Catégories
commémorations

abandon

(Publié dans GralsWelt 35/2005)

Le 8 mai 2005, soixante ans se sont écoulés depuis la reddition inconditionnelle de la Wehrmacht allemande et la défaite la plus dévastatrice de l'histoire allemande. Mais le traumatisme allemand est loin d'être terminé.

Où en sommes-nous aujourd'hui ? Une analyse critique.

Es war der zweite verlorene Weltkrieg innerhalb eines Vierteljahrhunderts und obendrein der größte Krieg aller Zeiten, der die traumatischen Erfahrungen des demütigenden Waffenstillstandes von 1918 wachrief und vertiefte.

Parce que la Première Guerre mondiale a été la principale catastrophe de l'Europe au XXe siècle. Le nationalisme exagéré, la jalousie de la concurrence, le surarmement et l'incapacité de tous les responsables - pas seulement l'Allemagne - l'ont déchaîné.
Avec l'ordre de paix qui a suivi la Première Guerre mondiale, le déclin de l'Europe du sommet du monde et la fin du colonialisme ont commencé. Des traités de paix injustes dictés par la cupidité et la haine (Versailles, Saint-Germain, Sèvres, Trianon, etc.) ont ouvert la voie à la Seconde Guerre mondiale et ont entraîné des problèmes non résolus à ce jour, par exemple au Moyen-Orient.
Nach dem Ersten Weltkrieg wurde Deutschlands Wirtschaft von einer Geldentwertung bis dahin unbekannten Ausmaßes zerrüttet, und unbezahlbare Reparationsforderungen der Siegermächte verordneten Armut für Generationen. Eine kurze Erholungsphase der Weltwirtschaft in den „Golden Twenties“ (den „goldenen 20er Jahren“) endete in der Weltwirtschaftskrise von 1929, die sogar die reichen USA in ihre tiefste Krise seit dem Bürgerkrieg stürzte. Das noch unter den Kriegsfolgen leidende Deutschland wurde schwer erschüttert, und die Voraussetzungen für den Erfolg des Rechtsextremismus wurden geschaffen. (Vgl. "Weimar n'a pas dû échouer")

Il y a soixante ans, c'est-à-dire après la Seconde Guerre mondiale, les Allemands consternés devaient alors faire face à leur histoire récente et se demander ce qui s'était passé en douze années terribles, de 1933 à 1945, et dans quelle mesure chacun avait contribué à la pire des catastrophes. car le peuple allemand a contribué à l'histoire et peut avoir été personnellement coupable.
De nombreuses raisons ont été trouvées pour la montée du national-socialisme rendue possible par l'échec des démocrates; mais aucune excuse pour le fait qu'un peuple cultivé de haut rang se soit laissé emporter si complètement par des idéologies militaristes, chauvines et racistes.

Comment le parlement démocratiquement élu de la République de Weimar - y compris Konrad Adenauer (1876-1967) et Theodor Heuss (1884-1963) - a-t-il pu délivrer au chancelier Hitler des procurations en blanc (appelées la loi d'habilitation) le 23 mars 1933, ce qui a permis le régime national-socialiste a permis que les libertés civiles en Allemagne qui avaient été combattues pendant des siècles soient abolies presque du jour au lendemain ?

Impossible de se réformer à cause du traumatisme ?
Aujourd'hui, deux générations après la deuxième catastrophe majeure du XXe siècle, il est encore difficile pour un Allemand de se faire une image objective de l'histoire allemande récente.
J'ai l'impression que l'histoire du siècle passé a laissé un profond traumatisme chez presque tous les Allemands qui, malgré les procès de Nuremberg, la dénazification, la rééducation, la recherche et la diffusion des atrocités nazies, un nouveau départ démocratique, des réparations considérables et une démocratie qui fonctionne, n'a pas encore été acceptée n'est pas terminée.

Dans le présent, ce traumatisme rend notre pays incapable de se réformer. Les gouvernements se comportent comme paralysés et les partis, à l'exemple peu glorieux de la République de Weimar, se livrent à de honteuses querelles partisanes au lieu de s'attaquer aux problèmes. Et les électeurs veulent – au lieu d'être disposés à saisir joyeusement les choses – au milieu des gémissements généraux, si possible tout laisser tel quel. Ils semblent avoir peur des réformes politiques et des décisions claires, de sorte que les politiciens peuvent toujours se sortir du manque de "force exécutoire politique" lorsqu'une fois de plus une réforme en retard (il suffit de penser à la "grande réforme fiscale" et à l'urgente nécessité " réforme des retraites» ) est mis en pièces avant d'avoir été réellement réfléchi.

