Catégories
écologie

Combien de personnes la terre peut-elle contenir ?

(Publié dans GralsWelt 43/2007).

UNE NOUVELLE SCIENCE : LA PHEROLOGIE
Depuis plusieurs années, il existe une nouvelle branche de l'écologie, appelée scientifiquement la phérologie, qui traite de la capacité de charge des écosystèmes. En particulier, la phérologie interroge le nombre de personnes capables de « porter » en permanence notre terre ou des paysages individuels. Avec de telles questions, les phérologues osent s'attaquer à un tabou de notre société.

En conséquence, ils sont attaqués de toutes parts, et parfois même accusés d'inhumanité et de racisme, y compris par des défenseurs de la nature.

Quelles sont les questions phérologiques qui réussissent à susciter le mécontentement des groupes sociaux les plus divers ?

COMBIEN DE PERSONNES LA TERRE PORTE-T-ELLE ?
Au plus tard depuis que les voyages spatiaux ont fourni des photographies de la terre depuis l'espace, il devrait être clair pour tout le monde que notre planète est spatialement limitée et que ses ressources ne peuvent pas être infiniment grandes. Forcément il fautLimites de la croissance matérielle" donner; c'est-à-dire des limites à la croissance économique, à la production d'aliments et de matières premières, à la consommation d'énergie, à l'élimination des déchets, ainsi qu'aux "lieux de vie" des personnes.

Cela nous amène à la préoccupation fondamentale des phérologues. Ils veulent déterminer combien de personnes semblent être en bonne santé pour notre terre dans quelles conditions limites, à condition que notre planète d'origine soit habitable en permanence et que ses sociétés restent économiquement et politiquement stables.

Pendant de nombreuses décennies, il y a eu diverses estimations ou calculs, et selon la source, on peut trouver 10, 20 voire 50 milliards (ou plus) de personnes comme limite supérieure de la population mondiale.

L'un, basé sur le futurologue, a acquis une certaine notoriété Herman Kahn (1922-1983) ont propagé la « Société du 20 x 20 » : Selon l'optimisme des années 1970, 20 milliards de personnes pourraient vivre sur notre planète avec un revenu moyen par habitant de 20 000 $ par an (selon le pouvoir d'achat de l'époque ) avoir dû.

En étudiant de telles prévisions, on a parfois l'impression qu'un futurologue n'a qu'à rechercher la superficie terrestre de la terre dans un atlas. Ceci est ensuite multiplié par les rendements par hectare des meilleures zones agricoles, et le résultat est la quantité de nourriture qui pourrait être disponible pour l'humanité à l'avenir.

Les objections aux prévisions qui étaient manifestement trop optimistes ont été, ou sont, rejetées en soulignant que les deux tiers de la terre sont recouverts d'eau et que les possibilités de pisciculture, de fermes marines, d'établissements sous-marins, etc. n'ont même pas été envisagées. Les gens détestent parler de la surpêche des mers et de la pollution des eaux peu profondes et des zones du plateau continental (où une grande partie des poissons commerciaux sont pêchés et où la plupart des poissons juvéniles grandissent).

Le fait que les gens "ne vivent pas seulement de pain", mais ont besoin d'eau potable (qui a longtemps fait défaut dans de nombreux pays), de maisons, de routes, de jardins d'enfants, d'écoles, d'hôpitaux, de lieux de travail, de lieux de culte, de théâtres, de bibliothèques, etc., ainsi que les zones terrestres associées, est quelque chose qui est nécessaire, même aujourd'hui, assez souvent supprimé.

« Les limites de la croissance » (5) n'a été portée à la connaissance d'un public plus large qu'en 1972. Dans cet ouvrage, pour la première fois à ma connaissance, il a été affirmé que l'effondrement qui serait inévitable si la croissance se poursuivait sans contrôle ne devait pas nécessairement être déclenché par une pénurie de matières premières, mais que l'écoulement s'effondrerait probablement en premier : à savoir lorsque nous donnons plus de déchets aux cycles naturels et aux polluants qu'ils ne peuvent en supporter.

Cette publication avant-gardiste - "Les limites de la croissance" - a donné l'impulsion au début du mouvement écologique, qui a depuis poussé pour la nature et la protection de l'environnement de plusieurs manières. Cependant, même le « mouvement vert » a du mal à suivre les exigences phérologiques, malgré toute la compréhension des liens écologiques.

