Catégories
économie et affaires sociales

Se réveiller d'une nuit agitée

(Publié dans GralsWelt 64/2011)

À la fin des États-Unis, le «rêve américain» est suivi d'un réveil après une nuit agitée. La crise mondiale majeure prévisible offre-t-elle la chance d'un avenir compatible avec la nature ?

Quiconque possède des actions écoute attentivement les nouvelles de Wall Street. Parce qu'il y a la bourse la plus importante qui fixe les lignes directrices pour le reste du monde. Lorsque les prix à New York chutent fortement, les actions allemandes s'effondrent également régulièrement. Les actions américaines se redressent alors généralement plus vite que les actions européennes par exemple. Les États-Unis sont la puissance économique et militaire la plus puissante, la première puissance politique du monde occidental, le "pays des opportunités illimitées" avec le dollar américain comme monnaie de réserve mondiale.

Optimisme sans bornes

Pendant deux siècles, les émigrants et les citoyens américains ont rêvé de gagner de l'argent rapidement, de la carrière proverbiale « de la misère à la richesse ». Si vous travaillez dur et que vous vous efforcez avec une volonté de fer, vous réussirez également. Ce "rêve américain"[1] est basé sur l'expérience historique:

Au cours des siècles passés, l'Europe était composée de pays relativement densément peuplés avec des barrières de classe rigides et des structures durcies qui offraient peu de possibilités d'avancement. Politiquement fragmenté, ravagé par les guerres, gouverné par des princes pour la plupart étroits d'esprit de manière absolutiste, il y avait peu de liberté pour les personnes capables qui voulaient avancer, et certainement pas pour les penseurs latéraux courageux.

La découverte de l'Amérique devient alors la source des utopies modernes. Ici, l'image de la Renaissance de «l'homme nouveau» pourrait être réalisée, ou le rêve des philosophes des Lumières du libre développement de la personnalité créatrice.

Les premiers immigrés vers le « Nouveau Monde » - pour la plupart des membres de minorités religieuses discriminées en Europe - ont non seulement traversé l'Atlantique avec la Bible à la main, mais ils ont également lu "Utopia" de Thomas More (1478-1535), Francis Bacon (1561- 1626) "Nouvelle Atlantide" ou "État du Soleil" de Thomaso Campanella (1568-1639). Depuis lors, l'idée d'un plan divin conduisant l'humanité à la perfection dans le "pays de Dieu" est ancrée dans l'histoire des États-Unis. Cette combinaison d'une attitude religieuse[ii] avec une constitution libérale, « dans le domaine du bien » (dérivé de « l'empire de la liberté, empire du droit » de Jefferson) peut encore se faire sentir aujourd'hui.

Aux États-Unis, fondés en 1776, de courageux pionniers se sont aventurés dans des étendues inexplorées. Ils se voyaient dans un pays sans limites aux ressources apparemment inépuisables, où tout semblait possible. Les booms se succèdent : d'abord la traite des fourrures, puis la conquête des terres jusqu'au Mississippi, la ruée vers l'or californienne, la conquête de l'ouest jusqu'au Pacifique, la construction de chemins de fer, la chasse aux bisons, les grands rassemblements de bétail, l'exploitation minière, le forage pétrolier et l'industrialisation, la ruée vers l'or en Alaska, la production de masse, la chaîne de montage.

Quiconque avait raté un boom devait saisir la prochaine opportunité. Tout semblait possible, théoriquement tout était ouvert à tous, et l'initiative de chacun déterminait si un chemin de vie conduisait au succès ou à la pauvreté ou même à la mort.

Après la fin de la guerre de Sécession (1865), les États-Unis connurent d'abord un « chaos productif », qui conduisit bientôt à une ascension sans précédent, et fit finalement des États-Unis la première puissance économique et militaire après la Seconde Guerre mondiale. Dans l'euphorie associée à l'essor grandiose des USA, personne ne pensait que l'économie américaine, évidemment si florissante, exploitait rigoureusement ses ressources et reposait sur le gaspillage d'énergie et de matières premières et la destruction de la nature.

Ce développement impressionnant, en apparence sûr et perçu comme un progrès, a jusqu'à présent façonné notre image de l'Amérique : rythme de vie plus rapide, croissance continue, mobilité, flexibilité, toujours de nouveaux défis maîtrisés avec brio aux USA.

Lorsque John F. Kennedy annonça le vol vers la Lune en 1961, il parla d'une « nouvelle frontière » et faisait référence à l'esprit d'optimisme dans la conquête de l'Occident. Le fondateur de l'empire du logiciel "Microsoft", Bill Gates, montre que ce rêve d'ascension rapide vers des sommets inimaginables est encore possible aujourd'hui. Cet entrepreneur à succès rejette également les considérations historico-philosophiques qui sont avidement cultivées en Europe lorsqu'il écrit :
"Les choses changent si rapidement dans notre industrie qu'il n'est pas long de regarder en arrière."

