Catégories
la science

Darwin et l'évolution partie 3

L'homme comme élément de la nature

Publié dans GralsWelt numéro spécial 21/2008

Le 30 novembre 1864, l'élite des naturalistes britanniques se réunit à Somerset House à Londres pour honorer l'un des plus grands naturalistes anglais :

Charles Darwin reçoit la médaille Copley, la plus haute distinction qui puisse être décernée. À l'époque, la médaille Copley était presque aussi prestigieuse que le prix Nobel l'est aujourd'hui.

La personne ainsi honorée ne prend pas part à cette réunion glamour car elle soupçonne le tumulte qui doit venir : Comme le souligne expressément le président de la Société, Darwin est honoré pour ses services à l'histoire naturelle, mais expressément pas pour son livre publié en novembre 1859 « A propos de l'origine des espèces ». Cinq ans après sa première publication, cet ouvrage est toujours une nuisance pour beaucoup.

"Oh mon Dieu! Nous sommes censés descendre des singes ? ! Espérons que ce n'est pas vrai - mais si c'est vrai, espérons que ça ne sortira pas."
L'épouse de l'évêque de Worcester.

"La question de toutes les questions pour l'humanité, le problème qui sous-tend tous les autres et qui intéresse plus profondément que tout autre, c'est la détermination de la place de l'homme dans la nature et ses rapports avec la totalité des choses."
Thomas Henry Huxley (1825-1895).

Darwin ne voit pas d'inconvénient à ce qu'il soit si réprimandé même par des experts qui pourraient en savoir plus. Il travaille depuis longtemps sur un volume de suivi, qui ne sera publié qu'en février 1871 et viendra encore chauffer les discussions : "De la descendance de l'homme".

L'évolution de la vie
Lorsque Darwin publia ses travaux sur l'origine des espèces, la théorie de l'évolution était déjà dans l'air ; car Darwin a aussi eu des prédécesseurs qui remontent à l'antiquité :

Jean Baptiste Lamarck (1744-1829) a proposé la première théorie sérieuse de l'évolution en 1809, dans laquelle il décrivait le changement des organismes au fil du temps, des plus petites créatures aux plantes et animaux les plus compliqués.

Aussi Érasme Darwin (1731-1802) - le grand-père de Charles Darwin - était sur la bonne voie. Il s'est demandé si la sélection naturelle était le moteur de l'évolution.

de Charles Darwin Le mérite est une collection méticuleuse de faits en faveur de l'évolution, et plus particulièrement la formulation de sa théorie de la sélection. (Partie 2 "Le monde dynamique de la nature").

La dispute du siècle sur "l'ascendance des singes" portait principalement sur les hypothèses suivantes, qui échauffaient l'esprit :

1. Le monde n'est pas dans un état statique mais change et évolue constamment. Ce point de vue était également partagé par des géologues tels que Charles Lyelle (1797-1875). Sa théorie de l'actualisme suppose que les mêmes forces géologiques étaient et sont à l'œuvre dans le passé comme elles le sont aujourd'hui. En conséquence, les changements géologiques prennent généralement beaucoup de temps.

2. L'évolution se poursuit pas à pas. Ça ne finit jamais.

3. Tous les êtres vivants - y compris les humains - descendent d'un ancêtre commun et ont évolué par petites étapes sur une longue période de temps.

4. La force motrice derrière l'évolution de la vie est la sélection naturelle, qui se déroule en deux phases : Premièrement, une progéniture (autant que possible) avec des caractéristiques différentes est produite. S'ensuit alors dans la "lutte pour l'existence" la sélection (sélection) des créatures les mieux adaptées.

En conséquence, le monde et la vie ne sont pas apparus par un acte unique de création. Rien dans le monde n'est statique, tout est sujet au changement : montagnes, rivières, lacs, mers, plantes, animaux, personnes.

Toute vie est un produit de l'évolution. Même Homo sapiens - en tant que créature parmi tant d'autres - n'est pas sorti directement des mains de Dieu et n'a pas de position biologique prédominante dans la nature.

Le compagnon d'armes le plus connu de Darwin Thomas Henry Huxley (1825-1995) reconnut très vite une conséquence que Darwin avait évitée dans "L'origine des espèces" :

"La théorie darwinienne rejette sans plus tarder le créateur personnel et ses interventions temporaires dans la transformation de la création et dans la création des espèces, ne laissant pas la moindre place au fonctionnement d'un tel être. Dès que le premier point de départ, le premier organisme, est donné, alors par la sélection naturelle la création se développe à partir de celui-ci d'une manière continue à travers tous les âges géologiques de notre planète..." (6, p. 36).

