Catégories
économie et affaires sociales

Crise économique et conspiration mondiale

Contexte des développements indésirables - un aperçu

(Publié dans GralsWelt 69/2012).

Il est presque devenu banal de ne pas voir les crises dans des effondrements catastrophiques, mais de souligner les opportunités qui se cachent dans une crise. D'une part, il s'agit de catastrophes naturelles comme la sécheresse, les inondations, les tremblements de terre, les tsunamis, les éruptions volcaniques, ou encore un impact mettant en danger la civilisation (impact d'un planétoïde) qui, statistiquement parlant, pourrait nous frapper. 

De l'avis général, les gens doivent s'accommoder de telles catastrophes inévitables, puis nettoyer et reconstruire du mieux qu'ils peuvent. 

 

"Les choses sont là pour gagner la vie, mais la vie est pas là pour gagner des choses.               Lao Tse.

"Je crois sérieusement que les institutions bancaires sont plus dangereuses que les armées permanentes."         Thomas Jefferson, 3e président des États-Unis, 1816.

 

Il en va autrement des crises d'origine humaine, comme les guerres, les révolutions, les catastrophes nucléaires ou écologiques, les effondrements économiques, les krachs financiers, le surendettement ou l'appauvrissement des États. Ici, les décideurs doivent être tenus responsables; parce qu'il est inacceptable que des politiciens, par exemple, ne veuillent pas être tenus responsables de leurs erreurs ou nient leur propre responsabilité personnelle[je].

En outre, il est urgent de se demander si les failles du système lui-même ne permettent pas trop facilement à des personnalités douées de folie de pouvoir, d'orgueil ou d'avidité pour l'argent de mettre en œuvre leurs instincts de base à grande échelle et de secouer des systèmes entiers et mondiaux. C'est comme ça dans notre économie mondiale actuelle.

Il y a de bonnes raisons de croire que le système économique capitaliste moderne est en proie à des défauts fonctionnels et structurels fondamentaux.

Dans ce qui suit, une tentative est faite pour donner un aperçu d'un point de vue subjectif des critiques de notre économie mondiale capitaliste qui sont venues d'une grande variété de milieux. Cela ne peut qu'être matière à réflexion, esquissant sommairement certaines facettes du problème.

Les vieilles racines du capitalisme

Le terme "capitalisme" a été utilisé à partir du milieu du 19ème siècle et était surtout connu par Karl Max (1818-1883). Au sens étroit, l'histoire du capitalisme commence au XVIIIe siècle. Mais permettez-moi de chercher les origines beaucoup plus loin.

L'une des caractéristiques du capitalisme est l'importance de la propriété matérielle. L'importance primordiale des possessions terrestres a commencé avec la transition des cultures des chasseurs-cueilleurs aux nomades et aux agriculteurs.

Il y a environ 12 000 ans - au néolithique (New Stone Age) - la possession de bétail, de maisons, de terres, de champs cultivés, etc. est devenue essentielle à la survie. (Voir. "L'homme violent", sous "Historique").

Une lutte pour les biens terrestres a-t-elle déjà commencé à l'époque, qui contrôle entre-temps – plus ou moins – presque tout le monde dans le monde ? En tout cas, depuis lors, les valeurs matérielles sont considérées comme la possession décisive, celle à rechercher en premier lieu.

Cela a finalement conduit à la démarche de l'homme moderne de s'approprier rigoureusement la richesse de la nature (et même celle des autres peuples) sans contribuer à la promotion de la nature et donc à la création. Une violation fondamentale de la loi spirituelle de l'équilibre entre donner et recevoir sur laquelle reposent les équilibres naturels.

Dans les premières cultures, les gens étaient encore conscients de leurs empiètements sur la nature, c'est pourquoi ils ont essayé de réconcilier les êtres naturels ou les dieux offensés avec une grande variété de rituels, de sacrifices et de prières.

Les premières manifestations quasi « modernes » du capitalisme ont été trouvées dans l'Antiquité sous la forme d'une exploitation brutale des hommes et de la nature.

Les anciens empires étaient basés sur la violence, l'esclavage impitoyable et le traitement ignorant de la nature. (Voir. "Carthage - le premier État capitaliste ?, rubrique « Économie et affaires sociales »).

Platon (427-347 av. J.-C.) a écrit dans "Critias" la destruction de l'Attique à la suite de l'abattage de ses forêts, et le naturaliste romain Pline (23-79) a parlé des changements climatiques dus à l'intervention humaine.

À ce jour, la région méditerranéenne souffre de la destruction de la nature qui a commencé dans les temps anciens, par exemple par l'érosion.

Au Moyen Âge, la déforestation se poursuit en Europe centrale et dans les îles britanniques. Plus de bois a été abattu qu'il ne pouvait repousser, en particulier pour la construction navale et l'extraction de métaux. Sans les découvertes des grands marins, l'Europe avec sa population croissante serait tombée dans de graves crises économiques.

