Catégories
économie et affaires sociales

l'économie au lieu de l'humanité

Utopie et expérience à grande échelle "Mondialisation"

(Publié dans GralsWelt numéro 3/1999)

Personne n'aime être restreint, restreint dans sa liberté de mouvement ou même enfermé. La liberté des frontières ouvertes a commencé à devenir une réalité au XXe siècle ; depuis, le terme « mondialisation » est sur toutes les lèvres. Il ne s'agit pas seulement du droit de l'individu, par ex. B. pouvoir partir en vacances n'importe où dans le monde : L'objectif est un espace économique mondial dans lequel la productivité des personnes de toutes les nations devrait se développer. Mais la réalisation de cette utopie est troublante pour beaucoup de gens. Nous examinons la question de savoir si la mondialisation tant vantée est réellement nécessaire, sensée et imparable, si elle apporte réellement la "prospérité pour tous" - ou si la pensée économique n'est pas déjà en train de supplanter toute l'humanité.

"Incidemment, cela ne dépend pas du tout de la bonne volonté des capitalistes individuels s'ils souhaitent ou non s'engager dans cette lutte, puisque la concurrence oblige même les plus philanthropes d'entre eux à se joindre à leurs pairs en travaillant aussi longtemps que la norme cela." Frédéric Engels (1820-1895).

Politiciens, scientifiques, entrepreneurs, médias semblent s'accorder : la mondialisation de l'économie viendra ; personne ne peut l'arrêter et cela devrait offrir des chances à tous les peuples. Cependant, la nécessaire ouverture des frontières, la suppression des barrières douanières et commerciales, n'est pas un phénomène naturel, mais une volonté politique.

Cela signifie : la mondialisation représente une "expérience à grande échelle" que les gens ont décidée - et les gens peuvent aussi revoir leurs décisions...

Le désir de mondialisation économique ne vient ni des consommateurs à qui l'on promet de meilleurs biens à des prix inférieurs, ni des travailleurs qui craignent pour leur emploi. Les propagandistes de la mondialisation viennent principalement de l'industrie (avec des scientifiques et des politiciens favorables à l'industrie) ; parce que les producteurs subissent une pression de mondialisation, qui a deux causes principales :

La durée de vie du produit diminue :

Aujourd'hui, chaque consommateur s'attend à ce que des produits nouveaux ou améliorés arrivent constamment sur le marché. c'est à dire. la "durée de vie du produit", c'est-à-dire le temps pendant lequel un produit industriel peut être vendu avec profit, diminue. En 1974, la durée de vie d'un produit industriel était d'environ 12 ans en moyenne, aujourd'hui elle est tombée à moins de 6 ans.

Les coûts d'innovation augmentent :

Les dépenses pour le développement d'un nouveau produit ou l'amélioration d'un produit existant ont fortement augmenté. Les coûts croissants de la recherche et du développement ne peuvent être gagnés pendant des cycles de vie de produits de plus en plus courts que si les ventes augmentent à un degré qui ne semble réalisable que sur d'énormes marchés internationaux.

Ainsi, l'industrie est sous pression soit pour « grandir » soit pour « grandir » ; L'expansion globale sur le "marché mondial" est le mot magique qui devrait aider à faire face à la hausse des coûts d'innovation.

Incidemment, le « marché mondial » n'a pas été inventé au XXe siècle. Le commerce entre l'Europe et la Chine existait déjà à l'époque romaine et au Moyen Âge, la "route de la soie" était une route commerciale importante entre l'Extrême-Orient et l'Occident, le long de laquelle Marco Polo (1254-1324) voyageait également. Cet échange de marchandises était important, mais relativement faible, ne serait-ce que parce que les frais de transport (tout à fait en dehors d'autres risques comme le naufrage ou le vol) étaient très élevés.

