Catégories
économie et affaires sociales

La fin du contrat social

(Publié dans GralsWelt 34/2004)

« Si donc le contrat social est méconnu de tout ce qui n'est pas de son essence, il se trouvera limité à ceci : ensemble, nous tous, chacun de nous, soumettons sa personne et toutes ses forces sous le guide suprême. de la volonté commune ; et nous, en tant que corps, considérons chaque membre comme une partie inséparable du tout.  Jean-Jacques Rousseau : « Du contrat social » (4, p. 312).

ÉTAT ET SOCIÉTÉ
Le développement historique se fait souvent par vagues, et ce qui est considéré comme bon aujourd'hui est abandonné demain, pour être repris après longtemps. Par exemple, les opinions sur la meilleure forme de gouvernement ont également changé.

Depuis les temps anciens, il y a eu peu de doute sur la bonne forme de gouvernement pendant de nombreux siècles : une communauté devait être gouvernée par un empereur, un roi, un duc, un comte, c'est-à-dire par un prince monarchique (plutôt qu'autocratique). D'autres formes de gouvernement avaient échoué dans l'Antiquité.

Le 510 avant JC La démocratie athénienne fondée par Clisthène a survécu moins de deux siècles, interrompue par l'introduction de l'oligarchie (411 avant JC) et le règne des 30 tyrans (404-403 avant JC). Elle connut une belle époque, l'ère de Périclès (500-429 av. J.-C.), un grand démagogue qui savait très bien manipuler l'électorat inconstant - majoritairement analphabète.

Avec des fonds détournés de la Ligue navale de Delian (ou Attic), de magnifiques bâtiments ont été érigés sous l'égide de Périclès, et les Athéniens vivaient dans le luxe subventionné par l'État, sur le dos d'esclaves, d'étrangers et de leurs alliés qui devaient "payer la facture" . Quiconque rivalisait avec Athènes (comme Égine) ou voulait quitter la communauté de défense de la Confédération de la mer de Délos, dont les Athéniens abusaient en leur faveur (comme Samos), était conquis, la ville rasée et la flotte confisquée.

Au milieu de la guerre contre Sparte, ces Athéniens, aussi belliqueux qu'inconstants, risquaient aussi des raids frivoles ; une expédition sicilienne si désastreusement ratée (414-413 av. J.-C.). Ils se sont déchirés dans des conflits entre factions et ont ruiné leur cité-état dans la guerre fratricide avec Sparte (guerre du Péloponnèse, 431-404 av. J.-C.).

Les fiers Grecs, l'élite philosophique et artistique de l'Europe, ont glissé dans le côté le plus laid de la démocratie à Athènes, et dans l'autocratique Sparte, la puissance militaire autrefois apparemment invincible a sombré dans sa propre injustice et sa dureté cruelle.

Il se peut donc que la culture avancée de la Grèce ait été conquise par les Macédoniens plus primitifs d'un point de vue civilisationnel en 337 av. a été soumis.

La République romaine, fondée en 510 av. BC a remplacé une royauté détestée en Italie, a duré plus longtemps et a eu plus de succès que la démocratie grecque. Cependant, les conflits en cours entre patriciens et plébéiens, ainsi que les guerres d'esclaves (par exemple 136-132 avant JC) ont secoué la république. Le grand soulèvement des gladiateurs et des esclaves dirigé par Spartacus (73-71 av. J.-C.) amena même l'empire au bord de la défaite. Après la destruction de Carthage (146 av. J.-C. cf. « Carthage – le premier État capitaliste ? ) sont venues des réformes sociales urgentes, qui, cependant, ont été à nouveau édulcorées par la résistance des patriciens, qui dominaient le sénat. Le mécontentement plébéien a aidé les chefs militaires populistes à contrôler le Sénat autrefois respecté.

Après l'assassinat de César (44 avant JC) et la guerre civile qui a suivi, Octave (63 avant JC-14 après JC, avec le titre honorifique Auguste = le sublime) est devenu le seul dirigeant et Rome est devenue l'empire. Sous les « Césars », elle atteint sa plus haute splendeur et sa plus grande étendue. La république avait échoué après quatre siècles d'expansion réussie avec de nombreuses guerres, justes et injustes.

L'ÉTAT IDÉAL
Les philosophes ont presque toujours recherché l'état idéal : Platon (427-347 av. J.-C.), Augustin (354-430), Campanella (1568-1639), William Morris (1834-1896) et bien d'autres.

Les premiers colons d'Amérique du Nord - chassés d'Europe par l'intolérance religieuse - ont voulu mettre en pratique l'utopie de Thomas More (1478-1535) ou la Nouvelle Atlantide de Francis Bacon (1561-1626). Dans leurs communautés nouvellement fondées, cependant, le fanatisme religieux a donné le ton.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les monarques se sont avérés incapables de lire les signes des temps. En France, par exemple, avec sa monarchie absolutiste, le pays le plus riche d'Europe a été appauvri par des fêtes scintillantes à Versailles et des guerres insensées sur le Rhin. De précieuses colonies ont été perdues à cause de la corruption et de la stupidité, la marine a été négligée et personne n'a vu la décision imminente de savoir si le monde du futur parlerait français ou anglais. Des omissions que même un Napoléon ne saurait corriger.

