Catégories
histoire des religions

Les apocalypses au 21ème siècle

(Publié dans GralsWelt 45/2007)

Des siècles avant Jésus-Christ : la première proclamation de la fin des temps

Entre 1500 et 600 avant JC BC - les archéologues et les philologues sont très éloignés dans leurs dates ici - a proclamé le porteur persan de la vérité Zarathoustra (grec : Zoroastre. cf. "Un porteur de vérité persan" sous "Histoire religieuse") le dieu suprême Ahura Mazda, le créateur de toutes choses, de qui n'émane que le bien.

Mais dans le monde l'homme est exposé à deux forces motrices : l'une est « spenta » (sainte, vertueuse) et assignée à Ahura Mazda, l'autre est « angra » (mauvaise, hostile) et émane d'Ahriman, « l'esprit maléfique ». Le bien et le mal s'affrontent jusqu'à ce qu'à la fin des jours, Ahura Mazda impose un jugement définitif dans lequel le bien et le mal reçoivent leur juste récompense. C'est la grande décision vers laquelle se précipite le cours du monde.

Zarathoustra fut donc le premier à annoncer une apocalypse. Depuis lors, les croyants des religions les plus diverses attendent le « Jour du Jugement » : bouddhistes, hindous, indiens Hopi, juifs, catholiques, adeptes du New Age, occultistes, orthodoxes, païens, protestants, chiites, sunnites, témoins de Jéhovah, etc.

Au fil des siècles, les prophéties, les théologies, les visions et la science-fiction ont été utilisées pour décrire les événements probables de la fin des temps dans de nombreuses variétés - en fonction de l'attitude religieuse de leurs auteurs et du goût de l'époque. La littérature correspondante est imprévisible, mais suit fondamentalement le même schéma.

Maintenant, on voudrait supposer que ces apocalypses sont des notions médiévales qui n'ont aucune résonance dans notre ère post-industrielle. Mais c'est une erreur. Par exemple, dans les trois religions mondiales abrahamiques qui sont les plus importantes pour nous en Europe - le judaïsme, le christianisme et l'islam - il existe actuellement des groupes fondamentalistes qui s'attendent déjà à des événements de la fin des temps dans un avenir proche, s'y préparent et essaient même pour les influencer. Les adeptes des prophètes modernes de la fin des temps sont si nombreux et si influents qu'ils sont aussi politiquement efficaces.

Apocalyptique juive : En route vers la domination mondiale de Yahweh

Bien avant la rédaction du Nouveau Testament, il y avait l'apocalypticisme dans la Bible hébraïque que les juifs, les chrétiens et même les musulmans utilisent comme source à ce jour. L'accent est mis sur le livre de Daniel, qui parle de la résurrection des morts, du Jugement dernier et du règne ultime du monde par Yahweh :
« La domination, la puissance et la gloire de tous les royaumes sous tous les cieux sont données au peuple des saints du Très-Haut. Son royaume est éternel, et toutes les puissances le serviront et lui obéiront." (Dan. 7:27).

Le livre de Daniel a probablement été écrit au IIe siècle av. J.-C., c'est-à-dire après la soi-disant captivité babylonienne ; mais ses prophéties de la fin des temps sont toujours pertinentes, par exemple, pour les juifs strictement religieux du 21e siècle.
L'apocalyptique juive (qui n'a jamais complètement disparu au cours des siècles) a reçu un nouvel élan du rabbin Abraham Isaak Kook (1865-1934) et de son fils Tzvi Yehuda Kook (1891-1982), vénérés comme des saints. Aujourd'hui, il existe différentes variétés d'attentes juives à l'égard du Messie, qui diffèrent, par exemple, selon que le processus prédéterminé doit être accéléré par une action humaine active - y compris la violence - ou si le croyant doit humblement attendre l'impossible - parce que Dieu le veut - développement.
Les groupes fondamentalistes de la religion juive s'accordent dans une certaine mesure sur les croyances suivantes :
* Tous les événements historiques significatifs sont plus ou moins des étapes d'une histoire de salut (eschatologie) culminant avec l'apparition du Messie · L'histoire suit les événements primaires décrits dans les Saintes Écritures et d'autres traditions.
Les événements les plus importants pour l'eschatologie juive moderne, pour l'avenir d'Israël et du judaïsme dans le contexte de la prophétie biblique de la fin des temps sont ainsi également spécifiés comme suit :
* la reconquête de la Terre Sainte · la déclaration de Jérusalem comme capitale d'un empire israélien et la construction du Troisième Temple ;
* l'établissement d'un royaume sacré en Israël ;
* l'apparition du Messie.
* Même après l'apparition du Messie, les Juifs restent si "peuple élu de Dieu". Le reste du peuple n'est pas obligé d'accepter la foi juive. Mais tous les peuples reconnaissent Yahweh comme le Dieu suprême.
* Le paradis sur terre est éternel sous le règne de Yahweh, et non – comme dans le christianisme – limité au « royaume de mille ans ». L'attente juive de la fin des temps est également liée à un paysage spécifique. (7, p. 231).

