Catégories
économie et affaires sociales

L'arnaque de la mondialisation

(Publié dans GralsWelt 62/2010)

Un de mes amis a récemment attiré mon attention sur un magasin vendant des importations chinoises à la périphérie de Munich. L'offre se composait de toutes sortes de bibelots, mais aussi de produits intéressants tels que des couteaux de poche, des outils, de l'électronique et de l'optique. Les clients les plus importants ne sont pas les Lscout comme moi; car la petite boutique est trop loin pour ça. Ce sont des marchands qui commandent des lots plus importants et négocient des rabais considérables en conséquence. Ces revendeurs vendent ensuite les marchandises sous forme d'"offres spéciales" dans des foires, des marchés aux puces, sur Internet, etc. avec un bon profit.

Regarder les produits et les prix m'a fait réfléchir. La qualité offerte n'est certainement pas celle des meilleures entreprises occidentales. Mais à de nombreuses fins, une version un peu plus simple est suffisante, qui à son tour est d'un prix inégalé.

Allem Anschein nach ist eingetreten, wovor schon vor einem Jahrhundert als mögliche Bedrohung der Industrieländer gewarnt wurde: die bevölkerungsreichen Länder Asiens überschwemmen die westlichen Märkte mit konkurrenzlos billiger Ware. Das Ergebnis ist eine fortschreitende Deindustrialisierung der einst führenden Industrienationen mit entsprechendem Verlust an Arbeitsplätzen (vgl. „Hungrig, tüchtig, risikobereit“ unter „Wirtschaft und Soziales“). Die aus dem Arbeitsmarkt „Ausgestoßenen“ (man spricht etwas verschämt lieber von „Freigestellten“) sind dann auf das soziale Netz angewiesen, das unter den zu befürchtenden Belastungen früher oder später reißen muss.

La mondialisation tant vantée, qui permet aux pays à bas salaires d'accéder librement aux marchés à prix élevés des nations industrielles classiques, n'est-elle peut-être pas à l'avantage de tous les partenaires, « riches » et « pauvres » ? Les gagnants qui riront les derniers sont-ils les pays industriels émergents d'Asie ? Les pays industrialisés classiques doivent-ils décliner, voire s'appauvrir ?

Le fondement idéologique de la mondialisation

Il n'est pas rare dans l'histoire que les idéologies religieuses ou politiques aient déplacé les foules ; des croisades ou de la Réforme à la Révolution française, des idéologies communistes, fascistes, national-socialistes, maoïstes à l'islam fondamentaliste. Les exemples peuvent être multipliés à volonté.

Ce que l'on sait moins, c'est que les préjugés idéologiques peuvent aussi donner le ton en science. L'une de ces idéologies, que l'expérience pratique semble réfuter plutôt que prouver, est que gratuite commerce. Le libre-échange, censé servir les intérêts de tous et permettre une activité économique optimale. Ce dogme fournit également la base et la justification de la mondialisation.

Au cours des deux siècles qui se trouvent derrière nous, le libre-échange a été revendiqué de la manière la plus décisive par la Grande-Bretagne et appliqué sans condition - c'est-à-dire parfois même par la force des armes - jusqu'à la guerre de l'opium (cf. "Chine III : Déclin et réveil de la Chine" sous "Historique").

Tant que l'industrie britannique était à l'avant-garde, elle bénéficiait du libre-échange. Que la concurrence d'autres endroits emboîté le pas et que la suprématie britannique menaçait de s'effondrer, des réponses politiques furent recherchées plutôt qu'économiques (par exemple les droits d'importation), ce qui contribua au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Un spéculateur avisé

L'Anglais David Ricardo (1772-1823) était le fils d'un agent de change qui l'initia aux subtilités de la spéculation dès son enfance. David Ricardo a quitté l'école à 14 ans, n'a jamais fait d'études supérieures, mais était un acrobate financier né qui a créé sa propre entreprise à 21 ans. Lorsqu'il est décédé subitement à l'âge de 51 ans, il a laissé une fortune d'un peu plus de 35 millions de livres sterling.

