Catégories
économie et affaires sociales

mondialisation de l'immoralité

(Publié dans Grail World 33/2004)

"Nous ne créerons pas un nouveau monde
jusqu'à ce que nous ayons créé de nouveaux hommes.
Henri Miller (1891-1980)

ZONES ÉCONOMIQUES MONDIALES
Les politiciens ne se lassent pas d'affirmer que la mondialisation du monde est un processus imparable et irréversible que personne ne peut arrêter ou même retarder. Comme s'il existait une vision humaine, une croyance, une idéologie, une règle, une mesure qui ne pouvait pas en être autrement. Des développements apparemment imparables – comme nous l'avons su par la suite – auraient souvent pu se dérouler tout à fait différemment. Vous auriez pu en décider autrement.

La création de grands et plus grands espaces économiques est aussi un concept utopique choisi pour la construction d'un "monde meilleur". Jusqu'à présent, toutes ces approches - qu'elles soient religieuses, philosophiques, politiques, économiques, idéologiques - ont échoué ou sont restées bien en deçà des avantages promis.

Des contes de fées politiques sont même inventés pour justifier les étapes nécessaires sur la voie privilégiée de la mondialisation, comme l'affirmation que les guerres ne sont plus possibles au sein d'une union économique ou d'une zone à monnaie unique - comme les États de l'euro.

Heureusement, personne n'a besoin de compter avec une guerre entre la France et l'Allemagne, par exemple ; mais pas pour la raison que la même devise s'applique dans les deux États. Parce qu'une telle revendication n'est pas historique : l'horrible guerre civile en Yougoslavie a éclaté dans un peuple qui – à part les religions – avait appartenu à la même culture pendant des siècles, parlait la même langue et avait une monnaie unique. Les rébellions nord-irlandaises, kurdes, tchétchènes ou palestiniennes ne sont pas freinées en vivant dans la même monnaie que leurs oppresseurs réels ou imaginaires. Et la guerre civile américaine a éclaté même si le Nord et le Sud avaient le dollar.

L'affirmation selon laquelle chaque citoyen sera mieux loti dans le cadre de la mondialisation que sans elle doit encore être confirmée. Peut-être que la concurrence internationale en partie ruineuse conduit à des prix moins chers. Cependant, les produits moins chers n'offrent une amélioration de la qualité de vie que si le chômage n'augmente pas drastiquement en même temps et que la concurrence mondiale ne se fait pas au détriment de l'environnement. Reste à savoir qui seront les gagnants de la mondialisation. Pour le moment, la libre circulation de l'argent est particulièrement utile pour les spéculateurs de devises et la mafia, tandis que le libre-échange mondial est particulièrement utile pour les grandes entreprises actives au niveau international et le trafic de drogue. Il ne faut pas attendre trop d'altruisme, d'esprit communautaire, de responsabilité sociale de la part de ces groupes.

Les États nationaux, en revanche, sont progressivement déresponsabilisés et les possibilités des gouvernements individuels, par exemple en matière de création d'emplois, sont de plus en plus restreintes. Le transfert de décisions importantes à des institutions supranationales non démocratiquement légitimées n'a pas grand-chose à voir avec la démocratie tant vantée.
Mais ce travail s'intéresse moins au côté politique de la mondialisation qu'au côté éthique.

POLITIQUE INTÉRIEURE MONDIALE
Le XXe siècle, le siècle des grandes guerres, a entraîné le dépassement de l'idée d'État-nation comme un résultat positif. Sur le plan intérieur, les États-nations étaient – du moins sur le papier – des États constitutionnels ; en politique étrangère, le droit international s'appliquait en théorie, en pratique la loi du pouce prévalait.

Après la Seconde Guerre mondiale, un changement de paradigme*) a commencé. La pensée de l'État-nation, combinée à l'impérialisme, au colonialisme, au nationalisme et au racisme, avait suivi son cours. Au moins, les États européens ont reconnu que désormais les organisations internationales telles que l'UE, l'OCDE et l'ONU**) doivent assurer la paix mondiale avec une pensée transnationale.

Afin de créer la base éthique indispensable à la coopération, le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a réuni un groupe de vingt « personnalités éminentes ». Ceux-ci devraient préparer un rapport sur le dialogue des cultures sur un nouveau paradigme des relations internationales. Ce manifeste a été présenté le 9 novembre 2001 et s'intitulait « Crossing the Divide » (2). La nouvelle vision politique du monde devrait remplacer la politique de pouvoir et de prestige par la compréhension, le rapprochement et la réconciliation.

A la fin du XXe siècle, on pouvait être confiant : la guerre froide était finie, la troisième guerre mondiale n'avait pas eu lieu, et l'affrontement entre les grandes puissances faisait place à la coopération.

Mais ensuite, le 21e siècle a commencé par un faux départ dévastateur le 11 septembre 2001, presque simultanément avec la présentation du Manifeste d'espoir des Nations Unies susmentionné. Après une explosion de haine jusque-là inimaginable du fanatisme religieux des gens, beaucoup de choses qui étaient auparavant tenues pour acquises ont dû être reconsidérées. Espérons que cela n'entraînera pas un revers durable pour la mise en œuvre d'une politique intérieure mondiale humaine.

