Catégories
économie et affaires sociales

Le fossé judiciaire

(Publié dans GralsWelt 58/2010)

Le 29 mai 1453 est une date importante dans l'histoire européenne. A cette époque, les Turcs ont conquis Constantinople et, par cette action, ont coupé l'Europe du commerce avec l'Asie. Venise a perdu sa position de leader en tant que centre de commerce maritime. Les Portugais et les Espagnols ont été contraints de redoubler d'efforts pour contourner la mer Méditerranée, qui était gouvernée par l'Empire turc, et traverser l'Atlantique jusqu'en Inde. Columbus a donc cherché une route maritime occidentale vers l'Asie, mais s'est retrouvé dans les Caraïbes en 1492, qu'il a appelées les " Antilles ". Vasco de Gama fit le tour de l'Afrique dans le même but et atteignit Calicut (Inde) en 1498.

Ces voyages de découverte furent le signal de départ du colonialisme. Cela a provoqué de grands bouleversements dans les conditions économiques et sociales des colonisateurs et des colonisés. L'ordre mondial médiéval s'est dissous. Avec les nouvelles conditions sont venues de nombreuses questions non résolues sur la justice humaine : Équité d'appropriation, équité de distribution, équité d'opportunités, équité de résultats, équité de procédure, équité de justice sociale[je], etc.

Il n'est pas difficile de s'entendre quand on se plaint que les choses sont « injustes » dans le monde. Mais qui comblera le tant décrié « justice gap », le fossé économique entre les anciens peuples coloniaux et les pays industrialisés, entre le Nord et le Sud, entre les pauvres et les riches, quand et comment ? Et qui pense aussi aux intérêts de la nature ?

Les problèmes qui existent dans le monde ne sont pas avec ça pour résoudre le même état d'esprit qui les a créés.
Albert Einstein face à la crise économique de 1929.

L'ère du colonialisme

Des découvertes toujours nouvelles ont changé l'image du monde à partir du 15ème siècle. Navigateurs, chercheurs, aventuriers partaient à la recherche des richesses des pays étrangers, et des marchands audacieux finançaient des voyages de découverte tout aussi audacieux et, s'ils réussissaient, lucratifs.

Des trésors inattendus ont afflué vers l'Europe et plus tard aussi vers les États-Unis : de l'or et de l'argent d'Amérique du Sud ; épices d'Inde; sucre et rhum des Caraïbes ; café du Brésil; porcelaine et thé de Chine; l'ivoire et les esclaves d'Afrique ; Fourrures d'Amérique du Nord et de Sibérie.

Les nations maritimes ont progressivement conquis de grandes parties du vaste monde. L'Europe a pu envoyer sa population excédentaire à l'étranger. La population indigène des colonies a été forcée de travailler pour les conquérants, a dû céder la place aux colons d'Europe ou - si elle mourait à cause de l'exploitation ou de maladies importées - a été remplacée par des esclaves d'Afrique de l'Ouest.
"La 'Rise of the West' était basée en grande partie sur l'usage de la force, sur l'armée avait déplacé l'équilibre entre les Européens et leurs adversaires d'outre-mer en faveur des premiers. (4, p. 22).
Peu de Blancs se sentaient mal à l'idée de voler ou de prendre possession de terres étrangères qui mouraient aux indigènes à cause de l'oppression ou de maladies importées d'Europe. Après tout, les « païens ignorants » ont reçu le plus grand de tous les cadeaux : ils ont été (souvent de force) baptisés en tant que chrétiens et ainsi arrachés à la damnation éternelle autrement inévitable ! Était-ce un règlement équitable qui calmerait une conscience chrétienne ? Ou on aurait mieux avec Augustine[ii] lire qui a dit que la justice est ce qui sépare une société d'une bande de voleurs ?

Jusqu'au 20ème siècle (parfois encore aujourd'hui !), il y avait des sociétés missionnaires qui voulaient convertir des gens d'outre-mer - y compris des membres de nations culturelles très anciennes - au christianisme afin de les sauver de l'enfer.

En règle générale, les prêtres envoyés d'Europe et plus tard aussi des États-Unis ne comprenaient presque rien aux cultures exotiques. Il leur suffisait de savoir que toute religion non chrétienne était du diable. Ils ne pensaient donc guère à un "juste équilibre entre donner et recevoir", justifiant l'esclavage par des passages appropriés de la Bible[iii], et considéraient les indigènes - même s'ils étaient convertis au christianisme - comme des citoyens de seconde zone.

