Catégories
histoire des religions

Réflexions sur le plus important de tous les livres

Remarque préliminaire
Il est en fait interdit à un Allemand - comme moi - de dire quelque chose de critique sur l'origine de l'Ancien Testament de la Bible. Car cela donne involontairement l'impression que l'on attaque directement ou indirectement la religion juive actuelle, ainsi que le judaïsme en tant que tel.
En effet, il est généralement admis qu'en Allemagne, on ne peut que faire l'éloge des Hébreux[1] :

Les Juifs sont incontestablement un peuple d'une intelligence supérieure à la moyenne. Ils ont apporté des contributions essentielles à la culture européenne, par exemple dans les domaines de la philosophie, de la science et de l'art.
La religion monothéiste juive, avec sa Bible en hébreu[2], constitue la base des religions mondiales qui dominent aujourd'hui, le christianisme et l'islam.
Il n'est donc pas exagéré d'affirmer que sans le judaïsme, la culture européenne, et donc mondiale, n'existerait pas sous sa forme actuelle.

Mais je me permets de faire quelques remarques sur la tradition religieuse juive, qui ne visent en aucun cas à attaquer les juifs personnellement ou le judaïsme moderne en tant que tel, même si les juifs pratiquants - qui ne tolèrent aucune critique de leur religion - peuvent l'interpréter ainsi.
Ce sont des pensées que l'on ne peut aujourd'hui murmurer qu'à mots couverts. Car dans notre société actuelle, qui est loin d'être toujours ouverte et tolérante, celui qui - aussi objectivement que ce soit - émet ne serait-ce qu'un semblant de doute sur la tradition juive est rapidement diffamé comme antisémite, raciste, extrémiste de droite ou pire encore.

Malgré toutes les réalisations des médecins, banquiers, poètes, chercheurs, journalistes, commerçants, compositeurs, artistes, peintres, musiciens, philosophes, politiciens, metteurs en scène, acteurs, écrivains, entrepreneurs, stratèges publicitaires, scientifiques juifs, les juifs n'étaient et ne sont souvent pas perçus comme une composante évidente du peuple ; même dans les pays où ils vivent en paix depuis des siècles.
A quoi cela peut-il être dû ?

L'histoire ancienne de la religion juive
Jusqu'à une époque relativement récente, on pouvait supposer que tout le monde en Europe et en Amérique connaissait les grandes lignes de l'histoire biblique :
L'histoire de la création, le récit de la chute de l'homme, la légende du déluge, les plaies d'Égypte, l'Exode, la réception des Dix Commandements par Moïse, la conquête de la "terre promise" par le "peuple élu", ainsi que les parties les plus importantes du Nouveau Testament comme le Notre Père, le Sermon sur la montagne, la dernière Cène et la crucifixion.

La Bible en tant que source est malheureusement un ouvrage très peu fiable sur le plan historique.
Outre quelques révélations, visions et sagesses intemporelles - souvent mal comprises -, la majeure partie de l'Ancien Testament est constituée de légendes de l'Orient ancien, de mythes juifs anciens, d'aphorismes, d'histoire théologique tronquée, de liturgie, de fantaisie, de poésie, de pornographie, de propagande, de prophétie, de menaces de punition archaïques et de théologie. Certaines choses sont en contradiction avec les lois de la création. (Cf. par ex. Jos. 10,12 et 2 Rois 1,10).
Beaucoup de choses sont probablement de pures inventions de prêtres avides de pouvoir, qui avaient besoin du dieu vengeur punisseur comme potentiel de menace pour discipliner et réprimer leurs fidèles.

« Ni Moïse ni aucun sauveur national n'a pu faire sortir les enfants d'Israël d'Égypte, car historiquement il n'y a pas eu de séjour des Israélites en Égypte. Ni Moïse ni aucun fondateur religieux national n'ont reçu la révélation sur le mont Sinaï, car la religion biblique n'est apparue que des siècles après que Moïse l'aurait fondée. Il n'y a pas non plus Josué qui a conquis la Terre Promise en tant que successeur de Moïse, car l'archéologie ne connaît aucune conquête guerrière des Israélites. Un poète national-religieux a inventé ces histoires et les a attribuées au prophète Moïse. (10, S. 330).