Aussi belle et importante que soit la politique intérieure mondiale de l'ONU, espérons-le, réussie, pour préserver la paix, elle a encore besoin d'autre chose : l'éthique des affaires.

LE DEVELOPPEMENT DE L'ECONOMIE
L'économie oscille souvent entre les extrêmes : liberté et coercition, boom et crash.

Après de longs siècles, au cours desquels on se souciait peu des relations économiques, et où la tâche de l'économie consistait avant tout à procurer les fonds nécessaires à la maison princière pour atteindre ses objectifs (souvent inutiles), les scientifiques ont également développé des théories économiques plus sérieuses au cours des Lumières.

De l'économie classique du XVIIIe siècle est née l'idée de libre-échange, l'idée de concurrence sans entrave, qui a été propagée au XIXe siècle principalement par l'Angleterre et les États-Unis et a trouvé un soutien politique massif - jusqu'à la guerre de l'opium** *) .

Cependant, l'économie libérale n'a pas été en mesure de livrer les bénédictions promises. Au lieu d'un développement égal, elle a oscillé entre boom et crash, plein emploi et ruine. L'écart de richesse entre les riches et les pauvres s'est creusé et la dépendance des pauvres s'est accrue. Les guerres ont été alimentées plutôt qu'empêchées par l'économie libérale.

La Grande Dépression de 1929 a ensuite jeté le discrédit sur le libéralisme et l'économie contrôlée par l'État a connu un essor: sous diverses variétés, du capitalisme d'État bolchevique à l'économie contrôlée des États nationalistes en passant par le "New Deal" de Roosevelt ****).

Après la Seconde Guerre mondiale, deux systèmes politiques, mais aussi économiques s'affrontent : "la liberté ou le socialisme".

Dans de nombreux pays du monde, le socialisme était l'espoir des pauvres ; l'Occident ne pouvait gagner que s'il ajoutait une composante sociale à l'idée d'une économie libérale effrénée: une «économie sociale de marché», car elle est devenue un modèle d'économie prospère en République fédérale, sous la devise «prospérité pour tout". L'économie avait de nombreuses libertés; mais l'État a fixé des limites (droit de la concurrence, formation de cartels, contrôle des fusions, etc.) et s'est occupé du bien commun (chômage, retraite et assurance maladie, sécurité sociale, syndicats libres, etc.).

Puis le bloc communiste s'effondre et la libre entreprise semble avoir triomphé. Les économistes comme les politiciens l'ont propagé et le propagent comme le seul bon système, comme un modèle pour le monde. Qui veut savoir que les deux systèmes – capitalisme et socialisme – reposent sur les mêmes schémas de pensée : le matérialisme. (Voir. "L'intelligence fait tic-tac à gauche")

Il s'agissait désormais de libérer l'économie de marché de tous les carcans que la législation sociale lui avait imposés pendant la guerre froide, d'introduire la concurrence mondiale et de donner une liberté totale à l'entrepreneuriat. Alors la pauvreté disparaîtrait et tout le monde vivrait de mieux en mieux.

POURQUOI LA MONDIALISATION ?
Après la disparition sans se plaindre du bolchevisme, l'économie occidentale s'est sentie comme le vainqueur incontesté du concours des idéologies. Aucune autre économie ne pourrait rivaliser avec "l'économie de marché libre". Il était temps de mettre en place cette forme d'économie à l'échelle mondiale : sous le mot-clé « mondialisation ».

Cependant, cette mondialisation est le résultat d'une compulsion : à proprement parler, la soi-disant « économie libre » est extrêmement non libre, car elle est soumise à une pression insupportable : la compulsion de croissance ! À savoir pour la croissance matérielle.

La croissance économique continue est considérée comme essentielle, malgré le fait qu'une telle croissance est impossible à maintenir sur une planète finie avec des ressources finies ! (cf. "Le dilemme des intérêts", rubrique « Économie et affaires sociales »).

Dans les pays riches, la demande est saturée et il ne faut plus s'attendre à une poursuite de la croissance à l'échelle souhaitée ; il faut donc "sortir dans le monde". Ce qui a commencé avec le colonialisme - la sécurisation des sources de matières premières et des marchés de vente à l'étranger - doit être poursuivi par la mondialisation. Le monde entier devient le terrain de jeu des grandes entreprises, qui peuvent ainsi maintenir la croissance continue absurde et à long terme insoutenable de l'économie pendant des décennies jusqu'à ce que la consommation des ressources, la croissance démographique, la pollution et la destruction de l'environnement conduisent à la catastrophe : après nous le déluge !