Mais la vie, c'est le changement, pas seulement dans la nature, et la conception et le développement, pas la rigidité, sont propices à la survie de la société !
Après 1945, alors que les villes étaient en ruines, l'ordre étatique n'était plus que rudimentaire, les gens mouraient de faim et de froid, 12 millions de déplacés (dont 2 millions de morts en tentant de s'enfuir) devaient être intégrés, il y avait peu de temps pour se lamenter, faire demandes aux autorités, au gouvernement, à l'État, qui eux-mêmes étaient largement impuissants et impuissants. On pouvait se féliciter que les puissances occupantes aient pu maintenir un minimum d'ordre et de sécurité.
A l'époque, chacun devait se mettre à contribution, se soutenir, déblayer les décombres, recommencer, construire, se servir au maximum ! Après quelques années, presque désespérément difficiles au début, des progrès ont été faits et il y avait même un esprit d'optimisme.
Pourquoi ce n'est plus possible aujourd'hui ? Est-ce dû à une jeune génération qui n'a connu que la croissance économique, les innovations, les innovations et l'essor, le droit et les slogans politiques creux ?

Plainte contre l'Allemagne
Je me plains de l'Allemagne.
Non pas parce qu'il est vaincu, démembré, impuissant,
Je me lamente parce qu'il révèle son essence,
parce qu'il trahit son âme.
Je me plains de l'Allemagne
parce qu'il oublie son origine
à propos de cette Allemagne
où un mot un autre mot,
droit droit, loyauté loyauté, la trahison était la trahison,
où la corruption était étrangère et l'opportunisme méprisable,
où le devoir était supérieur au plaisir.
je ne me plains pas
pour une terre rêvée, jamais vue,
mais un expérimenté
quoi dans l'empire, la république de Weimar
et malgré tout dans le Troisième Reich et après
était encore disponible
et ce n'est que maintenant, année après année, qu'il disparaît.
Friedrich Franz von Unruh (1893-1986)

Au fait, si quelqu'un pense que ces déclarations sont trop « légales », une note de plus : Friedrich Franz von Unruh a été non Socialiste national. Au contraire, ses expériences de guerre ont fait de lui un pacifiste. Avant 1933, en tant qu'écrivain, il met fortement en garde contre Hitler (son frère s'est enfui à l'étranger). Le fait qu'il soit resté sans encombre même sous le Troisième Reich est probablement dû au fait qu'en tant qu'officier grièvement blessé pendant la Première Guerre mondiale, il pouvait compter sur une certaine considération. En 1975, il a reçu la Grande Croix du Mérite de la République fédérale d'Allemagne.

Littérature: Friedrich Franz von Unruh, "Klage um Deutschland", Hohenstaufen Verlag, Bodman Bodensee, 1973.

Les années 1960, un tournant catastrophique ?
Ou bien le "traumatisme allemand" a-t-il frappé de plein fouet dans les années 1960, quand s'est amorcé un tournant politique et scientifique que l'on peut aujourd'hui qualifier de catastrophique ?
Depuis lors, en raison des « réformes » idéologiquement justifiées, nos écoles et nos universités ont largement glissé dans un statut de seconde classe : par exemple, qui sait encore aujourd'hui que 30 % de toutes les publications scientifiques publiées dans le monde étaient en allemand jusqu'au début du XXe siècle ? ?
Depuis lors, le dogme insensé de la "croissance économique continue" est en vigueur - une impossibilité basée sur la loi naturelle. (Voir. "Mehr, immer mehr, noch mehr“)
Depuis lors, l'objectif est de tester "la résilience de l'économie" avec des impôts et des taxes en constante augmentation, et l'État et les autorités de fonctionner comme s'ils disposaient de fonds illimités pour toujours (et pas seulement en Allemagne, mais dans de nombreux autres pays).
Depuis lors, la dette s'est accumulée au-dessus de la dette que l'on dit facile à rembourser en raison de la « croissance économique continue ».
Depuis lors, les gouvernements ont propagé des « réformes » qui accablent l'État de coûts sans cesse croissants indéfiniment, avec un manque de planification prospective - ou quelqu'un veut-il nier, par exemple, que les problèmes actuels d'assurance retraite, qui pourraient bientôt devenir insolubles , étaient prévisibles depuis longtemps du fait de la dynamique démographique ?

