Catégories
la science

énergie, entropie et temps

(Publié dans GralsWelt numéro 5/2000)

La question du destin de l'univers est également liée au terme « énergie ». Selon notre vision actuelle du monde physique, la fin de l'univers est inévitable : soit il " meurt " de la soi-disant " mort par chaleur entropique ", soit il recommence à se contracter à un moment donné, la " flèche du temps " s'inversant également, c'est-à-dire le temps pourrait courir à l'envers.[je] 

Comment sont nées les idées idéologiques actuelles et notre univers est-il vraiment un « système fermé » ? Les révélations religieuses et aussi la connaissance du "Graal" suggèrent que des énergies physiquement incompréhensibles ont une part importante dans les affaires mondiales. 

Depuis que les gens pensent à eux-mêmes et au monde, ils se préoccupent également du concept de temps.

Dans les temps anciens, on observait la course des astres, le passage du jour à la nuit et le cycle des saisons. Cela a donné lieu à l'idée de la récurrence continue de la même chose. Placé dans ce changement perpétuel était l'être humain dont la vie semble très courte.

Cette lacune a été comblée par la doctrine de la réincarnation, qui non seulement existait depuis au moins 500 av. en Inde, mais aussi de Platon (427-347 avant JC) et Aristote (384-322 av. J.-C.) était représenté en Grèce. Cela a permis de réconcilier les gens avec leur vie terrestre temporaire en postulant d'autres existences sur terre et dans l'au-delà.

La Bible propose une approche différente. Dans la Genèse (le premier livre de Moïse) tout commence par un acte créateur, donc ça a un début. Et là où il y a un début, selon toute l'expérience humaine, il y a aussi une fin à attendre. C'est un thème qui occupe les prophètes de l'Ancien Testament, occupe beaucoup de place dans les Évangiles et trouve son expression claire dans le dernier livre du Nouveau Testament, l'Apocalypse de Jean.

Depuis la fin des temps

Les réflexions sur la « fin des temps » restaient des conjectures, aboutissaient à des enseignements religieux ou à des spéculations philosophiques. Cependant, le changement constant est resté un fait observable:

"Tant que la terre subsistera, les semailles et les moissons, le gel et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront pas." (Genèse 8:22).

Même la science des temps modernes savait initialement peu contribuer à l'énigme du temps, qui ne peut être dérivée que de la chances des moments successifs et peut être déterminé à partir d'eux.

Isaac Newton (1643-1727) ont travaillé avec un concept abstrait du temps avec lequel les physiciens se sont bien entendus jusqu'au 20ème siècle :

"Le temps absolu, vrai et mathématique s'écoule en lui-même et par sa nature même de manière uniforme et sans relation avec aucun objet extérieur."

Mais pourquoi le temps ne court que dans un sens, pourquoi le passé ne peut être restauré par aucun moyen, même le plus grand pourrait Newton ne pas dire.

Thermodynamique et "conservation de l'énergie"

À l'époque romantique, à partir de 1865, une contribution entièrement nouvelle à la compréhension du temps est étonnamment venue d'une source inattendue : la nouveauté est venue de la thermodynamique, qui traite de la chaleur comme une forme d'énergie et semble initialement avoir peu à voir avec la compréhension philosophique du temps.

Dans cette théorie de la chaleur, il existe deux déclarations de base, appelées première et deuxième "loi de la thermodynamique".

La "première loi de la thermodynamique" se lit comme suit : « La chaleur est une forme d'énergie. Il peut être généré à partir d'un travail mécanique et transformé en travail mécanique.

Il en résulte que l'énergie thermique ne peut ni provenir directement du "rien" ni disparaître dans le "rien", mais a été reconnue comme énergie. Par exemple, une partie de la matière du soleil est convertie en énergie lorsque le soleil rayonne ses énergies inimaginables dans l'espace lors de sa fusion nucléaire.

La génération d'énergie à partir de rien - habituellement appelée perpetuum mobile - semble impossible. Au mieux, la découverte de sources d'énergie jusqu'alors inconnues serait envisageable. –

La deuxième loi de la thermodynamique s'écrit : "La chaleur ne peut être transférée que d'un corps à température plus élevée à un corps à température plus basse, mais pas l'inverse."

Avec cette deuxième loi, nous obtenons une hiérarchie des énergies. On peut en déduire qu'une quantité de chaleur à une température plus élevée a une plus grande valeur que la même quantité de chaleur à une température plus basse. De même, différents types d'énergie reçoivent des valeurs différentes, car la forme d'énergie « supérieure » peut être convertie en une forme d'énergie inférieure sans perte, mais le chemin inverse est bloqué.

L'énergie mécanique est convertie en chaleur par frottement. Cependant, cette chaleur de friction ne peut plus être reconvertie en énergie mécanique sans perte, car le "mouvement ordonné" de l'énergie mécanique s'est transformé en chaleur, un "agitation désorganisée des molécules" qui ne peut pas simplement être réorganisée. Chaque voiture fournit un exemple pratique : lors du freinage, l'énergie mécanique du mouvement est convertie en chaleur (les freins chauffent !). Cette chaleur ne peut alors plus être utilisée pour accélérer le véhicule.

