Catégories
économie et affaires sociales

Tout est possible

L'utopie de la toute-puissance de la science

(Publié dans GralsWelt numéro 3/1999)

La croyance dans les possibilités illimitées de la science et de la technologie est peut-être l'utopie la plus importante qui a façonné le XXe siècle. Elle a conduit à des développements imprévus que pratiquement aucun peuple sur cette terre ne pourrait ignorer, elle a conduit au triomphe de la culture chrétienne occidentale - mais elle a également ouvert la voie au matérialisme.

Le XIXe siècle a été le siècle des sciences naturelles appliquées, de la technologie qui a changé le monde comme aucun siècle précédent.

Lorsque l'humanité est entrée dans ce siècle, il n'y avait que de petits débuts d'industrie mécanisée. L'agriculture et le commerce dépendaient de la force musculaire, soutenue par des roues hydrauliques et des moulins à vent. Il n'y avait qu'en Angleterre quelques machines à vapeur. Dans le domaine de la navigation, le voilier approchait du sommet de son développement et les tentatives de propulser les navires à la vapeur semblaient sans espoir.

Vers la fin du XIXe siècle, la machine à vapeur s'est imposée. En Europe et en Amérique du Nord, la société préindustrielle basée sur l'agriculture et le commerce s'est transformée en une société industrielle. Le progrès était imparable, et le rêve de l'humanité des « anges de fer » qui déchargent les porteurs d'eau et les esclaves du travail exténuant et éreintant semblait se réaliser.

Vers 1800, l'agriculture était encore presque exclusivement dépendante du travail musculaire. Par exemple, en Allemagne vers 1850, il fallait environ 300 heures de travail pour récolter le grain d'un hectare de terre. En 1900, l'utilisation de moissonneuses avait réduit le temps de travail à 100 heures pour la même tâche, et d'autres réductions étaient à l'horizon.

Le 1er janvier 1900, le retour sur l'évolution du système de transport est encore plus impressionnant. En 1860, il y avait déjà 11 000 km de voies ferrées et 3 000 locomotives en Allemagne ; En 1900, presque tous les itinéraires actuels ont été construits (environ 52 000 km), sur lesquels roulaient 11 000 locomotives et un nombre correspondant de wagons.

La fin de la navigation était en vue, les mers appartenaient aux bateaux à vapeur. Et le développement se poursuit : les moteurs à combustion et même l'automobile sont inventés et surmontent leurs problèmes de jeunesse. L'électricité, menée par la lumière électrique, a commencé son cortège triomphal. Qui pourrait douter que le progrès technique s'éternise et crée des « temps dorés » ?

L'ambiance générale au tournant des XIXe et XXe siècles était également caractérisée par des attentes utopiques optimistes, comme celles du réformateur social britannique Arnold Toynbee (1889-1983) a exprimé :

"Un citoyen anglais né en 1889 a cru - depuis le jour où il a pris conscience de son environnement jusqu'en août 1914 - que le paradis terrestre était proche. Les ouvriers de l'industrie recevraient leur juste part du produit national brut de l'humanité, un gouvernement parlementaire serait perfectionné en Allemagne et établi en Russie ; les chrétiens sous les Turcs ottomans obtiendraient leur libération politique. Dans cet âge d'or, les sujets non chrétiens des terres chrétiennes resteraient sous leur domination, mais cela leur semblait mieux que les conditions chaotiques dans lesquelles ils avaient vécu avant de perdre leur indépendance politique.

Les Européens et les Américains sont entrés dans le XXe siècle avec cette croyance dans le progrès irrésistible de la culture occidentale, qui s'était révélée supérieure à toutes les autres cultures. Et sur quoi reposait cette supériorité ? Mais évidemment sur le christianisme, la science (en particulier les sciences naturelles) et la technologie.

Christianisme et science

Le christianisme d'un côté, les sciences naturelles et la technologie de l'autre... qu'ont-ils en commun ? N'est-ce pas précisément les églises chrétiennes qui ont lutté contre les sciences naturelles pendant des siècles ? Le triomphe des sciences naturelles n'a-t-il pas été aussi une chaîne de défaites pour les théologiens chrétiens ?

