Catégories
histoire des religions

La mission chrétienne - une utopie ratée

Autrefois c'étaient les missionnaires chrétiens, aujourd'hui ce sont les prédicateurs du néo-libéralisme qui ne parviennent pas à répondre aux préoccupations des peuples « à convertir ».

(Publié dans GralsWelt 66/2011)

Pendant des siècles, les Églises d'Occident se sont donné pour tâche de répandre les enseignements chrétiens dans le monde entier. L'appel à le faire se trouve dans la Bible, par exemple dans Matt. 28, 18-20. En conséquence, le Ressuscité dit à ses disciples :

« Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc vers tous les peuples et faites de tous les hommes mes disciples; baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur tous à obéir à ce que je vous ai prescrit.  

Peu de temps après la mort de Jésus sur la croix, le travail missionnaire de ses disciples a commencé. En l'espace de trois siècles, le christianisme s'est répandu dans tout l'Empire romain et au-delà jusqu'en Abyssinie et en Inde.

La prochaine grande poussée pour le travail missionnaire est venue avec le colonialisme. Partout où des conquistadors portugais ou espagnols ou d'autres conquérants européens ont envahi des terres étrangères, ils étaient accompagnés de prêtres et de moines. Ceux-ci se sentent appelés à convertir les « païens » ignorants d'outre-mer au christianisme. Par le baptême et la foi en Jésus-Christ, les indigènes devaient être rachetés et sauvés de l'enfer.

Pendant la période coloniale, différentes églises chrétiennes (évangéliques, catholiques, orthodoxes) et même différents ordres religieux (dominicains et jésuites) se disputaient les âmes des païens et rivalisaient, parfois de façon laide, les unes avec les autres.

De nombreux missionnaires ont travaillé avec les meilleures convictions, ont travaillé dur, ont enduré des épreuves et ont souvent risqué leur vie au service de leur Église. On ne peut s'empêcher de parler avec respect des réalisations de certains missionnaires. (Cf. "Court, concis, curieux" page 254 "Utopie dans la jungle"). Cependant, ils manquaient surtout de compréhension de la culture et des traditions de ceux qui devaient être convertis. A moins qu'ils ne veuillent se départir de leurs anciens rites, ils étaient traités d'hérétiques et leur patrimoine culturel et religieux détruit. Par exemple, presque tous les écrits mayas ont été brûlés - au grand dam des chercheurs modernes.

Même l'enseignement bien intentionné dans les écoles missionnaires - en particulier au XXe siècle - n'a souvent pas abouti au succès espéré. Les écoliers plus âgés qui savaient lire préféraient souvent lire Marx, Engels, Lénine et Mao plutôt que la Bible. De cette manière, les missionnaires du monde en développement ont involontairement contribué à la diffusion des idées communistes.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, le travail missionnaire chrétien s'est en grande partie arrêté. L'islam est plus susceptible d'attirer de nouveaux croyants, pour lesquels des prédicateurs agressifs dans de nombreux pays font massivement campagne, alors que dans la plupart des États islamiques, aucune diffusion d'autres idées religieuses n'est possible.

L'arrogance sous le masque de la philanthropie
"Le défenseur des droits de l'homme, comme le missionnaire, est en réalité souvent un ennemi incorrigible des personnes qu'il pose en ami, car il n'a ni assez d'imagination pour comprendre leurs besoins réels ni assez d'humilité pour écouter leurs besoins, comme s'ils étaient son propre. Alors l'arrogance, le fanatisme, l'importunité et l'impérialisme apparaissent sous le masque de la philanthropie.
Georges Santayana (6, p. 249)

Une occasion manquée

En Amérique du Sud, dans la seconde moitié du XXe siècle, le christianisme a eu l'occasion de pratiquer sérieusement ses propres enseignements, et ainsi de donner à sa foi et à son travail missionnaire des impulsions contemporaines et nouvelles au-delà de l'Amérique.

catholique théologiens de la libération ont vu une tâche pour leur église dans la lutte contre la pauvreté, l'oppression et l'injustice. Le christianisme originel était surtout une religion des pauvres, des opprimés, des esclaves ; un groupe cible reconnaissable à ce jour dans l'annonce chrétienne (cf. "Le feu du christianisme" sous « Histoire religieuse »).

Au XXe siècle, cependant, les Églises officielles n'étaient pas plus capables de se résoudre à prendre position contre la répression étatique et pratiquaient officiellement l'injustice qu'elles ne l'étaient au Moyen Âge. Apparemment, la peur de perdre son propre pouvoir était plus grande que le courage de défendre les valeurs chrétiennes et, dans les cas extrêmes, même d'affronter le martyre. Un second François d'Assise (1181-1226) et un pape qui comprenait ses préoccupations manquaient probablement à l'appel.