D'un point de vue sioniste, les Juifs étaient en exil jusqu'en 1948, année de la fondation de l'État d'Israël. Enfin, après deux millénaires, Yahweh avait tenu sa promesse et ramené son peuple en "Terre Sainte". Maintenant ce peuple élu doit prendre possession de la "Terre Promise" envers et contre tout, faire de Jérusalem la capitale d'un nouveau royaume israélien, et reconstruire le Temple détruit par les Romains.
Les fondamentalistes juifs profondément religieux vivent avec cette conviction en Israël ainsi que dans la diaspora. Dans l'État laïc d'Israël d'aujourd'hui, ils ne forment qu'une minorité. Cependant, vous êtes représenté par quelques membres de la Knesset.

Christian Apocalyptic: La bataille pour la vérité

Depuis deux mille ans, il y a eu des chrétiens convaincus dans chaque siècle qui croient que le dernier jour est proche et imaginent les événements de la fin des temps à attendre. Diverses interprétations chrétiennes de la fin des temps, qui partent pour la plupart de l'apocalypse de Jean dans le Nouveau Testament, ont également retenu l'attention au XXe siècle. Une version poétique moderne est proposée, par exemple, par Vladimir S. Soloviev dans son "Récit de l'Antéchrist" (6).

Jusqu'en 1991, fin de l'Union soviétique, la guerre froide a fait l'objet d'exégèses apocalyptiques. Les Soviétiques étaient considérés comme l'empire de l'Antéchrist, et la Grande Apocalypse pouvait être interprétée, par exemple, comme la description d'une guerre nucléaire (4). Cette image de l'ennemi a changé. Depuis le 11 septembre 2001, l'adversaire de la « vraie foi » a été placé parmi les fondamentalistes chrétiens dans le fondamentalisme islamiste terroriste.

La bataille d'Armageddon
Le scénario chrétien de la fin des temps, qui a également varié pendant des siècles, semble brièvement résumé comme suit :
* Les problèmes dans de nombreuses régions du monde s'accumulent : guerres, catastrophes naturelles, famines, épidémies, pauvreté, inflation. Les responsables sont de moins en moins capables de faire face aux défis.
* Un leader charismatique émerge - avec un charisme énorme et un pouvoir convaincant. Les tièdes et les faux croyants sont séduits par les paroles hypocrites de cette personnalité.
* Le but de cet « antéchrist » est l'unification du monde (avec la capitale Jérusalem) sous les auspices du matérialisme, le christianisme étant rejeté.
* Lorsque l'Antéchrist croit qu'il y est presque, le Christ revenu apparaît et, avec l'aide divine, rassemble les bons autour de lui.
* Vient ensuite la grande bataille finale de la lumière contre les ténèbres, la "Bataille d'Armageddon". Cette bataille fait rage à la fois spirituellement et terrestrement.
* Les méchants seront détruits et Satan lié. La terre sera purifiée et les survivants purifiés de toutes les nations (y compris les Juifs) se convertiront au vrai christianisme et construiront un nouveau monde sous la direction de Christ.
* Le royaume de mille ans suit, après la fin duquel Satan est déchaîné. Mais il ne peut plus séduire l'humanité alors mûre, et il reste à jamais impuissant. (3).