Cela fait partie de l'image de soi des citoyens américains de diffuser leurs propres idées de paix, de liberté, de droits de l'homme et de démocratie dans le monde. Les nations qui rejettent ce bon « mode de vie américain » rencontrent l'incompréhension aux États-Unis. En Amérique du Nord, comme en Europe, on nie souvent que
« … ni la démocratie ni les libertés fondamentales ne sont des garanties de progrès vers la prospérité. Au contraire, en Europe, il existe des exemples historiques de la manière dont les constitutions démocratiques ne pouvaient être mises en œuvre et établies de manière permanente qu'après avoir atteint un certain niveau général d'éducation et après que les difficultés existentielles immédiates aient été surmontées.
Helmut Schmidt écrit que dans son livre "Les pouvoirs du futur" (8, p. 30).

En Asie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et Singapour étaient tous gouvernés par des dictatures avant que l'économie du pays ne se démocratise, et la Chine - actuellement le pays à la croissance la plus rapide - est loin d'avoir un gouvernement démocratiquement élu.

Du rêve ?

Depuis des décennies, les États-Unis vivent au-dessus de leurs moyens. La dette nationale approche le chiffre astronomique de 15 000 milliards de dollars (près de 100 % du PIB). L'Américain type est profondément endetté avec ses prêts sur carte bancaire ; la dette privée est de près de 14 000 milliards de dollars. Des centaines de milliers de personnes ne savent pas comment rembourser leur maison après le récent effondrement du boom immobilier et la crise économique qui en a résulté.

L'écart entre les riches et les pauvres devient de plus en plus grand ; près de 45 millions (sur 291 millions) d'Américains sont considérés comme pauvres. Le taux de chômage est actuellement officiellement de 10 % ; Si vous ajoutez ceux qui ont renoncé à la résignation et qui n'apparaissent plus dans aucune statistique, le chiffre devrait être de 20 % (2). Ils doivent tous faire face à un réseau social très large.

Les salaires n'augmentent pas non plus aussi vite qu'il y a une génération, et les revenus corrigés de l'inflation baissent, du moins pour la classe moyenne et les personnes précaires. La fidélité à l'entreprise ne garantit pas un emploi sûr, tout comme les changements d'emploi fréquents n'apportent pas toujours un salaire plus élevé. Même une éducation de première classe n'est pas la garantie d'un bon revenu. Même beaucoup d'anciens hauts dirigeants doivent faire face à eux-mêmes après le krach de la "nouvelle économie"[3] se contenter de salaires plus modestes. Pour que les revenus des ménages ne chutent pas, les deux conjoints ont dû – au lieu de vouloir – gagner de l'argent dans de plus en plus de familles pendant des décennies.

La concurrence internationale s'est intensifiée et la mondialisation est en bonne voie de mettre fin à la domination des nations industrielles occidentales. De nombreux emplois industriels ont également été perdus aux États-Unis. Les travailleurs américains et européens sont en concurrence avec les demandeurs d'emploi des pays en développement, qui – souvent bien éduqués – sont moins chers à « obtenir ».

La mondialisation parrainée par les gouvernements américains annonce-t-elle la fin du rêve américain ? L'économie mondiale va-t-elle exploser avec des frontières ouvertes, frappant durement les travailleurs américains (et européens) ?

C'est sans doute le prix à payer pour une économie mondiale dans laquelle, comme le dit Peter Scholl-Latour, "des managers obsédés par le profit et inaptes" (7, p. 51) ont leur mot à dire, voient leur but uniquement dans le profit monétaire, voire uniquement dans la « valeur actionnariale ». On semble oublier que l'économie est là pour les gens et non les gens pour l'économie. Les concessions mutuelles qui doivent être équilibrées pour maintenir une civilisation fonctionnelle ont disparu, tout comme la connaissance que les idéaux ont vraiment de la valeur.

Dans le passé, les mauvais gouvernements ont essayé d'échapper aux crises internes en risquant des aventures de politique étrangère. Mais ce chemin devient de plus en plus difficile dans le monde d'aujourd'hui, et aucun État (y compris les États-Unis tout-puissants) ne peut espérer pouvoir restaurer ses finances par la guerre et le vol. Les États-Unis sont également en déclin depuis la guerre du Vietnam. L'État a dû emprunter de plus en plus en raison des armements immenses et des coûts de guerre exubérants et a perdu sa réputation et sa crédibilité dans le monde.