Des millions de personnes ont été laissées pour compte...

A partir du XIIIème siècle, avec l'avènement du commerce au long cours, capitalisme commercial importance croissante. D'abord par le commerce oriental de la soie et des épices. En conséquence, l'or et l'argent - qui étaient largement acceptés comme monnaie sur le marché international - ont afflué vers l'Asie ; L'économie européenne souffrait d'un manque d'argent.

Après la découverte de l'Amérique, les colons espagnols et portugais se sont surtout intéressés aux métaux précieux. Les trésors d'or et d'argent des Aztèques et des Incas sous forme d'objets d'art ont été complètement pillés. Ensuite, les Indiens ont dû trimer dans des mines d'or, d'argent, de mercure et autres dans des conditions insupportables. D'innombrables sont morts de malnutrition et d'épuisement ; les travailleurs forcés indiens se sont rapidement raréfiés et ont été en partie remplacés par des esclaves noirs venus d'Afrique.

Environ entre 1680 et 1807[ii] le "commerce triangulaire" formait un point culminant du mépris de l'être humain - typique de la pensée capitaliste :

« En octobre, des navires chargés d'armes à feu, de lingots d'acier et de bronze, de tissus grossiers, de perles de verre et de produits manufacturés ont navigué d'Europe vers la côte ouest-africaine, où la cargaison était échangée contre des esclaves. Après cela, à partir de début décembre environ, les navires se sont dirigés vers les Caraïbes, où des produits agricoles tels que le sucre grossier, le rhum et la mélasse ainsi que le coton ont été achetés grâce aux revenus des esclaves. À partir d'avril, les navires, principalement chargés de produits sucriers, sont rentrés dans leurs ports d'attache pour vendre la cargaison sur le marché européen avec un bénéfice.
(Citation de "Wikipedia", "Commerce du Triangle Atlantique"). 

Très peu d'esclaves ont été capturés par les Blancs eux-mêmes. La grande majorité d'entre eux l'ont été par des chefs noirs africains ou par des marchands d'esclaves arabes. Aujourd'hui, les Africains et les Arabes ne veulent plus entendre parler de leur participation à la traite négrière - qui n'était pas moins criminelle - et les médias ne connaissent généralement que la traite négrière des Européens. 

Une grande partie des esclaves n'ont pas survécu aux conditions inhumaines du terrible voyage à travers l'Atlantique vers l'Amérique. Mais les profits réalisés avec le commerce triangulaire étaient exorbitants. Malgré tous les risques de naufrage, de pirates et d'esclaves qui ne survivent pas au transport, les capitaux employés rapportent des intérêts de 15 % et plus. (Voir. "Le massacre de Zong" sous "Histoires étranges").

Selon des estimations récentes, un total d'environ 20 millions d'esclaves ont été débarqués en Amérique. Si l'on ajoute les pertes de la chasse aux esclaves et du transport maritime, un total de 40 millions d'Africains pourraient avoir été touchés par la traite européenne des esclaves (2, p. 56).

Incidemment, au fil des siècles, plus d'esclaves noirs ont été emmenés en Afrique du Nord et au Moyen-Orient par les chasseurs d'esclaves et les marchands d'esclaves arabes que par les Européens vers le « Nouveau Monde ». Un bilan sanglant scandaleux pour l'Afrique noire.

Les capitaux qui ont permis de financer la première révolution industrielle ont été accumulés grâce au commerce triangulaire atlantique. (Cf. "Une institution éternelle, incontournable ?", dans "Court, concis, curieux" page 341).

Welfare State USA : Annonces non tenues… 
Dans un discours sur l'état de l'Union pour le Nouvel An 1944, le 32e président des États-Unis, Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), a annoncé un amendement à la Constitution avec un catalogue de réformes sociales de grande envergure. Il comprenait : 
• le droit à un travail utile et rémunérateur et le droit de gagner suffisamment d'argent ; 
• le droit à une nourriture, un vêtement et un repos suffisants ; 
• le droit de chaque agriculteur de tirer suffisamment de sa production pour assurer une bonne vie à lui-même et à sa famille ; 
• le droit des entrepreneurs, petits ou grands, de commercer dans une atmosphère de liberté ; Absence de concurrence déloyale et de domination monopolistique dans le pays et à l'étranger ;  
• le droit de chaque famille à un logement décent ; 
• le droit à des soins médicaux adéquats et la possibilité de conserver et de jouir de la santé ; 
• le droit à une protection adéquate contre les peurs existentielles de la vieillesse, contre la maladie, les accidents et le chômage ; 
• Le droit à une bonne éducation. 
« Tous ces droits signifient la sécurité. Et lorsque cette guerre sera gagnée, nous devrons être prêts à mettre en œuvre ces droits pour assurer le bonheur et le bien-être du peuple. Car sans sécurité chez soi, il ne peut y avoir de paix durable dans le monde. »  
(Tiré de « Capitalism : A Love Story », film de Michael Moore, 2009). 
Un an plus tard, Roosevelt mourut. Une fois la guerre gagnée, on ne parlait plus des réformes sociales annoncées.

