Catégories
histoire des religions

Les premiers pas dans l'autre monde

Dans "Tout était mieux avant" sous le titre "L'homme ne vit pas seulement de pain", il est brièvement question du cheminement du spirituel humain dans la post-création.
Voyons maintenant, en nous inspirant du message du Graal "Dans la Lumière de la Vérité" d'Abd-ru-shin (1), les premiers pas d'un être humain après sa mort.

Une personne est en train de mourir

Il doit pouvoir mourir en paix, sans être influencé par des proches bruyamment endeuillés. Dans les cultures anciennes, le corps du mourant ne devait pas être touché dans les dernières heures.

Lorsque le cœur cesse de battre et que le cerveau cesse son activité, commence le détachement de l'"âme" (nous nous en tenons à ce terme bien connu) du corps terrestre. Car la mort n'est rien d'autre que l'abandon des enveloppes extérieures.
Selon la conviction intérieure de l'homme, cette solution peut prendre plus ou moins de temps. Ceux qui sont tournés vers l'au-delà et la poursuite de la vie après la mort terrestre n'auront peut-être besoin que de quelques heures. Les personnes qui ont rejeté tout ce qui est transcendant et se sont entièrement concentrées sur la vie terrestre peuvent avoir besoin de jours ou de semaines avant de pouvoir se détacher et de prendre lentement conscience que, bien qu'elles soient mortes sur terre, elles sont encore en vie.

Lorsque l'âme se détache du corps terrestre (l'enveloppe de matière dense), une enveloppe de matière dense intermédiaire (les ésotéristes parlent de "corps astral") est entraînée avec elle, mais pas très loin. Cette enveloppe se désagrège, et elle est suivie par la désintégration du corps terrestre auquel elle était étroitement liée.
Dans un premier temps, l'âme et le corps sont encore reliés par le "cordon d'argent" (que connaît déjà la Bible ; Ecclésiaste 12,6), un ruban de rayonnement hautement élastique. Ce n'est que lorsque ce cordon est rompu qu'il n'y a plus de lien entre l'âme et le corps terrestre. Ce n'est qu'à ce moment-là que l'âme ne ressent plus rien du corps et qu'un rappel, une réanimation, n'est plus possible après la rupture du cordon d'argent, même avec une force divine (comme celle dont disposait Jésus).

Dans les premières heures suivant sa mort, presque toute âme humaine ressent encore, de manière atténuée, ce qui arrive à son corps. Lorsqu'un médecin transplanteur prélève des organes, cela peut tout à fait être encore douloureux pour la personne décédée, qui, espérons-le, ne regrette pas d'avoir donné son accord au prélèvement d'organes dans sa serviabilité ignorante. Une crémation peut également être désagréable pour les matérialistes convaincus qui sont encore longtemps attachés à leur corps terrestre.

L'âme se déplace...

Après la solution, l'âme porte d'abord encore cinq enveloppes, dont la plus extérieure est une enveloppe de matière dense fine qu'elle doit déposer avant de pouvoir entrer dans la matière fine.

Il faut maintenant voir quelles charges pèsent sur l'âme :
Au cours de leur vie, leurs Actes se sont surtout manifestés sur terre. Mais les actes étaient accompagnés de paroles, de pensées et de sensations qui ont pris forme dans l'espace transcendant.
mots se sont formés dans la moyenne, les Pensées dans la matière dense fine, et les Sensations dans la matière subtile.

Les mots et les pensées constituent les lieux et les niveaux de la matière dense intermédiaire et subtile dans lesquels l'âme doit se mouvoir avant de pouvoir entrer dans la matière subtile.
Il peut s'écouler du temps jusqu'à ce que l'âme ait vécu librement, c'est-à-dire qu'elle ait réalisé que toutes ces choses terrestres n'ont pas la valeur ou l'importance qu'elle leur a attribuée.
En revanche, elle doit reconnaître - parfois avec souffrance - qu'elle a négligé ou même ignoré beaucoup de choses vraiment importantes.
Combien de fois, au cours de sa vie terrestre, a-t-elle pensé à l'au-delà et s'est-elle demandé ce qu'il adviendrait d'elle après sa mort sur terre ? S'est-elle préparée intérieurement à l'entrée dans l'autre monde qui l'attendait inévitablement ?
Elle doit maintenant rattraper le temps perdu avant de pouvoir aller plus loin.
Ce n'est que lorsque - suivant la loi de l'équilibre - tous les fils du destin qui entravent et enchaînent l'âme à la matière dense sont dénoués, que l'âme peut se débarrasser de l'enveloppe de la matière dense fine et entrer dans la matière fine.

