Catégories
histoire/histoire

Le dernier royaume hindou

(Publié dans GralsWelt 18/2001)

Sur les 14 montagnes de la terre qui dépassent 8 000 mètres de haut, huit - dont le Sagarmantha (Everest) à 8 848 mètres - se trouvent en tout ou en partie au Népal, le dernier royaume hindou, un pays d'environ 25 millions d'habitants, autrefois le pays des bouddhas, aujourd'hui une attraction pour les randonneurs.

Deux plaques continentales entrent en collision dans le sud de l'Asie centrale. Le sous-continent indien touche la plaque eurasienne et pousse la plus haute chaîne de montagnes du monde : l'Himalaya. Géologiquement, cette jeune chaîne de montagnes est toujours en mouvement. Le sous-continent indien continue de se déplacer à un rythme de cinq centimètres par an, ce qui est ressenti par les habitants des régions montagneuses lors de fréquents glissements de terrain et de tremblements de terre intermittents le long des principales lignes de faille. Ici, entre les basses terres indiennes, avec des marécages infestés de paludisme, et les plus hauts sommets de la terre, entre l'Inde et la Chine (Tibet) se trouve que

Royaume du Népal.

L'ensemble du pays est montagneux à l'exception d'une étroite bande à la frontière sud avec l'Inde, la plaine du Terai aux fameuses réserves de gibier. Sous les latitudes tropicales du Népal, la pomme de terre et l'orge sont cultivées en terrasses sur des pentes abruptes jusqu'à 4 000 m d'altitude. Les tribus qui y vivent, dont les célèbres sherpas, sont adaptées à la dure vie en haute montagne.

Un pays en retrait

Ceux qui arrivent en avion à Katmandou, la capitale du Népal, n'ont guère conscience de l'éloignement de leur destination. L'aéroport de la ville d'un quart de million n'a rien de spécial. Taxis, bus, voitures privées attendent les passagers. Dans la circulation urbaine, il y a beaucoup de petites motos et de pousse-pousse motorisés. Avec leurs moteurs à deux temps, ils éjectent des gaz d'échappement des nuages bleus qui rivalisent avec la fumée de diesel des vieux camions. La pollution de l'air à Katmandou serait la deuxième après Mexico.

Les premières impressions de Katmandou incluent également de vieilles maisons en bois avec des sculptures en décomposition et ornées, qui sont progressivement remplacées par des structures en béton.

Katmandou n'est pas accessible en train. Les routes de l'Inde mènent à des montagnes relativement peu hautes, mais difficiles à franchir, avec des gorges abruptes et profondes. Pendant la saison de la mousson, entre juin et septembre, ces routes sont souvent impraticables pendant des semaines. Il y a aussi un vieux téléphérique des premières années du XXe siècle, qui a été construit à l'époque féodale pour amener à tout moment les biens les plus indispensables dans le pays, mais à des coûts exorbitants. Et le chemin du nord, de la Chine, passe par la plus haute chaîne de montagnes du monde, qui ne peut être franchie qu'à quelques cols. Une route du Tibet, qui n'est pas toujours praticable, passe par un seul col.

D'importantes routes commerciales traversaient le Népal il y a un millénaire et demi, et ses habitants se distinguaient comme des artisans qualifiés et des marchands intelligents. Le centre le plus important est la vallée de Katmandou, qui offre de bonnes conditions de peuplement et un sol fertile à 1 500 m d'altitude. Les premiers royaumes y sont apparus très tôt, dont la dynastie Malla (1200-1769).

Un souverain Malla a divisé ses terres entre ses enfants, trois frères et une sœur en 1482. Chacun a reçu une ville dans la vallée de Katmandou : Katmandou, Baktapur, Lalitpur (aujourd'hui Patan) et Banepa. Les rivalités entre ces maisons princières ont entraîné une concurrence dans les arts pendant plus de trois siècles. Parce que tout le monde voulait posséder le plus grand capital.