L'accumulation illimitée du capital

La caractéristique du capitalisme est qu'une grande partie du capital peut s'accumuler entre quelques mains. Peu importe au départ s'il s'agit de « capital productif » (terres cultivables, usines, machines, bâtiments, etc.) ou – comme cela a été le cas ces derniers temps – de capital-argent.

Si le capital est concentré en quelques endroits ou entre les mains de quelques personnes, il doit inévitablement manquer ailleurs. Si vous ajoutez des intérêts sur l'argent - ce qui est interdit dans toutes les hautes religions - il n'y a pratiquement aucune limite à l'accumulation du capital. Puis émergent des centres de pouvoir bien financés qui ont suffisamment d'influence pour diriger les gouvernements dans leur intérêt par la corruption ou la violence.

Si cette erreur structurelle – qui est inhérente à l'économie capitaliste – n'est pas contrecarrée par des mesures légales, une grande partie de la population devra s'appauvrir à long terme, tandis qu'une petite clique très riche continuera à s'enrichir. Ce n'est pas pour rien que les révolutions des différents siècles ont presque toujours réclamé une « réforme agraire », une redistribution de la propriété extrêmement inégalement répartie. Après la Seconde Guerre mondiale, on parle en Allemagne du terme « partage de la charge ».

Ces derniers temps, la mondialisation a donné aux détenteurs de capitaux la possibilité d'échapper à l'intervention de l'État. Certains États deviennent vulnérables au chantage en menaçant de retirer des capitaux vers des pays « favorables aux entrepreneurs » (c'est-à-dire tolérants à l'exploitation). Cela s'applique en particulier au capital monétaire, qui peut être envoyé électroniquement dans le monde entier en quelques clics de souris et soustrait au contrôle de l'État.

Il existe de grandes entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur au produit national brut des petits pays. Les grandes institutions internationales sont du côté du capital. Ainsi, pour citer Walter Eucken (1891-1950), l'un des pionniers de l'économie sociale de marché, il ne s'agit pas de cela 
"pour lutter contre les soi-disant abus du pouvoir économique, mais le pouvoir économique lui-même." (6, p. 172).

Les socialistes idéalistes croyaient autrefois qu'ils pouvaient échapper à ce piège de la pauvreté capitaliste grâce à un système d'État communiste. Mais ensuite, des dictatures «capitalistes d'État» ont émergé, parfois banalement appelées «démocraties populaires». Celles-ci fonctionnaient de manière non économique, mais non moins d'exploitation. De plus, elles sont plus répressives que l'économie « capitaliste privée ».

Jusqu'à présent, pratiquement aucun État socialiste ou communiste dans le monde n'a vu le jour par des moyens démocratiques, et les dirigeants de ces États n'ont pu maintenir leur pouvoir que par une coercition brutale. Le socialisme ou le communisme avaient aussi peu de bien à offrir aux peuples coloniaux. Il est clairement évident que les deux formes de gouvernement et d'économie – le « capitalisme » et le « socialisme » – sont issues d'une racine commune et contraire à l'éthique : le matérialisme. (Voir. "Coches d'intelligence à gauche' sous la rubrique 'Economie et affaires sociales').

Le pouvoir économique ou politique sans éthique (religieuse) mène à la ruine, comme l'a justement souligné Alexandre Soljenitsyne : 
« On sait depuis des siècles que le pouvoir est un poison [...] Mais pour une personne qui croit en quelque chose de supérieur et qui est donc consciente de ses limites, le pouvoir n'est pas encore mortel. Pour les personnes sans sphère supérieure, le pouvoir est comme un poison. Il n'y a pas de sauvetage pour eux s'ils sont infectés. (15, p. 148).

La banalisation du capitalisme comme « économie de marché », « économie de marché libre », ou même comme expression de la « liberté », en vogue dans les discours politiques dominicaux, est également intenable. Les propriétaires d'esclaves d'autrefois étaient aussi des capitalistes et prônaient une économie libre si elle leur était utile. Puis 
"La liberté totale du marché équivaut à l'oppression, à l'exploitation et à la mort." (17, p. 153).

Aujourd'hui, des centaines de milliers de personnes travaillent dans des pays en développement et émergents pseudo-démocratiques, capitalistes, dans des conditions qui ne diffèrent guère de l'esclavage.

La liberté personnelle devait encore être imposée par l'État; parce que les droits humains fondamentaux font obstacle à la fois à l'exploitation capitaliste et à la coercition communiste !

Déjà Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) écrivait dans le « Contrat sozial » (contrat social) : 
"Entre le faible et le fort, c'est la liberté qui opprime et la loi qui libère."