L'Angleterre a également perdu sa possession d'outre-mer la plus précieuse (l'Amérique du Nord) à cause de l'entêtement borné de son roi. (Cf. "Court, concis, curieux" page 358 "Comment une baisse de prix a déclenché une révolution").

Les formes de gouvernement monarchiques – souvent purement despotiques – avaient montré trop de faiblesses, l'éthique chrétienne avait échoué et les nouvelles idées d'État des philosophes des Lumières attiraient de plus en plus l'attention.

La Déclaration d'Indépendance américaine est basée sur la philosophie des Lumières, comme le sont les constitutions de la plupart des pays modernes, ou la Charte des Nations Unies.
Outre les principes constitutionnels fondamentaux des constitutions d'aujourd'hui, comme la séparation des pouvoirs (Montesquieu, 1689-1755), les libertés civiles, l'égalité devant la loi, etc., le « contrat social » propagé par Rousseau (1712-1778 ) a attiré l'attention, avec la déclaration qui donne à réfléchir :
"Entre le faible et le fort, c'est la liberté qui opprime et la loi qui libère." (6, p. 36).

Avec cette nouvelle compréhension de l'État, les revendications sociales ont également attiré l'attention. Les conflits politiques des XIXe et XXe siècles ont souvent été caractérisés par des affrontements entre le capital et le travail. Dans ce processus, la suprématie initiale des propriétaires de capitaux dans les pays industrialisés a été limitée et des normes sociales minimales ont été atteintes, dont la mise en œuvre mondiale serait l'une des tâches les plus urgentes de l'ONU à l'heure actuelle.

LE NÉO-CAPITALISME
Dans la guerre froide, non seulement deux blocs militaires surarmés s'affrontaient, mais surtout deux idéologies : appelées capitalisme et socialisme.

Le socialisme était l'espoir des pauvres et des opprimés qui attendaient un ordre mondial social plus juste. Marx, Engels, Lénine ont été lus partout dans le monde, et les partis et groupes sociaux ont imposé - du moins dans les pays industrialisés orientés vers l'Occident - un capitalisme modéré sans l'abus brutal des travailleurs observé aux 18e et 19e siècles.

Mais aujourd'hui, après l'effondrement du bloc socialiste, le "turbo-capitalisme" reprend ses droits au XXIe siècle, la lutte pour les ressources et les marchés de vente prend de nouvelles formes, le "contrat social" est pratiquement rompu , « la liberté qui opprime » est en hausse.

Dans les États de la CEI (successeur de l'URSS désintégrée), la violence d'État a été largement remplacée par le crime organisé, et dans les pays en développement, presque rien ne fonctionne sans corruption.

Dans les pays industrialisés, qui sont encore des États de droit fonctionnant raisonnablement, le déclin des bonnes mœurs devient de plus en plus évident : les sociétés mondiales falsifient les bilans ; Des entreprises réputées sont impliquées dans le commerce illégal d'armes, elles contournent les interdictions d'exportation, encouragent la contrebande de cigarettes et échappent aux taxes. Les politiciens et les fonctionnaires peuvent être achetés et soumis à un chantage. Ainsi, la frontière entre criminalité en col blanc et criminalité organisée s'estompe ; ensuite:
"Le crime organisé est le stade le plus élevé du capitalisme lui-même. Là où la rationalité marchande totalitaire et l'aveuglement néolibéral font rage, le bien commun, l'État et la loi sont en grave danger. La société démocratique est dépouillée de ses pouvoirs immunitaires. (9, p. 267).

Les agences gouvernementales se plaignent des coffres vides, du travail non déclaré et du manque d'honnêteté fiscale ; mais ils ne veulent pas voir l'argent qui leur manque pour des causes publiques couler dans trop de canaux obscurs qui ne servent pas le bien commun.

Quiconque, à mon avis, veut se confronter à la vision d'un avenir que nous approchons malheureusement aussi en Allemagne peut le faire en utilisant l'exemple du paysage urbain de Palerme : en se promenant dans le centre-ville autrefois magnifique, on peut presque sentir la « pieuvre ” (Mafia) suce la ville à sec et la laisse se perdre. Cette « pieuvre » permet encore aux gens de survivre, mais elle leur enlève tellement qu'elle ne suffit pas pour prospérer, par exemple pour entretenir ou rénover leurs maisons (qui seraient répertoriées dans notre pays).

Il serait plus facile de remplir nos coffres vides si nos responsables politiques et fonctionnaires, au lieu de se plaindre, s'assuraient que les personnes impliquées dans le crime organisé ne puissent pas s'enrichir sans encombre et en toute impunité. Pourtant, nos décideurs semblent être désemparés, désemparés, aveugles, impuissants, incompétents, achetés, soumis à un chantage ou effrayés, craignant peut-être même pour leur vie, tous voyant la renaissance du capitalisme précoce brutal, l'affaiblissement de l'État de droit et la propagation de le crime organisé est-il aussi paralysé ?

