Catégories
histoire des religions

Le feu du christianisme

Comment un petit groupe de croyants juifs est-il devenu la plus grande religion du monde ?

Je me suis déjà demandé à plusieurs reprises ce qui avait pu pousser des personnes à se convertir au christianisme au cours des premiers siècles. Certes, les cultes des dieux grecs et romains avaient perdu beaucoup de leur prestige, mais il existait dans le néoplatonisme ou la gnose des alternatives plus intéressantes et intellectuellement plus exigeantes en matière de vision du monde. Pourquoi devenir chrétien à cette époque ?

"Il y a le niveau de la foi et il y a le niveau de la raison et de l'expérience. Les deux doivent être respectés et les deux ont leur dignité".
Thomas d'Aquin (1225-1274)

"La religion est le lieu où un peuple se donne la définition de ce qu'il croit être le vrai".
Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831)

Au cours des premiers siècles, la conversion à la religion chrétienne n'était pas sans risque. Il existait un culte d'État imposé par la loi que les chrétiens ne voulaient pas pratiquer. Ils ne faisaient pas les sacrifices prescrits pour les dieux et l'empereur, refusaient de servir à la guerre, prophétisaient la fin de l'Empire romain et se révélaient ainsi être des ennemis de l'État.

Il n'est guère surprenant qu'aux IIe et IIIe siècles, alors que les barbares menaçaient l'empire de l'extérieur, les chrétiens, ennemis intérieurs de l'État, aient subi des pogroms et des persécutions de l'État.[i]. Mais c'est justement pendant les périodes de persécution que les communautés chrétiennes ont connu la croissance la plus rapide, selon la devise "sanguis martyrum semen christianorum" (le sang des martyrs est la semence de la chrétienté)[ii].

Quelle était donc la force d'entraînement de la nouvelle religion qui - malgré une forte opposition - devint en quelques siècles une force déterminante dans l'Empire romain ?

La réponse se trouve peut-être dans la Bible.

Paul sur l'Aréopage

A Athènes, à l'ouest de l'Acropole, se trouve la "colline de l'Arès", l'Aréopage. C'est là que siégeait autrefois le Haut Conseil de la ville et le Tribunal suprême. Selon la croyance populaire de la Grèce antique, le rocher qui s'élève derrière le lieu de jugement était le siège des Erinnyes, les déesses ailées de la vengeance. Au premier siècle après Jésus-Christ, Athènes avait certes perdu son importance politique, mais elle était toujours l'une des villes les plus prestigieuses du monde occidental. Tous les citoyens de l'Empire romain avaient entendu parler de cette ville et nombreux étaient ceux qui pouvaient se faire une idée de ses temples, de ses rues et de ses places.

L'aréopage semble LukasL'auteur des Actes des Apôtres a estimé que c'était l'endroit idéal pour la première confrontation entre la philosophie contemporaine et la nouvelle doctrine de la rédemption qui nous soit parvenue.

Si nous suivons les Actes des Apôtres (Actes 17.19-34), vers 54 Paul sur l'Aréopage. Certains de ses auditeurs se sont laissés convaincre et sont devenus chrétiens.

Paul partait de l'adoration des dieux répandue à l'époque et mentionnait un autel dédié au "dieu inconnu". C'est de ce Dieu inconnu et omniprésent qu'il voulait parler. En effet, les hommes ne devaient plus adorer des images fabriquées par l'art humain, mais vénérer le Dieu unique, celui annoncé par un homme de Galilée. Puis il dit Paul du jugement dernier à venir et de la résurrection des morts. "Lorsqu'ils entendirent parler de la résurrection des morts, les uns se mirent à se moquer, mais les autres dirent : "Je ne sais pas ce qui s'est passé : Nous t'entendrons là-dessus une autre fois". (Actes 17.32).

Les spécialistes des religions doutent que le discours de l'Aréopage, tel qu'il est rapporté dans la Bible, ait été prononcé par Paul a été prononcé. Car ce discours est en avance de plusieurs décennies sur son temps. Il représente une orientation plus douce du judéo-christianisme hellénistique que celle que nous rencontrons dans les épîtres de Paul. Mais cela ne doit pas nous préoccuper davantage. Car ce qui nous intéresse, ce sont moins les différentes branches du christianisme primitif - parfois violemment divisées entre elles[iii], plutôt que les affrontements entre la philosophie antique et la doctrine chrétienne. Pendant des siècles encore, les apologistes ont dû[iv] défendent leur religion chrétienne contre de nombreux contre-arguments de païens, de néo-platoniciens et de gnostiques.