"Un voile de tromperie sur les recommandations de Churchill" 
"Lorsqu'un nouvel ordre mondial a été établi après la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill a formulé les leçons à retenir dans sa mise en œuvre... le monde devrait être gouverné par des nations rassasiées, ne convoitant pas plus que ce qu'elles ont déjà. Si le gouvernement du monde était entre les mains de nations affamées, il y aurait un danger perpétuel. Mais aucun de nous n'aurait de raison de vouloir en posséder davantage. De cette manière, la paix des peuples qui vivent à leur manière et qui ne sont pas ambitieux pourrait être préservée. Nous pourrions nous comporter comme des hommes riches vivant en paix sur leur propre terre. 
L'exercice du pouvoir n'est pas seulement le droit des riches, mais aussi leur devoir. Cependant, deux notes manquantes doivent être ajoutées. Premièrement, les hommes riches ne manquent pas d'ambition. Il y a toujours de nouvelles opportunités pour s'enrichir et dominer les autres, et malheureusement le système économique rend impératif de saisir ces opportunités, car la vie punit ceux qui sont en retard. Deuxièmement, l'idée que des « nations » ou des « peuples » émergent en tant qu'acteurs sur la scène internationale sert le rideau idéologique habituel qui masque le fait qu'il existe des différences radicales dans la répartition du pouvoir au sein des nations riches et affamées et des privilèges. Tirant le voile de la tromperie sur les recommandations de Churchill, ils déclarent simplement que les hommes riches des sociétés riches devraient gouverner le monde, se faire concurrence pour une plus grande part du pouvoir et de la richesse, et opprimer impitoyablement ceux qui se dressent sur leur chemin. Ils reçoivent le soutien des hommes riches des "nations affamées" qui sont censés faire leur part dans ce jeu. Les autres servent et souffrent. 
Ce sont tous des truismes. Il y a plus de 200 ans, Adam Smith, le héros souvent incompris du triomphe contemporain, décrivait comment les riches suivent la « devise abominable des dirigeants » : « Tout pour nous et rien pour le reste. bien sûr pour s'assurer qu'ils atteignent leurs objectifs.       Noam Chomski (5, p. 91 sq.).

Vol et pillage – en utilisant le Bangladesh comme exemple

Avec l'industrialisation, l'accumulation du capital a augmenté et avec elle la possibilité d'utiliser la puissance économique et militaire contre les concurrents, mais surtout contre les peuples coloniaux. Il s'agissait désormais du développement contrôlé par l'État des ressources dans le monde entier.

Les peuples autochtones ont dû renoncer gratuitement à leurs matières premières et même aider à les développer. Portugais, Espagnols, Hollandais, Anglais, Français, Russes, Belges, Allemands, Italiens et Américains se disputaient les possessions coloniales et donc l'accès aux sources de matières premières et aux marchés. Les droits des autochtones n'avaient pas d'importance, et peu importait qu'un pays colonial soit délabré.

La richesse des pays industrialisés est née du fait que les peuples coloniaux ont dû fournir des matières premières à bas prix et acheter des produits industriels à des prix élevés. Des économies florissantes entières ont été détruites pour ce commerce à sens unique, comme le montre l'exemple du Bengale pillé. 
Bengale (une fois "Bengale doré" ou "Le paradis des nations" appelé aujourd'hui Bangladesh, l'un des pays les plus pauvres) était l'une des provinces les plus riches de l'Inde. L'universitaire américain Noam Chomsky décrit dans son livre "Wirtschaft und Gewalt" (dtv, Munich, 1995) qu'en 1741 (la bataille de Plassey, qui assura la domination de l'Inde à l'Angleterre, eut lieu en 1757), le centre textile de Dacca était étendu, densément peuplé et riche comme la City de Londres. Jusqu'en 1840, cependant, la ville était, "comme Sir Charles Trevelyan l'a témoigné devant le comité restreint de la Chambre des Lords britannique, la population était tombée de 150 000 à 30 000 et" la jungle et le paludisme se propageaient rapidement ". […] Dacca, la Manchester indienne, est passée d'une ville prospère à une petite ville pauvre ». […] Le Bengale était connu pour son coton fin, qui n'est plus cultivé aujourd'hui, et pour la qualité exceptionnelle de ses textiles. Après la prise de contrôle britannique, les commerçants britanniques "par toutes les coquineries imaginables […] ont acheté le tissu des tisserands à une fraction de sa valeur", écrivait le marchand anglais William Bolts en 1772. "Les méthodes d'oppression des pauvres tisserands sont nombreuses et varié. […] Amendes, passages à tabac, emprisonnement, exécution de billets à ordre, etc. […] C'est à cause de l'oppression et des « monopoles commerciaux » imposés au Bengale par les Anglais que le commerce du Bengale s'est effondré, que les profits diminuent et que toute la situation est si misérable est devenu." (5, p. 39 sq.). 
Le fait que les choses aient été encore pires dans d'autres colonies, par exemple au Congo belge, ne doit être mentionné qu'en passant.