De cette façon, trois villes enchanteresses ont émergé et sont une visite incontournable pour tout touriste : Katmandou, Baktapur et Patan. On dit qu'il n'y a pas d'autre endroit sur terre où tant de trésors d'art sont rassemblés si près les uns des autres. Ces merveilleuses villes historiques sont maintenant en danger de décomposition. Les bâtiments en bois avec leurs sculptures artistiques, fortement utilisés par les pluies de la mousson et l'air pollué, nécessitent un entretien constant, que le pays en développement pauvre et surpeuplé ne peut pas se permettre. La culture particulière d'un pays frontalier, où les influences de l'Inde, du Tibet et de la Chine se sont combinées pour former un style népalais harmonieux, risque de disparaître malgré l'aide de l'UNESCO.

La fragmentation du pays au XVe siècle a attiré des princes prédateurs des montagnes environnantes. L'un d'eux a fini par l'emporter. Après 25 ans de guerre, Prithvi Narayan Shah a uni plus de 60 États et principautés ennemis sous son règne en 1769 et a établi la dynastie Shah, qui règne encore aujourd'hui.

Les conquêtes se poursuivirent sous ses successeurs jusqu'en 1814 où il se trouva nez à nez avec la Compagnie anglaise des Indes orientales. Une guerre féroce, dans laquelle les Népalais ont prouvé leurs qualités de combattant, s'est terminée en 1816 par un traité qui a défini les frontières qui existent à ce jour. Dans ces batailles, les Anglais ont également fait leur première connaissance avec les légendaires Gurkhas, qui ont ensuite servi dans l'armée anglaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le pays de Bouddha

Le Népal, terre sur le sol de laquelle Bouddha est né il y a 2 500 ans (à Lumbini dans le Teraï), est depuis longtemps un royaume hindou fermé aux influences étrangères.

En 1846, il y a eu un coup d'État sanglant par un général qui a assuré le soi-disant règne de Rana pour lui-même et sa famille jusqu'en 1951. Puis la famille royale est revenue au pouvoir.

Jusqu'en 1949, le Népal était le plus grand pays habité inexploré par les Européens. En 1950, les Français sont autorisés à entrer dans le pays, et le 3 juin ils sont les premiers huit mille à gravir l'Annapurna1 (8 091 m). D'autres expéditions et un nombre toujours croissant de randonneurs pourraient suivre.

Les partis politiques ont été autorisés à émerger sous le roi et, en 1991, une monarchie constitutionnelle a remplacé le royaume hindou. Comme auparavant, cependant, le roi est vénéré comme l'incarnation de Wishnu.

Aujourd'hui, les hindous et les bouddhistes vivent paisiblement ensemble au Népal, et de nombreux Népalais se sentent liés aux deux religions. Il y a même des temples où les hindous et les bouddhistes célèbrent leurs rituels. L'influence omniprésente du bouddhisme tibétain s'est accrue après que le dalaï-lama a été contraint de fuir le Tibet en 1959 et que nombre de ses disciples l'ont suivi en exil en Inde et au Népal.

La population, composée de dizaines de tribus différentes, apparaît paisible et amicale. Même les Gurkhas, redoutés en tant que guerriers, sont des gens gentils et hospitaliers quand on apprend à mieux les connaître.

Le pays des plus hautes montagnes attire chaque année des centaines de milliers de touristes qui y passent des vacances aussi peu chères que dépaysantes. En plus des palais royaux, des temples et des stupas de la vallée de Katmandou, le trekking sur d'anciennes routes commerciales qui ne sont pas adaptées aux véhicules est une attraction. Loin des centres, vous vous sentez transporté au Moyen Âge et profitez de la vie simple. Cependant, les touristes évitent la saison des pluies avec ses précipitations tropicales, lorsque des sangsues agressives se cachent dans les arbres.

Il existe une multitude de destinations au sommet pour les alpinistes : de la plate-forme d'observation facilement accessible à 3 000 m d'altitude, aux sommets de 4 000 et 5 000 m qui peuvent être escaladés presque facilement, au maximum de ce qui est alpinistiquement possible.