"En Europe, il y a un dicton qui dit que notre cause est aussi la cause de l'humanité et qu'en luttant pour notre liberté, nous luttons aussi pour la liberté de l'Europe."
Benjamin Franklin (1706-1790).

"... c'est la morale et la religion seules qui établissent les principes sur lesquels la liberté peut reposer en toute sécurité."
John Adams, 2e président des États-Unis (1735-1826).

« Ah, Génois, ton rêve ! Ton rêve! Des siècles après que vous ayez été mis dans la tombe, le rivage que vous découvrez fait de votre rêve une réalité.
Extrait de "l'Hymne à Colomb" du poète américain Walt Whitman (1819-1892).

"Ce pays n'est pas gouverné par ses citoyens, dans lesquels chacun de nous a une voix, mais par la bourse, qui appartient aux actionnaires en fonction de leurs avoirs."
Romancier américain Philip Roth (né en 1933).

L'Europe comme modèle ?

L'Américain Jeremy Rifkin, auteur bien connu, critique de la mondialisation, fondateur et président de la « Foundation on Economic Trends » (FOET) à Washington, voit les États-Unis en déclin. Il dit que de nombreux Américains doutent de l'avenir du rêve américain autrefois incontesté. Mais comment apprivoiser et orienter plus humainement l'économie à l'américaine devenue incontrôlable ? À quoi peuvent ressembler des États-Unis qui ne permettent pas seulement aux riches et aux spéculateurs boursiers d'avoir un rêve américain ?

De l'avis de Rifkin, s'inspirant d'exemples européens :
"Notre rêve est basé sur une croissance économique illimitée, la richesse matérielle et le progrès individuel, mais le rêve européen sur la qualité de vie, le développement durable et une communauté nourricière" (10).

Ironie du sort, la « vieille Europe » devrait-elle devenir le modèle de l'économie américaine ?
Les pays européens sont également surendettés. Ils gémissent sous des gouvernements indécis, une bureaucratie lourde et antidémocratique à Bruxelles, souffrent du chômage et sont sévèrement pris par la concurrence mondiale. De plus en plus de travailleurs qui se laissent escroquer avec de bas salaires affluent vers les pays à hauts salaires d'Europe centrale, et en même temps des branches entières de l'industrie migrent vers les pays à bas salaires.

De nombreux avantages sociaux pratiques sont devenus "trop chers" dans la lutte mondiale pour les marchés de vente et les emplois. Mais les coupures dans le réseau social sont vécues par les individus comme une perte et provoquent de durs conflits entre les partenaires sociaux et entre les partis politiques, qui menacent la paix intérieure et mettent en péril la stabilité des structures démocratiques.

Enfin, les opérations de sauvetage de l'euro en difficulté pèsent sur les États européens. Les politiciens allemands responsables ne veulent plus savoir que cette monnaie a été introduite dans la précipitation à l'époque - contre les avertissements des économistes - sans la nécessaire harmonisation des politiques économiques (comme prix de l'unité allemande ? Ou comme substitut aux réparations ?). En retour, ils prétendent que l'Allemagne est le plus grand bénéficiaire de l'euro ; probablement une préparation aux demandes futures, qui pourraient encore nous coûter cher !

L'Europe trouvera-t-elle un moyen de sortir de ses problèmes qui peut devenir un modèle pour les États-Unis et d'autres pays industrialisés ?

« Connaissez-vous le pays où fleurissent le grab et la farce,
Les coeurs ne brillent que pour le dollar
Où l'argent passe avant la noblesse,
Intelligence élevée, loyauté faible,
Connaissez-vous le pays, là-bas
Si j'avais le choix, je ne tirerais plus jamais.
Connaissez-vous la ville avec sa grosse saleté
Il y a une auberge à chaque coin de rue
Et dans les usines la couvée humaine transpire,
Le capital suce leur sang rouge,
Connaissez-vous la ville, là-bas,
Ne me laisse jamais partir, ô père éternel.
Votre ville sur le Michigan, pleine de malheur et hélas,
Où beaucoup de cœurs pleins d'espoir se sont brisés,
Les étoiles dans le ciel la nuit me regardent
Que t'ont-ils fait, pauvre enfant ?
Connaissez-vous la ville, là-bas,
Ne vous laissez pas tirer par mille chevaux."
Emerenz Meier (1874-1928).

Les crises comme opportunités ?

Un mot souvent qualifié à tort de galvaudé voit aussi dans chaque crise – ou surtout – une opportunité. Les crises sont inévitablement un puissant élan pour penser au changement, à la réforme, au développement, aux nouvelles idées et augmenter la pression pour faire quelque chose. Les optimistes espèrent donc que la crise économique, financière (et politique) actuelle aux États-Unis et dans l'ensemble du monde occidental apportera un nouveau départ, un nouveau boom. Selon l'expérience historique des États-Unis, chaque crise a également été une transition vers une nouvelle phase de reprise.