Comme aux siècles passés, il y a aujourd'hui des croyants qui attendent cette fin des temps dans un avenir proche et essaient de s'y préparer par la vie chrétienne et la purification intérieure. Malheureusement, certains ne sont pas satisfaits de cette préparation spirituelle. Ils se sentent appelés à promouvoir le grand événement promis par Dieu lui-même à travers l'activisme terrestre, et par exemple à anticiper certains des événements prophétisés au moins partiellement - voire violemment.
Puisque Jérusalem et la conversion des Juifs font partie du scénario de la fin des temps, certains fondamentalistes chrétiens ont une relation ambivalente avec le judaïsme : bien que les Juifs doivent également être convertis au christianisme, Israël et sa ville la plus importante sont nécessaires pour la fin- événements temporels et doivent être conservés jusque-là. Pour les musulmans, cela a pour effet que les chrétiens se montrent solidaires du judaïsme.

George W. Bush : La politique « pour Dieu » ?
Lorsque le président américain George W. Bush parle de "l'axe du mal", il semble s'appuyer sur une conviction religieuse, ce que Gerhard Schröder rapporte dans ses mémoires :
«Ce qui m'a dérangé malgré l'atmosphère détendue et m'a rendu méfiant dans une certaine mesure: dans nos conversations en tête-à-tête, il était clair encore et encore à quel point ce président se considérait comme 'craignant Dieu' et en harmonie avec ce qu'il considéré comme la plus haute autorité. Cela m'a occupé pendant sa visite. Je peux très bien comprendre quand quelqu'un est une personne très religieuse et aligne sa vie privée sur la communion avec Dieu, en l'occurrence dans la prière. Le problème que j'ai avec une telle position commence là où l'impression surgit que les décisions politiques sont le résultat de parler à Dieu. Quiconque légitime ainsi les décisions politiques ne peut se permettre qu'elles soient modifiées ou même relativisées par la critique ou l'échange d'idées avec autrui. S'il permettait que cela se produise, il violerait une commission de Dieu qu'il a reçue dans la prière. Cette affirmation absolue, que j'ai rencontrée à maintes reprises en 2002 non seulement dans des conversations avec le président américain mais aussi dans ses déclarations publiques, a accru mon scepticisme politique - indépendamment de ma sympathie personnelle pour l'Amérique et son président. (5, p. 200).

Un ami de la famille du président George W. Bush - qui se décrit comme un "chrétien né de nouveau" - est le révérend Franklin Graham, fils du légendaire prédicateur Billy Graham, surnommé "la mitrailleuse de Dieu". Dans une interview à NBC deux mois après le 11 septembre 2001, Franklin Graham a déclaré :
« … la croyance de Mahomet est une 'religion très mauvaise et mauvaise'. Dans son livre de 2002, The Name, il a écrit que « le Dieu de l'islam n'est pas le Dieu de la foi chrétienne ». Les deux sont aussi différents que la lumière et les ténèbres. Après que le prédicateur vedette ait été invité par le Pentagone en avril 2003 à y tenir la prière du vendredi et à apporter un soutien spirituel aux soldats américains au Moyen-Orient, il y a eu de vives protestations de la part des musulmans américains et les politiciens libéraux ont voté pour Graham extrêmement embarrassant pour la « Cour ». Aumônier'." (7, p. 143).
Graham n'était pas et n'est pas le seul évangélique dans le cercle proche du président. (7, p. 176).

Tentatives missionnaires chrétiennes douteuses en Irak
Les tentatives de conversion des sociétés missionnaires chrétiennes en Irak suscitent également la colère des musulmans. Au cours de la première année d'occupation, des dizaines de milliers de brochures « Le Christ vous a apporté la paix » et un million de Bibles en arabe ont été distribuées.
De nombreux musulmans sont convaincus que l'apostasie de l'islam est un crime passible de la peine de mort. Les victimes de cette mission dirigée par des fondamentalistes chrétiens américains sont entre autres les chrétiens irakiens.

