Catégories
histoire des religions

Menace d'intégrisme religieux

Publié dans GralsWelt 22/2001) 
LE 11 SEPTEMBRE 2001 : 
Dans le Gralswelt 14/2000, sous le titre "Où est l'espoir pour les pauvres du monde ?"Dans certains pays, ce vide pourrait être occupé par l'islam en tant que nouvelle source d'espoir. 
Nous devons à présent nous familiariser avec le fait que les musulmans fondamentalistes de nombreuses nations n'attendent pas seulement de l'islam un État idéal et juste, mais qu'ils vouent également une haine profonde à l'Occident et à sa civilisation ; car du point de vue musulman 
* le monde islamique a été opprimé et exploité pendant des siècles par les puissances coloniales occidentales, 
* la civilisation occidentale, occidentale, chrétienne, veut détruire l'islam, 
* l'Occident est "impie" et donc l'ennemi naturel du "vrai croyant", c'est-à-dire du musulman, 
* Mahomet a été le seul fondateur de religion à devenir le fondateur et le souverain d'un empire qui était un État idéal - car fondé sur les lois révélées par Allah, selon leur conviction - et qui restera exemplaire pour tous les temps.
Ainsi, l'islam ne fait pas de différence entre la loi religieuse et le droit civil, car les commandements de l'islam régissent tous les domaines de la vie.
De plus, la conversion d'un musulman à une autre communauté religieuse est considérée par les musulmans stricts comme un crime passible de mort. Dans la pratique, il n'y a donc quasiment pas de convertis.
 
ORIENT ET OCCIDENT 
Il est indéniable que la plupart des États islamiques ont souffert du colonialisme des États occidentaux et islamiques (par exemple la Turquie).
Mais on ne peut pas, en toute justice, attribuer au colonialisme tous les problèmes des États islamiques actuels, parmi lesquels on ne trouve guère de démocratie, et "exonérer" le peuple, la religion et le gouvernement de toute responsabilité. (Sachant que "exonérer quelqu'un de toute responsabilité" implique en fin de compte une violation de sa dignité humaine. Cela signifie au fond ne pas lui accorder l'autodétermination intellectuelle).
 
On peut aussi voir dans la civilisation occidentale, qui se fonde sur la laïcité, la démocratie et la prospérité économique, un danger pour les religions ; car aucune religion n'est démocratique à l'origine.
La vie moderne s'éloigne de plus en plus des croyances ancestrales. Ce n'est pas sans raison que les musulmans craignent que, sous l'influence de l'Occident, de nombreux "orthodoxes" deviennent aussi "tièdes" vis-à-vis de l'islam que les Européens ou les Américains vis-à-vis des confessions chrétiennes.
L'attitude de nombreux imams est par conséquent défensive, de sorte qu'il est difficile d'imposer des réformes dans les États islamiques, à moins qu'elles ne puissent s'appuyer sur le Coran.
 
De plus, les religions monothéistes ont de toute façon tendance à être intolérantes, et le principe "un seul Dieu, une seule (vraie) foi, une seule Église (légitime)" a justifié beaucoup, trop d'actes de violence.
La tolérance religieuse, le respect des autres religions, étaient plus fréquents dans les cultes polythéistes, par exemple dans l'Antiquité, qu'au Moyen Âge européen, marqué par le monothéisme.
 
L'Ancien Testament de la Bible, fondement du judaïsme, l'une des plus anciennes religions monothéistes *), est déjà plein d'aversion pour les "idolâtres" et les "païens".
Le christianisme aussi a assez souvent oublié l'amour du prochain prêché par Jésus et pratiqué la haine de l'Ancien Testament.
L'islam, qui vit actuellement au 14e siècle **) selon sa propre chronologie, oscille entre la modération et la haine des infidèles, qui doivent être convertis ou détruits sur ordre d'Allah. Le Coran atteste de ces deux aspects ***).
En l'absence d'une interprétation du Coran et de la charia ****) obligatoire pour chaque croyant, il existe de nombreux groupes dont les prédicateurs aboutissent à des interprétations assez différentes. Tous semblent avoir en commun l'objectif de répandre l'islam dans le monde entier.
 