Les causes de notre situation actuelle résident-elles dans le mélange tordu de vision du monde du marxisme, de la psychologie freudienne et des théories absurdes (comme la théorie du milieu) avec lequel quelques professeurs « modernes » de « l'École de Francfort » ont déclenché la « révolution de 1968 » ?
Les soi-disant «révolutionnaires de 1968», égarés par leurs professeurs d'université, qui aujourd'hui occupent souvent eux-mêmes des fonctions et des dignités, ont-ils en fait obscurci toute une génération de telle sorte qu'ils ne peuvent plus prendre de décisions efficaces à cause de la pure idéologie et de la politique ?
Cette "révolution de 1968" - qui, je crois, était en grande partie un stratagème de presse - était-elle une première étincelle de haine des parents et grands-parents accusés de terreur nazie, voire de haine de l'Allemagne et de tout ce qui est allemand ?

Le pire de tout est un déclin moral qui a apparemment été imparable depuis ce temps.
Aujourd'hui, les politiciens semblent avoir accepté que la corruption et la démocratie vont de pair et se réconcilient avec un pourcentage insupportable de chômeurs. Même les critiques sévères du président fédéral rebondissent sur les politiciens qui ne peuvent voir que des erreurs chez leurs adversaires politiques.
Le système judiciaire semble parfois protéger les criminels et négliger ou même humilier les victimes d'actes criminels. Le trafic de drogue, les clans criminels et le crime organisé sont de plus en plus acceptés comme un "phénomène social" avec le SIDA.

L'économie ne connaît que la maximisation du profit et s'appuie sur les conditions de localisation créées par les politiciens. Cependant, ceux-ci sont tels que le travail non déclaré et l'évasion fiscale sont considérés par beaucoup comme des «actes de légitime défense»; Après tout, selon eux, seuls les petits, les faibles et les stupides paient consciencieusement leurs impôts, tandis que les riches et les puissants évitent élégamment cette obligation. (Comme le disait le baron von Rothschild ? "L'ignorance des lois fiscales n'empêche pas de payer des impôts; la connaissance oui").

Les managers qui se remémorent une série d'erreurs, qui ne peuvent guère penser à quelque chose de constructif, et qui sont fiers de la « rationalisation » des emplois, voient dans les sociétés par actions des boutiques en libre-service pour les dirigeants et les conseils de surveillance. Comment dominer "égoïsme de groupe" et "lobbying exorbitant" (Président fédéral Rau en mai 2004).

Les églises n'ont pas encore accepté le fait qu'elles ont pratiquement perdu leur statut d'autorités morales. Désormais, ils oscillent sans but entre l'éthique chrétienne, l'engagement envers les pauvres et les défavorisés et des domaines problématiques tels que le contrôle des naissances, le génie génétique, la reconnaissance du mariage homosexuel, les questions de genre, le multiculturalisme, l'intégration des étrangers et la propagation de l'islam fondamentaliste.

La population regarde impuissante, montrant pessimisme et peur de l'avenir, par exemple dans le refus de consommer, mais surtout dans le nombre d'enfants : Ici, l'Allemagne est l'une des dernières places parmi les membres de l'ONU ; mais les enfants sont l'avenir, et un pays sans enfants n'a pas d'avenir !

Regarder le déclin sans rien faire ?
Peut-être que quelqu'un remarquera bientôt où va le voyage? Espérons qu'il y aura bientôt une forte impulsion de notre propre force qui nous montrera que nous sommes toujours capables d'agir, que nous avons encore une économie et une société qui fonctionnent, que nous sommes un peuple capable et capable ?

Attendons-nous un miracle ? Ou restons-nous les bras croisés et regardons le déclin progressif – dans l'espoir que les Allemands se souviendront toujours de leurs vertus traditionnelles lorsque leur nation s'effondrera, comme après la guerre de Trente Ans, comme après 1806 et comme après 1945 ?
Faut-il que cela se reproduise d'ici quelques décennies ?

Lisez aussi l'article « Un prophète de l'âge de masse » dans « Kurz, kurz, kurios » à la page 408 et surtout le chapitre « Restriction de la liberté par la bureaucratie », ainsi que les articles sous « Économie et affaires sociales ». "Tout allait mieux avant." et "L'intelligence fait tic-tac à gauche".