Il y a aussi un autre point de vue. Le christianisme a su très tôt combiner la pastorale spirituelle avec le travail terrestre ; pense juste Benoît de Nursie, à qui remonte un ordre important (bénédictin) et pour qui prière et travail n'étaient pas contradictoires.

Au Moyen Âge, une théologie scientifique parfois assez subtile a émergé, qui, en plus de la Bible, a également accepté des philosophes comme Aristote et a jeté les bases sur lesquelles les scientifiques de la Renaissance ont trouvé de nouvelles façons de penser. (Nous associons principalement la « nouvelle science » du baroque aux réalisations astronomiques de Copernic, Galilée, Kepler et Newton, qui ont ébranlé la vision chrétienne du monde. Cependant, l'astronomie est restée sans pertinence pour la vie quotidienne, en dehors de la navigation en mer.).

Réalisations d'ingénierie telles que le déplacement de l'obélisque du Vatican sur la place devant la basilique Saint-Pierre (1586) au nom du pape, et le premier calcul statique du dôme de la basilique Saint-Pierre par un jésuite et deux franciscains (1592 ) a acquis un impact supplémentaire.

Les églises chrétiennes n'étaient en aucun cas seulement « anti-progressistes » ; surtout pas quand le progrès sert leurs propres intérêts. Cela était également évident dans la christianisation forcée dans les colonies. Les Églises s'y sont aussi peu opposées que l'utilisation impitoyable d'armes supérieures européennes ou américaines contre les peuples coloniaux.

Ainsi pourrait le psychologue et le philosophe Ludwig Klages (1872-1956) soupçonnait un lien entre le christianisme et les aspirations matérialistes au progrès dans son célèbre discours au Hohen Meißner en 1913 :

« Si 'progrès', 'civilisation', 'capitalisme' ne signifient que des facettes différentes d'une même direction de la volonté, rappelons-nous que leurs porteurs sont exclusivement les peuples du christianisme. Ce n'est qu'en leur sein que s'amoncellent invention sur invention, la science « exacte », c'est-à-dire la science numérique, s'épanouissant et le besoin d'expansion impitoyable s'éveillant, voulant asservir les races non chrétiennes et dilapider la nature tout entière. Les causes immédiates du "progrès" historique mondial doivent donc résider dans le christianisme..."

Le christianisme est-il matérialiste ?

La science naturelle moderne est née dans la culture chrétienne, et le christianisme est donc suspecté d'être une religion mondaine et matérialiste. Est-ce vraiment elle ?

En effet, il est intéressant de se demander pourquoi l'Occident chrétien s'est développé progressivement, tandis que l'Orient islamique - nettement supérieur à la culture chrétienne il y a un millénaire - a perdu son avance et a pris du retard.

De tels développements ne sont jamais le résultat de décisions momentanées de personnes individuelles. Les évolutions sont multicouches, se déroulent lentement, évitent à peine les détours et les détours ; après des siècles, cependant, une tendance émerge qui peut même souvent être associée aux noms de personnalités dont les enseignements ont donné une impulsion importante à un tel développement.

Car le développement en Orient peut être représentatif Al'Ghasali (Algazel) représente l'Occident Benoît de Nursie.

Al' Ghasali (1059-1111) était peut-être le théologien le plus important de l'Islam.

Il a apporté une contribution significative à l'ancrage de la doctrine de la prédestination (prédestination, populairement connue sous le nom de "Kismet") dans l'Islam. Finalement, il s'est rendu compte que s'engager dans des choses terrestres éloigne d'Allah...

Dans l'ordre bénédictin, qui remonte à Benoît de Nursie (480-547), la culture est cultivée et le travail terrestre et efforts spirituels se tiennent côte à côte. Pendant des siècles, les monastères chrétiens ont été les vecteurs culturels les plus importants d'Europe ; après l'élection "ora et labora" (prier et travailler) les appeler à la prière et pour l'accomplissement des devoirs terrestres.

La base de l'essor de l'Europe – le continent dominant aux 18e et 19e siècles – a été posée par une façon de penser qui voulait combiner l'effort spirituel avec l'action terrestre, croyait en la capacité des gens à prendre des décisions et à être disposés à accomplir, et recherchait construire selon la devise : "Vous faites votre propre chance".