Incidemment, les deux principales lois de la thermodynamique sont des lois empiriques qui ne s'appliquent qu'aux «systèmes fermés» et ne peuvent être prouvées. Il y a donc des doutes répétés quant à leur validité universelle, et à ce jour des inventions sont présentées qui violent ces grands principes et ne sont donc pas considérées comme brevetables.

Parce que les scientifiques ne s'embarrassent pas de telles idées, elles ne sont généralement pas testées, ce qui peut parfois désespérer les inventeurs.

Entropie et "mort thermique"

Afin de trouver un nom et une mesure pour ces pertes qui se produisent à chaque conversion d'énergie - pour ce "désordre" qui, selon la physique, doit constamment augmenter - le terme "entropie" a été introduit. C'est une variable qui ne peut être décrite que mathématiquement, qui ne peut être mesurée directement et qui n'est pas immédiatement accessible à la compréhension.

Une explication humoristique de ce terme est donnée Werner Heisenberg (1901-1976), qui aurait dit qu'on peut reconnaître la nature de l'entropie au fait que le désordre surgit toujours « tout seul » sur son bureau.

De manière pratique, l'entropie peut être utilisée pour définir physiquement une différence entre le passé et le futur : hier, l'entropie était inférieure à celle d'aujourd'hui, et demain elle sera supérieure à celle d'aujourd'hui. Le passé - l'état antérieur - ne peut être restauré par aucun moyen physique.

Si l'on applique à l'univers l'idée d'un désordre inexorablement croissant, dont la mesure est l'entropie, la pensée suivante se pose : les énergies – par exemple sous forme de chaleur – sont inégalement réparties dans l'espace. Pensez simplement au soleil brûlant et au froid glacial entre les étoiles.

Toute vie organique est basée sur des processus physiques, chimiques, biologiques qui sont tous les mêmes à un égard : ils nécessitent de l'énergie, qu'ils ne peuvent obtenir que par l'énergie circulant d'un niveau supérieur vers un niveau inférieur ("Deuxième Loi"). Qu'une tuile tombe au sol, que la lumière du soleil réchauffe le globe ou qu'une rivière entraîne une roue à aubes, l'énergie d'un " niveau supérieur " est toujours transformée en énergie " des niveaux inférieurs ".

Toutes ces conversions d'énergie ne sont possibles que parce qu'il existe des différences de niveau qui tendent à s'équilibrer. L'eau ne coule que le long de la montagne, la chaleur n'inonde que de la fournaise chaude vers l'environnement plus froid, et aucun corps ne s'échauffe en puisant la chaleur de son environnement plus frais.

Cependant, là où il n'y a plus de différences de niveau d'énergie, tout flux d'énergie et donc toute vie organique s'arrête !

Parce qu'il y a maintenant une tendance partout à ce que les différences de niveaux d'énergie s'égalisent, cela ne peut être qu'une question de temps avant que toute l'énergie soit uniformément répartie dans l'univers.

Les soleils seront alors brûlés, chaque corps céleste ne peut émettre de la chaleur que jusqu'à ce qu'il ait atteint la même température que son environnement, jusqu'à ce que tout soit "également chaud", c'est-à-dire ait atteint le même niveau d'énergie. Alors toute vie est finie, toutes les réactions chimiques s'arrêtent.

Il ne reste que des mouvements mécaniques des planètes autour de leurs soleils refroidis, jusqu'à ce que finalement - ralenties par la résistance de frottement, qui n'est pas totalement absente même dans l'espace - les dernières planètes tombent sur leur étoile centrale.

La "mort thermique" - la répartition uniforme de toute l'énergie dans l'espace - serait donc l'inévitable fin préprogrammée de l'univers vers laquelle il se précipite.

Quoi que nous fassions, que nous travaillions ou dormions, nous augmentons le "fouillis", l'entropie de l'univers, et chaque événement, de la respiration humaine à la chute d'un corps céleste ou à l'explosion d'un soleil, augmente l'entropie qui vers son maximum, le " la mort par la chaleur" de l'univers.

Les êtres vivants sont-ils "anentropiques" ?

Les êtres vivants sont constitués de structures hautement compliquées, c'est-à-dire hautement «improbables» au sens de la thermodynamique, ce qui contredit apparemment le principe d'entropie. Par exemple, la plus petite bactérie, qui ne peut vivre que quelques minutes, est plus compliquée que n'importe quel travail d'ingénierie humaine.

Mais la seconde loi ne contredit en rien la structure des êtres vivants hautement développés, si improbable soit-elle d'un point de vue thermodynamique. Ce principe dit seulement que dans un complété système, l'entropie doit toujours augmenter.