Si les Européens ont jamais été chargés d'agir en tant que propagateurs des valeurs chrétiennes, ils ont échoué. Certains missionnaires ont essayé de travailler dans un sens chrétien. Mais pour chacun d'eux venaient des dizaines ou des centaines de commerçants, d'aventuriers, de colons qui se disaient chrétiens mais dont le comportement était inspiré de l'enfer plutôt que de l'Esprit du Christ.

L'économie mondiale classique

L'économie mondiale s'est développée au cours du colonialisme. L'Europe – en particulier les empires coloniaux comme l'Angleterre –, plus tard aussi les États-Unis et enfin le Japon, sont devenus riches parce qu'ils ont su utiliser les trésors des pays étrangers.

La prospérité des pays industrialisés tient encore en grande partie au fait que les matières premières sont importées à bas prix des anciennes colonies, devenues des pays en voie de développement, et que les produits finis sont exportés à des prix élevés.

On oublie souvent que depuis le XXe siècle au plus tard, la pollution de l'environnement a également été déportée dans une large mesure. D'énormes dommages environnementaux sont causés par les fournisseurs étrangers à travers l'exploration des matières premières et les monocultures agricoles dans l'intérêt des pays industrialisés. Les pays industrialisés sont les premiers responsables du changement climatique causé par la consommation excessive d'énergies fossiles, mais les pays en développement en souffriront.

Une telle économie mondiale fondée sur l'unilatéralité ne peut être ni juste ni stable. Pendant des siècles, la supériorité technique et le meilleur armement des pays hautement développés ont suffi à réprimer les aspirations à la liberté des colonies.

Puis les pays qui ont le plus profité des déséquilibres économiques ont eux-mêmes détruit ce système : la catastrophe primordiale du XXe siècle, la Première Guerre mondiale, qui a été déclenchée de manière imprudente, a inauguré l'inexorable chute du colonialisme.

Contrairement à après les guerres napoléoniennes, les États européens ont échoué après la Première Guerre mondiale dans la tâche de créer un ordre de paix stable. Ces omissions ont conduit à des tensions politiques et économiques et à de nouvelles guerres, dont certaines se sont poursuivies jusqu'à ce jour. L'Europe a perdu son leadership dans le monde et ses colonies. Les États-Unis sont devenus la puissance mondiale dominante.

Construire une communauté pacifique des nations

Aux catastrophes majeures des deux guerres mondiales du 20ème siècle ont succédé des approches vers un monde meilleur, plus pacifique, plus juste.

Après la Première Guerre mondiale, la Société des Nations a échoué en raison de l'égoïsme des États nationalistes.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'ONU était censée travailler pour assurer la paix et établir des normes contraignantes pour toutes les nations. La Charte des Nations Unies est basée sur la philosophie des Lumières, et non plus sur la Bible. Apparemment, le christianisme autrefois propagé depuis l'Europe à travers le monde a perdu sa crédibilité. Bien que la philosophie des Lumières soit née dans le milieu chrétien, elle a également adopté, en plus des idées chrétiennes, des philosophies anciennes et modernes que les églises avaient longtemps combattues avec acharnement.

On ne peut pas supposer que cette philosophie européenne prévaudra dans les pays non occidentaux - par ex. B. dans les pays islamiques ou en Asie - rencontre une approbation sans réserve.

Malgré l'ONU, les nations agissent toujours principalement dans leur propre intérêt, et il n'est pas rare que la règle empirique s'applique entre les États, et non le droit international. Prise de conscience de la responsabilité globale du bien-être tout Les habitants de notre planète nous manquent cruellement, et la pensée que la nature a aussi des droits reste étrangère à beaucoup de responsables.

La mondialisation

L'absence de sens des responsabilités se reflète également dans la "mondialisation" tant vantée depuis plusieurs décennies, qui promet croissance économique et prospérité croissante pour tous selon la devise "une marée montante soulèvera tous les bateaux".

En fait, l'écart entre les riches et les pauvres, tant entre les nations qu'au sein des États, s'est creusé. Il n'y a aucune trace d'un équilibre entre les droits des privilégiés et les fardeaux des défavorisés, c'est-à-dire la fermeture du "fossé de la justice".

Ce n'est guère surprenant. Malgré toute la propagande, la mondialisation ne doit servir aucun objectif altruiste.