La fondation d'un royaume juif sous Saül (1020-1000 av. J.-C.)[3] et David (1000-961 av. J.-C.) est quelque peu historique. Le fils de David, Salomon (961-931 av. J.-C.), fit construire le Premier Temple à Jérusalem.
Après la mort de Salomon, dont la Bible fait l'éloge, son État instable se divise : en Israël, le royaume du Nord, plus grand et plus riche, dont la capitale est Samarie, et en Juda, le petit royaume du Sud, dont la capitale est Jérusalem.
Les deux royaumes étaient trop petits pour pouvoir résister à des attaques extérieures. (Cf. "En bref, curieux" page 168, "Le premier temple et le palais de Salomon").
La Bible cite un certain nombre de noms de rois des deux royaumes et relate des guerres et des troubles de cette époque, sans importance dans le contexte qui nous intéresse ici[4].

Il s'en est suivi de profondes chutes historiques qui n'ont pas pu être réparées :

En 722 avant Jésus-Christ, les Assyriens ont conquis Samarie après un long siège et ont détruit le royaume du nord d'Israël (2 Rois 17), dont le peuple a été déporté. Depuis lors, ces "dix tribus" d'Israël ont disparu de l'histoire. Il semble qu'elles se soient intégrées à d'autres peuples.
La forme de la religion juive ancienne vécue par les "dix tribus" israélites n'avait manifestement pas la force de rassembler ses fidèles, même dans la dispersion ; contrairement à la religion austère des Judéens, née plus tard et adaptée à son époque[5].
Les descendants des "dix tribus" perdues ont été recherchés en vain sur différents continents, y compris en Amérique[6].
La raison pour laquelle l'État juif actuel s'appelle "Israël" et non "Juda" ou "Judée" - ce qui serait historiquement plus correct - est un mystère pour les sionistes modernes[7].

Le royaume du Sud de Juda a continué d'exister pendant 136 ans, jusqu'à ce qu'il disparaisse en 586 avant J.-C. avec la conquête de Jérusalem - désormais par les Babyloniens. L'élite juive fut déportée à Babylone. (Exil babylonien, 586-538 av. J.-C. ; 2 Chroniques 36, 17-23).
A Babylone, les Juifs se sont divisés en une partie plus tolérante et adaptable et en des "sionistes" strictement croyants, avec leur désir de rentrer chez eux et de reconstruire le Temple. (5, S. 564).

C'est alors qu'une chance inattendue réunit le peuple juif dispersé :
L'Empire babylonien est conquis par les Perses sous Cyrus II (559-529 av. J.-C.) en 538 av. Juda devient une province du Grand Empire perse.
Les Perses, adeptes de la religion monothéiste de Zarathoustra[8], sont plus généreux et plus tolérants que les Babyloniens. Les Juifs sont autorisés à retourner dans leur pays et à pratiquer leur religion ; ils sont même invités à fixer leurs règles religieuses par écrit.

Le retour des exilés
Les Hébreux déportés à Babylone ou dispersés dans d'autres régions retournent en grande partie à Jérusalem ou en Juda en vertu d'un édit de Cyrus datant de 538 av.
Pas tous avec enthousiasme, car Babylone était alors la plus grande ville du monde. Les Perses avaient certes conquis Babylone par ruse, mais ils avaient laissé la ville intacte, et ses habitants pouvaient continuer à vivre sans trop de désagréments. Beaucoup de Juifs déportés avaient trouvé un bon refuge à Babylone ou ailleurs ; le retour à Jérusalem détruite ne semblait pas tentant - sauf pour les sionistes.
Le temple juif a pu être reconstruit - de manière nettement plus modeste - sous le gouverneur perse Zorobabel, vers 525 av.