Depuis l'invention de la machine à vapeur, le transport est devenu de moins en moins cher, comme le montre la comparaison suivante entre 1930 et aujourd'hui :

Fret maritime : environ la moitié du coût de 1930
Fret aérien environ 1/6 du coût de 1930 Télécommunications environ 1/1000 du coût de 1930

Ces prix continuent de baisser et permettent non seulement d'expédier de la bière (via l'eau 90%) de la Frise orientale vers la Bavière, mais aussi d'expédier de l'acier d'Inde, des voitures de Corée, des jouets de Chine vers tous les continents. L'économie est depuis longtemps sur la voie de la mise en réseau mondiale, comme le montrent quelques aspects sélectionnés :

Échange de marchandises :

Sur la voie de la mondialisation, le commerce mondial a doublé entre 1984 et 1996 ; le commerce transfrontalier a augmenté trois fois plus vite que la production de biens entre 1950 et 1993.

mouvement de capitaux :

Un problème particulier est le transfert de capitaux, qui a depuis longtemps pris des proportions inimaginables : environ 1 500 milliards de dollars sont échangés quotidiennement sur les marchés des changes. Cela représente environ 70 fois l'exportation quotidienne de biens ou de services. Ce mouvement de capitaux s'effectue principalement sur les médias électroniques. C'est surtout la pure spéculation qui peut secouer les marchés des devises et déclencher des crises financières. Lorsqu'il s'agit d'investissements, les capitaux nécessaires affluent vers le pays où les rendements les plus élevés sont attendus.

Sourcing global et externalisation :

Partout dans le monde, les entreprises recherchent les sources d'approvisionnement les moins chères (global sourcing). Ils veulent acheter tout ce qui est moins cher à acheter qu'ils ne peuvent produire eux-mêmes « de l'extérieur » (externalisation). Ni l'un ni l'autre ne serait possible sans transport bon marché, sans pétrole bon marché, sans libre circulation des biens et des capitaux.

Bonus de mondialisation :

Selon l'école de pensée dominante, la mondialisation devrait globalement apporter des bénéfices : les biens deviennent moins chers, au profit des consommateurs. (Mais comment l'acheteur veut-il payer les marchandises si son travail a été délocalisé dans un pays lointain ?).

De plus, la concurrence internationale oblige chaque acteur du marché à faire des efforts extrêmes et à atteindre le plus haut niveau de performance. La capacité d'innovation, l'ingéniosité, le service, la qualité des produits et le rapport qualité-prix augmentent partout dans le monde, de sorte que le produit national brut doit augmenter dans tous les pays.

Selon ces théories néo-capitalistes, la mondialisation devrait être bien accueillie car elle est censée apporter des bénéfices à l'ensemble. Que les gens veuillent cette forme d'économie mondiale, qu'il soit « bien » que les petits agriculteurs cèdent à la concurrence des grands domaines et migrent vers les bidonvilles des grandes villes, cela ne fait pas débat parmi les économistes ; ils sont fixés sur le produit national brut.

Dans un avenir proche, chaque entreprise – du moins toutes les plus grandes – devra faire face à une concurrence mondiale de plus en plus rude ; car les frontières ouvertes souhaitées, dont certaines existent déjà (par exemple au sein de l'UE), entraîneront une concurrence « sans frontières ».

Les économies nationales concurrentes apportent avec elles des exigences techniques et civilisationnelles très différentes. Ils ont des cultures, des religions, des valeurs éthiques et des normes sociales différentes qui ne peuvent être comparées. Mais de telles «subtilités» ne sont pas pertinentes pour les marchés des matières premières. Quel consommateur demande dans quelles conditions les tapis sont fabriqués au Népal, les textiles en Inde ou les jouets en Chine. Les gens sont contents des bas prix et sont satisfaits tant qu'ils ont encore assez d'argent dans leurs poches.

Tôt ou tard - lorsque la mondialisation sera achevée - toutes les économies nationales seront en concurrence sans merci : les pays peu développés avec des salaires bas sans sécurité sociale et les pays industrialisés avec des salaires élevés et des normes sociales confortables.

Comment cette « lutte de tous contre tous » pourrait-elle se développer ? Sera-ce une bénédiction ou une malédiction ? Ou, vaguement basé sur Darwin, seuls les plus aptes survivront-ils ?