Vaches sacrées

Nous, Européens, avons souvent des problèmes avec le culte hindou des vaches, qui est également pratiqué dans le royaume hindou du Népal. En Inde, la population augmentait déjà il y a 2 000 ans et l'espace pour le bétail, dont aucun hindou ne mange, se faisait rare. Par conséquent, la caste la plus élevée des brahmanes a sacré les vaches afin de les sauver de l'extinction. Au fil du temps, un culte s'est développé autour de la vache. Certains prêtres hindous considèrent la vache comme le seul moyen de salut. Pour eux, la vache est un symbole de l'hindouisme et plus important que l'être humain. Chaque partie du corps de la vache, à l'exception de la queue, est considérée comme sacrée car on dit qu'elle abrite 300 millions de dieux. Boire du lait de vache devrait vous rendre sage et vous garder propre. En médecine ayurvédique, l'urine de vache est un remède important.

Aujourd'hui encore en Inde et au Népal, les vaches sont protégées par l'État et la religion. Les automobilistes sont bien avisés de faire attention aux vaches qui se promènent sans encombre, même sur les routes très fréquentées. Rouler sur une vache menace au Népal :

* Si le conducteur est innocent, il doit payer les funérailles de la vache, ce qui coûte plusieurs mois de salaire pour un salarié normal.

* Si le conducteur est coupable, il encourt 15 ans de prison.

Je préférerais ne pas conduire dans ce pays avec la circulation à gauche.

Les problèmes économiques ne peuvent être ignorés. En raison de son éloignement, le Népal, malgré une longue tradition d'artisanat et de commerce, peut difficilement s'élever pour devenir un pays industriel afin d'approvisionner adéquatement la population en croissance rapide. Le tourisme et l'industrie peuvent atténuer les difficultés économiques, mais ils aggravent la situation écologique.

A peine un touriste entre-t-il dans l'une des manufactures où plus de 150 000 enfants, au lieu d'aller à l'école, tissent des tapis pour l'exportation dans des conditions inhumaines pour un salaire dérisoire, selon des dessins d'architectes d'intérieur occidentaux. La protection de l'environnement et la sécurité au travail la plus primitive ne sont pas prises en compte ici ; parce que les exportations, dont les marchands et les fabricants gagnent de l'argent, ont la priorité. Même produire ses propres matières premières ne suffit plus. La laine, les produits chimiques pour la teinture sont importés et l'art classique du tapis népalais est en train de disparaître.

L'agriculture dans les vallées facilement accessibles, telles que la vallée de Katmandou, perd constamment des champs précieux au profit des villes en croissance.

La vie est dure dans les régions montagneuses, difficiles à cultiver, et les aides techniques à l'agriculture et à la vie quotidienne manquent. La densité de population excessive oblige à la surexploitation ; par exemple, on utilise deux fois plus de bois que ce qui peut repousser. Ramasser du bois de chauffage et apporter des feuilles et des brindilles pour nourrir le bétail est un travail agricole quotidien dont les enfants sont souvent responsables.

ascètes

Les yogis (maîtres du yoga), les lamas (prêtres bouddhistes tibétains), les sadhus (mendiants hindous) ont une réputation légendaire et les prouesses magiques les plus incroyables leur sont attribuées dans la littérature. J'ai pu constater par moi-même au temple de Pashupatinath, un important sanctuaire hindou, que les Sadhus au Népal peuvent être très robustes. Le guide de montagne du club alpin Siggi Rottlingshöfer, en poste au Népal depuis de nombreuses années, nous a parlé d'un yogi qu'il a rencontré debout dans une crevasse à 5 000 m d'altitude, nu, seulement frotté de cendres. Cela semble crédible quand vous lisez d'Alexandra David-Neel comment l'entraînement occulte permet de garder le corps nu au chaud dans le froid hivernal sur les hauts plateaux du Tibet (1, p.182 sq.).