C'est alors qu'apparaissent à Jérusalem deux personnalités importantes dont les réalisations ont encore des répercussions aujourd'hui :

Ezra :
Le scribe et prêtre juif obtint à la cour perse la fonction d'une sorte de "secrétaire d'État" pour les affaires religieuses des Juifs.
En 458 av. J.-C., il arrive à Jérusalem avec d'autres exilés pour s'occuper de l'ordre religieux au nom du roi perse Artaxerxès Ier (465-423 av. J.-C.). (5, S. 566). Esdras a ordonné le sacerdoce et le service du temple, a promulgué les lois religieuses (Esdras 7, 11-26) et a organisé le retour d'autres Juifs.
Esdras était un fanatique extrême, interdisant par exemple les mariages entre Juifs et femmes païennes et forçant le divorce de tels mariages[9]. (Esdras 10, 1-3).
On peut voir en Esdras - qui, contrairement à de nombreux héros de l'Ancien Testament, est probablement une personnalité historique - un important cofondateur de la religion juive, orienté vers ce monde, presque aussi influent que le visionnaire Moïse.
Esdras a joué un rôle important dans la composition et la rédaction du Pentateuque - les cinq livres de Moïse[10] - et il a probablement co-rédigé le Deutéronome (5e livre de Moïse). C'est grâce à Esdras et après lui que "la Loi et les Prophètes" ont reçu, dans l'ensemble, la forme qu'ils ont encore aujourd'hui. (5, S. 567).

De ce point de vue, c'est en 458 av. J.-C. que commencèrent les changements les plus lourds de conséquences dans la religion des Judéens, peut-être même la véritable naissance du judaïsme orthodoxe (4) avec son sacerdoce autoritaire, dont les prétentions au pouvoir furent reprises plus tard par des religieux d'autres religions abrahamiques.

"...les prêtres ne voulaient pas être des enseignants ou des assistants, mais seulement des dominateurs.
En tant que véritables auxiliaires, ils auraient dû éduquer les hommes à l'indépendance intérieure, à la dignité d'esprit et à la grandeur spirituelle, afin que ces hommes se conforment à la volonté de Dieu par leur libre conviction et agissent en conséquence dans la joie.
Les prêtres ont fait le contraire et ont lié l'esprit afin qu'il leur reste docile pour leurs besoins terrestres".
(2, volume 3, exposé 44, paragraphe 72 et s.).

Néhémie :
Néhémie avait lui aussi acquis une position de confiance à la cour perse ; il était même l'échanson du roi Artaxerxès Ier. Néhémie est arrivé à Jérusalem en 445 avant JC avec des pouvoirs étendus en tant que gouverneur de Juda.
Il fit reconstruire les murs de la ville qui avaient été démolis, probablement avec de l'argent perse, et organisa l'immigration d'autres Judéens à Jérusalem. (5, S. 566).

Ainsi, les Hébreux rentrés chez eux ont eu en grande partie les mains libres pour reconstruire leur ville et leur religion.

La religion juive est établie
Dès l'exil à Babylone, les anciens écrits religieux ont été collectés, rédigés, copiés et adaptés aux exigences de l'époque.
Des textes rassemblés, probablement principalement entre 700 et 400 av. J.-C. (5, p. 201), ont été réunis dans le "Deutéronome" - le 5e livre de Moïse. Moïse ne peut guère avoir vu un seul de ces textes.
Depuis lors, le Pentateuque (les 5 livres de Moïse) constitue, en tant que Torah (= instruction, loi), le cœur de la religion juive. Un rouleau de la Torah, écrit en hébreu, se trouve dans chaque synagogue.