De toute façon, on cherchera en vain l'humanité dans une économie de marché libéralisée sans restriction. Les gouvernements des États devraient en fait fixer des limites à la pensée de profit impitoyable des sociétés internationales ; mais c'est peut-être trop tard pour ça...

Le développement rapide de notre civilisation au cours des deux derniers siècles est compris comme une "révolution technique". Nous sommes maintenant au milieu d'un nouveau processus de changement qui change le monde à un rythme sans précédent à deux égards :

Mondialisation de l'économie :

Les conditions nécessaires pour cela ont été créées par les gens, et la mondialisation est voulue par les responsables. Cependant, cette "révolution mondiale" - comme toutes les révolutions - développe une dynamique qui lui est propre, incontrôlée, dont personne ne connaît les résultats.

Globalisation des problèmes :

Des problèmes mondiaux importants, tels que le maintien d'un environnement propice à la vie ou la maîtrise de l'explosion démographique, exigent également des solutions mondiales. La mondialisation des problèmes est une conséquence involontaire et inattendue de la révolution technique.

Le monde ne sera plus jamais le même qu'au cours des époques passées, et leurs habitudes, recettes, théories héritées ne correspondent pas aux problèmes mondiaux du 21ème siècle.

Pendant des siècles, le "Nord" techniquement et civilisationnellement supérieur a bénéficié d'abord du colonialisme puis du commerce mondial aux dépens du "Sud" moins développé. Les acquis de la révolution technique sont depuis peu devenus accessibles à toutes les races :
* Les connaissances techniques sont réparties dans le monde entier. Il existe des scientifiques parfaitement formés sur tous les continents, par ex. Par exemple, développer des missiles en Corée du Nord, des bombes nucléaires au Pakistan, des logiciels informatiques en Inde, etc., etc. L'avantage technologique de l'Occident se réduit et n'existe plus dans certaines régions (par exemple sur le Japon).
* Le capital est abondant et accumulé avec relativement peu de propriétaires de capital. Ils recherchent des opportunités d'investissement bon marché et n'hésitent pas à investir dans des pays exotiques si des rendements intéressants peuvent être attendus.
* Dans de nombreux pays, il existe une armée de chômeurs qui travailleront pour presque n'importe quel "salaire de famine".
* Les entreprises se sentent obligées d'exploiter toutes les opportunités d'économies possibles afin de rester compétitives. Cela comprend l'externalisation d'emplois vers des pays à bas salaires.
* Les pays moins développés s'attendent à ce que la production soit délocalisée dans leur pays. Pas seulement pour gagner des emplois, mais aussi en raison du transfert de technologie associé. Quiconque y résiste perd le marché pertinent au profit de concurrents plus flexibles.
* Les technologies modernes, l'utilisation de robots industriels et d'ordinateurs dans le processus de fabrication se traduisent par des usines "désertes" qui n'ont besoin que de quelques techniciens hautement qualifiés. Que faire des millions de personnes « libérées de la production » ?
Doit-on s'attendre à ce que la révolution « globale » se retourne bientôt aussi contre le Nord, dont elle émane, selon la devise « la révolution mange ses enfants » ? Les coupes sociales qui s'amorcent aussi dans notre pays ne sont peut-être que le début d'une tendance difficile à enrayer.
Les avantages de localisation se déplaceront peut-être vers le sud. Il y a des matières premières, des bas salaires et presque pas de cotisations sociales.
Il ne sera pas possible de piloter ces développements avec des approches régionales par les États individuels. Les outils politiques manquent pour des solutions globales qui rendent justice à la mondialisation des problèmes ; car le développement social des peuples est très différent dans des domaines importants :
* La mondialisation de la science et le Entreprise bat son plein ; et elle continuera
* Le politique est encore national. Cependant, l'approche nationale échoue face aux problèmes mondiaux, comme cela est régulièrement démontré (il suffit de penser aux différentes conférences sur la protection du climat).
* Le religions sont plus ou moins liés à des confessions et n'ont pas pu jusqu'à présent développer une éthique fonctionnelle et globalement responsable. Bien que ce problème ait été reconnu par des scientifiques comme Hans Küng, nous sommes encore loin d'avoir des approches favorables. Cependant, sans éthique commune, il est difficile, voire impossible, de trouver des normes universellement valables pour les droits de l'homme, les formes de gouvernement, les normes sociales, etc. En l'absence de normes éthiques reconnues, la mondialisation des marchés peut dégénérer en une bataille de tous contre tous.