Nous n'avons pas à nous préoccuper de Ricardo s'il n'avait cédé à ses tendances théoriciennes et propagé ses idées dans de nombreux écrits. Dans son message le plus important, il a appelé à un libre-échange total sans aucune intervention de l'État. Il a servi d'exemple
"un monde où l'Angleterre produit du tissu et du vin. Le Portugal produit également du vin et du drap, mais tous deux à des conditions beaucoup plus favorables. Néanmoins, le commerce entre les deux économies se développera à leur avantage mutuel, dit Ricardo. Ce ne sont pas l'avantage absolu et les prix réels qui importent, seuls l'avantage comparable et les prix relatifs. Dans le cas du Portugal, le potentiel de gain de l'exportation de vin est supérieur à celui de l'exportation de tissu car il peut produire plus de vin que de tissu par unité de temps. C'est pourquoi il est économiquement judicieux pour les Portugais de s'y concentrer : le Portugal produit du vin pour l'exportation. En retour, il reçoit du drap d'Angleterre, et plus de drap que s'il avait produit le drap lui-même. Les drapiers anglais n'ont pas un avantage absolu, mais ils ont un avantage comparatif, c'est-à-dire comparable, sur la production plus complexe de vin de leur propre pays. C'est suffisant pour que l'échange en vaille la peine pour les deux, dit Ricardo. » (10, p. 338).
Ces idées sont purement théoriques et la pratique parle contre elles :
« Le Portugal, exportateur de vin, qui abandonne sa production de draps au profit de la viticulture et s'en tire mieux que s'il produit les deux, viole ses propres intérêts. Le vrai Portugal a un intérêt tangible et indéfectible à sortir du statut de terre de vignerons. Comme tout autre État-nation, il veut passer au niveau supérieur de l'activité économique, veut fabriquer des produits industriels et offrir des services modernes. (10, p. 339).

La situation dans laquelle les pays industrialisés pouvaient vendre leurs produits industriels à des prix élevés dans les pays en voie de développement, et ceux-ci devaient à leur tour fournir des matières premières et des produits agricoles à bon marché, n'a pu être maintenue que par la force pendant la période coloniale.
Aujourd'hui, les pays en développement et les économies émergentes (que nous préférons "États agresseurs" (10) devrait nommer) devenir des nations industrialisées. Les pays industrialisés occidentaux sont menacés de déclin "fêtes d'adieu" (10) qui regardent en arrière pour se réconforter alors que leur avenir s'annonce sombre.

Le modèle de Ricardo manque de dynamisme et d'une notion réaliste des possibilités de l'industrie, dont la valeur ajoutée dépasse largement celle de l'agriculture. Ricardo n'a vu que le début de l'industrialisation. Le commerce mondial était également encore modeste à l'époque de Ricardo – même dans le plus grand empire colonial. Bien qu'étant un gourou du marché boursier, Ricardo a sous-estimé l'influence dominante du capital financier, qui coule aujourd'hui là où les meilleurs rendements l'attendent.

L'investisseur financier du XXIe siècle est un citoyen du monde, pas un nationaliste. Ricardo n'aurait pas pu prévoir cette façon de penser aujourd'hui. A cette époque, quel Anglais aurait envisagé la possibilité de délocaliser son usine en Inde afin d'y produire à des prix bas inégalés ?