Comment les gens croyaient-ils avant Jésus ?

Depuis le 6e siècle avant Jésus-Christ, de l'Asie à la Méditerranée, de nombreuses religions avaient subi des transformations si profondes que l'on peut parler de mouvements de réforme. De cette époque datent de nombreux éléments qui influencent encore aujourd'hui notre attitude face à la vie : une déconcrétisation de l'attitude religieuse. Le recul du figuratif par rapport au conceptuel et à l'abstrait, comme condition préalable à la logique et à la science pures. Une plus grande valorisation de l'individu. Les dieux (ou Dieu) ne sont plus des dieux nationaux ou tribaux habitant parmi les hommes, mais sont emportés dans des lointains célestes. (6).

Une réflexion anxieuse sur la vie après la mort, l'espoir d'une rédemption et l'attente d'une figure rédemptrice en tant que médiateur entre Dieu et les hommes étaient également répandus. Le monde occidental était-il préparé à l'apparition d'un envoyé de Dieu ?

La philosophie classique a également remis en question les idées reçues. De nombreuses personnes ont dû prendre conscience que les interprétations d'oracles, les sacrifices, les prières, les rituels, les incantations ne suffisaient pas, et qu'il fallait chercher une autre voie, une nouvelle voie, pour connaître la divinité. Cela se manifeste de manière exemplaire dans le choc du GilgameshIl se rend compte de la finitude de son existence terrestre ("La quête de l'immortalité"). Les anciens Égyptiens ("Vivre pour mourir ?"), les religions de Bouddha ("Sur les chemins de l'illuminé") et de Zarathoustra ("Un porteur de vérité persan"), le culte de Mithra ("Le mystère Mithras"), les mystères et la gnose ("Le plus grand des hérétiques"), ils cherchaient tous une libération et une rédemption qu'aucun des cultes traditionnels ne pouvait promettre.

Les religions classiques des Grecs et des Romains se concentraient sur la pratique de leur culte. Elles ne se préoccupaient guère de l'au-delà, n'avaient que de vagues notions de l'"Hadès" (le royaume des ombres) et ne pouvaient pas envisager une vie agréable après la mort[v].

La religion juive ancienne ne sait pas grand-chose non plus d'une existence paradisiaque après la mort "dans le sein d'Abraham" (Luc 16,22), mais menace d'autant plus de l'enfer[vi]. Les descriptions de l'au-delà dans l'Ancien Testament sont toutes extrêmement déplaisantes[vii].

Au début du premier siècle, les anciens juifs étaient divisés en plusieurs groupes qui s'opposaient les uns aux autres. Ils espéraient que le Messie serait le libérateur du peuple (et non de l'individu) et qu'il chasserait les Romains du pays. En attendant son arrivée, ils devaient suivre de nombreuses règles complexes[viii]. Une caste sacerdotale juive figée défendait jalousement ses privilèges et veillait strictement sur les formes extérieures d'un culte qui avait perdu son contenu spirituel. D'où la crainte destructrice du Sanhédrin[ix] devant le succès de l'enseignement vivant de Jésus.

Se libérer de la superstition

Dans la Rome antique, au tournant de l'époque, toutes sortes de doctrines, de cultes, de philosophies, de religions et de mystères - plus ou moins superstitieux - venus d'Europe et d'Orient se côtoyaient. Il n'était pas facile de s'y retrouver.

Dans cette période d'incertitude intérieure, les prédicateurs charismatiques de la mission auprès des païens - en premier lieu Paul - quelque chose de nouveau :
Le salut par la foi en Jésus-Christ et son acte de rédemption pour tous.