LES OBJECTIFS DES PHEROLOGUES
D'un point de vue phérologique, les objectifs suivants doivent être poursuivis par l'humanité :
* La richesse des espèces, c'est-à-dire la diversité biologique du monde doit être préservée. Des paysages naturels suffisamment vastes sont nécessaires pour cela.
* Les ressources de la terre doivent être conservées et sécurisées pour l'avenir. la non renouvelable Les sources d'énergie - principalement le pétrole et le gaz naturel - doivent être conservées autant que possible et remplacées par des énergies renouvelables (par exemple l'énergie solaire) dès que possible. Même les matières premières non renouvelables dont les réserves dureront longtemps (par exemple le charbon, les minerais) doivent être utilisées avec parcimonie.
la ressources renouvelables demande de l'attention et de la considération. En aucun cas, par exemple, les zones de pêche ne doivent être épuisées, les zones agricoles détruites par la surexploitation ou la surfertilisation, ou les forêts tropicales abattues.
* La rareté des ressources doit être évitée car elle conduit (presque inévitablement) à des luttes de répartition, c'est-à-dire à des guerres et à l'instabilité politique.
* La pression exercée sur les écosystèmes terrestres, par les déchets, les gaz d'échappement, les toxines, doit être réduite à un niveau supportable pour l'environnement.

D'un point de vue phérologique, ces exigences ne peuvent être satisfaites avec une population mondiale de 6 voire 7 milliards d'habitants, et il faut chercher et trouver des moyens humains et éthiquement justifiables qui réduisent la pression démographique.
La croissance économique exigée par les politiciens et les économistes de tous bords s'avère également déraisonnable ; ni les ressources de la terre ni la capacité de nettoyage des cycles naturels ne sont suffisantes.

Les préoccupations des phérologues peuvent être réduites à deux exigences fondamentales que de nombreux groupes de notre société auront du mal à accepter :
* La population mondiale doit être réduite par des moyens raisonnables à un niveau que la planète peut supporter. La limite supérieure de la population de la terre dépend du niveau de vie. Il est difficile à estimer et il est peu probable qu'il soit supérieur à deux milliards.
* La folie de la croissance doit cesser. La croissance quantitative ne peut avoir lieu que dans les pays en développement.
La poursuite du développement de l'humanité peut servir - espérons-le dans un avenir pas trop lointain - à une croissance qualitative qui n'a pas de besoins supplémentaires significatifs en énergie et en matières premières.

Après que la manie de croissance d'aujourd'hui a été révélée comme une erreur, les gens trouvent de nouveaux objectifs pour lesquels ils doivent utiliser leur imagination, leur créativité et leur ingéniosité au maximum : les musiciens peuvent jouer de mieux en mieux, les chanteurs chantent de mieux en mieux, les acteurs transmettent de plus en plus, les écrivains écrivent de mieux en mieux. L'agriculture est proche de la nature, sans pesticides ni engrais minéraux. Les usines produisent dans le respect de l'environnement. Les appareils techniques deviennent plus petits, plus légers, plus économiques, faciles à réparer et recyclables. Les transports et la circulation sont limités au nécessaire.

La fiscalité est fondamentalement repensée : la consommation d'énergie et de matières premières est taxée, le travail humain reste défiscalisé. Ce z. Par exemple, les réparations chronophages valent la peine et le travail non déclaré est inutile. L'économie est au service du peuple. La protection de l'environnement, l'utilisation durable des ressources, la minimisation de la pollution de l'environnement reçoivent un statut constitutionnel et les guerres doivent être évitées....

Un vaste champ de travail donc pour les économistes, écologistes, ingénieurs, biologistes, sociologues, hommes politiques, juristes qui définissent les conditions sociales souhaitées et qui planifient, contrôlent et réalisent la transition de l'économie de croissance actuelle vers une économie écologiquement équilibrée. Les religions sont également interpellées ; car qu'est-ce qui rend moins justice à la volonté de Dieu que la destruction de Son œuvre - la terre - par nous, les humains ?

Les problèmes ne manqueront pas dans cet effort, qui demande le maximum d'engagement, de courage et de flexibilité de la part de chacun ; mais il s'agit de maintenir l'habitabilité de notre terre, un objectif qui doit être cher au cœur de tout être humain et qui vaut le plus grand effort !

Quel groupe social a le courage de reconnaître les faits inévitables et d'agir ? Des faits dont le plus grand nombre doit prendre conscience au plus vite pour qu'un changement dans notre compréhension du monde puisse s'opérer, condition préalable à la nécessaire restructuration de notre économie et de nos vies. –

Vous pouvez également lire les articles sous « Écologie ».
"Pourquoi nous tombons dans le piège démographique" et "Combien nous surchargeons notre terre."

Littérature:
(1) Gruhl, Herbert : "Une planète est pillée", S. Fischer, Francfort 1975.
(2) Hagl, Siegfried : « L'Apocalypse comme espoir » : Droemer-Knaur, 1984.
(3) Kahn, Herman : « Devant nous les bonnes années », Fritz Molden, Vienne 1976.
(4) Kahn, Herman : "L'avenir du monde", Firtz Molden, Vienne, 1979.
(5) Meadows, Dennis : "Les limites de la croissance", DVA, Stuttgart, 1972.
(6) http://www.ecopo.ch/A2BULLETINS/bulletins1999.html.
(7) http://www.herbert-gruhl.de/hggsatz/epoc/epoc.html.