Catégories
économie et affaires sociales

Adieu l'économie (sociale) de marché ?

(Sortie en juillet 2020)

"Les politiciens tentent de sauver le monde d'hier avec une monnaie de banque centrale créée artificiellement - et passent ainsi à côté de l'avenir."                    Gabor Steinart (4)

Au cours de la crise corona, toutes les règles économiques sont jetées par-dessus bord à Bruxelles, présidée par le chancelier fédéral, et toutes les expériences passées, selon lesquelles l'inflation doit suivre une surabondance d'argent, sont déclarées invalides.

Agréable Isaac Newton (1642-1727), en tant que maître des monnaies royales, a exprimé l'opinion :
"Si le montant de la monnaie en circulation double, mais que tout le reste reste identique, alors les prix doublent.
"
En tant que scientifique strictement logique, il aurait difficilement été en mesure de comprendre «l'économie post-factuelle» et la «théorie monétaire moderne» (MMT) d'aujourd'hui.[je]. 

Et Louis Erhard (1897-1977), le père de l'"économie sociale de marché", a mis en garde en vain le 21 mars 1962 :
"Il est encore temps, mais il est grand temps de faire preuve de réflexion et d'échapper à l'illusion. Comme s'il était possible à un peuple de vouloir consommer plus que ce même peuple ne peut ou ne veut produire de valeurs réelles".

Ceux qui réussissent mal dans l'UE ont désormais le droit d'être aidés ! Ce sont par ex. T. accordé sans contrôle et sans être contraint de faire les réformes nécessaires. Seuls les optimistes incorrigibles croient que les pays économiquement faibles comme la Grèce, l'Italie ou l'Espagne rembourseront un jour leurs dettes (sans intérêt).

Aide corona décidée :

A l'origine 750 milliards d'euros, dont 250 milliards d'euros de prêt et 500 milliards d'euros de don.

Objection des « quatre frugaux » : Danemark, Pays-Bas, Autriche, Suède, complétés plus tard par la Finlande.

Lors de discussions en coulisses, une solution a été trouvée par la corruption :

Remise par an pour :
Danemark 1 069 millions ) combiné
Pays-Bas 300 millions ) 1 797 millions
Autriche 428 millions ) par an

Décision:
Il reste à 750 milliards, dont 390 milliards de prêt (pour 2021-27), soit "seulement" 360 milliards au lieu de 500 milliards de don.

A cela s'ajoute le budget record de l'UE pour 2021-27 de 1.100 milliards d'euros pour 7 ans.

Espérons que la seconde aidant que certaines craintes ne seront pas nécessaires.

L'approbation du Parlement européen est toujours en attente. A-t-il le courage d'exiger plus que de simples réparations esthétiques ?

En comparaison:
Budget fédéral 2019 (en EUR) : 326,4 milliards
Produit intérieur brut (PIB) RFA 2019 : 3.440 milliards
Dette publique de la RFA : plus de 2.000 milliards[2]

Les 750 milliards promis représentent bien plus du double (230 %) du budget fédéral pour 2019, soit bien plus d'un cinquième (21%) du produit intérieur brut allemand pour 2019.

Le cadeau de 360 milliards est toujours nettement supérieur au budget fédéral pour 2019.

Espérons que nos amis et partenaires de l'UE ne pensent pas que les Allemands paieront pour tout !

Selon les politiciens et les médias pro-gouvernementaux, l'Allemagne peut tout faire en même temps : accueillir des demandeurs d'asile, contenir la crise du Corona, mettre en œuvre la transition énergétique comme modèle pour le reste du monde, sauver l'euro et l'UE !

Dans le lancement de l'euro et même après, on lui a assuré à plusieurs reprises qu'il n'y aurait pas de responsabilité solidaire, pas de dette ou d'union de transfert.

"L'euro sera aussi stable que le D-Mark"
a promis l'homonyme de l'euro, le ministre des Finances Théo Waigel, responsable des négociations pour l'introduction de l'union monétaire.
Après moins de 20 ans d'euro, tout cela est oublié !

Désormais, la Commission européenne peut contracter des emprunts pour lesquels il n'existe toujours pas de contre-financement. Reste à savoir dans quelle mesure les nouvelles taxes prévues suffiront. (Une taxe plastique sur le plastique non recyclable sera instaurée en 2021. Une taxe numérique et une CO2- la taxe frontalière suivra).