Notre économie se dit capitaliste, elle est donc fondée sur le capital-argent. Le capital doit rapporter des intérêts. L'intérêt à susciter exige impérativement une économie en croissance !

Depuis le premier choc pétrolier des années 1970 au plus tard, il est devenu clair que les taux de croissance nécessaires dans les pays industrialisés ne peuvent pas être forcés. La demande y est largement saturée et la population ne croît que légèrement. Dans certains de ces pays, la population vieillit et diminue. Alors, qui va acheter chaque année de plus en plus de ces produits dont l'industrie doit se débarrasser pour continuer à croître ?

La seule voie qui reste est d'aller vers les pays en voie de développement. Les chiffres de la population y augmentent et il y a une énorme demande refoulée à satisfaire. S'il est possible de développer ces pays, alors l'économie mondiale pourra continuer à croître sans contrôle pendant des décennies - jusqu'à l'effondrement écologique.

Malheureusement, ces perspectives d'avenir grandioses pour l'économie d'exportation aux États-Unis et en Europe occidentale ont été mal calculées. Parce que trop d'élites des pays sous-développés ont étudié en Occident. Ils connaissent l'économie moderne et savent qu'il n'y a pas grand-chose à gagner à exporter des matières premières. En conséquence, les pays en développement souhaitent de plus en plus fabriquer eux-mêmes des produits finis.

L'intégration du marché mondial devient incontrôlable

Après que le Premier ministre iranien Mossadegh a nationalisé Anglo-Iranian Oil en 1951, en 1953, avec l'aide de la CIA[iv] est tombée. Ensuite, il y a eu de nouveaux contrats pétroliers pour l'Occident.

La mauvaise gestion corrompue du Shah était peut-être moins une chute. Certains voient une raison non négligeable de sa chute en 1979 dans la nationalisation renouvelée de l'industrie pétrolière (1973) et la tentative de construire sa propre industrie chimique.

A cette époque, l'Occident croyait encore qu'il n'aurait pas à supporter la sortie d'un "pays en voie de développement" (en l'occurrence une nation civilisée plus ancienne que la plupart des Etats européens) de l'économie mondiale dictée par les anciennes puissances coloniales. .

Aujourd'hui, les plus grands pays du monde, les deux puissances nucléaires que sont la Chine et l'Inde, construisent d'énormes industries qui, par ex. B. dans l'industrie textile ou la production d'acier - autrefois les grands pays industrialisés ont depuis longtemps laissé derrière eux. Et les nouveaux venus ne se contentent pas des produits traditionnels, ils veulent aussi inonder les marchés mondiaux de high-tech et d'automobiles.

La fin de la suprématie occidentale a été annoncée. Ces bouleversements dramatiques apportent-ils plus de justice ?

La folie des gouvernants

Deux fois en un siècle, les pays industrialisés occidentaux ont réussi à se mettre en difficulté avec le système économique injuste qui les a rendus riches et puissants. Ils n'étaient guère guidés par le désir d'une justice plus distributive. On aimerait presque croire qu'ils ont cédé à une "compulsion d'autodestruction" inconsciente :
* D'abord avec la Première Guerre mondiale tout aussi inutile et déclenchée par inadvertance, dont les conséquences ont déstabilisé la politique mondiale à ce jour.
* Ensuite avec la mondialisation, qui est en passe de mettre fin à la domination de l'industrie et de la technologie occidentales.

Dans la seconde moitié du XXIe siècle, les pays émergents que sont la Chine et l'Inde devraient devenir de grandes puissances qui domineront l'économie mondiale et donc inévitablement aussi la politique mondiale.

Les étoiles montantes d'Asie, qui comprennent la Chine et l'Inde ainsi que d'autres pays comme le Japon, la Corée, Taïwan, Singapour, etc., n'ont guère de raisons d'exprimer leur gratitude envers l'Europe et les États-Unis pour des raisons historiques. Son ambition la poussera à montrer au reste du monde d'où viennent les cultures les plus anciennes et où résident les personnes les plus talentueuses et les plus travailleuses. Il est peu probable qu'ils le regrettent lorsque des millions d'emplois migrent des pays riches vers l'Asie, ou lorsque les pays industrialisés classiques sont menacés d'appauvrissement.

Il est probable que de nombreux Asiatiques considèrent comme une justice réparatrice que les Blancs ressentent la réciprocité de leurs méfaits pendant le colonialisme.