Certains, en particulier les matérialistes convaincus, restent plus longtemps "liés à la terre" - c'est-à-dire liés à la matière dense - et seront peut-être bientôt incarnés à nouveau sur la terre.

Dans le meilleur des cas, même un voyant ou un "chercheur en spiritualité" peut arriver jusqu'ici par ses propres moyens. Les personnes douées ne peuvent accéder à des niveaux supérieurs que par le biais d'annonces spéciales, à moins que l'esprit humain ne se soit développé au point de pouvoir bénéficier de la vision spirituelle.

Enfin dans la matière fine

Ici se sont condensées des formes de sensations plus puissantes que les condensations correspondantes dans la matière dense.

Le chemin de l'âme passe maintenant par les niveaux auxquels elle est reliée et qu'elle doit traverser : Amical et Inamical.
 Degré après degré ou niveau après niveau, l'âme - poussée par la nostalgie de son esprit pour sa patrie lumineuse, le Royaume spirituel - doit désormais s'élever. Ce faisant, elle doit vivre ce qu'elle a voulu dans son ressenti. Espérons qu'il s'agira principalement de sensations lumineuses qui mènent vers le haut.

Seules quelques âmes sont si pures qu'elles peuvent traverser des plans tristes, mornes ou sombres sans aucune contamination et arriver immédiatement dans des plans plus lumineux, que l'on appelait par exemple "Elysium" dans l'Antiquité. Un tel savoir ancestral a malheureusement été supplanté par les prêtres des monothéistes, qui ne veulent rien savoir des mondes gigantesques qui se trouvent entre Dieu et la création de matière dense dans laquelle nous nous trouvons. En revanche, ils menacent leurs fidèles de l'enfer, qui semble plus proche de ces prêtres ignorants que des plans plus lumineux de l'au-delà.

Deux lois de la création en particulier agissent sur les enveloppes matérielles des âmes, aussi bien dans la matière dense que dans la matière fine :

La loi de la gravité:
Celle-ci agit particulièrement dans la matière. Selon sa nature, l'âme plane vers le haut, dans des régions un peu plus lumineuses, ou bien elle s'enfonce vers le bas, dans des plans sombres. Les âmes de même poids atterrissent sur des plans de même hauteur ou de même densité.
Par "lourdeur", il faut comprendre la nature de l'âme. Est-elle entourée de sensations sombres, "lourdes", ou lumineuses, "légères", ou encore chargée de karma ou d'attachements à détacher.
Dans une représentation symbolique, les anciens Égyptiens faisaient peser le "cœur" du défunt sur des divinités. Ils n'avaient pas tout à fait tort. En effet, le "cœur" désigne sans doute le plexus solaire par lequel la sensibilité de l'esprit nous parle et donc, en dernière analyse, la vie intérieure dont il s'agit en premier lieu. Et les "divinités" des Égyptiens représentaient l'action des lois de la création.

La loi de l'attraction de la similitude:
En même temps, cette loi agit également et réunit les âmes de même nature sur les plans correspondants.
Ce sont surtout les pentes qui attirent : les alcooliques, les fanatiques, les gourmands, les avares, les violents, les haineux, les fumeurs, les toxicomanes, les obsédés sexuels, les accros du jeu, les fans de sport, les colériques, etc. se retrouvent ensemble et se rendent la vie plus ou moins difficile.
Dans les niveaux inférieurs, les choses peuvent devenir très désagréables. C'est là, par exemple, que des brutes sauvages se rencontrent et se battent jusqu'à ce qu'elles tombent épuisées, avant de recommencer après une pause de récupération.
Il faudra peut-être du temps pour que les âmes des bas-fonds obscurs réalisent qu'elles n'ont pas atterri dans le paradis promis par les églises.

Le mental, que nous avons presque exclusivement écouté sur terre, et avec lui le sentiment et ses connaissances acquises, se sont éteints avec le cerveau. Désormais, certaines inhibitions de l'intellect font défaut, tout comme ses analyses de la situation.

Les âmes vibrent entièrement dans les sensations négligées sur terre et vivent leurs sensations sans retenue. Si une âme se laisse envahir par des sensations négatives, elle tombe dans un niveau plus bas, selon la gravité et l'homogénéité correspondantes. Son horizon se rétrécit alors. Le retour peut alors prendre des forces et du temps. Il y a même un risque que la descente se poursuive.