Le grand gagnant est la France, qui lutte pour l'union de la dette depuis l'introduction de l'euro.

Encore l'euro perd de sa valeur apparaît sur prix de l'or (par once troy):
Lors de l'introduction de l'euro en 2001 : environ 390 euros
Juillet 2020 : environ 1 600 euros
Des économistes comme Günter Hannich ont prédit cette explosion du prix de l'or en raison de l'interprétation erronée de l'euro (et du dollar).

Un couple Chiffres sur la situation financière de certains pays importants de l'UE:
(Hors Grande-Bretagne qui n'est pratiquement plus dans l'UE).

dette nationale dans % du Produit Intérieur Brut 2019 (doit être inférieur à 60%) :

Danemark : 35,3

Allemagne : 63,9

Finlande : 61,3

France : 98,5

Grèce : 181,8

Italie : 131,8

Pays-Bas : 49,1

Autriche 78,6

Pologne : 50,6

Portugal : 125,7

Suède 40,8

Espagne : 98,4 (laenderfiles.de)

La France, la Grèce, l'Italie, le Portugal et l'Espagne sont surendettés et attendent de l'aide. A eux seuls, ils peuvent difficilement apporter une contribution suffisante à l'assainissement de leur pays. Les réformes nécessaires de toute urgence sont refusées pour des raisons internes - tant que d'autres (en particulier l'Allemagne) sont censés combler les trous budgétaires !

les atouts un par habitant en 2019 en US$

Danois : 58 748

Allemands : 35 313

Finlandais 55 532

Français : 101 942

Grecs : 40 000

Italiens : 91 889

les Néerlandais 31 057

Autrichiens : 94 070

Pologne; 22 600

Portugais : 44 025

Suède : 41 582

Espagnols : 95 360 (https.de.wikipedia.org ).

Tant pis pour l'Allemagne « riche » constamment invoquée dans la presse et en politique !

Selon les médias, la richesse des Allemands se compose en grande partie de droits à l'assurance, aux prestations sociales et à d'autres aides de l'État. Ce qui, espérons-le, pourra encore être payé dans quelques années.

Pourquoi l'Allemagne doit-elle soutenir les Français, les Grecs, les Italiens, les Portugais et les Espagnols les plus riches ? Vraisemblablement pour ne pas avoir à déclarer faillite et sortir de l'euro.

moyennele revenu (PIB : habitants) par an en EUR :

Danemark : 56 490

Allemagne : 43 341

Finlande : 44 288

France 37 874

Grèce : 18 151

Italie : 30 782

Pays-Bas : 47 521

Autriche : 45 824

Pologne : 13 577

Portugal : 20 616

Suède 49 879

Espagne : 27 146 (www.laenderdaten.info. revenu moyen dans le monde).

avantages sociaux en pourcentage du PIB 2018 :

Danemark : 28,0

Allemagne : 25,1

Finlande 28,7

France : 31,2

Grèce : 23,5

Italie : 27,9

Pays-Bas : 16,7

Autriche : 26,6

Pologne : 21,1

Portugal : 22,6

Suède : 26,1

Espagne : 23,7 (www.OECD.org.prestations sociales en pourcentage du PIB).

L'Union européenne n'a toujours pas de politique étrangère, économique et de défense commune. Pour la zone euro en particulier, les aménagements du temps de travail, des lois, des âges de départ à la retraite, des prestations sociales, des impôts… se font attendre depuis longtemps. Parce qu'une monnaie commune exige les mêmes conditions économiques.

Par conséquent, les comparaisons entre les États individuels sont difficiles.

Par exemple, selon la lecture de notre presse, les sudistes devraient posséder plus de logements et donc avoir plus d'actifs car les loyers sont trop élevés. L'argent y est également mis de côté pour les moments de besoin car l'État n'aide pas aussi bien qu'en Allemagne.

Étant donné que les Allemands sont le plus grand pays en termes de population et qu'ils ont l'un des revenus les plus élevés (pas les plus élevés), ils sont censés payer le plus !

Conclusion:
La transition progressive de l'économie de marché vers une mauvaise gestion contrôlée par l'État (socialiste ?) a commencé dans toute l'Europe. Les réformes et les investissements dans l'avenir ne se matérialisent pas ou sont reportés. L'UE accusera un retard économique à l'échelle mondiale. Nos enfants et petits-enfants doivent supporter les conséquences de cette politique.