La croissance au détriment de la nature ?
Dans une conversation avec un journaliste japonais, le biologiste et écologiste Paul Ehrlich (né en 1932) a soutenu que l'industrie baleinière japonaise est en train d'anéantir la source de sa propre prospérité avec les baleines. La réponse du journaliste:
"Vous pensez à tort que l'industrie baleinière est une organisation intéressée par la conservation des baleines. En réalité, cependant, cela représente une énorme puissance de capital essayant de réaliser les profits les plus élevés possibles. S'il peut anéantir les baleines en 10 ans et réaliser un bénéfice de 15%, alors qu'un taux de capture durable ne génère qu'un bénéfice de 10%, alors bien sûr les baleines seront anéanties dans 10 ans - et alors le capital sera disponible pour exploiter une autre utilisation des ressources.'
Un argument très similaire a été entendu par un de nos amis d'une entreprise qui exploite du bois tropical à Sabah.
Extrait de Donella + Dennis Meadows/Jorgen Randers, "Les nouvelles limites de la croissance", Rowolt, Reinbeck, 1998, p.226 et suiv.

Le rattrapage en question

Cela fait partie du credo indispensable des idéologues politiques que la justice distributive est créée par la croissance, tant au niveau national que mondial. Avec le progrès économique, le problème de la pauvreté devrait se résoudre de lui-même. Lier justice et croissance économique est aussi l'un des dogmes de l'aide au développement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Sur la voie de la coopération entre le Nord et le Sud, les pays jusque-là défavorisés doivent rattraper les sociétés riches par la croissance et des politiques adaptées. C'était la base tacite du système de l'ONU, qui accommodait les deux parties : le Nord espérait des marchés élargis avec de plus grandes chances de profit, le Sud attendait la prospérité et l'égalité.

Dès lors que les limites bio-physiques deviennent reconnaissables (cf. "Combien de personnes la terre peut-elle supporter" ; "Pourquoi nous tombons dans le piège de la population" ; "Une empreinte écrasante», le tout sous « écologie »), depuis que la finitude de la biosphère est apparue au grand jour, cette idéologie de la croissance a été mise à mal. Avec plus de six milliards d'habitants, la productivité de la terre n'est pas suffisante pour la "prospérité pour tous", certainement pas selon les prémisses économiques actuelles :
« Il est grand temps de mettre à l'épreuve le modèle de prospérité de la modernité industrielle. Plus de justice dans ce monde ne peut être atteinte au niveau de la consommation dans les pays industrialisés. Un style conventionnel de développement économique qui voudrait conférer un niveau de vie occidental dans l'ensemble à une population mondiale croissante ne sera pas écologiquement durable. Les quantités de ressources requises pour cela sont trop importantes, trop coûteuses et trop destructrices. Pour cette raison, l'élan des pays émergents vers la modernité industrielle conduira probablement à une plus grande marginalisation des pays et zones pauvres et donc à l'apartheid mondial, mais les mettra également en danger eux-mêmes. L'étau se resserre déjà pour des dizaines de pays périphériques car la demande colossale de la Chine fait grimper les cours mondiaux des céréales, du pétrole et du minerai de fer. Par conséquent, quiconque ne veut pas perdre de vue l'objectif d'un monde plus juste et plus juste qu'aujourd'hui examinera les modes de production et de consommation sur lesquels reposent actuellement les espoirs de prospérité.  (6, p. 44)[v].
On se demande si six milliards de personnes ou plus (d'ici 2050 huit à dix milliards sont attendus) pourraient trouver une vie décente sur notre planète avec un système économique fondamentalement différent, plus "juste" qui tient compte des besoins de la nature. Propositions appropriées, par ex. B. par Lovelock (2, p. 217 sq. et "La vengeance de Gaïa», sous « Critiques de livres »), paraissent plutôt utopiques. Dans tous les cas, le temps du contre-braquage est compté.

Qu'on le veuille ou non : la capacité des écosystèmes de notre planète est limitée. Il y a des « limites à la croissance » (3) qu'il faut respecter ! Désormais, la croissance à un endroit nécessite le démantèlement à un autre !

La politique officielle n'a pas encore vraiment pris acte des limites écologiques. La croissance économique et l'intégration au marché mondial (mondialisation) restent la seule voie vers plus d'égalité et donc de justice entre les nations, et moins de pauvreté au sein des nations.