Si une âme prend conscience de son désir profond de s'améliorer et de se racheter, et qu'elle demande humblement de l'aide, elle peut aussi être guidée hors d'un plan obscur. Elle se retrouve alors dans un environnement un peu plus lumineux, où elle peut continuer à apprendre et à réparer, pour finalement s'incarner à nouveau sur Terre. Cela peut être un chemin long et difficile, et le temps peut manquer. Car contrairement à ce qu'enseignent les bouddhistes, nous ne disposons pas de l'infini, mais seulement d'un temps limité, devenu entre-temps déjà restreint, pour notre parcours évolutif.

Les âmes n'ont pas de karma lorsqu'elles vivent leurs penchants dans les plans inférieurs. En effet, elles ne font que nuire à leurs semblables, elles se laissent mutuellement expérimenter le mal de leur volonté inférieure afin de parvenir à une meilleure compréhension.

Le niveau footballistique, dans lequel les joueurs et les supporters s'adonnent à leur passion sans retenue, est probablement un niveau assez vaste. S'ils ne sont pas très chargés de karma, ils peuvent trouver tout cela plutôt divertissant. Ils ne savent pas qu'ils ne font que perdre du temps, qui, espérons-le, ne leur manquera pas à l'avenir.
Dans la matière plus mobile et plus fine, beaucoup de choses vont plus vite que sur terre, et les équipes de football y battraient facilement le champion du monde terrestre - si les deux mondes pouvaient se rencontrer.

Personnellement, je n'échapperai pas au niveau de l'escrime. Je ne dois pas me laisser arrêter. Même si je rencontre d'anciens amis et partenaires et que l'escrime est rapide et élégante, comme je n'ai jamais pu le voir sur terre.

Mais les âmes qui aspirent à la lumière se rencontrent aussi à des niveaux qui correspondent à leur volonté et à leur nature. Elles s'encouragent et s'aident mutuellement à accomplir les purifications encore dues.

Ces niveaux transcendants de la matière dense comme de la matière fine sont constitués de paysages :
montagnes, rivières, mers, lacs, vallées, forêts, prairies, etc. ; mais aussi des villages et des villes de toutes sortes. Lumineux et accueillants dans les plaines plus lumineuses, repoussants et laids dans les bas-fonds sombres, dans lesquels on espère ne pas être soi-même entraîné.
Dans les plans inférieurs, on peut se retrouver dans des déserts de sable ou de roche à moitié ou totalement obscurs. Dans ce cas, on est toujours mieux loti que les âmes qui s'enfoncent jusqu'à la poitrine dans la boue issue de formes de pensées ou de sensations laides créées par elles-mêmes et leurs semblables. Se sortir de là peut prendre du temps, être difficile et le temps peut manquer.
Sans parler du sort des esprits humains qui se sont rendus coupables de fautes particulièrement graves, qui ont fait beaucoup de mal à beaucoup d'autres et qui ont donc beaucoup à se faire pardonner.

Beaucoup de gens prennent conscience trop tard de la signification de la parole d'Abd-ru-shin :
"Gardez le foyer de vos pensées pur. Vous établissez ainsi la paix et vous êtes heureux".

La formation, les titres, les mérites, les reconnaissances et les distinctions terrestres, tout comme les dogmes des religions ou confessions terrestres, ont largement perdu leur signification dans l'au-delà. Aucune communauté religieuse reconnue ne vibre pleinement à la volonté de Dieu et ne peut garantir à ses adeptes une ascension certaine dans l'au-delà.
Toutefois, des erreurs de jugement matérialistes ou des hérésies religieuses profondément intériorisées sur terre peuvent encore peser lourdement sur l'âme dans l'au-delà et lui rendre l'ascension très difficile.
Peu de prêtres semblent avoir conscience de la responsabilité qu'ils assument en transmettant des hérésies ancestrales de génération en génération.

Comme nous l'avons déjà dit, seule la vraie qualité intérieure, qui se révèle inévitablement dans le tissage des lois de la création, compte là-bas. Et les forces créatrices toutes-puissantes veillent à l'équilibre légal. Chaque âme établit sa propre interaction, pesée avec la plus grande précision, en fonction de son véritable vouloir et de ses actes - déjà ici sur terre, dans la matière dense fine, ou dans le monde de la matière fine.

Le chemin de l'esprit humain à travers la post-création

Comme nous l'avons déjà indiqué dans "Tout était mieux avant", le germe d'esprit qui part inconsciemment du Royaume spirituel doit traverser la post-création (matière dense et matière fine) pour devenir un esprit pleinement conscient et mûr. Conformément aux lois de la Création, il doit faire l'expérience de la Création matérielle pour la comprendre. Ce faisant, il évolue de l'inconscient au conscient et à la conscience de soi.
Lors de ce voyage dans le monde, l'esprit porte sur terre un total de sept enveloppes qu'il a dû revêtir successivement. Chacune de ces enveloppes équivaut à un corps. Chaque enveloppe offre à l'âme une protection dans les niveaux respectifs de la post-création et lui permet d'agir vers l'extérieur. Lors de son ascension, l'âme se débarrasse peu à peu de ces enveloppes.