Récemment, même la capacité d'un yogi à ralentir ses fonctions vitales pendant le sommeil cataleptique et à survivre dans un cercueil hermétique a été scientifiquement examinée (2, p. 81). Les maîtres asiatiques de l'occulte semblent avoir des capacités inconnues en Occident. Dans la littérature pertinente, cependant, les exagérations ne devraient pas manquer. Par exemple, personne n'a pu démontrer à ce jour le légendaire "tour de corde indien", bien que la reine Victoria d'Angleterre (1819-1901) en ait proposé un prix de 2 000 livres, et un magicien anglais 5 000 livres, un italien même 10 000 livres pour la démonstration de ce bots. Un voyageur au Népal ne rencontrera généralement que des soi-disant "sadhus professionnels" qui ne sont rien de plus que des mendiants qui abusent de l'image de l'ascète.

Dans la plupart des habitations rurales, des poêles en argile primitifs sont utilisés pour la cuisine et il n'y a même pas de cheminée. Dans les huttes enfumées, les enfants en particulier attrapent des maladies respiratoires. L'école, les hôpitaux et autres équipements sociaux sont sous-développés parce qu'il y a partout un manque de capital pour les infrastructures les plus nécessaires. Par exemple, de grandes régions sont inaccessibles aux véhicules. Les randonneurs apprécient les sentiers de randonnée à dos de mulet et de yack pendant des jours ou des semaines, en s'appuyant sur l'hélicoptère en cas d'urgence. Cependant, désenclaver un pays sans routes est problématique.

Il existe certainement aussi des approches écologiques positives, telles que le "Annapurna Conservation Area Project" (ACAP) autour de la colonie modèle de Ghandrung. Les entreprises internationales travaillent sur les améliorations les plus nécessaires, telles que la construction de toilettes et le reboisement des forêts himalayennes, mais un succès à long terme sur un large front n'est guère à espérer.

Les prévisions pour le pays montagneux d'une beauté unique et ses habitants adorables ne peuvent pas être particulièrement favorables : les progrès durement gagnés, par exemple dans la construction de petites centrales hydroélectriques, sont anéantis par l'afflux d'une population toujours croissante. On craint que la population ne double à nouveau dans les 30 à 40 prochaines années. Après tout, nous vivons à une époque où une population en croissance rapide est plus un fardeau que la création de la véritable richesse du pays. Même dans les pays développés, le verset biblique "... un ouvrier vaut son salaire" (Luc 10:7) ressemble parfois à de la moquerie.

La vie de la population trop nombreuse devient alors encore plus difficile dans les hautes altitudes, et survivre dans les villes surpeuplées sans système d'égouts, avec un approvisionnement insuffisant en électricité et en eau doit devenir une tâche presque impossible pour beaucoup.

Littérature sur le Népal :

Choegyal, Lisa. "Népal", RV Reise- und Verkehrsverlag, Berlin, 1993.

Massonaud, Chantal : « Népal », in « Asie », Benedikt Taschen Verlag, Cologne, 1994.

Nelles Guide "Népal", Nelles Verlag, Munich 1995.

Littérature sur les « ascètes asiatiques » :

(1) David-Neel, Alexandra : "Saints et sorciers", Brockhaus, Wiesbaden, 1981.

(2) raum & Zeit numéro 93/1991, page 81

(3) Zwerenz, Gerhard : "Magie, croyance aux étoiles, spiritisme", Fischer, Francfort, 1974.

Avenant 2015 :

Malheureusement, le pauvre Népal a frappé au début du 21ème siècle grandes catastrophes :

* En juin 2001, il y a eu un crime sanglant au sein de la famille royale qui a tué le roi Birendra Bir Bikram Shah. Il a d'abord été remplacé par son frère. Mais le royaume ne put s'en remettre.

Il y a eu des soulèvements des maoïstes et une guérilla sanglante avec de nombreux morts. En avril 2007, une grève générale contraint le roi à démissionner. Le Népal est devenu une république. Le royaume hindou n'existe plus.

* En avril 2015, le Népal a été frappé par un violent tremblement de terre. Il y a eu plus de 8 600 morts et de graves dommages aux structures historiques. Le Népal pauvre et surpeuplé peut difficilement se permettre de les restaurer par lui-même.