Au début du XXe siècle, la science et la technologie étaient considérées comme porteuses de progrès, comme les garants indispensables de l'essor ultérieur de la culture chrétienne occidentale, qui semblait destinée à devenir la culture mondiale.

Le christianisme a continué à avoir une influence significative, même si les églises ont dû endurer beaucoup d'hostilité et de critiques sévères aux 18e et 19e siècles.

Bien que le matérialisme soit devenu un fait, la pensée matérialiste n'était pas sans contradiction. Les valeurs chrétiennes fondamentales doivent constituer la base d'une action responsable et corriger les excès d'une pensée unilatérale, purement de ce monde.

Il était réservé au XXe siècle de vivre le matérialisme à tous les niveaux dans les déclinaisons les plus diverses comme "naturelles" et de repousser de plus en plus les valeurs chrétiennes au second plan.

La conviction de l'importance et des possibilités illimitées de la science et de la technologie est ainsi devenue peut-être la plus importante des utopies qui ont façonné le XXe siècle. Qu'il s'agisse du capitalisme ou du socialisme, des démocrates ou des dictateurs, personne ne voulait se passer de la recherche et du progrès.

En attendant, cependant, nous pouvons deviner ce qu'Al'Ghasali a correctement reconnu :

« Que la préoccupation prédominante ou exclusive de la matière éloigne de Dieu »,

parce qu'il conduit à l'identification avec la matière. Le juste milieu sain – dans le sens de prier et Travail, travail et prier – nous cherchons encore aujourd'hui : répondre aux exigences du monde regardant vers le haut sans sombrer dans la matière ni tomber dans la résignation dans la croyance au « kismet » qui prédétermine tout.

Il s'avérera

En fait, ce qui a été réalisé en science et technologie au XXe siècle a dépassé les rêves les plus audacieux du XIXe siècle : des sous-marins aux vols lunaires, des télécommunications aux usines automatisées, des matériaux synthétiques aux calculatrices automatiques. Aucun auteur, aucun futurologue du passé n'aurait jamais été entraîné dans la fiction que le premier alunissage serait retransmis en direct à la télévision dans le monde entier...

Cependant, les problèmes qui peuvent être attribués à la science appliquée du XXe siècle ne manquent pas non plus : les problèmes écologiques, économiques, politiques, militaires et dynamiques démographiques sont conscients (par exemple dans la technologie des armes) et négligents (en ignorant les conséquences indésirables de la technologie ) naquit, ce qui en 1900 aurait été considéré comme tout aussi improbable que le vol vers Mars.

Les anticipations d'avenir au tournant des XIXe et XXe siècles se sont-elles révélées creuses, et l'utopie du travail bénéfique de la science appliquée a-t-elle échoué ?

Si nous essayons de regarder en arrière à la fin du 20e siècle, il ne fait aucun doute que la croyance (qui est d'ailleurs devenue discutable du fait des faits) dans la science et la technologie, c'est-à-dire dans l'efficacité du cerveau humain, s'est emparée de l'être humain tout entier. course. Il n'est plus possible depuis longtemps de dire que "Peuples chrétiens porteurs du progrès scientifique" être. Les gens de tous les peuples, nations, pays, religions et cultures apprennent et maîtrisent la technologie moderne, qui vise à créer une "culture mondiale" uniforme au cours de la mondialisation.

On attend des scientifiques des cinq continents qu'ils résolvent tous les problèmes : qu'il s'agisse d'aider la nature en souffrance, de nourrir une population débordante, de lutter contre les maladies ou de parvenir à une coexistence pacifique entre les peuples : la science, la recherche et le progrès doivent montrer la voie.

Personne ne demande aux prêtres - qui étaient autrefois aussi des sages - car les valeurs éthiques fondamentales ancrées dans toutes les religions sont considérées comme dépassées, discutables, plus praticables...

Il faut donc accepter que l'utopie de la toute-puissance de la science, avec laquelle nous sommes entrés dans le 20e siècle, n'est pas non plus « morte » en ce début de 21e. Cependant, elle devra faire face aux défis les plus difficiles jamais rencontrés par l'humanité. Et bientôt il faudra montrer si cette utopie contient des approches valables ou si elle n'était qu'une grande illusion.