À l'origine, il s'agissait d'une randonnée variée et joyeuse, avec de nouvelles impressions en permanence : Commencer en tant que germe d'esprit inconscient dans l'Anneau essentiel, puis traverser la matière fine, la matière moyenne et la matière dense, ainsi que la matière fine et la matière dense moyenne jusqu'à la lumière de la matière dense de notre Terre comme point final et tournant.

La Terre est spéciale :
Sur notre terre de matière dense - protégée par le corps terrestre, la plus extérieure et la plus dense des sept enveloppes - des esprits humains de degrés de maturité très différents peuvent se rencontrer, alors que sur d'autres plans, ils devraient rester strictement séparés par les lois de la pesanteur et de l'uniformité. 
Ainsi, des créés ou des créés-originels des plans supérieurs, même des fils de Dieu, peuvent s'incarner pour servir de précurseurs, de prophètes ou d'envoyés de la lumière et offrir un modèle et une aide aux esprits humains en développement.
Ces différences dans le type d'esprit des êtres humains de la Terre doivent apporter une expérience particulière, avec de fortes impulsions de développement pour l'ascension. L'âme doit en effet revenir de la Terre, point le plus bas du voyage de l'âme, dans le Royaume spirituel.

Pour mûrir, un esprit humain n'a pas besoin de connaître des niveaux plus sombres, communément appelés "purgatoire" ou "enfer", qui sont plus profonds que notre plan terrestre. On peut y tomber rapidement, par exemple en faisant preuve d'une mauvaise volonté persistante. Mais le chemin du retour sera long et difficile.

Pour éviter tout de suite un malentendu répandu : tout le mal, y compris l'enfer, est l'œuvre des hommes. Il n'y a que du bien qui émane de Dieu, de l'amour et de la promotion.

L'échec de l'humanité :
Malheureusement, une catastrophe s'est produite sur le chemin de l'évolution prévu pour l'esprit humain :
Sur terre, les hommes ont découvert les possibilités de l'intellect terrestre pour pénétrer les choses purement terrestres. Ils se sont laissés fasciner par ses possibilités et sont devenus vaniteux, égocentriques et matérialistes. Ils ont oublié qu'ils étaient fondamentalement spirituels et qu'ils devaient écouter leurs sensations.
C'est ainsi qu'au fil des millénaires, ils sont finalement devenus, dans l'idée qu'ils se faisaient d'eux-mêmes, des "primates" au cerveau particulièrement développé, qui se distinguent du reste de la nature par leur capacité de réflexion supérieure, et qui s'appellent fièrement "hommes d'esprit" et "matérialistes".
Donc une erreur fondamentale d'appréciation de la nature de l'homme, comme n'étant rien de plus qu'un "singe intelligent", dont on ne peut guère attendre altruisme, empathie, humanité, aspiration spirituelle, religiosité.

Celui qui s'érige en animal cérébral, qui se laisse guider par la convoitise et l'arrogance, renonce à toute humanité authentique, qui ne peut résider que dans la spiritualisation. Car c'est l'esprit qui est l'homme véritable. Seul l'esprit, avec sa sensibilité (et non le sentiment du ventre), peut nouer des contacts avec des forces supérieures ou même reconnaître Dieu.
Il s'agit donc d'une descente spirituelle effrayante de l'humanité terrestre et d'une violation de l'ordre fondamental de la création, qui ne peut pas rester sans répercussions drastiques ; sur la terre et dans l'autre monde.

 Une erreur aussi dramatique et profonde impressionne également la vie intérieure ; elle est emportée par les âmes dans l'autre monde après leur mort et les enchaîne à la matière dense, dont l'intellect est en effet issu.

Les conséquences de cette surévaluation totale du mental se répercutent - ici-bas et dans l'au-delà - de manière inimaginable pour nous.

Sous la domination de l'esprit, l'incroyable devient réalité.
Les gens se demandent "pourquoi Dieu permet-il tout cela ?" au lieu de reconnaître que ce sont eux qui créent tous les maux dont ils doivent souffrir - ici sur terre et encore plus après leur mort dans l'autre monde.