Les musulmans n'ont pas non plus l'expérience de la vie au milieu d'autres croyants.
Au cours des premiers siècles islamiques, les côtes sud de la Méditerranée et l'Espagne ont été conquises à partir de l'Arabie, et les nouveaux sujets ont été en grande partie convertis à l'islam.
Puis les tribus turques, mongoles et tatares ont envahi les pays islamiques et ont rapidement adopté leurs croyances.
L'islam a survécu - comme lors des croisades - ou les ennemis ont été convertis.
L'islam s'est ensuite répandu dans certaines parties de l'Inde, en Asie du Sud-Est et jusqu'aux Philippines, par la conquête ou par un travail missionnaire pacifique. La plupart du temps, l'islam est alors devenu la religion dominante. Sa croissance rapide montre, du point de vue des musulmans, l'action visible d'Allah. Dans les États islamiques, les croyants revendiquaient des privilèges par rapport aux autres croyants, qui n'étaient que tolérés, et qui étaient par exemple plus lourdement taxés.
Ce n'est que depuis quelques décennies que d'importantes minorités musulmanes, par exemple en Europe, vivent parmi des peuples ayant une autre conception de la religion et de l'État et doivent reconnaître que le sentiment de supériorité qu'on leur a inculqué vis-à-vis des "infidèles" n'est pas approuvé dans ces civilisations, qu'il est même contraire au droit en vigueur, et que l'intégrité de la vie, même de ceux qui pensent différemment, est un élément indispensable de la culture occidentale. Ces civilisations "occidentales" ne considèrent d'ailleurs nullement leur attitude comme une expression de faiblesse, mais comme un précieux acquis culturel.
 
FONDAMENTALISME RELIGIEUX 
A la fin du 20e siècle, le monde occidental pensait avoir surmonté le fanatisme religieux et considérait l'"Etat de Dieu" fondamentaliste iranien comme une exception. On ignorait que l'intolérance religieuse était toujours aussi virulente, même au cœur de l'Europe : 
En Irlande du Nord, la haine entre protestants et catholiques, incompréhensible pour les observateurs non concernés, a conduit à la guerre civile pendant des décennies, et en Yougoslavie, les catholiques, les orthodoxes et les musulmans se sont cruellement massacrés.
En Inde, des émeutes haineuses ont opposé hindous et musulmans, et la haine religieuse a éclaté au Sri Lanka, en Malaisie ou aux Philippines.
Sans parler de la Palestine, où, d'une part, les Arabes ne reconnaissent pas le droit à la vie de l'État d'Israël, tandis que, d'autre part, les extrémistes juifs revendiquent toute la terre, jadis juive aux temps bibliques, et veulent expulser les Palestiniens. Les extrémistes et les fondamentalistes qui utilisent des arguments religieux comme prétexte au nationalisme et au racisme, à la jalousie et à la haine, se trouvent sur tous les continents.
 
En revanche, on recherche souvent en vain l'influence des religions sur la paix et les liens entre les peuples, bien que toutes les religions du monde contiennent des directives en ce sens. Il n'est pas surprenant que de nombreuses personnes, en particulier les jeunes, se détournent des religions et se demandent si l'histoire du monde n'aurait pas été plus heureuse et plus pacifique sans les prêtres et leurs prétentions au pouvoir ! 
LES RELIGIONS DU MONDE
Religion : croyants en millions
Catholiques 1038
Protestants 346
Orthodoxes 216
Juifs 14
Musulmans 1200
Hindous 811
Bouddhistes 360
Shintoïstes 107
Der Spiegel n° 41, du 8.10.2001.  

LE CHOC DES CIVILISATIONS ?
 
Dans le cadre de la mondialisation inéluctable de la planète, les peuples et les nations se rapprochent, les différentes économies s'imbriquent les unes dans les autres et les mêmes principes économiques s'appliquent dans presque tous les pays, alors que les doctrines religieuses, les mœurs et les coutumes sont encore très différentes.
Une coopération multinationale ne peut être couronnée de succès que si des valeurs fondamentales, une sorte d'"éthique mondiale" (6), sont reconnues par tous les habitants de la Terre et s'imposent à l'échelle mondiale : Respect de la dignité humaine de chaque individu, tolérance religieuse, libertés civiles, séparation de l'Église et de l'État. La "Déclaration universelle des droits de l'homme", proclamée par l'Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948, n'est pas encore un droit en vigueur dans le monde entier, mais pourrait constituer une base de travail à cet effet.
Les églises chrétiennes ont dû s'habituer à l'affaiblissement de leur pouvoir au cours d'un processus de plusieurs siècles et, sous la pression des Lumières, ont fini par accepter des États qui garantissent des droits constitutionnels, dont la liberté de religion, pour tous.
D'autres hautes religions, comme le bouddhisme, n'ont pas eu beaucoup d'influence politique la plupart du temps.  
Il en va autrement de l'islam : de même que Mahomet était autrefois le prophète et le souverain d'un État, l'islam ne connaît jusqu'à aujourd'hui aucune séparation entre l'État et la mosquée, aucune différence entre le droit religieux et le droit étatique ; car le droit divin révélé par Allah à son prophète est bien entendu au-dessus de tout ordre juridique terrestre et humain. L'objectif de tout musulman pratiquant doit donc être d'imposer le droit islamique dans un État. Cela vaut également pour les États dans lesquels les musulmans sont en minorité !  
Il ne fait aucun doute que la grande majorité des musulmans souhaite vivre en paix et n'est pas agressive envers les personnes d'autres confessions. Mais il ne sert à rien non plus de fermer les yeux sur les fondamentalistes, comme cela a été pratiqué pendant de nombreuses années en Occident par humanisme mal compris : Car il existe dans l'islam un noyau dur d'êtres humains fanatiques qui, par conviction et haine de tout ce qui est occidental, appellent au djihad *****), justifient les crimes, la violence et la terreur par le Coran, et visent comme objectif final la destruction du mode de vie occidental et la propagation de l'islam sur toute la planète. Les cibles de cette haine sont en premier lieu les États-Unis en tant que puissance dirigeante du monde libre. Aux yeux des musulmans, les États-Unis et l'Europe poursuivent la politique coloniale des siècles passés, au détriment de nombreux millions de personnes dans les pays en développement, et ce reproche est malheureusement en partie justifié.
En Occident aussi, il y a des hypocrites qui parlent de droits de l'homme, mais qui les bafouent par appât du gain ******).
Le fait que les fanatiques musulmans utilisent leur intelligence et leur bonne éducation (occidentale) les rend encore plus dangereux en tant que criminels. Nous voyons que c'est une erreur fatale de penser que l'intelligence et l'éducation scientifique garantissent des personnes saines d'esprit.  
La majorité des musulmans pacifiques devront être jugés par les personnes d'autres confessions à l'aune de leur soutien aux fondamentalistes, qu'il soit financier ou simplement intellectuel, ou de leur engagement en faveur des droits de l'homme et de leur vote contre l'extrémisme dans leur pays d'origine. Ils sont appelés à s'en détourner résolument et ce marais nauséabond s'asséchera.
Si les musulmans veulent vivre dans les pays occidentaux, ils doivent respecter leurs constitutions, ce qui peut signifier qu'ils doivent coopérer avec les autorités locales pour lutter contre les crimes à connotation religieuse.  
Il nous sera alors plus facile de trouver une relation respectueuse avec l'islam et de reconnaître que l'islam est une "haute religion" qui a produit de grands hommes et qui mérite le respect.    