Nouvelle exploitation sans force militaire

Après la Seconde Guerre mondiale, la situation politique et les rapports de force militaires avaient fondamentalement changé. Presque toutes les colonies sont devenues indépendantes à la suite de la perte de prestige et de puissance militaire des maîtres coloniaux. Toutes les tentatives de tenir les colonies par la force militaire ont échoué.

Un juste "Nouvel ordre mondial" sous la direction de l'ONU était le plan. Selon Winston Churchill (1874-1965), ce nouvel ordre mondial devrait se connecter de manière transparente au passé colonial violent et inhumain et préserver l'influence des anciens pays coloniaux. (Voir encadré "Un voile de tromperie sur les recommandations de Churchill").

Des néo-colonialistes habiles ont trouvé un nouveau système d'exploitation. Cela fonctionne en grande partie sans l'utilisation de la force militaire externe. Avec l'aide de la Banque mondiale, les pays sous-développés se voient proposer des "prêts pour le développement du pays" qu'ils ne peuvent souvent pas rembourser avec les intérêts et intérêts composés exigés ; Surtout pas lorsque les prix des matières premières augmentent ou même baissent lentement, alors que les biens importés tels que le pétrole brut ou les produits industriels deviennent de plus en plus chers. Les pays en développement sont donc pris au piège des taux d'intérêt et sont alors dépendants.

Les élites corrompues de ces pays en développement se laissent corrompre. La pression politique et les livraisons d'armes garantissent que seuls restent au pouvoir les régimes acceptables pour les dirigeants des pays industrialisés – à l'Est comme à l'Ouest. Un politicien d'un pays en développement qui ne veut pas jouer son rôle dans l'exploitation de sa patrie est alors, par exemple, diffamé comme "communiste" ou considéré comme faisant partie de "l'axe du mal". Il aura de la chance s'il ne se fait pas assassiner[iii].

Si vous voulez en savoir plus sur ce jeu diabolique - qui ne reculera devant rien - du point de vue d'un initié, c'est-à-dire quelqu'un qui y a participé vous-même, laissez-le faire "Confessions d'un tueur à gages économique" (13), un best-seller de John Perkins (né en 1945). Ici, vous pouvez découvrir comment fonctionnent les turbocapitalistes : avec l'un des systèmes les plus efficaces de tous les temps pour piller les gens et la nature.

Récemment, l'Occident a été concurrencé par les nouvelles puissances mondiales émergentes - par exemple la Chine, l'Inde, le Brésil - qui participent à la course à la sécurisation des ressources. Cela rendra-t-il plus humain de traiter avec les pays en développement en tant que fournisseurs de matières premières ?

Une conspiration mondiale capitaliste ?

Comme on peut s'y attendre dans un système capitaliste, l'écart entre les riches et les pauvres s'est creusé de manière insupportable à notre époque. Il continue d'augmenter, tant entre les nations qu'au sein des États individuels - même dans les pays industrialisés.

Josef Stiglitz (né en 1943), lauréat du prix Nobel, critique de la mondialisation et ancien économiste en chef de la Banque mondiale, qui a quitté cette institution pour protester contre sa politique : 
« Un écart croissant entre les nantis et les démunis a plongé un nombre croissant de personnes dans le monde en développement dans une pauvreté abjecte, vivant avec moins d'un dollar par jour. Malgré les promesses répétées de réduction de la pauvreté faites au cours de la dernière décennie du XXe siècle, le nombre réel de personnes vivant dans la pauvreté a augmenté de près de 100 millions. Cela s'est produit au moment même où le revenu mondial total augmentait en fait de 2,5 % par an. (11, p. 26).

Dans son film de 2009, Micheal Moore dénonce les conditions aux États-Unis avec leur « plutonomie » (gouvernement par les riches) : "Capitalisme - une histoire d'amour".

Superficiellement, le capitalisme mondial ressemble à une conspiration mondiale mise en scène par une main dominante. Les théories du complot correspondantes sont alors également populaires.

Personnellement, je ne crois pas qu'un gang criminel international d'industriels, de requins financiers, de patrons de la mafia et de politiciens - à travers toutes les frontières ethniques, géographiques, politiques et religieuses - ait accepté de forcer le monde sous leur pouvoir avec l'aide des grandes institutions internationales. Les événements historiques ne se produisent pas si facilement. Après tout, les managers ne font que ce que la plupart des gens aimeraient faire : gagner le plus d'argent possible !

D'un autre côté, je suis convaincu que notre économie de marché capitaliste est fondamentalement défectueuse. Ces failles systémiques incluent le système d'intérêts composés et le manque d'éthique des affaires, ainsi que l'absence de réglementation de la spéculation boursière, etc. Dans un monde globalisé, l'influence des États-nations diminue, et il faut même les jouer. l'un contre l'autre. L'influence des institutions supranationales et non démocratiquement légitimes augmente.