Ainsi, les théologiens de la libération ont été diffamés en tant que communistes et mis à l'écart. Certains de leurs partisans ont désespéré de leur église et sont devenus des extrémistes violents - par exemple le novice jésuite Michael Nothdurfter (1961-1990) du Tyrol du Sud : Déçu par son église, il est venu aux vues communistes grâce à la théologie de la libération et a été abattu alors qu'il prenait des otages.

"L'homme est accro et dépendant comme jamais auparavant"
"Depuis 1989, nous vivons dans un ordre économique mondialisé et unifié de technocratie, qui revendique et établit un contrôle absolu sur l'espace, le temps et la création. La machine, mue par la compulsion de produire plus, tourne, confirmée par des succès technologiques aux proportions inimaginables. Il est programmé pour "plus" en termes de vitesse, de productivité, de consommation et de profit pour environ vingt pour cent de l'humanité. Ce programme est plus efficace et violent que tous les empires historiquement comparables avec leurs tours babyloniennes. Au sein de la Grande Machine, les gens ne sont pas seulement, comme Marx l'a vu, "aliénés" de ce qu'ils pourraient devenir, mais en même temps dépendants et dépendants comme jamais auparavant."
Dorothée Solle (10, p. 241)

Les promesses néolibérales de salut

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les missionnaires chrétiens ont été remplacés par des propagandistes qui représentaient les idées néolibérales avec le même parti pris idéologique que les missionnaires avaient autrefois leurs dogmes.

Cependant, il ne s'agit plus de salut, mais de conditions sociales (prétendument) idéales et de prospérité économique. Une utopie laïque prend la place du paradis spirituel autrefois promis dans l'au-delà. L'échec attendu de cette utopie terrestre néolibérale peut alors difficilement être dissimulé - contrairement aux promesses religieuses du paradis, qui ne sont pas exécutoires.

Encore une fois, tout le monde est prêché que dans la nouvelle ère du capitalisme mondial pour tous les peuples seulement un chemin vers un avenir heureux. Et encore une fois c'est une manière des Européens[je] et nord-américains. Les économistes, les travailleurs du développement et les militants des droits de l'homme ont pris la place des missionnaires. Leur promesse de salut est la démocratie et une économie libérale basée sur le modèle occidental.
"Cette croyance que l'humanité est au seuil d'une nouvelle ère relève de la science sociale par nature, mais ce n'est que la dernière variété de croyances apocalyptiques remontant à l'Antiquité.", écrit Cohn Norman écrit dans le livre "L'attente de la fin des temps" (3, p. 9).

"La dignité et l'honneur ne comptent plus !"
"L'abolition de toutes les règles, plus précisément la réduction de toutes les règles à la loi du marché, est le contraire de la liberté - à savoir son illusion. Les valeurs démodées et aristocratiques comme la dignité, l'honneur, le défi, le sacrifice n'y comptent plus.
Jean Baudrillard (1929-2007) (13)

Après la guerre froide

Pendant la guerre froide, le communisme était un concurrent redouté de l'Occident. Il fallait prouver au monde que, par exemple, "l'économie sociale de marché" basée sur le modèle allemand[ii] mène à la "prospérité pour tous" et est clairement supérieure à l'approche communiste.

Une exploitation impitoyable de l'homme et de la nature au sens d'une « économie de marché » néolibérale était donc interdite dans la compétition entre les deux systèmes politiques.

Après l'échec de la mauvaise gestion bolchevique, le néolibéralisme est passé à l'offensive. Il était maintenant propagé que des conditions idéales devraient se produire partout si seulement la démocratie, une économie de marché libre et la libre circulation des biens et des capitaux étaient introduites - selon le modèle américain. Quiconque s'opposait à cette demande était diffamé en tant que communiste, dénoncé comme une menace pour la paix mondiale ou compté comme faisant partie de "l'axe du mal".

politologue américain François Fukuyama (5) est d'avis que "la fin de l'histoire" est atteinte lorsque la démocratie libérale s'avère être la "forme humaine ultime de gouvernement" appliquées dans le monde entier. Cette forme idéale de gouvernement apporterait les meilleures conditions de vie possibles à tous. (Voir. "Le début du 21ème siècle", rubrique « Économie et affaires sociales »).