croisade chrétienne contre l'islam
Depuis le 11 septembre 2001, les fondamentalistes chrétiens ont vu les États-Unis combattre le diable, qui a révélé sa vilaine face de taliban, de terroriste ou d'ennemi de l'Amérique. Des décideurs de haut rang comme le général William Boykin (crédité des atrocités d'Abu Ghraib) prêchent la guerre contre les princes des ténèbres qui menacent le pays des libres (7, p. 131). Ainsi, une croisade moderne serait la réponse nécessaire au djihad.
Les fondamentalistes militants trouvent les outils idéologiques pour leur concept d'une armée américaine religieuse dans les textes bibliques, que Viktor et Victoria Trimondi ont trouvés dans le livre "Guerre des religions" (ici sous « Critiques de livres ») comme suit :
* La Militia Christi américaine mène sa "guerre sainte" comme une combinaison de patriotisme et de christianisme militant.
* Elle se bat comme une guerrière du bien contre le mal, contre "l'axe du mal".
* En fin de compte, elle se bat pour Dieu et contre le diable.
* Leur guerre est convenablement cruelle et impitoyable.
* Elle tue et prie.
* Elle attend la venue de Jésus-Christ comme Messie Militant.
* Il est basé sur un Christ guerrier tel que décrit dans l'Apocalypse de Jean.
* Elle mène une croisade contre l'islam.
* Elle est prête à souffrir le martyre pour sa foi chrétienne.
* Elle croit qu'elle sera récompensée par l'entrée au paradis. (7, p. 146 sq.).

Il est difficile d'imaginer que des ministres militants et des généraux évangéliques puissent inciter à l'hystérie des croisades dans un pays occidental démocratique comme ils l'ont fait aux XIe et XIIe siècles. Mais ils fournissent des munitions de propagande aux musulmans fanatiques qui justifient leurs tirades de haine et appellent au djihad comme une réponse nécessaire à l'annihilation supposée de l'islam planifiée par l'Occident.

Apocalyptique islamique : la révolution mondiale
Lorsque Muhammad a commencé à proclamer sa nouvelle foi, il espérait le soutien des Juifs; parce qu'il voulait parvenir à une combinaison plus complète du judaïsme et du christianisme. Il a été amèrement déçu. Parce que les Juifs en particulier ont refusé de reconnaître Allah comme le Dieu suprême et ont couvert ses prophètes de leurs moqueries. Mahomet les fit cruellement souffrir avec le massacre de 624 : des hommes juifs furent assassinés à Médine, et des femmes et des enfants furent réduits en esclavage.
Il y a un certain nombre de déclarations anti-juives dans le Coran qui servent à légitimer les actions des terroristes anti-israéliens.
Au cours des dernières décennies, un hadith du Prophète intitulé a reçu une attention particulière "L'arbre de Gharqad". De nombreux prêcheurs de haine se réfèrent à ce dicton, qui figure également dans le programme de base du Hamas. À propos de la fin des temps, il est dit ici :
"L'heure ne viendra pas avant que les musulmans combattent les juifs (et que les musulmans les tuent) jusqu'à ce que les juifs se cachent derrière des arbres et des rochers et que les arbres et les rochers disent : 'O Muvase, serviteurs de Dieu, voici les Juifs, venez les tuer ! – à l'exception de l'arbre de Gharqad, car c'est l'arbre des Juifs. (7, p. 386).

Cela fait du meurtre des Juifs une condition préalable à l'apparition du rédempteur islamique, le Mahdi ou Isa (Jésus), pour un fondamentaliste musulman strictement religieux.
Le conflit du Moyen-Orient – le différend en cours entre Palestiniens et Israéliens au sujet d'un pays trop petit pour sa population et disposant de trop peu d'eau – est ainsi entraîné dans le tourbillon des prophéties de la fin des temps ; il est stylisé comme une question de destin pour tout l'islam. Parce que la révolution mondiale islamiste est considérée comme un élément essentiel (ou synonyme de) la fin des temps !

Islamisme révolutionnaire
Les idées de base de l'islamisme révolutionnaire reposent sur un schéma eschatologique-apocalyptique, que Victor et Victoria Trimondi résument comme suit :
* Le monde existant (en particulier l'Occident) est mauvais, diabolique, décadent et impie pour l'islamisme.
* Le monde existant, mauvais et séculier doit être détruit jusqu'à la racine afin qu'un nouveau monde bon et saint puisse surgir. Les valeurs fondamentales du nouveau monde saint correspondent aux valeurs fondamentales de l'islam traditionnel.
* L'anéantissement de toutes les conditions sociales occidentales actuellement existantes se produit à travers la révolution mondiale islamiste.
* La méthode par laquelle la révolution islamiste mondiale remporte la victoire est la « guerre sainte » (jihad), qui légitime et exige la violence extrême, la terreur et le martyre (shahadat).
* Après la victoire sur le monde impie existant et son anéantissement, un monde nouveau, parfait et saint, une théocratie musulmane mondiale (le Califat), sera établi, guidé par les vraies lois de l'Islam. (7, p. 305).