Notre terre, par exemple, n'est pas du tout un système fermé. elle est une ouvert Système, intégré au flux d'énergie soleil - terre - espace, qui rend possible la vie sur notre planète. L'entropie peut diminuer localement en raison du développement des plantes et des animaux sur terre, mais en même temps l'entropie du soleil augmente. L'existence de la vie organique, qui crée des structures supérieures à partir de structures simples, ne contredit pas la loi d'entropie dans son ensemble.

Du passage du temps

Notre conscience humaine est façonnée par la "flèche thermodynamique du temps": Hier était plus tôt qu'aujourd'hui, et nous ne savons rien de demain. L'exigence de la loi d'entropie selon laquelle le temps ne s'écoule que dans un seul sens semble aller de soi, car personne n'a jamais été capable d'observer un « temps qui recule ».

Cette évidence ne peut être prouvée scientifiquement et la physique moderne ne peut exclure la possibilité que la flèche du temps puisse se retourner.

le physicien Stephen W. Hawking (1942-2018) ont trouvé une issue à ce dilemme en reliant la flèche du temps à l'expansion de l'espace. Notre univers est en expansion, et pendant cette expansion la flèche du temps doit aller dans la direction connue.

Si cette expansion s'arrêtait un jour, et que l'univers s'effondrerait, d'abord lentement, puis de plus en plus rapidement, alors la flèche du temps pourrait s'inverser et le temps reculerait. Dans ces conditions, cependant, la vie végétale, animale et humaine ne serait plus possible. Toute spéculation sur ce à quoi la physique pourrait ressembler rétrospectivement est superflue, car personne ne connaîtra cette époque.

La fin de l'univers et donc de toute vie physique semble inévitable, qu'elle se produise par la mort thermique entropique ou par l'inversion de la flèche du temps dans la phase de contraction de l'univers.

Récemment, on a supposé que l'expansion de l'univers s'accélérait en raison d'une mystérieuse "énergie noire". Il mourrait alors sûrement de mort par la chaleur !

Notre monde est-il un système fermé ?

Au cours des millénaires passés, les « interventions d'en haut » étaient considérées comme un fait. Les dieux des anciens Grecs intervenaient activement dans les guerres, les prophètes avertis du "punition de Dieu", et même à notre époque, "l'action de Dieu dans l'histoire" est recherchée. (J'ai récemment entendu d'un professeur de théologie que la réunification de l'Allemagne n'était possible qu'à la suite d'une intervention divine).

Dans la recherche historique, au plus tard depuis David Friedrich Strauss (1808-1874) a publié son ouvrage alors très controversé "La vie de Jésus" (1835), ignorant la pensée d'une intervention divine directe.

Mais l'esprit humain résiste à l'affirmation selon laquelle notre monde doit inévitablement se terminer par le chaos et la mort par la chaleur. On refuse inconsciemment d'accepter l'univers comme un "système clos" qui, livré aux lois physiques de la nature, ne peut espérer aucune aide.

Aucune religion ne peut accepter ce « monde abandonné de Dieu » ; chaque personne religieuse cherche le contact ci-dessus, prie pour d'autres idées que la vision du monde de la physique ne peut pas lui offrir.

Une vieille tradition promet l'espoir : la légende du Graal.

Le pouvoir miraculeux de ce vaisseau est rapporté de diverses manières. Il s'agit d'un "courtier de pouvoir" entre le créateur et sa création. Dieu n'a pas abandonné ses créatures. Il a non seulement ancré des lois parfaites dans son œuvre, mais lui a également conféré des pouvoirs de soutien. Ce pouvoir sacré soutient et fait progresser tous les mondes, et personne n'a besoin de se sentir abandonné par Dieu. –

Si vous le souhaitez, vous pouvez en tirer d'autres conclusions. La puissance (un physicien parlerait d'"énergie") du Saint Graal a alors aussi un effet "anentropique", réduisant le "désordre" dans la création. En conséquence, notre monde n'est pas du tout un «système fermé», car il est constamment alimenté en énergie spirituelle de l'extérieur, ce qui a finalement un effet sur la terre. Cela signifie que « le monde » ne doit pas inévitablement se précipiter vers le chaos, à la merci de toute la sévérité de la loi d'entropie.

Le Créateur lui-même, qui peut continuellement délivrer de l'énergie, est bien au-delà des principes formulés par la thermodynamique. Ce n'est pas un hasard si les deux principaux théorèmes ont été trouvés par l'observation sur terre, mais jamais prouvés : ils ne sont probablement valables que dans l'espace terrestre et dans le temps terrestre et perdent leur influence sur les niveaux supérieurs, spirituels ou même divins.

L'homme, en tant qu'être spirituel immortel, peut également espérer se développer hors du cycle du terrestre, du devenir et du décès, de la naissance et de la renaissance, à la forme d'existence promise par toutes les religions sur des hauteurs plus brillantes, où d'autres concepts de temps prévalent - et par conséquent la loi d'entropie ne doit pas non plus s'appliquer.

Note finale: 

[je] Récemment (2015), on suppose un univers en expansion à une vitesse croissante vers l'infini.