Les erreurs de jugement de Ricardo ont conduit à de mauvaises conclusions :
«Il ne voyait que des gagnants partout où il regardait. Ceux qui participent au libre-échange mondial sont mieux lotis que s'ils ne le font pas. Il a supposé qu'une division du travail se produirait avec la force de la loi naturelle. Il ne lui est jamais venu à l'esprit que le Portugal pouvait livrer du vin aux Britanniques sans commander de tissu. La balance commerciale entre deux pays a toujours été équilibrée avec lui. (10, p. 342).
Mais David Ricardo est plus superficiel, immature L'idée du libre-échange a trouvé des partisans influents et s'est retrouvée dans les manuels d'économie. Pendant près de deux siècles, les Anglo-Saxons en particulier ont défendu le « libre-échange » avec une passion rappelant le dogmatisme religieux (cf. « When a Million Irish Died » in Kurz,ckt, kurios, page 426).
« Le libre-échange est une sorte de credo, et vous le vénérez. Si elle n'est pas d'origine divine, n'est-elle pas au moins naturelle, et la nature n'est-elle pas une œuvre de Dieu ?" (6, page 278).
Il est étonnant qu'une telle hypothèse, qui n'est pas confirmée dans la pratique, à une époque de forte industrialisation avec des communications mondiales et les transports les moins chers de tous les temps, trouve encore des partisans qui s'attendent à ce que des milliards de personnes réalisent "l'expérience de la mondialisation à grande échelle". ".
Ou les hypothèses contestables du libre-échange ne sont-elles qu'un prétexte pour justifier une économie mondiale destinée à enrichir une élite ? Un petit groupe influent qui non seulement – comme à l'époque coloniale – est indifférent au peuple colonial, mais ignore aussi rigoureusement le bien-être de ses propres compatriotes ?

"J'ai fait et publié un calcul qui prouve que les gains des gagnants ne compensent plus les pertes des perdants en Occident à l'heure actuelle. Le bilan de la mondialisation pour des pays comme l'Allemagne ou l'Amérique est négatif depuis un certain temps. En Allemagne, des millions de personnes perdent leur emploi. En Amérique, des millions de personnes ne perdent leur emploi que pour une courte période, mais uniquement pour occuper un emploi moins bien rémunéré par la suite. Aujourd'hui, nous sommes dans une situation de gagnant-perdant dans la compétition avec les Asiatiques, dans laquelle certains gagnent et d'autres perdent tout compte fait.
Extrait d'une conversation avec Paul Anthony Samuelson (1915-2009), lauréat du prix Nobel d'économie (10, p. 380).  

Renaissance du protectionnisme ?

Historiquement, le libre-échange n'a pas été le moteur du progrès et de l'industrialisation. Parce que des pays aux niveaux industriels différents ne peuvent pas être simplement laissés au libre jeu des forces.

En Europe, au début du XIXe siècle, Napoléon ordonne le blocus continental, une interdiction d'importer des marchandises anglaises, afin d'affaiblir l'économie de son ennemi de guerre. Les restrictions à l'importation, qui ont duré un peu moins d'une décennie, n'ont pas pu atteindre cet objectif - nuire de manière décisive à la Grande-Bretagne sur le plan économique.
Le blocus continental a entraîné des inconvénients pour le commerce européen, mais les barrières tarifaires se sont avérées bénéfiques pour certaines parties de l'industrie d'Europe centrale. De nombreuses marchandises dont l'importation n'était plus autorisée étaient désormais fabriqués en interne, à un coût légèrement supérieur. Cela a permis à d'importantes industries de se développer sur le continent, et même à de nouveaux métiers d'émerger, comme l'extraction du sucre de betterave pour remplacer le sucre de canne des Antilles.[je].

Au milieu du XIXe siècle, l'Union douanière allemande a imposé des tarifs protecteurs qui ont aidé sa propre industrie.

Même au stade avancé de l'industrialisation, les Allemands, les Français et les Américains ont conservé leur statut d '«États persécuteurs» qui ont rivalisé avec succès avec la Grande-Bretagne. Ils ont profité de la liberté de mouvement au sein de l'Empire britannique tout en protégeant leurs marchés nationaux[ii].
"Le taux de droit moyen pour les biens industriels importés en 1913 était de 17 % en Allemagne, de 20 % en France et de 44 % aux États-Unis ; il n'y a qu'en Grande-Bretagne qu'aucun droit n'était perçu" (10, p. 350).
La Grande-Bretagne a ainsi accéléré son propre déclin pour des raisons idéologiques.

Le libre-échange est également tombé en discrédit pendant la grande crise économique des années 1930. De nombreux pays ont cherché d'autres moyens. L'Allemagne a suscité le courroux particulier des requins de la finance en se découplant de l'étalon-or. (7, p. 67).