Certains théoriciens de l'économie – je les appelle les fétichistes du marché – veulent nous convaincre que « le marché arrangera tout ».
Ils sont heureux de l'invoquer Adam Smith (1713-1790), qui considérait le libre-échange comme l'une des conditions préalables les plus importantes à la prospérité des nations. Cependant, dans de nombreux domaines (par exemple la protection de l'environnement), le libre jeu de la concurrence s'avère inadapté ne serait-ce qu'à la résolution des problèmes. Incidemment, Adam Smith a reconnu que le marché ne peut pas tout réguler. La doctrine selon laquelle les marchés libres dans la libre concurrence peuvent servir la prospérité de l'ensemble vient du fondateur de l'économie de marché libre ; mais il aborde aussi les limites de l'économie de marché et responsabilise l'État :
* pour l'ordre juridique du marché
* Pour les pauvres
* pour les infrastructures publiques
* pour la sécurité intérieure et extérieure
Ce qu'il ne voyait pas encore, c'était la responsabilité d'un environnement intact. L'indispensable composante sociale de l'économie, que déjà Adam Smith revendiquait et Louis Erhard (1897-1977) a souligné, est souvent oubliée dans la fièvre de la mondialisation et dans la folie du libre-échange. Un regard sur le chaos capitaliste en Russie montre à quel point les normes juridiques sont importantes pour une économie qui fonctionne.
Pour sauver l'honneur d'Adam Smith, il faut dire qu'il n'était pas un « tout va capitaliste », mais aussi un philosophe moraliste qui ne prônait nullement la primauté du marché sur l'humanité.

Aujourd'hui encore, un marché mondial libre et illimité n'apportera pas l'âge d'or espéré s'il ne parvient pas à fixer ces limites qui signifient qu'il ne sert pas seulement les propriétaires du capital, mais tous les peuples. Une économie, aussi libre soit-elle, ne pourra jamais remplacer l'humanité.

« L'expérience de la mondialisation à grande échelle », qui touche plus ou moins toute l'humanité, ne peut réussir que si elle réussit sur la base d'une éthique globale dans le monde entier. exigences écologiques et sociales minimales imposer. Cela ne fonctionnera pas sans des institutions efficaces qui mettent en place des programmes complets de survie sans lesquels ni le Nord ni le Sud, ni l'homme ni la nature n'ont d'avenir.

Littérature:
(1) Boxberger, Gerald : "Les dix mensonges de la mondialisation", DTV, Munich, 1998.
(2) Dhonanyi, Klaus v. : "Dans le joug du profit", DVA, Stuttgart, 1997.
(3) Engemann, Hubertus : "Mondialisation - Menace ou opportunité", Deutscher Institutsverlag, Munich, 1998.
(4) Forrester, Viviane : « La terreur de l'économie », Goldmann, Munich, 1993.
(5) Greider, William : "Fin de la mondialisation", Wilh. Heyne, Munich, 1998.
(6) King, Alexander : "La première révolution mondiale", Goldmann, Munich, 1993.
(7) Küng, Hans: "Éthique mondiale pour la politique mondiale et l'économie mondiale", Piper, Munich, 1997.
(8) Spiegel, Peter : « Le principe Terra », Horizons, Stuttgart 1996.

Supplément 2022 : 
Entre-temps, la crise Corona, qui débutera en décembre 2019 à Wuhan, a révélé de graves inconvénients de la mondialisation sans frein en raison de la rupture des chaînes d'approvisionnement.
Ensuite, les attaques massives des troupes russes depuis le 24 février 2022 ont déclenché la guerre en Ukraine et, en conséquence, une crise énergétique qui pourrait se transformer en crise économique mondiale.