Pas d'idolâtrie. Pas d'affirmations philosophiques pointues. Pas d'enchevêtrement de prescriptions qu'il est difficile de suivre toutes. Pas de sacrifices pour les nombreux dieux auxquels on attribuait des comportements douteux. Pas de circoncision ni de règles compliquées en matière de nourriture et d'hygiène. Pas de préjugés racistes limitant l'aide de Dieu à un peuple ou à une tribu. Pas de prêtres à l'esprit étroit qui s'imaginent détenir la vérité à eux seuls.

Mais tout simplement la foi en un Dieu d'amour et de lumière, dont émane uniquement le bien et qui pardonne. Ensuite, l'amour du prochain ("Tu aimeras ton prochain comme toi-même"Matth. 19,19), et la transformation intérieure opérée par la foi ("Le royaume de Dieu est en vous".(Luc 17,21). En plus, comme coup de fouet particulier, les Jésus et surtout l'imminence de la fin des temps avec le jugement dernier (Paul comptait sur le retour du Christ de son vivant, 1 Thess. 4.15-18).

Ce programme était-il convaincant ?

La religion des pauvres et des illettrés

C'est surtout dans les périodes incertaines, difficiles sur le plan économique, politique et militaire, que l'on trouvait de nouveaux adeptes du christianisme. La nouvelle foi est accessible à tous, indépendamment de l'origine et du sexe ; car devant le Dieu des chrétiens, tous les hommes sont égaux, qu'ils soient empereurs ou esclaves. Un concept révolutionnaire ! On devient chrétien par une simple profession de foi, et la réception du baptême promet le salut.

Pour autant que nous sachions Paul a modifié l'enseignement de Jésus et a intégré la pensée juive ancienne du bouc émissaire dans sa théologie : La rédemption par la mort sur la croix (ou, plus récemment, par le sang versé sur la croix[x]) de Jésus. Mais seuls ceux qui croient au Fils de Dieu peuvent prendre part à cette rédemption et ressusciter d'entre les morts.

Et c'est au plus tard à ce moment-là, lors de la (naturelle) "Résurrection des morts" sont probablement déjà trop PaulLa prédication chrétienne et la philosophie païenne entraient en conflit à cette époque. Pour les penseurs formés à la philosophie, il y avait alors une "Résurrection dans la chair" aussi inacceptable qu'aujourd'hui pour les scientifiques. Le dialogue était terminé.

Une autre pierre d'achoppement a été la question, encore controversée aujourd'hui, de savoir si seule la foi rachète ou si - comme l'enseignaient par exemple les gnostiques - les bonnes œuvres correspondantes sont également indispensables.

Dans l'espace culturel européen des premiers siècles, on connaissait bien le concept d'un Dieu créateur qui dirige le monde depuis un royaume céleste paradisiaque. Mais dans la philosophie gréco-romaine, la raison est le principal moyen de connaître Dieu, le monde et l'homme. C'est pourquoi la mission chrétienne, dans laquelle les miracles remplacent l'argument, la prophétie la preuve, et le martyre la philosophie, ne pouvait guère trouver d'écho auprès de contemporains cultivés.

Ainsi, les missionnaires conscients de leur mission préféraient éviter les "intellectuels", ceux qui avaient une formation philosophique, et s'adressaient à la masse des pauvres et des opprimés : Le prolétariat urbain, les paysans sans terre, les soldats démobilisés, les esclaves affranchis. Ce groupe cible se retrouve encore aujourd'hui dans la prédication chrétienne, et la Bible décrit les apôtres et les premiers chrétiens comme des gens simples et non éduqués. (Actes 4.13 et 1 Cor. 1.26-29).

Plus les temps étaient difficiles, plus la nouvelle religion populaire se développait rapidement. Finalement, les chrétiens étaient si nombreux[xi] que l'on peut L'empereur Constantin Ier (280-337) a assuré son soutien lors de la guerre civile - probablement pour des motifs politiques - et a accordé à chaque citoyen le libre choix de sa religion dans l'"édit de tolérance" de 313[xii].

L'absurde et les valeurs chrétiennes fondamentales

Apparemment, depuis Paul' n'ont pas beaucoup changé. Aujourd'hui comme hier, les religions exigent que l'on croie même ce qui est illogique et contraire à l'expérience. Et aujourd'hui comme hier, il y a des croyants qui semblent accepter les doctrines religieuses précisément en raison de leur absurdité.