Après la Seconde Guerre mondiale, les "petits tigres" du Japon, de Taïwan, de Thaïlande, de Singapour et de Corée du Sud ont organisé leur essor économique sous contrôle étatique, contrairement aux théories de Ricardo. Leur recette du succès n'était pas le libre-échange, mais un isolement en douceur pour protéger leur propre industrie et la promotion des exportations (10, p. 350).

Au Japon, par exemple, l'immigration a également été rendue plus difficile, même en période de pénurie aiguë de main-d'œuvre. L'industrie japonaise est ainsi contrainte à une rationalisation extrême. En conséquence, plus de robots industriels étaient temporairement utilisés au Japon que dans le reste du monde.

Aujourd'hui, le « capitalisme bureaucratique » chinois prend la voie d'une économie de marché contrôlée par l'État. Ainsi, à l'été 2006, le "L'importation de pièces automobiles est soumise à une pénalité de 25 % si le constructeur ose faire fabriquer plus de 60 % de la valeur de la voiture à l'étranger."
Cela oblige les constructeurs automobiles à produire le plus possible en Chine. Un tarif aussi punitif est interdit par les règles de l'Organisation Mondiale du Commerce, mais en Chine on compte sur la lenteur des démocraties occidentales ! (10, p. 358).

Les reproches des politiciens occidentaux qui exigent des taux de change flexibles, le libre-échange, les droits de l'homme, la protection des brevets, les libertés politiques, la sécurité juridique, les systèmes sociaux, la protection de l'environnement, etc. de la Chine sont accueillis avec un sourire poli. Sachant très bien que les entreprises occidentales sont dépendantes de la montée du "Grand Dragon" et que pratiquement aucun État occidental n'envisage de sanctions sérieuses.

En Inde, une réduction de la bureaucratie et des réformes difficilement applicables dans la « plus grande démocratie » ont mis le pays sur la voie de devenir la plus importante société de logiciels offrant de nombreux services à des prix imbattables. Production industrielle, par ex. B. dans l'industrie sidérurgique, affiche des taux de croissance impressionnants.

« Le capital a horreur de l'absence de profit, ou de très peu de profit, comme la nature a horreur du vide. Avec le profit correspondant, le capital devient audacieux. 10 % sûr et vous pouvez l'utiliser n'importe où ; 20 %, s'animant ; 50 %, franchement audacieux ; à 100 %, il écrase toutes les lois humaines sous son pied ; 300 %, et il n'y a pas de crime qui ne s'y risque, même au risque de la potence.  Karl Marx (1818-1883)

Où allons-nous?

Les produits bon marché d'outre-mer ont fait disparaître des branches entières de l'industrie dans les pays industrialisés traditionnels. Les chaussures, par exemple, sont désormais importées en Allemagne chez 98% !

Cela a commencé avec l'industrie légère, par ex. B. dans les vêtements, les chaussures, les articles ménagers, les outils, les appareils électriques. Entre-temps, les téléviseurs, les téléphones portables et les ordinateurs sont également fabriqués en grande partie en Asie de l'Est ; souvent dans des conditions odieuses pour les travailleurs. Ce n'est probablement qu'une question de temps avant que les voitures, les trains et les avions puissent être livrés d'Asie à des prix inégalés. Les navires ont été construits principalement en Asie de l'Est pendant des décennies.

L'Union européenne s'inquiète du chômage en Europe et s'inquiète de la sécurité sociale de l'État :
"Un chômage élevé et persistant, avec son impact potentiellement durable sur les marchés du travail et la croissance potentielle, pourrait menacer les modèles sociaux européens, qui souffrent déjà du vieillissement démographique." (12).
Que signifie la concurrence de l'Asie pour l'Occident ? Chômage, baisse des salaires, hausse des impôts, paupérisation, coupes dans les prestations sociales, pays surendettés face à la faillite nationale ? Vendre des souvenirs de voyage, "Made in Vietnam" ou "Made in Bangladesh", seuls quelques Européens ou Américains pourront cohabiter avec les touristes chinois.
« … les historiens diront un jour que le capitalisme chinois a été le dernier clou dans le cercueil de l'État-providence européen. La France ne peut plus se permettre une semaine de 35 heures et l'Europe ne peut plus se permettre le généreux filet de sécurité sociale parce que la Chine et l'Inde, avec leurs bas salaires et leurs grands projets, créent une énorme pression concurrentielle.                                                   Thomas L. Friedman (4, p. 81).