L'idée d'une révolution mondiale islamiste est complexe et ne peut être traitée en quelques mots d'ordre. Mais les cinq thèses évoquées résument des principes et des modèles de pensée soutenus aujourd'hui par de puissants groupes islamistes. En tout cas, ces thèses suggèrent qu'un dialogue avec des fondamentalistes islamistes serait aussi prometteur qu'une discussion sur les droits de l'homme avec un inquisiteur médiéval.

L'apocalypse islamiste
Une littérature eschatologique complète de la culture islamique tente de décrire les derniers jours; elle est aussi diverse que les divers courants de l'Islam, mais peut être facilement comparée aux approches juives et chrétiennes correspondantes, bien qu'avec le signe opposé.

Sur la voie d'un échange culturel douteux, des courants intégristes des religions les plus diverses s'orientent sur une même matrice apocalyptique. Cela s'exprime déjà dans les idées fondamentales de l'islamisme révolutionnaire mentionnées ci-dessus. De plus, il y a les idées suivantes sur la fin des temps, qui sont répandues dans le monde islamique et apparaissent, par exemple, dans les déclarations d'Oussama ben Laden ou dans les discours de Mahmoud Ahmadinejad (1 et 10) :
* La guerre entre l'Islam et l'Occident est une guerre cosmique entre le bien et le mal, Dieu et Satan.
* La culture judéo-chrétienne de l'Occident et la laïcité occidentale forment ensemble "l'empire du mal".
* L'anéantissement des Juifs est un objectif primordial.
* Les musulmans attendent également la venue d'un homologue de l'Antéchrist, le "Dajjal" (un Juif), qui précédera le Rédempteur désiré, le Mahdi ou Isa.
* Aux yeux de nombreux musulmans, le Hamas, le Hezbollah, les talibans, Ben Laden et al-Qaïda sont des "guerriers saints" dans le Jugement dernier qui a déjà commencé. (7, p. 421).

Les politiciens occidentaux qui veulent contrer de telles aberrations religieuses avec la diplomatie habituelle sont au mieux naïfs. Mais une réponse par le contre-terrorisme fondamentaliste chrétien ou même la guerre serait fatale.

Les fondamentalistes fanatiques ne constituent pas la majorité dans la plupart des pays islamiques ; mais ils obtiennent beaucoup, trop d'approbation. Ils sont souvent assez puissants pour influencer les décisions du gouvernement. Il n'y a actuellement guère de gouvernement dans un pays islamique qui oserait remettre en question le Coran. Cela seul contient suffisamment d'explosifs idéologiques - tout comme la Bible. (Ce que l'on peut critiquer dans les pays occidentaux, alors que pour la plupart des musulmans, le Coran est "la parole incréée d'Allah".)

Les élites éduquées des pays islamiques savent, bien sûr, que les nombreuses apocalypses - parfois contradictoires - ne conviennent pas comme instructions concrètes pour l'action politique. Cependant, aucun gouvernement dans un État islamique ne peut simplement ignorer les sensibilités de la majorité des croyants, qui peuvent avoir été agités par des mollahs fondamentalistes. Le Siècle des Lumières vient à peine de commencer dans les pays islamiques.

En route pour "Eurabia" ?
Entre-temps (2006), environ 15 millions de personnes appartenant à la religion musulmane vivent également en Europe, et la tendance est à la hausse. En conséquence, les valeurs occidentales et islamiques semblent s'affronter en Europe. Un islamisme révolutionnaire a également perpétré des attentats terroristes en Europe. Certains des assassins musulmans sont nés et ont grandi en Europe occidentale. D'autres attaques ont été menacées.
Pourquoi l'hostilité pourrait-elle prospérer sous la civilisation libertaire et démocratique de l'Occident ?
* Est-ce l'exploitation post-coloniale du soi-disant tiers-monde qui incite à la rébellion ?
* Faut-il se résigner à l'échec de l'intégration des musulmans en Europe occidentale, façonnée par les Lumières ?
* Que les Lumières ne peuvent prévaloir dans les pays islamiques ?
* L'appel de Cassandra d'Oriana Fallaci (2) s'applique-t-il même que nous sommes en route vers "Eurabia" ?
* L'intégrisme islamiste est-il compatible avec les constitutions européennes ?
* Avons-nous fermé les yeux sur les groupes anticonstitutionnels qui abusent de la liberté religieuse depuis trop longtemps ?