Dans la petite ville isolée de Jérusalem, une religion stricte et autoritaire, basée sur la tribu, donc raciste et donc rétrograde, a ainsi vu le jour au 5e siècle avant Jésus-Christ.
Le dieu universel de l'Antiquité[11] s'est transformé en un dieu tribal ; le "peuple élu", qui a été opposé aux autres peuples, s'est transformé en un dieu de la guerre. mental est devenue une tribu centrée sur elle-même, strictement isolée sur le plan racial et idéologique, et qui se croyait supérieure à tous les autres peuples ; car être Dieu lui avait promis la domination du monde.
Et ce peuple souverain de l'avenir promis, que son Dieu devait élever au-dessus de tous les autres peuples, était un petit groupe de sujets dans un grand royaume.
Les Judéens n'obtiendront plus leur indépendance étatique jusqu'au vingtième siècle, à l'exception d'un siècle d'indépendance instable sous les Maccabées (Hasmonéens).

Dans l'Ancien Testament de la Bible, en particulier dans le Deutéronome, on prêche une revendication de pouvoir des prêtres (5. Mos. 18), et la primauté absolue du "peuple élu" sur tous les autres peuples. (5. Mos. 2, 32-35 ; 5. Mos. 7, 1-5, 21-24).
Les fantasmes archaïques de violence qui y sont représentés (4. Mos. 31, 2 ; 5. Mos. 20, 10-18 ; Jos. 6, 21 ; Jos. 8, 24-28 ; Jos. 11, 12-14 etc.)[12] ont également été transmis par les églises chrétiennes et pratiqués par exemple lors des croisades, de l'inquisition, de la chasse aux hérétiques et aux sorcières, ou du colonialisme. 
Seul un cerveau déviant et ténébreux peut être à l'origine de certains des châtiments mentionnés dans le Lévitique. (Lévitique 20, 16 - 18 ; Lévitique 20, 27 ; Lévitique 21, 9, etc.)   
L'esclavage et le racisme peuvent également être justifiés par la Bible : (1. Mos. 9, 18-27[13] ; 2. Mos. 21, 2-11 ; 3. Mos. 25, 44)[14].

Les prophètes de l'Ancien Testament se sont opposés aux enseignements haineux des scribes (par ex. Amos 9, 7 ; Osée 6, 6). La plupart du temps sans succès.

"Le récit historique que l'on trouve dans la Bible - de la rencontre d'Abraham avec Dieu et sa migration vers Canaan à l'ascension et au déclin des royaumes d'Israël et de Juda, en passant par la libération des Israélites de l'esclavage par Moïse - n'est pas une révélation miraculeuse, mais un résultat exceptionnel de l'imagination humaine. Comme le suggèrent les dernières découvertes archéologiques, elle a été conçue sur une période de deux ou trois générations, il y a près de 2600 ans. Le lieu d'origine était le royaume de Juda, une région peu peuplée principalement de bergers et d'agriculteurs, gouvernée depuis une ville royale isolée qui trônait dangereusement au milieu du pays montagneux, sur une crête étroite, au milieu d'abîmes abrupts et rocheux". (7, S. 12).

Les fausses doctrines inventées par les prêtres ont également sapé les bases de la venue de Jésus. En effet, les connaissances spirituelles plus profondes du judaïsme, qui devait être préparé pour la mission du Fils de Dieu, ne pouvaient sans doute plus être transmises que dans de petits cercles - en passant par la synagogue :

"La Vierge Marie, de toute façon déjà dotée de tous les dons pour pouvoir accomplir sa haute mission, a rencontré à un moment donné, grâce à une guidance spirituelle, des personnes qui avaient profondément pénétré les révélations et les prophéties concernant le Messie à venir".
(2, volume 2, exposé 44, paragraphe 4).

L'efficacité jusqu'à aujourd'hui
Le strict cloisonnement idéologique, la séparation ethnique très nette, et la menace d'un "Dieu jaloux" qui punit brutalement tout écart par rapport à la doctrine stricte, compliquée et axée sur ce monde, ont imposé une cohésion unique des juifs croyants, qui a duré des millénaires malgré la plus grande adversité et les persécutions les plus brutales.