Comment voulons-nous réagir ?

Les fétichistes du marché aimeraient attendre et voir comment les salaires sont ajustés dans le monde. Ensuite, les salaires dans les pays à hauts salaires devraient chuter, les systèmes de sécurité sociale seraient démantelés et les prestations gouvernementales devenues chères – des retraites au système de santé – deviendraient inabordables.

Le niveau de vie des « États agresseurs » se rapprocherait de celui des « pays industrialisés classiques » ; mais seulement très, très lentement. Parce qu'il existe un énorme réservoir de travailleurs dans le monde qui sont obligés de travailler pour presque n'importe quel salaire, y compris des salaires de misère. Les syndicats - s'ils existent encore - ne pourront pas faire grand-chose face aux contraintes économiques. En conséquence, les salaires mondiaux resteraient terriblement bas pendant très, très longtemps.

Peut-être que vers la fin du 21e siècle, un niveau de vie tolérable pourra être atteint n'importe où dans le monde, mais il doit être bien inférieur au niveau qui est utilisé dans les pays industrialisés aujourd'hui. À condition que l'économie mondiale puisse continuer à croître, c'est-à-dire qu'elle ne s'effondre pas sous la pression de l'augmentation exponentielle des dommages environnementaux et de l'augmentation continue de la population mondiale.

Est-il encore possible de sauver l'Occident ?

Une alternative au krach serait une fusion des pays industrialisés classiques (Europe de l'Ouest, USA, Canada, Australie, peut-être aussi Japon) dans une union douanière. Cette "Zone de libre-échange transatlantique" (10) devrait fixer des droits d'importation basés sur des normes sociales et rendre les importations en provenance des pays à bas salaires rigoureusement plus chères.

Il existe des réglementations de qualité pour les aliments et des critères de test pour les produits techniques que chaque importateur doit respecter. Pourquoi n'y a-t-il pas d'exigences minimales en matière de conditions de travail, de salaires, de soins de santé, de systèmes sociaux, de protection de l'environnement, que chaque pays exportateur doit prouver ? L'isolement total ne serait pas une solution ; l'effondrement de l'Union soviétique l'a montré. Mais un contrôle minutieux mais ciblé avec un sens des proportions peut faire une grande différence. Les grimpeurs asiatiques l'ont notamment prouvé. Ils doivent leur croissance économique non seulement à leur propre diligence, mais aussi à une politique pragmatique de contrôle économique de l'État, qui protège leur propre marché d'une concurrence excessive et favorise les exportations.

Où va le voyage ?

Il est grand temps de dépasser les blocages mentaux et de réfléchir avec impartialité aux alternatives possibles à la mondialisation.

Si nous ne parvenons pas à renverser la vapeur et les distorsions de concurrence repousser la concurrence bon marché, alors les conséquences de la folie de la mondialisation doivent nous frapper durement :

"Un chômeur aujourd'hui n'est plus l'objet d'une exclusion temporaire du processus économique, ne touchant que des secteurs individuels, non, il fait partie d'un effondrement général, un phénomène comparable à des ondes de tempête, des ouragans ou des ouragans qui ne visent personne et ni l'un ni l'autre. font-ils personne ne peut résister. Il est victime d'une logique globale qui demande l'abolition de ce qu'on appelle le « travail », c'est-à-dire l'abolition des emplois.            Viviane Forrester (3, p. 12)

Les pays industrialisés longtemps surendettés se rapprochent alors inexorablement de l'effondrement financier. Il deviendra de plus en plus difficile de garantir l'approvisionnement de base en eau et en électricité, les soins de santé, les transports publics locaux et longue distance, les retraites, mais surtout l'ordre public et la sécurité intérieure. Mais les conséquences de l'économie basée sur la réalité sont inexorables et ne peuvent être supprimées que temporairement, jamais annulées de manière permanente !