Cela permet aux malveillants de s'enrichir facilement grâce à des méthodes néfastes qui ressemblent au crime organisé. Même les managers bien intentionnés se sentent obligés de « hurler avec les loups », c'est-à-dire de s'engager dans une concurrence contraire à l'éthique avec leur entreprise, qui se fait souvent aux dépens des employés. Dans l'économie mondialisée d'aujourd'hui, les maximes éthiques sont considérées comme des "désavantages concurrentiels" qu'aucune entreprise progressiste ne peut se permettre !

"La fin de la politique pure" 
« Car le capitalisme, au vrai sens du terme, n'est pas, comme on dit aux crétins, l'accumulation de richesses par quelques-uns, ou l'exploitation des pauvres par les riches, ou la séparation des affaires et du travail. Ce sont des idées floues qui viennent tout droit de l'intestin. Il n'y a qu'une seule définition valable du capitalisme : le capitalisme est la prise de contrôle du gouvernement par la haute finance. En même temps, c'est toujours la fin de la politique pure. 
Il y a toujours eu des super riches et des pauvres sans ressources. Cela peut être dû à la faiblesse de caractère de l'humanité, à un manque de sens de la justice, peut-être aussi à une chute rapide de l'intelligence. Blâmer les riches pour le « capitalisme » est une idée fausse courante. La richesse du coffre-fort sous forme de diamants est inoffensive, voire méprisable. Mais si la super-richesse est ancrée dans le produit national, c'est-à-dire si le peuple a été entraîné dans le dilemme de travailler pour la super-richesse dans un cercle vicieux, alors le stade a été atteint où la super-richesse, à partir d'un instinct d'auto-préservation, incarnent eux-mêmes la souveraineté de l'État et s'emparent du pouvoir que doit s'approprier le gouvernement pour aligner la politique sur ses intérêts. Ensuite, les cabinets deviennent des cabinets fantômes et la politique économique devient la seule politique.                          Joachim Fernau (8, p. 186).

Est-ce que ça peut continuer comme ça ?

Comme on pouvait s'y attendre, il y a une résistance au capitalisme moderne.

Au XIXe siècle, ce sont les écrits fondamentaux des communistes, des socialistes et des anarchistes qui ont attiré l'attention sur les conditions intolérables. La principale préoccupation était l'exploitation des travailleurs dans les pays industrialisés. Des partis politiques et des syndicats ont émergé pour résoudre ce problème ; en des temps favorables avec succès.

L'oppression ou même l'extermination des peuples autochtones dans les colonies a été relativement moins remarquée. Après tout, la plupart des habitants des pays développés ont bénéficié – plus ou moins – du colonialisme.

Depuis plusieurs décennies, la mondialisation a également un impact sur les pays industrialisés, notamment sur leurs conditions de travail. Des emplois qui étaient autrefois bien rémunérés sont sous pression, et de plus en plus de travailleurs manquent d'un emploi sûr et bien rémunéré, ou se sentent exploités en tant que travailleurs temporaires ou en stage.

Les entrepreneurs se réfèrent à la pression concurrentielle croissante. Car les « pays chasseurs », les émergents émergents, sont devenus compétitifs dans de nombreux domaines et mettent de plus en plus sous pression les vieux pays industrialisés, les « sociétés d'adieu ». ("L'arnaque de la mondialisation", rubrique « Économie et affaires sociales »).

Ces conditions désagréables fournissent une matière abondante aux auteurs et aux ONG (Organisations Non Gouvernementales) qui critiquent le capitalisme et qui critiquent parfois sévèrement l'économie mondiale actuelle. Comme l'a écrit Jean Ziegler, l'une des rares autorités morales et politiquement indépendantes de notre temps : 
« L'ordre meurtrier du monde doit être renversé. Une horde d'opérateurs boursiers, de spéculateurs et de bandits financiers déchaînés a créé un monde d'inégalité et de terreur. Il faut les arrêter. » (17, p. 134).

"Les gouvernements agissent sur la scène de l'économie" 
« Le système de domination qui détermine de facto nos vies et au pouvoir duquel nous tombons de plus en plus ne nous gouverne pas de jure, mais il définit les données clés à partir desquelles le leadership politique doit ensuite procéder. Cela vaut aussi pour les réglementations, sinon même pour les lois, par lesquelles les véritables centres de pouvoir, les entreprises multinationales et la haute finance, sont soustraits à l'accès des autorités étatiques et en général à tout contrôle effectif ; en fait, ce sont eux qui font pression et contrôlent le pouvoir de l'État. Le pouvoir de l'État, à son tour, est fragmenté en pouvoir d'États individuels. Une fragmentation ou une limitation qui est aussi dénuée de sens pour les groupes de pouvoir privés que les frontières nationales. 
Quelle que soit la nature du pouvoir d'un gouvernement, son champ d'action et sa capacité à assumer ses responsabilités, l'action gouvernementale se situe aujourd'hui sur la scène de l'économie, des transactions d'échange et des sites de production. Ces facteurs déterminent la politique d'un gouvernement mais ne relèvent pas de sa responsabilité. Ils ne dépendent plus du gouvernement, mais le gouvernement dépend d'eux.            
          Viviane Forrester (9, p. 152 sq.).