Les tenants de ce "libéralisme messianique" peuvent certainement être comparés aux missionnaires. Tous deux - missionnaires comme prédicateurs du néolibéralisme - étaient ou sont inébranlablement convaincus de la justesse de leurs idéologies et ne jugent pas nécessaire de répondre aux besoins spécifiques - culturels, religieux et économiques - des peuples à convertir.

Puisque la puissance mondiale (encore) la plus forte se tient derrière les fétichistes du marché, ils ont réussi à démanteler les barrières commerciales, à la déréglementation et à la mondialisation. Ces mesures ont principalement aidé les pays industrialisés, tandis que les pays pauvres attendent toujours la reprise promise.

Un complot mondial ?

Toutes sortes de théories du complot circulent de toutes parts. Des sociétés secrètes telles que les francs-maçons ou les Illuminati planifient prétendument le renversement, la domination (occulte) du monde, en utilisant différents moyens. Vraisemblablement, de telles histoires d'horreur sont délibérément diffusées pour détourner l'attention des véritables approches de la domination mondiale. De facto, une économie capitaliste, soutenue par la première puissance occidentale, est déjà en train d'assumer la « domination mondiale ».:
« Sous le Nouvel Ordre Mondial, la politique étrangère des États-Unis est déterminée par les planificateurs militaires du Département d'État, du Pentagone et de la CIA. Ils entretiennent également des contacts avec des représentants du FMI[iii], la Banque mondiale et l'Organisation mondiale du commerce (OMC). La bureaucratie financière internationale de Washington, à son tour, qui est responsable des réformes économiques meurtrières qu'elle impose au tiers monde et à la plupart des anciens pays de l'Est, entretient des liens étroits avec l'establishment financier de Wall Street.
Les puissances qui se cachent derrière ce système sont les banques et les organisations financières mondiales, le complexe militaro-industriel, les géants du pétrole et de l'énergie, les sociétés de biotechnologie et les puissantes sociétés de médias et de communication avec leurs fausses nouvelles et leurs distorsions flagrantes des événements mondiaux.
(2, p. 12 ; cf. l'encadré "Monétarisme ou droits de l'homme ?" dans "Le début du 21e siècle" rubrique « Économie et affaires sociales »).

"La guerre et les marchés libres vont de pair"
« A l'aube du troisième millénaire, guerre et « marchés libres » vont de pair. D'une certaine manière, la guerre est le traité multilatéral d'investissement de dernier recours. Il détruit physiquement ce qui n'a pas encore été détruit par la déréglementation, la privatisation et l'application des « réformes du marché ». La colonisation militaire directe et la mise en place de protectorats occidentaux ont pour objectif de facto de donner aux banques et multinationales occidentales un accès sans entrave aux marchés concernés, afin qu'elles puissent – comme l'exigent les règles de l'OMC – agir aussi bien à l'échelle mondiale que sur un marché national. La "diplomatie des missiles" d'aujourd'hui réitère la diplomatie de la canonnière utilisée pour faire respecter le "libre-échange" au 19e siècle.
Michel Chossudovsky (2, p. 34)

Les transactions financières risquées favorisées par ce système économique néo-capitaliste ont entraîné des turbulences économiques, des krachs bancaires et des faillites nationales. L'économie mondiale oscille entre boom et crash. Les spéculateurs expérimentés peuvent s'enrichir dans les deux phases. Si la spéculation risquée pour maximiser les profits échoue, alors les managers ratés tentent, parfois avec succès, de reporter les pertes sur les contribuables !

Ce qui apparaît alors à beaucoup comme un complot n'est généralement rien de plus que la conséquence du système économique néo-capitaliste dominant dans le monde, qui ne veut pas être limité par des réglementations légales ou des directives éthiques. Les responsables des banques et de la grande industrie font ce pour quoi ils sont payés : générer les rendements les plus élevés possibles !

Si, par exemple, une société par actions ne vise pas le rendement maximum, mais agit de manière économiquement responsable, pense socialement, prend en compte les intérêts de ses salariés et veut assurer la pérennité de l'entreprise, alors ses actionnaires doivent accepter un rendement inférieur du capital. Le cours de l'action de l'entreprise en question chute, et « l'entreprise modèle social » devient candidate à la reprise. Tôt ou tard, cette entreprise sera rachetée à bas prix, remise sur la "bonne voie" sous une nouvelle direction ou démantelée avec profit.

