'individu est limitée à ses vêtements, ses bijoux et ses armes. Mais des biens tout de même. L'abri, une hutte ou une grotte, devait être partagé avec le groupe. Les baies, les poissons, les fruits, les insectes, les plantes, les champignons, le gibier ou les racines appartiennent à tous et à personne. Cela fonctionne dans les sociétés primitives entre personnes de même type ayant des besoins très similaires.

Dans la "Révolution néolithique", la transition vers l'agriculture, cela a dû changer :

Un nomade doit connaître ses animaux et ne peut plus tout partager avec tout le monde. De nouvelles situations de concurrence surgissent également dans le contentieux des pâturages et des points d'eau.

Pour un agriculteur, la possession de bâtiments, d'outils, de champs cultivés, de semences, de récoltes, etc. est essentielle à la survie. Il est partagé avec votre propre famille. Cette propriété en tant que "fonds de roulement" doit être protégée et défendue si nécessaire.[2]

Puis vint la division du travail : agriculteurs, pêcheurs, artisans, guérisseurs, bergers, chasseurs, prêtres, etc. 

Cette « nouvelle » société agraire se diversifie inévitablement : leurs biens respectifs se répartissent de manière de plus en plus complexe sur le long terme. Les gens ne sont plus tous très similaires ou identiques - s'ils l'ont jamais été. Ils ont différentes compétences (professions), il y a des altruistes et des égoïstes, des succès et des échecs, des heureux et des malheureux, des sains et des malades. Avec l'augmentation des inégalités entre les personnes, leurs besoins divergent également et il est nécessaire de prendre en compte les différents souhaits et besoins avec compréhension. L'égalité forcée brise ou détruit une société différenciée. 

Dans les sociétés peu développées, les personnes socialement défavorisées étaient généralement prises en charge par leur clan ; mais les premières interrogations sur le « justice gap » souvent évoqué aujourd'hui se sont posées.

Les explications à cela ont d'abord été apportées par les religions, qui ont plus ou moins réussi à ordonner la coexistence par des commandements religieux et, jusqu'aux temps modernes, à calmer la majorité des gens avec des promesses et des menaces d'au-delà à tel point que les traditions traditionnelles, monarchistes, dictatoriales les formes de domination ont continué d'exister jusqu'à nos jours au 18ème siècle et au-delà jusqu'à ce jour.

 La philosophie des Lumières a contesté une grande partie de cela; mais leur « impératif catégorique »[3] ne pouvait s'affirmer comme base éthique et ne pouvait se substituer aux enseignements religieux, qui perdaient de leur influence.

Un nouveau paradigme
Le développement désagréable du capitalisme moderne peut probablement aussi être attribué à la monnaie fiduciaire [4].
En ce qui concerne l'argent, est-il peut-être préférable d'imprimer des billets avec un support en or ou d'autres restrictions juridiquement contraignantes sur «l'augmentation de l'argent» actuellement presque illimitée?

En aucun cas, notre société et notre économie ne peuvent fonctionner sans un accord généralement accepté, obligatoire l'éthique en permanence une fonction.

C'est connu depuis longtemps ! Mais les tentatives bien intentionnées de l'ONU pour formuler les fondements éthiques d'un ordre mondial pacifique, humain, démocratique, écologique avec le "Global Ethic Project" (2) ou la "Charte de la Terre" ont dû échouer en raison de l'égoïsme des États et les responsables dont beaucoup semblent revenir à la politique de puissance des princes de l'âge baroque.

« L'homme moderne » ne se laissera guère dissuader de sa cupidité et de son exploitation impitoyable des hommes et de la nature par des commandements religieux, la menace de la damnation éternelle, des directives philosophiques ou des appels de l'ONU.

Il semble donc inévitable que les exigences les plus importantes soient appliquées par voie législative. Mais cela ne peut être qu'une solution partielle discutable. Parce que les lois ne sont jamais parfaites, elles reflètent l'opinion du jour, ne peuvent tenir compte des évolutions futures et peuvent être contestées, interprétées, contournées.

La bonne manière – probablement encore utopique pour le moment – serait que la grande majorité arrive à la conclusion par sa propre perspicacité qu'une société durable, harmonieuse et pacifique ne peut se développer que de manière éthiquement justifiable et que chaque individu doit y contribuer activement à cette éthique.

Cette conviction doit être vivante au plus profond de chaque être humain !

A lire aussi :
Sous "Economie et affaires sociales", les contributions « travailler pour survivre » ; Énoncés de mission sur le banc d'essai »; "Crise économique et complot mondial", „Le fossé judiciaire„.

Littérature:
(1) Courtois Stéphane et al., "Le livre noir du communisme", Piper, Munich, 1997.
(2) Bridges for the Future, Manifeste pour les Nations Unies, Fischer, Francfort, 2001.

Notes de fin :
[1] Pape François : « Ne pas partager ses biens avec les pauvres, c'est les voler. Les biens que nous possédons ne nous appartiennent pas, ils leur appartiennent. » (Cité par Thilo Sarrazin, « Wishful Thinking », DVA, 2016, p. 430). C'est ce que dit le chef de ce qui est probablement l'organisation la plus riche du monde !
[2] Dans le courrier "L'homme violent" Cette évolution est décrite plus en détail.
[3] N'agissez que selon cette maxime par laquelle vous pouvez en même temps vouloir qu'elle devienne un bien général". (Emmanuel Kant, 1724-1804).
[4] La monnaie fiduciaire n'a aucun rapport avec les marchandises (par exemple avec l'or), mais est prescrite par l'État comme monnaie légale. Il est universellement accepté et accepté par l'état pour les impôts et taxes