Bien sûr, Darwin savait que ses thèses correspondaient à la vision chrétienne du monde (partie 2 "L'homme dans la nature") avec sa doctrine biblique de la création, le créationnisme. Cependant, il n'a fait référence qu'à ce "L'origine de l'homme" position prudente :

« Je sais que certains qualifieront les conclusions atteintes dans cet ouvrage de hautement irréligieuses ; mais celui qui le fait doit montrer pourquoi il est plus irréligieux d'expliquer l'origine de l'homme en tant qu'espèce distincte par descendance d'une forme inférieure, par les lois de la variation et de la sélection naturelle, que d'expliquer l'origine de l'individu. expliqué par les lois de la reproduction ordinaire. La genèse de l'espèce et de l'individu sont des parties égales de cette grande séquence d'événements que notre esprit ne peut absolument pas considérer comme le résultat d'un simple hasard - que nous soyons ou non capables de comprendre que toute légère variation de structure, l'unification de chaque couple dans le mariage, la dispersion de chaque semence et d'autres événements de ce genre ont tous un but particulier. (2, p. 272).

Les fidèles chrétiens ont été choqués par cette "destruction du plan divin". La philosophie naturelle et la religion étaient en guerre. Vers quoi l'homme doit-il tendre ? Selon les « Saintes Ecritures » ou selon les « Lois de la Jungle », la « Bataille dans la Nature » ? 

La lignée des singes
Dans "L'origine des espèces", Darwin indiquait en une seule phrase que l'homme devait également être considéré comme faisant partie de la nature :

"Une nouvelle lumière tombera sur l'origine de l'humanité et son histoire." (3, p. 570). 

Sur les origines humaines :
"Le résultat le plus significatif de ce livre, que l'homme descende d'une forme modestement organisée, sera d'un grand scandale pour beaucoup. Je le regrette, mais il ne fait guère de doute que nous descendons de barbares. Je n'oublierai jamais mon étonnement à la première vue d'un troupeau de Tierra del Fuego sur une côte sauvage et accidentée; parce que tout d'un coup ça m'est passé par la tête : c'était comme ça nos ancêtres. Ces personnes étaient absolument nues et enduites de peinture, leurs longs cheveux étaient ébouriffés, leurs bouches écumaient d'excitation et leurs expressions étaient sauvages, surprises et méfiantes. Ils ne connaissaient presque aucun art et, comme des bêtes sauvages, ils vivaient de tout ce qu'ils pouvaient obtenir. Ils n'avaient pas de gouvernement et étaient impitoyables envers quiconque n'appartenant pas à leur propre petite tribu. Quiconque a vu un sauvage dans sa patrie n'aura plus honte de reconnaître que dans ses veines coule le sang de créatures encore moindres. Pour ma part, je descendrais plutôt de ce petit singe héroïque qui attaqua son terrible ennemi pour sauver la vie de son gardien, ou de ce vieux babouin qui, descendant des hauteurs, délivra en triomphe son jeune camarade du milieu d'un meute de chiens emportée que d'un sauvage qui se régale des tourments de ses ennemis, offre des sacrifices sanglants, tue ses enfants sans état d'âme, traite sa femme en esclave, ne connaît pas la décence et est hanté par les superstitions les plus hideuses.
Du dernier chapitre de The Descent of Man (2).

Mais le débat autour de la théorie de la sélection de Darwin – des années avant l'apparition de « l'ascendance humaine » – a été le plus intensément déclenché par la question : les humains descendent-ils des singes ?

En septembre 1863 - soit 8 ans avant que Darwin ne le commente en détail - affirmait Ernst Haeckel (1834-1919), le célèbre "professeur singe" d'Iéna, lors d'une conférence devant la réunion des naturalistes et médecins allemands :

« Par conséquent, quant à nous-mêmes, les humains, en tant que vertébrés les plus organisés, nous aurions notre ancêtre commun le plus ancien dans les mammifères simiens, plus loin dans les marsupiaux kangourous, encore plus haut dans la Période dite Secondaire en reptiles ressemblant à des lézards, et enfin, encore plus tôt dans le temps, dans la période primaire à rechercher chez les poissons peu organisés. (8, p. 98).

Donc la "question du singe" est fausse. Personne ne prétend que les humains descendent des singes, mais Darwin et ses contemporains éduqués en biologie ont supposé que les humains et les singes partageaient des ancêtres. Mais l'ascendance des singes a été et est restée pendant longtemps le slogan de nombreux débats, souvent infondés.

Les prêtres et les personnes liées à la dénomination ont réagi les plus inquiets. Pour eux, il n'était en aucun cas acceptable que les "vérités des Saintes Écritures" soient remises en question par des spécialistes des sciences naturelles et que la primauté de la religion sur la science soit remise en question.