En République fédérale, nous connaissons la péréquation financière de l'État, qui est z. B. a permis à la cité-État de Berlin de s'abstenir de réformes et de s'en tenir à sa mauvaise gestion et à sa mauvaise administration.

Les paiements compensatoires correspondants doivent désormais être effectués dans toute l'Europe. Même "Der Spiegel" le voit ainsi, qui doit bien sûr saluer cette incision dans l'ordre financier européen "politiquement correct":

« Mais de facto, le premier pas vers une union budgétaire a été franchi. Avec une Commission européenne qui devient le Trésor et est autorisée à prélever ses propres taxes numériques et autres prélèvements. Parce que les obligations doivent être remboursées d'une manière ou d'une autre.

C'est une rupture tabou qui s'imposait de toute urgence. Il est inacceptable que des pays individuels d'une union se dérobent à leurs responsabilités et laissent le sauvetage du continent aux banques centrales.
(« Der Spiegel », n° 31, 2020, p. 8.)

La propagande politique et les médias gouvernementaux mettent tout en œuvre pour nous rendre acceptables les décisions de Bruxelles et présenter les nouvelles taxes associées comme « pas d'alternative ». Les citoyens grogneront peut-être, mais d'abord payez bien.

Les politiciens pensent qu'ils gagnent du temps, mais jouent sur l'avenir.

Ce développement peut-il encore être stoppé ?

Ou allons-nous les yeux grands ouverts sur l'économie d'État (socialiste) propagée par les Verts de gauche, qui a jusqu'à présent régulièrement fini en ruine !

Avenant 2020/21 :
En République fédérale d'Allemagne aussi, le programme d'aide Corona gaspille de l'argent de manière frivole, probablement surtout en ce qui concerne l'année électorale à venir :
"Cette politique de sauvetage ne rendra pas l'Allemagne moderne et numériqueJe, juste pauvre.   (Gabor Steingart dans "The Morning Briefing" du 11/11/2020.)

De même, l'extension BCE sa Programme d'achat d'obligations PEPP (Programme d'achat d'urgence pandémique) jusqu'à la fin Mars 2022 et élargit la achats d'obligations pour plus 500 milliards euros sortis. Le volume des achats d'obligations augmente suite à la décision du Conseil des gouverneurs de la BCE 1,85 billion Cela correspond à cinq fois la taille du budget fédéral 2019. (Gabor Steingart dans le "Morning Briefing" du 11.12.20).

"Cette changement de système de l'économie sociale de marché des années 70, 80 et 90 sur le capitalisme d'intervention à caractère asiatique est le changement de système le plus silencieux que l'Occident ait jamais connu. Nous n'avons pas à célébrer ce changement de coordonnées du marché à l'État, mais nous devons le reconnaître." 
(Gabor Steingart dans le "Morning Briefing" du 3 mai 2021).

Les dépenses sociales de l'UE en comparaison internationale :

Actions de l'UE selon "The Pioneer Capital Briefing" de 2.5. 21:
Sur la population mondiale : environ 6 %
Sur le produit national brut mondial : environ 15 %
Aux dépenses sociales mondiales : environ 50%

(Lire aussi l'article sous « Critiques de livres » sur le sujet «La catastrophe mondiale", sous "Journées du souvenir" le post "Abandon" au 8 mai 2005 et la contribution "Tout était mieux avant" rubrique « Économie et affaires sociales »).

Sources:
(1) Focus-online à partir du 21 juillet 2020.
(2) Nouvelles de Spaet du 22. 7. 2020.
(3) Internet/Eurostat/Commission européenne/OEC.
(4) "Un jeu dangereux sur le temps", The Pioneer, "Beyond the Obvious", du 28. 7. 2020.
(5) Gabor Steingart, "La vérité qui dérange", Pingouin, 2020.

Notes de fin :
[je] Une autre théorie monétaire vient de Nicolas Copernic (1473-1543) : "Si la mauvaise monnaie est acceptée comme monnaie légale, la bonne monnaie sera chassée de la circulation."
Le seul "bon argent" aujourd'hui est l'or ou d'autres métaux précieux !
Comme le disait le banquier J. P Morgan (1837-1913) : "Seul l'or est de l'argent, tout le reste est du crédit."
[2] La dette totale du fédéral, des États, des municipalités, etc. s'élevait à 2 252 000 milliards d'euros (2 252 000 milliards) soit 27 090 euros par habitant au 20 juin 2021. (Office fédéral de la statistique).