En 70 après JC, Jérusalem a été détruite, et avec elle le "Temple d'Hérode"[15]. Les habitants de la province romaine ou du royaume de Judée furent dispersés dans de nombreux pays. Pendant près de deux millénaires, sans État propre, ils ont dû survivre dans la "diaspora" et rester fidèles à leur religion. Ce faisant, ils ont cru de manière inébranlable au retour promis dans leur patrie. (5. Mos. 30, 1-10).

Dès lors, les communautés juives dirigées par des rabbins autoritaires, avec leur religion étrangère, ses nombreuses règles strictes[16], les rituels exotiques et les fêtes singulières qui l'accompagnent, ainsi que la langue rituelle, l'hébreu, formèrent des groupes inquiétants, refusant de s'intégrer et non missionnables, qui suscitèrent la méfiance de leurs peuples d'accueil.

Des prédicateurs chrétiens haineux ont profité de cette méfiance généralisée, souvent associée à la jalousie envers les Juifs qui avaient réussi économiquement, pour inciter - dans le style de l'Ancien Testament - leurs fidèles ignorants à des pogroms contre les prétendus "assassins de Jésus".
Ainsi, depuis l'Antiquité et jusque dans les temps modernes, chaque siècle a été marqué par des discriminations, des expulsions, voire des assassinats bestiaux de juifs, pour la plupart sans défense, à qui il était par exemple interdit de porter des armes.
Dans l'antijudaïsme[17], les catholiques, les orthodoxes et les protestants étaient d'accord.

En terre d'islam, les juifs qui ne voulaient pas se convertir à l'islam étaient également discriminés. Depuis l'époque de Mahomet, il y a également eu des pogroms et des meurtres de masse. (1, S. 87).

Pendant deux millénaires et demi, les juifs croyants ont été opprimés par des rabbins autoritaires, tourmentés par la crainte d'un Dieu vengeur, et chaque revers, chaque malheur, expliqué par une punition de Dieu pour les fautes commises par les croyants.
Les promesses apocalyptiques pour le "peuple élu", qui devraient enfin se réaliser, ont été évoquées à maintes reprises. (Cf. Dan. 7, 27).
Mais les sermons haineux de l'Ancien Testament étaient également répétés en permanence.
Ce n'est qu'au cours du siècle des Lumières qu'une certaine volonté d'intégration est apparue dans les deux camps - chez les juifs et les non-juifs - qui a malheureusement été très perturbée au XIXe siècle par le racisme antisémite[18].

Une dichotomie difficile à supporter entre le fait d'être soi-disant élu et la situation terrestre ou politique réelle pèse sur chaque juif de stricte obédience depuis des millénaires.
Seule la création de l'État d'Israël sur la base de l'Ancien Testament a apporté un certain soulagement[19]. Malheureusement, cette création d'État, dans une région surpeuplée et manquant d'eau, a entraîné de nouvelles tensions politiques et religieuses, dont l'équilibre reste à trouver.

Les pressions psychologiques exercées par leur religion, ainsi que les discriminations subies par les Juifs de la part de la société de la diaspora, ont fait des Juifs croyants des victimes de l'oppression intérieure et de la violence extérieure.
Ces doubles pressions permanentes ne peuvent pas ne pas avoir eu d'effets dans l'espace transcendant. Est-ce là aussi - dans le domaine invisible des formes de pensée et de sensibilité - que se trouve la racine profonde de l'antisémitisme[20] ou mieux de l'antisionisme ? [21]. 