Faiblesses de la théorie de la sélection
De nombreuses questions sur l'évolution étaient - et dans certains cas sont encore aujourd'hui - sans réponse. Les critiques de Darwin pourraient ainsi pointer des lacunes dans les hypothèses.

A l'époque, personne ne savait comment allaient se produire les multiples variations essentielles à l'évolution ; on ne savait rien des mutations si importantes dans la perspective d'aujourd'hui. L'« héritage des caractéristiques acquises » était une condition préalable presque évidente au fonctionnement de la sélection.

Darwin lui-même était conscient qu'il restait encore beaucoup à faire, mais il pouvait espérer que d'autres chercheurs pourraient progressivement combler les lacunes.
Il a lui-même abordé un problème qui est encore discuté aujourd'hui :

"Si un organe composé pouvait être démontré, dont l'achèvement n'aurait pas pu être accompli par de nombreuses petites modifications successives, ma théorie était vouée à l'effondrement. Cependant, je ne suis pas en mesure de trouver un tel cas. (3, p. 229).

Représentants de "Intelligent Design" ("Un univers construit", sous "Science") pour utiliser les propres pensées de Darwin pour réfuter la théorie de la sélection.

Le débat d'Oxford, 30 juin 1860
Dans cette discussion bien connue, les points de vue de la science et de la religion se sont violemment opposés :
Le point culminant souvent cité était une question de l'évêque d'Oxford, Samuel Wilberforce (1805-1873), sur Thomas Henry Huxley (1825-1895), le défenseur éloquent et vif d'esprit de la théorie de la sélection : Stamme er (Huxley) "plutôt le singe du côté du grand-père ou du côté de la grand-mère" ? Huxley a répondu "il préférerait descendre d'un singe que d'un homme qui n'utilise le pouvoir, la capacité et l'influence que pour ridiculiser une discussion scientifique sérieuse".
Une dame s'est évanouie. Les fidèles de la Bible Fitz Roy, autrefois capitaine de Darwin sur le Beagle, a agité une Bible au-dessus de sa tête avec incrédulité et a imploré les personnes présentes de croire Dieu au-dessus des hommes.
Huxley avait gagné.
(http://www.dpz.gwdg.de/web/hominiden/pdf.1_3_darwin.pdf).

science, religion et éthique
Darwin était par nature un homme religieux, croyant en Dieu et bon. Cependant, il n'était pas d'accord avec les déclarations de la Bible et les enseignements de son église (Partie 1 "Le voyage de Darwin vers la connaissance").

Sa théorie de l'évolution a changé la conscience religieuse de nombreuses personnes au 19ème siècle, mais il n'était guère dans son intérêt que la théorie de la sélection soit reprise par des cercles antireligieux - tels que les matérialistes et les communistes - et interprétée dans un sens athée, anti -manière religieuse et misanthrope. Au cours de ce processus, des conclusions de grande portée ont été tirées des observations de la nature et étendues à la société humaine et à sa coexistence sociale.

Tous les détracteurs de Darwin n'étaient pas des fondamentalistes religieux étroits d'esprit qui diabolisaient fondamentalement tout ce qui contredisait leurs convictions religieuses. Certains voyaient la possibilité d'une érosion des valeurs morales, le déclin redouté de l'éthique chrétienne, si la « loi de la jungle » était appliquée à la société humaine.

Comme nous devons le montrer (Partie 4 "La loi de la jungle"), ces craintes n'étaient pas sans fondement.

Darwin pouvait-il prévoir les dérives du « darwinisme social » ? Peut-on lui reprocher les développements malheureux du XXe siècle ?

Littérature:
(1) Clark Ronald W., Charles Darwin, Fischer, Francfort 1984.
(2) Darwin Charles, La Descente de l'homme, Kröner, Stuttgart, 1966.
(3) Darwin Charles, L'origine des espèces, Schweizerbart, Stuttgart, 1867.
(4) Darwin Charles, Le Voyage du Beagle, Marebuch, Hambourg, 2006.
(5) Grün Johannes, Création un plan divin, Verax, CH-7537 Müstair/GR, 2000
(6) Huxley, Thomas Henry, Preuve de la place de l'homme dans la nature », Gustav Fischer, Stuttgart, 1963.
(7) Schmitz Siegfried, Charles Darwin - une vie, dtv, Munich, 1982.
(8) Schmitz Siegfried, Charles Darwin, Hermes Handlexikon, ECON, Düsseldorf, 1983.
(9) http://www.harunyahya.com/en/darwinism03.php.
(10) http://science.orf.at/science/news/93245