Mais apparemment, seuls les pessimistes (comme moi) qui font obstacle au progrès avec leur « philosophie rétrograde de la salopette » pensent à la protection de l'environnement et à la conservation des ressources. Un économiste engagé dans le progrès, en revanche, doit rendre hommage à la folie de la croissance et savoir qu'il y a 1,2 milliard de personnes en Chine, par exemple, qui – pour vivre « humainement » selon les normes américaines – ont besoin d'au moins 500 millions d'automobiles (en Allemagne il y en a 40 millions). Quel marché à ouvrir ! Et faites-le maintenant, avant que les autres n'arrivent ! Il vaut mieux ne pas se demander si l'environnement peut encore supporter de telles charges supplémentaires.

LA MONDIALISATION DE L'IMMORALISME
Les grandes entreprises actives au niveau international produisent depuis longtemps là où la production est la moins chère ; choisir le siège de leur entreprise là où les impôts sont les moins élevés et, avec l'aide des meilleurs experts, savoir comment déjouer les réglementations nationales ; généralement légal mais pas toujours éthiquement inattaquable. Car la concurrence « dure », ruineuse pour les faibles, impose des mesures brutales qui apparaissent parfois comme une rechute dans le colonialisme ou même comme une forme moderne d'esclavage. Les chrétiens fidèles devraient y reconnaître l'expression d'un principe luciférien.

Cette mondialisation de l'immoralité inclut aussi l'utilisation rigoureuse des ressources de la terre. Il n'est pas rare que des pays économiquement faibles disposant de ressources précieuses soient forcés de jouer le rôle de fournisseurs de matières premières exploités sans pitié. Le fait que les soi-disant « élites » des pays sous-développés ne soient pas moins responsables de ce pillage des pauvres que les clients aisés des pays industrialisés n'excuse pas leur comportement contraire à l'éthique.

Des normes d'éthique économique applicables au niveau international sont donc nécessaires de toute urgence avant que la concurrence absolue ne plonge la plupart des travailleurs dans la pauvreté (surtout les moins qualifiés) et que tant d'entreprises ne soient obligées d'abandonner qu'il ne reste que des cartels bien financés qui se partagent le marché et détruisent la diversité culturelle qui s'est développée pendant des milliers d'années avec leurs produits standardisés.

Une économie totalement mondialisée sera également sujette aux crises. Comme on peut l'observer dans la nature, les biotopes sont d'autant plus stables que leur composition est variée, alors que les monocultures deviennent instables. De même, de nombreuses petites zones économiques peuvent globalement mieux faire face aux récessions ou aux catastrophes naturelles qu'une hyperéconomie totalement en réseau.

L'éthique chrétienne – dont les Occidentaux aiment parler sans vraiment les appliquer – ne pourra guère s'affirmer dans le monde. Mais au-delà des différentes cultures et des différentes religions, il doit être possible de trouver un moyen de s'entendre sur des normes minimales.

Toutes les hautes religions ont une image de l'homme qui interdit la tricherie et l'oppression des autres êtres humains et protège les biens culturels. Quiconque prend au sérieux la Déclaration des droits de l'homme des Nations Unies devrait accepter quelques pierres angulaires de l'éthique des affaires : interdiction du travail commercial des enfants, limitation des heures de travail quotidiennes ou hebdomadaires, salaires permettant un revenu raisonnable (selon les conditions locales), assurance maladie et retraite, règles pour la SST. Si des exigences minimales humaines ne peuvent être appliquées dans un monde qui a plus de possibilités techniques, économiques et politiques que jamais auparavant, il faudra se poser la question des bonnes intentions des décideurs.

Actuellement, les normes (s'il y en a) sont très éloignées dans les différentes régions du monde, et il n'est pas rare que de vieux égoïsmes barrent la voie à un ordre économique mondial éthique. Mais cette voie doit être trouvée si notre terre ne veut pas faire face à une période de conflits du travail, d'émeutes de la faim, de soulèvements, de guerres civiles et d'attentats terroristes résultant de déséquilibres sociaux intolérables.*****)

Notes de fin : 
*) Paradigme = vision (scientifique) du monde
**) UE = Union européenne, OCDE = Organisation de coopération et de développement économiques, ONU = Nations Unies
***) Guerre de l'opium = cf. "La Chine II La Chine et l'Occident", sous "Historique".
****) New Deal = le programme du 32e président des États-Unis pour stimuler l'économie américaine en crise par diverses mesures gouvernementales.
*****) En schématisant un peu on peut dire que les 80 % des personnes vivant dans les pays les plus pauvres ont à leur disposition environ 20 % des produits fabriqués ; tandis que les 20 % de personnes vivant dans les pays riches disposent de 80 % de la richesse générée. Ainsi, en moyenne, une personne dans le monde industrialisé a 16 fois le revenu d'une personne dans le monde en développement. Malgré l'aide au développement, ce déséquilibre n'a cessé de s'accroître au cours des dernières décennies.

Littérature:
(1) Brinkmann, Carl: "Histoire économique et sociale", Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1953.
(2) « Bridges to the Future », Manifeste pour les Nations Unies, Fischer, Francfort 2001.
(3) Chossudovski, Michael : "Globally brutal", deux mille un, Francfort, 2002.
(4) Fischer, Wolfram : "Expansion - Intégration - Mondialisation", Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1998.