Au cours de décennies de prospérité, les peuples des démocraties occidentales ont été gâtés et induits en erreur de manière irresponsable par des promesses infondées faites par des politiciens[iii] (9). Comment des foules désespérées pourraient-elles réagir alors qu'elles sombrent dans la pauvreté ? Espérons que nous serons épargnés par les émeutes, les révolutions, les guerres civiles, les guerres qui pourraient entraîner la famine, la peste, l'effondrement du système de santé, etc. Nul autre que le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, a déjà mis en garde contre un possible effondrement des démocraties en crise en Grèce, en Espagne et au Portugal (11). D'autres États européens dont les démocrates défaillants ont perdu la confiance de leur peuple pourraient partir ignominieusement.

Personnellement, je reste un « optimiste avec expérience » (souvent considéré à tort comme un « pessimiste ») et j'espère vivement que nous pourrons changer les choses et que nous le ferons. Mais j'espère aussi que toutes les idées avancées ici ne sont pas depuis longtemps devenues vaines, car la catastrophe écologique est déjà en marche, qui transforme toutes les théories économiques et financières en déchets et enlève la marge de manœuvre des chefs d'entreprise et des politiques. 

Littérature:
(1) Brinkmann Carl, Histoire économique et sociale, Vandenhoeck & Rupprecht, Göttingen, 1953.
(2) Les deux-roues à travers les âges, Musée allemand des deux-roues Neckarsulm, Peter Winkler Verlag, Munich, n.d.
(3) Forrester Viviane, La terreur de l'économie, Zsolnay, Vienne, 1997.
(4) Friedman Thomas L., Ce qu'il faut faire, Suhrkamp, Francfort, 2009.
(5) Galbraith John Kennth, Geld, Droemer Knaur, Munich, 1976.
(6) Sédillot René, Du troc au supermarché, Cotta, Stuttgart, 1964.
(7) Senf Bernd, Le brouillard de l'argent, Gauke, Lütjenburg, 1998.
(8) Sloterdijk Peter, In the World Interior of Capital, Suhrkamp, Francfort, 2006.
(9) Steinart Gabor, Allemagne, La descente d'une superstar, Piper, Munich, 2006.
(10) Steinart Gabor, Guerre mondiale pour la prospérité, Piper, Munich, 2007.
(11) http://www.dailymail.co.uk/news/wordnews/article-12864/EU-chief-warns-democracy-disappaer-Greece-Spain-Portugel.html.
(12) http://wirtschaft-t-online.de/arbeitslosigkeit-eu-fuerchtet-kollaps-der-sozialsysteme/id_20120482/index.
Notes de fin :
[je] La première sucrerie de betteraves au monde a été construite à Cunern (Silésie) en 1801 après la sélection de variétés de betteraves améliorées à plus forte teneur en sucre.
[ii] L'industrie du vélo en est un exemple typique. En 1898, 200 000 bicyclettes sont fabriquées en Allemagne, mais sans utiliser les possibilités de la production industrielle à grande échelle. Une bicyclette coûtait 200 marcs d'or.
Aux États-Unis, les fabricants de bicyclettes, libérés de la tradition de l'artisanat, se sont regroupés pour former des sociétés qui ont produit un million de bicyclettes au tournant du siècle. Ensuite, l'industrie allemande de la bicyclette a été mise sous pression par des bicyclettes américaines importées pour 80 marks d'or. Elle était sur le point de disparaître quand un droit d'importation l'a aidée. (2).
[iii] De nombreux politiciens sont bien conscients du dilemme décrit ici. Mais ils savent aussi que les mensonges qui sonnent bien gagnent les électeurs, tandis que les vérités frustrantes effraient les électeurs.