Ces tensions accumulées depuis des siècles ne pourront être résolues que si les deux parties - juifs et non-juifs - reconnaissent leur responsabilité dans les distorsions accumulées.
Une compréhension mutuelle des contextes hautement chargés d'idéologie peut alors conduire à la reconnaissance des causes et à la résolution des tensions.
Cela permettrait aussi de régler enfin le douloureux sujet de l'antisémitisme, qui a survécu jusqu'ici à tous les appels humanistes et politiques, aussi bien intentionnés soient-ils ; car on ne peut pas lutter contre les émotions avec des arguments !
Ce sera un processus difficile et de longue haleine ; mais il faut bien commencer ! -

Le christianisme, issu du judaïsme, a repris sans scrupule l'Ancien Testament avec son décor de menaces brutales, ses cruautés terribles, ses promesses matérialistes - et ses nombreuses contradictions.
Désormais, les chrétiens se considéraient comme les "élus" de leur Dieu et déduisaient de l'Ancien Testament le droit de soumettre la terre par la force. (1. Mos. 1, 28-29).

Les gnostiques et les cathares, qui rejetaient l'Ancien Testament, étaient persécutés en tant qu'hérétiques.

Des idées de l'Ancien Testament se sont également infiltrées dans le Coran, obligeant par exemple les musulmans à conquérir le monde pour l'islam - si nécessaire par le feu et l'épée. (Cf. Coran, p. ex. 2e sourate, 186-189).

Conséquences pour le présent
Aujourd'hui, contrairement à l'opinion majoritaire, nous devons nous pencher sur le fait qu'au cinquième siècle avant Jésus-Christ, à Jérusalem, une religion a été conçue avec une "Écriture sainte" qui a apporté d'innombrables malheurs dans le monde.

L'Ancien Testament contient des révélations influentes, des visions significatives, plusieurs grains de vérité et une sagesse intemporelle. Mais il est en grande partie misogyne, violent, cruel, haineux, inhumain, vindicatif, raciste et plein de blasphèmes. (4 Mos. 31, 2 ; 5 Mos. 28 ; 5 Mos. 28, 63 ; Jos. 10, 8-11 ; Jos. 10, 40 ; etc.)
Des forces obscures y ont contribué de manière décisive et ont donné naissance à des formations subtiles néfastes.

Personne ne peut savoir comment l'histoire du monde se serait déroulée sans l'Ancien Testament, peut-être le plus efficace de tous les écrits[22].
Au cours des millénaires de l'histoire occidentale, tant de violence, d'oppression, de guerre, de vol, de meurtre auraient-ils pu être justifiés par des "chrétiens croyants", sans la légitimation des "Saintes Écritures" avec leurs enseignements archaïques de l'Ancien Testament, contre lesquels l'enseignement bien plus noble et supérieur de Jésus n'a souvent pas pu s'imposer ?
En effet, les chrétiens se sont eux aussi trop souvent référés à l'Ancien Testament plutôt qu'aux paroles d'éternité du Sauveur[23].

Ce n'est probablement que par une habitude séculaire et une paresse spirituelle, associées à une insensibilité effrayante, que l'on peut expliquer le fait que l'Ancien Testament de la Bible soit encore aujourd'hui qualifié de "parole de Dieu" par les chrétiens du monde entier, sans aucune distinction, au lieu d'en rejeter de grandes parties comme inhumaines, voire blasphématoires. (Cf. l'annexe).

Lire à ce sujet "Bref, concis, curieux" page 279 "Un accès de colère influence l'histoire mondiale" et page 366 "Le génie presque oublié".  

Littérature:
(1) Abdel-Samad, "Der islamische Faschismus", Droemer, 2014.
(2) Abd-ru-shin " Im Lichte der Wahrheit " (Dans la lumière de la vérité), Stiftung Gralsbotschaft, Stuttgart.
(3) Avron Negev, "Archäologisches Bibel-Lexikon", Hänssler, Neuhausen-Stuttgart, 1991.
(4) Douglas Reed, "Der Streit um Zion", Verlang der Schelm. Leipzig, 2017.
(5) Heinrich A. Mertens, "Handbuch der Bibelkunde", Bechtermünz, Augsburg, 1997.
(6) J. A. Thompson, "Hirten, Händler und Propheten", Brunnen, Giessen, 1996.
(7) Israel Finkelstein, e. a., "Keine Posaunen vor Jericho", C. H. Beck, Munich, 2003.
(8) Nelson Beecher Keynes, "Du Paradis au Golgotha" Das Beste, Stuttgart, 1964.
(9) Siegfried Hagl, "Der okkulte Kanzler", Gräfelfing, 2000.
(10) Wolf Krauss, "Das Moses-Rätsel", Ullstein, Munich, 2000.