La résistance grandit

Comme on pouvait s'y attendre, des forces opposées au système économique turbo-capitaliste actuellement dominant se forment. Cependant, moins de partis politiques, dont la tâche serait de contrecarrer les développements indésirables. Les contre-mouvements viennent principalement de la société civile. Il y a des ONG (Organisations Non Gouvernementales, organisations non gouvernementales) telles qu'Apollo Alliance, Attac, Greenpeace, des initiatives citoyennes, etc. Ici, des "visionnaires sans pouvoir" diffusent leurs idées alternatives et tentent de gagner un public plus large pour de nouvelles voies .

Les chemins empruntés par ces mouvements alternatifs sont ardus et fastidieux. Les groupes et partis établis sont difficiles à persuader de repenser, et la masse de la population, souvent insuffisamment ou unilatéralement informée par les médias, a besoin de temps pour comprendre un problème que personne ne veut lui expliquer clairement.

"Personne ne veut d'un président américain messianique !"
« Ce que personne ne veut en Asie, en Amérique latine ou en Afrique : un président américain messianique à la George W. Bush qui croit pouvoir imposer le modèle américain à d'autres pays sur une base individuelle. Dans le tiers monde, beaucoup peuvent très bien faire la distinction entre l'arrogance arrogante et une saine confiance en soi.
Eric Follath (4, p. 93)

Cela a été montré, par exemple, dans le mouvement écologiste, qui a d'abord été intimidé par l'establishment. Il fallait des actions spectaculaires de Greenpeace et la création de nouveaux partis qui militent pour l'indispensable protection de l'environnement et de la nature, dont l'establishment n'a pas voulu voir la nécessité. Conséquence logique, en réaction à l'échec des partis établis, les Verts sont entrés au parlement, l'éventail des partis s'est coloré et la formation d'un gouvernement plus difficile.

Il existe des preuves que ce chemin peut se répéter. Les personnes au pouvoir sont rarement perspicaces. Ce serait bien s'ils approfondissaient un peu l'histoire.

La lutte américaine pour l'indépendance, les révolutions française et russe, la guerre de Sécession, la chute de la République de Weimar, la victoire du maoïsme en Chine, tous ces bouleversements révolutionnaires aux conséquences catastrophiques auraient pu être évités si les responsables avaient eu un peu les comprendre ou les rediriger vers des réformes réglementées en temps utile ; sans perte grave de vie et de propriété. Mais la clairvoyance n'a jamais été une vertu exceptionnelle des gouvernants.

Pour l'instant, nous avons encore l'espoir que les démocrates élus par le peuple, qui se sont juré de servir le bien-être du peuple, y verront mieux. Ceux-ci devraient penser davantage au bien commun qu'aux intérêts de leur parti. Les alternatives à éviter seraient le chaos, le renversement, la révolution, voire la guerre, c'est-à-dire des instabilités qui n'ont presque jamais rien apporté de bon.

Littérature:
(1) Brunnengräber/Klein/Walk, Les ONG dans le processus de mondialisation, Agence fédérale pour l'éducation civique, Bonn 2005.
(2) Chossudovsky Michel, Global Brutal, Zweitausendeins, Francfort 2002.
(3) Cohn Norman, L'attente de la fin des temps, Insel, Francfort 1997.
(4) Der Spiegel, 30/2010.
(5) Fukuyama Francis, La fin de l'histoire, Kindler, Munich 1992.
(6) Gray John, Politique de l'Apocalypse, Klett-Cotta, Stuttgart 2009.
(7) Heins Volker, Citoyens du monde et patriotes locaux, Centre d'État bavarois pour l'éducation politique, Munich 2002.
(8) Paczensky Gert von, Bénédiction chère, Goldmann, Munich 1991.
(9) Sinn Hans-Werner, Kasino-Kapitalismus, Econ Berlin 2009.
(10) Sölle Dorothée, Mysticisme et résistance, Piper, Munich 1999.
(11) Steingart Gabor, Allemagne. La descente d'une superstar, Piper, Munich 2006
www…
Théologie de la libération :
http://de.wikipedia.org/wiki/Befreiungstheologie.
Critique du capitalisme :
http://de.wikipedia.org/wiki/Kapitalismuskritik 
Notes de fin :
[je] Vers 1900, l'Europe comptait 25 % de la population mondiale. En 2007, cette proportion était encore de 11 %. (9).
[ii] Malheureusement, depuis l'époque d'Adenauer, le modèle allemand a eu un défaut de conception qui menace de l'échouer. Le « navire Allemagne » gîte actuellement et risque de chavirer si le cap n'est pas résolument inversé. Jusqu'à présent, aucun parti politique n'a eu le courage de dire honnêtement au peuple ce qui se passe (cf. Bibliographie 9).
[iii] CIA = Agence centrale de renseignement ; FMI = Fonds monétaire international.