Supplément 2014 :   
Selon une étude du WZB de mars 2014, il faut partir du principe qu'environ la moitié des musulmans vivant en Europe sont fondamentalistes. (WZB Discussion Papar SP VI 2014-101. Berlin. WZB.) 

Notes de fin :  
*) En "Un porteur de vérité persan" nous avons souligné que, d'un point de vue historique, il n'est pas clair si c'est Zarathoustra, Akhenaton ou Moïse qui a été le premier monothéiste.  
**) Le calendrier mahométan commence avec la "hijara", la fuite de Mahomet de la Mecque à Médine en 622 de l'ère chrétienne.  
***) On peut comparer par exemple les sourates 9,5 ; 47,4 ; 61,4 avec 2,59 et 46, 31-34. Au début de son activité missionnaire, Mahomet espérait gagner les chrétiens et les juifs à l'islam. Lorsque cet espoir ne s'est pas réalisé, son agressivité envers les autres croyants a fortement augmenté. C'est ainsi que s'explique la différence frappante entre les sourates données à la Mecque et celles données à Médine.  
****) Charia = la loi islamique  
*****) Jihad = combat sacré. L'idée d'une lutte pour un objectif qui est bon au sens religieux. Il ne s'agit pas forcément de violence ou de guerre. Le djihad est "considéré comme l'un des moyens de répandre l'islam. Par conséquent, les non-musulmans doivent adopter l'islam soit volontairement, par la sagesse et les bons conseils, soit involontairement, par le combat et le jihad" (7, p. 71). Certains imams promettent le paradis à ceux qui sont tombés dans le jihad : "Et certes, si vous êtes tués ou mourrez dans le sentier d'Allah, le pardon d'Allah et la miséricorde sont meilleurs que ce que vous amassez. Et certes, si vous mourez ou si vous êtes tués, c'est vers Allah que vous serez rassemblés". (Coran, sourate 3, 151-152).
******) La grande majorité des Américains ne s'intéressent guère à la politique étrangère. C'est pourquoi les échecs de la politique étrangère américaine leur échappent et ils ne peuvent pas comprendre pourquoi les Etats-Unis sont impopulaires dans de nombreux pays en développement (et pas seulement dans les pays islamiques).  

Littérature:  
(1) "Le Coran", traduit de l'arabe par Max Henning. Reclam, Stuttgart 1960.    
(2) Essad Bey "Mohammed", DTV Munich 1991.    
(3) Glasenapp, Helmuth v. "Die fünf Weltreligionen", Diederichs, Munich 1963.    
(4) Huntington, Samuel "Der Kampf der Kulturen", Europa-Verlag, Munich 1997.    
(5) Kepel, Gilles "Die Rache Gottes, Radikale Moslems, Christen und Juden auf dem Vormarsch", Piper, Munich 1991.
(6) Küng, Hans "Projekt Weltethos", Piper, Munich 1996.    
(7) Laffin, John "Islam", Heyne, Munich 1989.    
(8) Tworuschka, Monika et Udo "Religionen der Welt", Orbis, Munich.