Les pays en voie de développement ne seront pas prêts à rester à leur niveau actuel, modeste, avec une population parfois en augmentation rapide pour que la population des pays riches puisse continuer à profiter de son luxe. Les habitants des pays industrialisés seront réticents à accepter des restrictions qui sont actuellement difficiles à appliquer politiquement. Des affrontements durs entre le Nord et le Sud seront difficilement évitables.

Comment les nations industrielles veulent-elles réagir à la demande des pauvres et des sous-développés pour plus de justice ? La « lutte mondiale pour les matières premières » propagée dans la première moitié du 20ème siècle va-t-elle se réaliser ? Sur une planète secouée par des catastrophes climatiques, sommes-nous confrontés à un flot incontrôlable de réfugiés de la pauvreté et, finalement, à une guerre pour les lieux de vie ? Les riches voudront-ils défendre leur suprématie par la force des armes ? Ou trouvons-nous un moyen pacifique de combler le fossé de la justice ?

Un regard vers l'avenir

Pour la plus grande partie de l'histoire du monde, la demande de justice n'a été qu'un thème philosophique, inadapté à une application pratique dans la politique. Au mieux, les ennemis pourraient être lésés par des subtilités juridiques ou des décisions douteuses formellement justifiées. Même les religions - réellement attachées à la vérité et à la justice - n'ont jusqu'ici obtenu que peu de résultats en ce qui concerne la mise en œuvre pratique des droits naturels et humains.

Il est également rarement arrivé dans l'histoire du monde qu'une grande puissance ait renoncé à sa suprématie sans résistance. Ainsi, les USA et l'Europe résisteront-ils aussi au « défi asiatique » ?
Par quels moyens?
L'Europe et les États-Unis doivent-ils se battre ensemble s'ils ne veulent pas être vaincus séparément ? L'Europe inhomogène et divisée à l'intérieur a-t-elle la force et la possibilité de faire cavalier seul ?

Les prévisions ne sont pas encourageantes :
« L'Europe devra choisir. S'il utilise la guerre préventive pour se protéger, il cherchera des alliances avec les États-Unis et les fondamentalistes du marché dans le monde des affaires. S'il veut être à l'avant-garde d'une politique de justice préventive dans le monde, il recherchera des coalitions avec des États partageant les mêmes idées et dans la société civile. Alors cela ne peut que faire du bien au projet européen si les Européens lèvent les yeux de la bagarre quotidienne à Bruxelles et se demandent ce qu'ils aimeraient que les générations futures leur rappellent à la fin du XXIe siècle. Parce que c'est de cela qu'il s'agit : dans la société du monde en développement, l'Europe ne survivra pas grâce au nombre de ses habitants, mais uniquement grâce à la puissance de ses idées. Le monde transnational de demain sera peuplé de visages bruns, jaunes et noirs, et les Blancs européens représenteront un peu plus de sept pour cent de la population mondiale. Ainsi, la société mondiale du XXIe siècle ne sera certainement pas une société européenne – tout comme l'Europe du XVe siècle n'était pas non plus une société gréco-romaine. (6, p. 246).

Littérature:
(1) Kesselring Thomas, L'éthique dans la politique de développement, CH Beck, Munich, 2003.
(2) Lovelock James, Gaia's Revenge, Ullstein, Berlin 2007.
(3) Meadows Denis, Les limites de la croissance, dva, Stuttgart, 1972.
(4) Parker Geoffrey, La révolution militaire, Campus, Francfort, 1990.
(5) Ritsert Jürgen, Justice et égalité, Westfälisches Dampfboot, Münster, 1997.
(6) Sachs Wolfgang, Fair Future, CH Beck, Munich 2005.
Notes de fin :
[je]Lorsque la « justice sociale » est mentionnée dans les discours politiques du dimanche, il reste généralement difficile de savoir s'il s'agit de « justice d'opportunité ou de procédure » ou de « justice de distribution ou de résultat ».
[ii] Augustin (354-430), évêque d'Hippone, fut le plus grand docteur latin de l'Antiquité.
[iii] Pour la justification biblique de l'esclavage voir "Court, concis, curieux" page 285 "L'esclavage en Méditerranée".
[iv] CIA = Central Intelligence Agency, le service de renseignement étranger des États-Unis.
[v] Dans ce contexte, il est intéressant de noter qu'au début de 2007, des manifestations ont eu lieu au Mexique en raison des prix élevés du maïs. Celles-ci sont dues au fait qu'aux États-Unis, le maïs est fermenté en biocarburant pour les voitures.