Le capitalisme s'est-il effondré ?

Les économies capitalistes se sont propagées à travers le monde, y compris la Chine communiste. À aucun moment de l'histoire, l'économie n'a pu se vanter des taux de croissance des deux derniers siècles. 
"Entre 1850 et 1960, l'économie de l'Europe de l'Ouest a augmenté environ quarante à cinquante fois plus vite que la moyenne des 600 années précédentes." (6, p. 17). 
Les optimistes voient cette évolution comme une tendance qui durera des siècles et se poursuivra malgré des récessions temporaires. En conséquence, les choses continueront de s'améliorer pour tout le monde à l'avenir. Ces triomphes sont particulièrement attribués au capitalisme ; l'apport décisif des innovations scientifiques et techniques est largement sous-estimé[iv]. La victoire du capitalisme, qui a atteint presque tous les coins du monde, semble donc totale. Une success story unique qui peut difficilement être surpassée !?

Mais il est indéniable que notre système économique actuel n'est pas durable sans changements significatifs. Il ne s'agit pas seulement d'un système financier malade avec des spéculateurs devenus fous, du surendettement de la plupart des pays ou d'une économie de marché qui exploite impitoyablement les gens ; il s'agit principalement de questions fondamentales de durabilité.

Parce que dans les bilans des entreprises, il y a des amortissements pour les bâtiments, les machines, les usines, mais la nature ne joue aucun rôle. Celle-ci est toujours considérée comme utilisable à volonté et infiniment régénératrice. La nature doit fournir des quantités illimitées de matières premières et engloutir les déchets et les gaz d'échappement en toute quantité.

Ce qu'il faut, c'est une « nouvelle révolution industrielle », le découplage de la création de valeur économique (croissance économique) de l'utilisation de la nature. Cela comprend les technologies respectueuses de l'environnement et la conversion de la production d'énergie en énergies renouvelables (3, p. 59). Beaucoup serait possible avec une action décisive (16) !

« Nous avons besoin d'un cadre éthique mondial ! 
"La mondialisation de l'activité économique ne conduira à une prospérité générale et durable et au bénéfice de tous les peuples et de leurs économies que si elle peut s'appuyer sur la volonté constante de coopérer et sur la capacité de coopération axée sur la valeur de tous ceux qui sont impliqués et concernés. C'est l'une des leçons fondamentales de la crise financière et monétaire mondiale. 
La coopération de toutes les personnes impliquées et affectées ne réussira de manière fiable que si l'effort de tous pour réaliser l'intérêt personnel légitime et le bien-être social est intégré dans des conditions-cadres éthiques mondiales qui sont généralement acceptées comme justes et équitables. Une telle compréhension des normes mondialement acceptées de l'action économique et de la prise de décision, d'une philosophie de l'activité économique, n'en est qu'à ses balbutiements.                        Hans Küng (11, p. 23).

Jusqu'à présent, il n'y a que quelques réglementations étatiques, souvent insuffisantes, qui apprivoisent le turbo-capitalisme et limitent la destruction de la nature. À moins que des mesures ne soient prises très rapidement et très efficacement, des capitalistes impitoyables détruiront les fondements physiques de leur existence et de la nôtre.

C'est là que le défaut de conception fondamental de la mauvaise gestion capitaliste devient clair : le capitalisme est un système contraire à l'éthique dans son approche, qui peut au mieux être quelque peu apprivoisé par des lois et des règles. Cependant, les spéculateurs ingénieux trouveront toujours des lacunes dans les réglementations étatiques et les utiliseront sans vergogne.

Jusqu'à présent, l'économie de marché capitaliste a toujours su apprendre quand il s'agissait d'augmenter les profits. Parviendra-t-il à l'avenir à intégrer des maximes éthiques et à privilégier les actions respectueuses de la nature plutôt que la maximisation du profit ?

Seul un système économique naturel sur une base éthique peut être viable pour l'avenir, pour lequel les modèles concrets manquent et qui n'est même pas en vue.

Il est grand temps que nous trouvions un ordre économique naturel, moralement justifiable, éthique !

Le sociologue américain et critique du capitalisme Immanuel Maurice Wallerstein (né en 1930) estime que le système capitaliste actuel ne peut pas survivre. La situation des dirigeants de ce monde devient de plus en plus chaotique et incontrôlable. Littéralement, il voulait dire : 
"Nous pouvons être sûrs que dans 30 ans nous ne vivrons plus dans un système mondial capitaliste." 
Lorsqu'on lui demande quel système remplacera le capitalisme, il n'a pas de réponse. 
"Cela peut être un système meilleur ou pire, toutes les options sont ouvertes." (20).