Fin des temps - tournant : où en sommes-nous vraiment aujourd'hui ?

La croissance démographique mondiale est ininterrompue. Le réchauffement climatique sera difficilement contrôlable. De nombreuses ressources, notamment l'eau, se raréfient. La mondialisation économique provoque des bouleversements majeurs dans le commerce mondial, dans l'industrie et sur les marchés des capitaux. Les réseaux sociaux se fragilisent. Une bataille redoutée pour les matières premières et les lieux de vie pourrait éclater à tout moment sur la terre surpeuplée. Les solutions aux problèmes de politique économique et sociale proposées par des décideurs impuissants – ou irresponsables – échouent ou sont très en deçà des plans. De plus en plus de gens s'inquiètent pour l'avenir.

Comme toujours dans les moments critiques, les croyants cherchent du réconfort dans leur religion. Ils lèvent les yeux et demandent l'aide du Très-Haut.
En période d'incertitude, les prophéties et les interprétations prophétiques des Saintes Écritures sont régulièrement demandées. Si les considérations rationnelles ne montrent aucun moyen d'échapper au désastre imminent redouté, ressenti ou prophétisé, il reste l'espoir d'une intervention divine, du Jugement dernier.
Au cours des millénaires passés, les gens ont trouvé des signes de l'approche de la fin des temps à chaque siècle. Souvent, ils croyaient aussi reconnaître l'Antéchrist dans une personnalité significative.
Jusqu'ici toujours en vain.
En sera-t-il autrement au 21ème siècle ?
Ou notre terre sera-t-elle laissée aux lois de la nature sans aucune aide surnaturelle et merveilleuse de l'extérieur ?

Abd-ru-shin dit dans son ouvrage "Dans la lumière de la vérité" que les lois de la création venant de Dieu incluent le libre arbitre de l'esprit humain. C'est pourquoi l'homme a une grande liberté, qui lui permet même d'ignorer les limites des lois naturelles. Mais plus la frontière est franchie, plus l'interaction mise en mouvement doit être drastique.
Tant les personnes qui attendent l'apocalypse que les non-croyants devraient pouvoir se rencontrer sur une base : sur la base de la raison. Avec un effort honnête, nous devons lutter pour une coexistence pacifique de tous les peuples de notre planète. Les économistes, les écologistes et les politiciens ne peuvent résoudre seuls cette tâche. Les religions ont aussi un devoir. Ils doivent en particulier être particulièrement conscients de la responsabilité qu'ils ont vis-à-vis de la "Créateur du Ciel et de la Terre" porter, auquel croient les professeurs de toutes les religions abrahamiques.

A mon avis, les slogans hostiles, confessionnels, fondamentalistes, militants, apocalyptiques ne sont en aucun cas une contribution pieuse à l'avenir de la terre, de l'humanité et de toute vie sur terre.

Littérature:
(1) Der Spiegel, 22/2006 du 29 mai 2006.
(2) Fallaci Oriana, Le pouvoir de la raison, List, Berlin 2004.
(3) Hagl Siegfried, L'Apocalypse comme espoir, Droemer-Knaur, 1984.
(4) Philbert Bernhard, Christian Prophecy and Nuclear Energy, R. Brockhaus, Wuppertal 1980.
(5) Schröder Gerhard, Décisions, Hoffmann et Campe, Hambourg 2006.
(6) Soloviev Vladimir S., L'histoire de l'Antéchrist, Vita Nuova, Tübingen 1946.
(7) Trimondi Victor et Victoria, Guerre des religions, Wilhelm Fink, Paderborn 2006.
(8) Urban Martin, Pourquoi les gens croient, Eichborn, Francfort 2005.
(9) www.iivs.de/~iivs01311/H.Krieg/Hamas.htm.
(10) www.iivs.de/~iivs01311/H.Krieg/Iran.htm.
(11) http://gimf1.wordpress.com/tag/article.
(12) Elmar Thevessen/Souad Mekhemmet, The Big Ditch – Religious Fundamentalists on the Advance, documentaire ZDF (8 mars 2007).