Les priorités se sont toutefois déplacées. Alors qu'à Paul' Si, à l'époque, les philosophes étaient les premiers à poser des questions désagréables aux théologiens, aujourd'hui, ce sont les scientifiques qui le font. La philosophie antique était spéculative, elle n'offrait guère plus que des constructions intellectuelles qui n'avaient que peu de valeur probante. Il en va autrement des sciences naturelles modernes. Celles-ci peuvent démontrer dans une large mesure que leurs théories ne sont pas seulement des hypothèses imaginées, mais qu'elles font leurs preuves dans la pratique.

Il ne sert pas à grand-chose de considérer tout ce qui peut être expérimenté par des méthodes scientifiques comme de simples "faits" ; car les "vérités religieuses" tant vantées ont assez souvent échoué dans la pratique, dans l'élévation de l'humanité et de sa culture. Pour un scientifique éclairé, il est donc inexplicable que les églises et autres communautés religieuses - souvent encore empêtrées dans des idées contraires à la loi naturelle - puissent se maintenir jusqu'à aujourd'hui, voire gagner de nouveaux adeptes.

Lorsque nous parlons aujourd'hui de "valeurs chrétiennes fondamentales", nous faisons surtout référence aux idées de la philosophie des Lumières. Ces idées sont sans doute nées dans un contexte chrétien, sous l'influence des enseignements de Jésus et de la philosophie antique et moderne. Mais les principes directeurs des Lumières ont été longtemps âprement combattus, notamment par les Églises : droits de l'homme, liberté de religion, libertés civiles, séparation de l'Église et de l'État, séparation des pouvoirs, égalité devant la loi, démocratie, mariage civil, etc.

Les confessions de toutes sortes ont largement échoué dans leur quête du pouvoir terrestre, mais qui vit une religiosité authentique !

La parole de Jésus, au-dessus de tout

Au-dessus de toutes nos discussions mesquines - bien au-delà de la science, de la philosophie, de l'art, des confessions de foi, des prescriptions confessionnelles, de la croyance aux miracles, de la prétention au pouvoir de l'Église, des querelles de partis, des dogmes économiques - se trouvent de grandes idées religieuses dont la vérité est ressentie par de nombreuses personnes.

Il a agi et agit également le rayonnement de la personnalité de JésusAvec sa conscience inouïe de sa mission, et sa force d'attraction à peine affaiblie après deux millénaires. Les nombreuses religions qui sont apparues en Occident après le changement d'époque ont inévitablement été - plus ou moins - influencées par les idées chrétiennes. Même le Coran Jésus un rôle important.

Sur le plan personnel, le prophète de Nazareth n'a pratiquement rien laissé de directement tangible. Les documents écrits sur son enseignement et son activité ne sont que de deuxième ou troisième main. Beaucoup d'entre eux ont été falsifiés pour des raisons théologiques et sont contestables pour de bonnes raisons, tout comme les Jésus et les miracles attribués aux premiers apôtres.

Mais dans l'espace supérieur, dans l'espace spirituel, la force rayonnante de ses annonces, la puissance de sa parole qui subjugue tout, semble intacte. Celui qui ressent un souffle de son esprit croit que Jésus était un envoyé de lumière. C'est ainsi qu'apparaît un faible pressentiment de la grandeur éternelle de son Père et de son immense création avec ses lois sacrées. Les doutes se dissipent alors comme le brouillard devant le soleil qui perce, et les problèmes terrestres reçoivent l'importance qui leur revient.

Les premiers missionnaires chrétiens pouvaient-ils transmettre cette expérience, le ressenti des personnes touchées par la maladie ? Jésus les valeurs d'éternité transmises ? Est-ce qu'il en est résulté un enthousiasme spirituel qui a poussé de nombreuses personnes à accepter le martyre ? Y a-t-il eu des expériences spirituelles que nous ne pouvons plus revivre parce que les prédicateurs et les auditeurs manquent de "foi", c'est-à-dire d'ouverture intérieure et de qualité spirituelle ?

Le retour au christianisme primitif, qui n'était pas exempt d'erreurs, nous est interdit. Même les prédications des premiers apôtres - même si elles étaient correctement transmises - ne pourraient guère nous apprendre grand-chose aujourd'hui dans leur forme de l'époque. Car les révélations doivent elles aussi adapter leurs formes à leur époque. La prédication doit être faite d'une manière qui tienne compte de l'environnement changeant et de la compréhension des auditeurs liée à l'époque.