Les gangsters organisés à l'échelle internationale, souvent appelés "mafia", tirant d'énormes profits du trafic de drogue, d'armes et de femmes, exercent depuis longtemps une influence sur les gouvernements et sont bien plus solides financièrement et mieux organisés sur le plan logistique que, par exemple, le redoutable El Qaida. Ces faits ne sont connus du public que dans des cas exceptionnels. Quiconque veut en faire rapport aura du mal à obtenir des informations utiles et mettra sa vie en danger. Si les citoyens étaient conscients de toute l'ampleur de la catastrophe criminelle qui se profile, il y aurait les plus grandes manifestations de tous les temps et aucun des politiciens endormis, craintifs ou corrompus ne serait réélu.

Cette évolution malheureuse semble convenir aux institutions supranationales et aux grandes entreprises actives au niveau international, car elles propagent un avenir dans lequel les droits démocratiques fondamentaux, la sécurité juridique, l'influence de l'État sur l'économie, les droits des employés, les normes sociales et écologiques peuvent être sapés :

LA MONDIALISATION
Comme nous l'avons vu dans "mondialisation de l'immoralité", ici sous " Economie et Affaires Sociales " dit, avec la liberté illimitée de l'économie, les maximes morales et la responsabilité sociale tomberont également au bord du chemin, car :
« La logique immanente du capitalisme a toujours inclus l'oppression et l'exploitation de la majorité des gens par de petits groupes puissants. En Europe occidentale (sans parler de l'est de notre continent), la violence capitaliste est de plus en plus mêlée à la violence criminelle. (9, p. 266).

Le bloc de l'Est capitaliste d'État avec son idéologie mensongère a accru l'exploitation des personnes jusqu'à son effondrement. À sa place est venue une économie néo-libérale prétendument à l'occidentale, qui a livré les anciennes nations socialistes à des groupes prêts au crime qui se sont impitoyablement enrichis. (8, p. 105 sq.).

En Occident, après l'effondrement du bloc de l'Est, on dit qu'il n'y a pas d'alternative à une mondialisation effrénée, et le capitalisme privé rigoureux est en passe de tester la capacité des gens à souffrir jusqu'à ce que des forces opposées imposent un revirement : religieux, politiques, économiques forces écologiques, nationales, humaines, sociales ; espérons pas des révoltes, des actions terroristes ou même des guerres. Car un capitalisme voleur qui utilise tous les moyens pour arriver à ses fins ne durera pas éternellement !

L'idéologie néo-libérale absurde d'une croissance économique illimitée à l'aide d'une mondialisation - prétendument imparable - est souvent glorifiée dans les reportages quotidiens, et ses inconvénients sont rarement mentionnés. Mais la mondialisation signifie plus que la libre circulation de l'argent et des biens : elle affaiblit les États, sape les systèmes juridiques, réduit les obligations sociales et, comme effet secondaire (indésirable ?), encourage le crime organisé, qui a une influence croissante sur la politique et le système judiciaire. (9, p. 209 sq.).

Une autre conséquence de la mondialisation est la course aux investisseurs, notamment parmi les pays en développement. Les pays aux exigences sociales et écologiques les plus faibles ont les plus grandes "chances".

Si les États – riches ou pauvres – veulent attirer les riches et effrayer les pauvres en baissant les impôts et en supprimant les obligations sociales et caritatives, le « contrat social » devient obsolète, tout comme la responsabilité des États et des entreprises (également inscrite dans la loi fondamentale allemande). loi) pour le bien commun a pris fin. Ce serait la "liberté totale" vénérée par les fétichistes de la libre entreprise, dans laquelle l'économie peut prospérer sans entrave, quelles que soient les personnes qu'elle est censée servir. Le capitalisme privé mondial devient ainsi une fin en soi et s'approche alors de la transition vers le chaos.

LITTÉRATURE:
(1) Fernau, Joachim : « Salutations de César », Herbig, Munich 1971.
(2) Fernau, Joachim : "Des roses pour Apollon", Herbig, Berlin-Grunewald, 1965.
(3) Boxberger, Gerald/Klimenta, Harald : "Les dix mensonges de la mondialisation", DTV, Munich 1998.
(4) Oberndörfer, Dieter/Rosenzweig, Beate : "Philosophie d'État classique", CH Beck, Munich, 2000.
(5) Roth, Jürgen: "Mains sales - comment les pays occidentaux coopèrent avec la mafia de la drogue", Bertelsmann, Munich 2000.
(6) Rousseau, Jean Jacques : « Le contrat social », Reclam, Stuttgart, 1958.
(7) Thurow, Lester C. : « The Future of Capitalism », Metropolitan, Düsseldorf/Berlin 2000.
(8) Walter, Joachim : "Le rêve de tous les rêves", VMA, Wiesbaden 1990.
(9) Ziegler, Jean : "Les barbares arrivent", Bertelsmann, Munich 1998.
(10) http://www.roemischerepublik.de.