Une amélioration durable exige l'éveil spirituel!
Les approches intellectuelles, aussi bien intentionnées soient-elles, ne peuvent pas conduire à des solutions durables.
En effet, seules les œuvres qui vibrent à l'unisson avec les lois de la création, inaccessibles à la pensée pure de l'intellect, peuvent avoir du succès et être durables.

Nous étudions la partie la plus grossière et la plus dense, la partie terrestre de ces lois de la nature ou de la création dans le cadre des sciences naturelles et nous en sommes fascinés. Mais dans notre enthousiasme pour la validité universelle de ces lois de la nature dans l'univers visible, nous oublions que des lois correspondantes régissent également les événements dans les plans cachés à nos yeux. Ces lois "spirituelles" déterminent la vie, notre destin, ici-bas comme dans l'au-delà.
Ces lois "supérieures" sont étrangères à l'esprit terrestre. En secouant la tête, un esprit croyant en la science doit rejeter tout ce qui n'est pas "scientifiquement prouvé" : les compréhensions supérieures, l'existence de mondes de l'au-delà, la survie après la mort, les vies terrestres multiples (réincarnation), l'interaction inévitable entre le karma et le destin, la liberté de décision et la responsabilité, etc.

Ces sceptiques et acrobates du cerveau qui croient en la science vont vivre une expérience désagréable après leur mort sur terre !
Espérons qu'ils reviendront bientôt à une vision plus réaliste !

Sur la grandeur de la création, l'importance de l'homme et l'aide de Dieu

Comme nous, les humains, avons une forte tendance à nous surestimer, quelques mots encore sur la grandeur de la création, l'importance de l'homme et l'aide de Dieu.

Notre post-création est la partie la plus petite et la plus basse de la Création. La partie matérielle grossière de cette post-création, avec la petite Terre, est composée de sept parties du monde, dont d'une est notre immense univers. Les parties de la création situées au-dessus sont toutes nettement plus grandes que la matière dense.

Si l'on veut évaluer l'importance d'un esprit humain par rapport à l'ensemble, l'homme individuel n'est pas beaucoup plus qu'un atome par rapport à l'univers. Ce faisant, on ne tient pas compte du fait qu'un atome est constitué de la même matière que l'univers. En revanche, l'esprit humain est d'une autre nature, plus faible, que les entités des plans situés au-dessus de son point de départ.

Les personnes qui croient encore en Dieu aujourd'hui se font souvent une fausse idée de l'aide de Dieu. Ils pensent que Dieu doit répondre à leurs prières lorsqu'ils se trouvent dans des problèmes qu'ils ont eux-mêmes créés et qu'ils demandent de l'aide.
Dans ce contexte, les prières qui partent de la raison - sans un sentiment profond - sont d'emblée vaines.
Peu de gens sont conscients que nous, les êtres humains, avons aussi des devoirs à remplir et que nous ne pouvons pas nous contenter de prendre sans considération.
Mais un être humain rencontre surtout des difficultés lorsque sa volonté et ses actes se fondent uniquement sur des considérations terrestres, au mépris des lois immuables de la Création. Il doit alors supporter les répercussions qui en découlent et en tirer les leçons.  
Car l'esprit humain est une créature dépendante de Dieu, qui a le devoir de saisir correctement les lois divines et de vivre en conséquence.
Il ne peut être aidé qu'après avoir reconnu ses faiblesses et s'être transformé intérieurement !

Littérature:
(1) Abd-ru-shin, " Dans la Lumière de la Vérité ", Gralsbotschaft. Éditions de la Stiftung Gralsbotschaft, Stuttgart. (critique de livre).
(2) Thanatos TV. (Sur le thème "Expérience hors du corps").

Appendice:
Il existe également des romans qui offrent un aperçu assez clair de la vie dans l'au-delà. Mais il ne faut pas oublier que chaque esprit humain vit les choses de manière individuelle, en fonction de sa personnalité, et que les descriptions sont donc différentes. De même, des malentendus et des imprécisions peuvent se glisser dans les enregistrements de l'au-delà par des visionnaires terrestres.
Deux recommandations seraient
(I) Franchezzo : "Ein Wanderer im Land der Geister" (Un voyageur au pays des esprits), Turm-Verlag, Bietigheim, 1961.
(II) Manfred Kyber : "Nachruhm" (gloire postérieure). Tiré de "Gesammelte Tiergeschichten" Christian Wegner Verlag, Hambourg. Ici en annexe de "Subjuguer la terre

Lisez aussi à ce sujet "L'homme violent : victime de son évolution ?" et "Pourquoi Dieu permet-il tout cela ?„.