Notes de fin :
[1] Le mot "hébreu", issu de l'Ancien Testament, est souvent utilisé comme une généralisation pour désigner les personnes parlant hébreu, c'est-à-dire les personnes de confession juive.
[2] Il n'est pas tout à fait correct d'appeler l'Ancien Testament la "Bible hébraïque". Cependant, certains capitaux, comme les livres de Tobie et de Judith, ne nous sont parvenus que dans d'autres langues (grec ou latin).
[3] Les dates et les citations bibliques selon la "traduction unique" de la Bible.
[4] Cette partie de l'histoire biblique, telle qu'elle est généralement perçue et citée ici, est également douteuse d'un point de vue historique. (Cf. "Von Engeln bewacht : Die Bundeslade", documentaire ARTE, diffusé le 9. 01. 2021, 20h15).
[5] Habitants de l'État de Juda ou de la province romaine de Judée.
[6] Le "Livre de Mormon" du prophète Joseph Smith de 1827 parle des "Dix Tribus" en Amérique.
[7] Selon Genèse 32.29, Israël est le surnom de Jacob, le père de la famille. Les descendants des 12 fils de ce dernier, issus de 4 femmes différentes, sont devenus les "douze tribus d'Israël". Après la chute du royaume d'Israël et la disparition des "Dix Tribus", "Israël" est devenu un symbole plus spirituel pour le peuple autrefois appelé, qui n'avait alors pas reconnu le Fils de Dieu. Ainsi, par exemple, les annonces pour le judaïsme commencent encore au 20e siècle par les mots "Écoute Israël..." (Lit. "Der Ruf", cahier 10/11/12, Verlag der Gralsblätter, Tutzing, 1928).
[8] Moïse n'était pas du tout le premier monothéiste. La religion de Zarathoustra est probablement plus ancienne, et le Livre des Morts égyptien, rédigé entre 2500 et 2000 av : "Tu es l'Un, le Dieu, depuis le commencement des temps, l'héritier de l'immortalité, créé et né de toi-même, tu as créé la terre et tu as fait l'homme". (4, page 7).
[9] Cette prescription a maintenu les communautés juives strictement unies jusqu'à l'époque moderne et a largement empêché les Juifs de se fondre dans leurs peuples d'accueil.
[10] Dans la traduction unique, ces "5 livres" sont appelés Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome.
[11] Cf. note finale [8] : "Tu es l'Unique, le Dieu..."
[12] On peut supposer que ces horribles massacres ne se sont pas produits ainsi, mais qu'ils sont sortis des cerveaux de prêtres juifs corrompus de l'Antiquité, probablement à l'époque de la captivité à Babylone. (Cf. 7 et 10).
[13] Ce passage biblique a longtemps été considéré comme une justification de l'esclavage et, encore au 20e siècle, comme une preuve de la supériorité de la "race blanche" (les descendants de Sem et Japhet) sur les "peuples de couleur" (les descendants de Cham). Canaan est le fils de Cham.
[14] A peu près à la même époque, un enseignement spirituel plus pacifique a vu le jour en Inde grâce au Bouddha (563-483 av. J.-C.).
[15] Le temple d'Hérode n'était pas une nouvelle construction, mais un vaste projet de transformation et d'extension qui comptait parmi les édifices les plus remarqués de l'époque.
[16] Un juif pratiquant doit respecter 613 règles de vie ("mitsvot"). Ces commandements auraient déjà été reçus par Moïse sur le mont Sinaï.
[17] L'antijudaïsme est le rejet en bloc du judaïsme, principalement pour des motifs religieux. Dans l'Église catholique, il n'a pris fin qu'avec le concile Vatican II (1962-1965).
[18] Le philosophe Moses Mendelssohn (1729-1786, cf. "Kurz, knapp, kurios" page 366 "Das fast vergessene Genie") fut un formidable précurseur de l'intégration des Juifs en Europe, trop peu connu et apprécié. Le "héraut du racisme biologique" et "inventeur de la race aryenne des seigneurs", le comte français Joseph Arthur Comte de Gobineau (1816-1882), est malheureusement plus connu.
[19] Les antisionistes prétendent que l'expulsion des Palestiniens s'est faite selon des modèles de l'Ancien Testament. Ils citent alors régulièrement en exemple le prétendu massacre de Deir Yassin (9. 4. 1948).
[20] Le rejet des Juifs pour des raisons raciales, l'antisémitisme, est un non-sens, car il n'existe pas de "race juive". En revanche, on a tout à fait le droit de porter un regard critique sur le sionisme religieux et politique.
Les meurtres de juifs par les nationaux-socialistes sont issus de délires völkisch qui ne sont apparus qu'au XIXe siècle (voir [18]).
[21] Autres réflexions sur l'arrière-plan occulte de l'antisémitisme Cf. (3) p. 112 f.
[22] Je suis bien conscient que les ésotéristes ne voient dans la Bible que la façade derrière laquelle se cache la véritable doctrine occulte que les croyants rigoureux étudient avec zèle. Mais ici, je considère l'Ancien Testament tel qu'il est généralement lu. On peut également attendre d'un écrit religieux inspiré spirituellement qu'il soit rédigé en termes simples et compréhensibles, sans arrière-pensée. Cf. "Philon d'Alexandrie et la quête de sens" sous "Histoire des religions".
[23] Les meurtres de masse existaient déjà à l'âge de pierre, et depuis lors, l'agression et la violence sont des facteurs déterminants de l'histoire mondiale ; chez presque tous les peuples sur tous les continents habités. La religion et la philosophie ont souvent fourni les idéologies nécessaires.                                                              