Grâce aux médias et à Internet, difficile à censurer, les gens en apprennent trop sur la destruction de la nature, la corruption, le surendettement des États, les violations des droits de l'homme, la mauvaise politique et les actions contraires à l'éthique des responsables. Il faut donc compter avec le fait que beaucoup, très beaucoup, ne supporteront pas indéfiniment un système inhumain d'exploitation et d'oppression[v]. De graves catastrophes environnementales menacent également.

La fin prophétisée du capitalisme ne sera ni la fin du monde ni la fin de l'économie. Même après des bouleversements - peut-être même révolutionnaires -, les gens continueront de vivre, de manger, de s'habiller, de vivre, de travailler, de gagner de l'argent, etc.

Peut-on espérer que les responsables des affaires et de la politique reconnaîtront les développements indésirables et trouveront la force de prendre des contre-mesures ?

Les États parviendront-ils à redevenir « maîtres chez eux » et à ne plus se laisser dicter leur politique par des lobbyistes ?

Une « éthique des affaires » (10) indispensable deviendra-t-elle la ligne directrice mondiale ?

Ou le système d'enrichissement est-il si tentant pour une petite élite très influente qu'elle poussera le turbo-capitalisme à l'excès et risquera ainsi sa propre fin, pas seulement financière ?

Une chose est sûre : il ne peut y avoir de paix durable sans justice !

Littérature: 
(1) Constructeur Hans Peter et al., Capitalism tamed?, Peter Lang, Frankfurt a. M. 2010. 
(2) Biermann Werner/Klönne Arno, Crimes capitaux, PapyRossa, Cologne 2005.
(3) Brenner Robert P. et al., Capitalism at the End?, VSA, Hambourg 2009. 
(4) Chang Ha-Joon, 23 mensonges qu'ils nous racontent sur le capitalisme, Bertelsmann, Munich 2010.
(5) Chomsky Noam, Économie et violence, DTV, Munich 1995.
(6) Daniels Arne/Schmitz Stefan, L'histoire du capitalisme, Heyne, Munich 2006. 
(7) Der Spiegel, 49/2010, page 22. 
(8) Fernau Joachim, Alléluia, Herbig, Munich 1977.
(9) Forrester Viviane, La terreur de l'économie, Goldmann, Munich 1998.
(10) Küng Hans, Faire des affaires correctement, Piper, Munich 2010.
(11) Küng Hans et al., Manifest global economic ethos, DTV, Munich 2010. 
(12) Mies Maria, Guerre sans frontières, PapyRossa, Cologne 2004.
(13) Perkins John, Confessions d'un tueur à gage économique, Goldmann, Munich 2007.
(14) Senf Bernd, Les angles morts de l'économie, DTV, Munich 2001. 
(15) Soljenitsyne Alexandre, L'archipel du Goulag, Volume I, Berne 1976.
(16) Weizsäcker Ernst Ulrich et al., Factor Four, Droemer Knaur, Munich 1995.
(17) Ziegler Jean, Comment la faim vient-elle dans le monde ?, Bertelsmann, Munich 2000.
www…
critique du capitalisme :
http://de.wikipedia.org/wiki/Kapitalismuskritik
www.heise.de/tp/r4/artikel/29/29687/1.html. 
Commerce Triangle Atlantique :
http://de.wikipedia.org/wiki/Atlantischer_Dreieckshandel
http://www.historischer-arbeitskreis-ahrensburg.de/Der_Dreickshandel.htm
http://www.textundtext.de/2008/10/die-sklaventransporter.

Notes de fin :
[je] Un exemple typique en serait l'inclusion des pays PIIGS (Portugal, Italie, Irlande, Grèce, Espagne) dans la zone euro, contre laquelle les économistes ont mis en garde dans l'urgence (6). N'oublions pas non plus que l'Allemagne a été le premier pays à assouplir le pacte de stabilité ! Cela a maintenant mis l'euro en danger.
[ii] En 1807, la traite des esclaves (pas encore l'esclavage) a été interdite en Angleterre.
[iii] Jean Ziegler mentionne Thomas Sankara, le chef de l'Etat du Burkina Faso. Le bien-être de son peuple était plus important pour lui que les intérêts des capitalistes. Pour cela, il a été assassiné en 1987. (17, p. 118 sq.). Un autre exemple est fourni par Patrice Lumumba (1925-1961), président du Congo, également assassiné.
[iv] Comme on dit généralement : "Le technicien est le chameau sur lequel le marchand monte vers le succès."
[v] Il est vivement conseillé à tous les responsables de lire l'histoire de la Révolution française. Aussi l'écriture hostile aux politiciens "Le soulèvement à venir"que vous trouvez sur le net est un signal d'alarme à prendre au sérieux ! (http://media.de.indymedia.org/media/2010/07//286489.pdf).