Nous ne pouvons donc que regarder vers l'avant et essayer de trouver les obstacles qui nous séparent de l'expérience religieuse possible à toutes les époques. Cet objectif n'est pas un retour aux superstitions intempestives dont souffrent de nombreuses communautés religieuses. Pas de retour à une vision mystique du monde. Pas de diabolisation des sciences naturelles. Pas de dogmatisme ni d'exaltation. Mais une démarche autodéterminée et libératrice de l'homme conscient de lui-même.

Littérature:
(1) Drehsen Volker e. a., Wörterbuch des Christentums, Orbis, München, 1995.
(2) Hagl Siegfried, Spreu und Weizen, Gralsverlag, Eggersdorf, 2003.
(3) Langbein Walter-Jörg, Les secrets des sept religions du monde, Rütten & Loening, Berlin, 2005.
(4) Minois George, Die Hölle (L'enfer), Diederichs, Munich, 1984.
(5) Pleticha Heinrich, Panorama der Weltgeschichte Bd.1, Bertelsmann, Gütersloh, 2002.
(6) Randa Alexander, Handbuch der Weltgeschichte, Walter, Olten, 1954.
(7) Strohm Leo, 2000 Jahre Christentum, Pattloch, Munich, 2000.
Notes de fin :
[i]Il y a bien eu des persécutions au 1er siècle, mais elles étaient plus sporadiques que systématiques. (Cf. "Bref, concis, curieux" page 282 "Une calomnie classique").
[ii] L'Islam pense de la même manière. Pendant la guerre Irak/Iran (1980-1988), l'ayatollah Khomeini (1900-1989) a déclaré "L'arbre de l'islam ne peut pousser que s'il est constamment abreuvé du sang des martyrs".
[iii] Peu après la crucifixion, le christianisme s'est divisé. L'Église de Jérusalem, avec les premiers apôtres et les parents de JésusLe groupe de l'Église de Jésus-Christ, qui s'est formé dans les années 1980, voulait s'en tenir à la loi juive, comme la circoncision, et ne prêcher le message de Jésus qu'aux Juifs. Un groupe de langue grecque, avec Stephanus en tant que porte-parole, préconisait la mission auprès des païens et rejetait l'ancienne loi juive. Stephanus est devenu (vers 33) le premier martyr chrétien. Lors du concile des apôtres à Jérusalem en 48 ou 49, dont le récit est édulcoré dans les Actes des apôtres (Actes 15, 6-19), les chrétiens juifs et païens se sont violemment disputés à ce sujet.
[iv] Les apologistes sont des écrivains, notamment des IIe et IIIe siècles, qui ont défendu le christianisme.
[v] Hésiode et Homer décrivent l'Hadès comme un lieu sinistre, sombre et brumeux. (4, S. 32).
[vi] Le mot hébreu "shéol" (l'imperceptible) est, selon les traductions de la Bible, soit repris (Traduction du Nouveau Monde), soit traduit par "enfer" (Luther), "enfers" (Traduction de l'Unité), "royaume des morts" (H. Menge), etc.
[vii] Par exemple, Job 10.22 ; 17.13-16 ; Esaïe 14.11.
[viii] Il y avait 613 interdictions (3, p. 37).
[ix] Sanhédrin (synedrium) = la plus haute autorité de l'État juif. Il était principalement composé de la noblesse sacerdotale sadducéenne, qui tirait son rôle dirigeant des livres du Lévitique et des Nombres.
[x] Il semble que certains théologiens ne soient plus certains que Jésus soit mort sur la croix. C'est pourquoi ils ont pris la précaution de modifier leur théologie de manière à ce qu'elle reste valable même s'il s'avère que Jésus a survécu à la crucifixion. (Cf. "Bref, concis, curieux" page 416 "La plus mystérieuse des reliques").
[xi] Il y avait alors environ 5 % de chrétiens dans l'empire occidental et environ 15 % dans l'empire oriental.
[xii] Le christianisme ne devint religion d'État qu'en 384, sous Théodose.