Appendice:

Citations bibliques selon PM, septembre 2004, page 88 :

Si vous prenez encore aujourd'hui l'Ancien Testament à la lettre, alors

  • Pouvez-vous avoir des esclaves (Lévitique = Lévitique 25,44), mais uniquement des personnes originaires des pays voisins ?
  • Avez-vous le droit de vendre votre fille comme esclave (Exode = Lévitique 21,7) ?
  • Devez-vous faire lapider votre fils s'il jure (Lévitique 24,16).
  • Êtes-vous tué si vous avez trompé (Lévitique 20,10).
  • En tant que femme, êtes-vous impure pendant vos menstruations, ainsi que tout ce que vous touchez (Lévitique 15,19-24).
  • En tant qu'homme, vous n'avez pas le droit d'avoir des contacts avec votre femme pendant qu'elle a ses règles (Lévitique 15,19-24).
  • Doivent-ils veiller à ce que leurs connaissances homosexuelles soient tuées (Lévitique 20,13 et 18,22).
  • Devez-vous faire lapider votre fille si elle a eu des relations sexuelles avant le mariage (Deutéronome = Deutéronome 22,20-21) ?
  • Vous avez le droit de tuer toute personne que vous surprenez au travail le samedi (Exode = Exode 35,2).
  • Ne plus jamais manger de scampi ou de coquillages (Lévitique 11,10-12).
  • Faut-il s'attendre à être tué si l'on est allé voir un devin ou une cartomancienne (Lévitique 20,6) ?
  • En tant qu'homme, vous n'avez désormais plus le droit de vous couper les cheveux ni de vous tailler la barbe (Lévitique 19,27).
  • Lorsque vous achetez une nouvelle tenue, vous devez vous assurer avec précision que le tissu n'est pas tissé avec deux fils différents (Lévitique 19,19).
  • Et n'oubliez pas : chaussures, gants, ceintures et ballons en peau de porc sont désormais tabous pour vous (Lévitique 11,5-8).