Pouvons-nous aussi espérer le boom à venir à notre époque ? Pour ce faire, le monde occidental devrait s'adapter à un avenir dans lequel beaucoup de choses seront différentes de celles des trois cents dernières années :

• L'Europe puis l'Amérique du Nord sont depuis des siècles les continents les plus innovants. En ces temps de prospérité occidentale, peu importait que la Chine ait été autrefois le leader technologique et que l'Europe ait pu s'appuyer sur les inventions chinoises. La Chine et l'Inde étaient encore les pays dominants au XVe siècle[4], qui ont généré ensemble environ 40 pour cent du produit national brut de la terre, ce qui était à peine remarqué en Europe à l'époque. Au cours du 21e siècle, ces deux plus grandes nations y reviendront probablement.
A partir du milieu du siècle environ, la Chine générera un produit national comme les Etats-Unis, mais restera longtemps un pays émergent en raison de sa forte population en termes de revenu par habitant.
L'Inde a suspendu les mesures gouvernementales de contrôle des naissances, de sorte que sa population devrait dépasser celle de la Chine au 21e siècle. Malgré la croissance économique, l'Inde devra probablement maîtriser des défis sociopolitiques plus importants que la Chine.
De graves problèmes environnementaux se profilent dans les deux pays.

• Cela met fin à la domination de la race blanche. Les peuples d'Asie, beaucoup plus nombreux, rattraperont leur retard économique et technologique ; dans le but de devenir le meilleur au monde. Cela ne sera pas arrêté par des moyens économiques, encore moins par des moyens militaires ; parce que le temps du colonialisme et des guerres de pillage touche à sa fin. Le néo-colonialisme atteindra aussi ses limites avec son exploitation des pays sous-développés. Je pense que la population mondiale s'accorde à dire que c'est un progrès dans la bonne direction.

• La lutte pour des ressources de plus en plus rares a commencé, comme on peut le voir non seulement dans l'exemple du pétrole. L'époque est révolue où les Européens et les Américains blancs, qui représentaient environ 25 % de la population mondiale vers 1900, pouvaient considérer les 75 % restants comme des objets d'exploitation impuissants et s'approprier les ressources mondiales, souvent par la force. Des adversaires puissants comme la Chine s'en mêlent maintenant !
La rareté de l'eau aura bientôt un impact dans de nombreux endroits (probablement même dans certains États des États-Unis). Les tentatives des entreprises occidentales de privatiser l'approvisionnement en eau dans les pays en développement et aussi de tirer profit de cette pénurie peuvent déclencher de violentes contre-réactions de la part des personnes concernées.

• L'explosion démographique se poursuit. En désespoir de cause, les réfugiés de la pauvreté cherchent des endroits où survivre. Il n'y a pas de moyens reconnaissables de sortir de cette misère[v]. Inconnu de beaucoup, c'est ainsi que se produit la plus grande migration de peuples de tous les temps : l'Afrique, où l'aide au développement a pratiquement échoué, et le Moyen-Orient exercent une forte pression migratoire sur l'Europe ; d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, un flux d'immigration correspondant arrive en Amérique du Nord. Les deux continents - l'Europe et l'Amérique du Nord - sont complètement submergés par des centaines de millions de personnes prêtes à immigrer. Même en Chine, le pays à la croissance économique la plus rapide, 150 millions de travailleurs migrants se battent pour des emplois.

• D'un point de vue écologique, l'objectif à long terme de chaque pays devrait être de se contenter de ses propres ressources et de devenir le moins possible dépendant des importations. L'Europe centrale a l'avantage inestimable d'avoir un bon sol et des précipitations suffisantes. Les innovations qui nous rapprochent de l'indépendance vis-à-vis des importations d'outre-mer seraient la garantie la plus importante pour l'avenir[6].
Die damit verbundene Abkehr von den "les manipulations du capitalisme monopoliste, qui sont aujourd'hui passées sous silence sous le nom de 'mondialisation'" (7, p. 114), et une économie mondiale à tout prix, de nombreux économistes y voient un retour à l'époque du mercantilisme[7] mal comprendre. Mais le blanchiment populaire auprès des politiciens et même des économistes ne peut masquer le fait que la mondialisation crée de plus gros problèmes qu'elle n'en résout. Après l'échec du socialisme, un turbo-capitalisme semble dominer sans partage, révélant ses côtés les plus laids dans l'économie mondialisée et dans la spéculation financière mondiale. Une alternative humaine à cette façon inhumaine de faire des affaires est nécessaire de toute urgence.

Un avenir respectueux de la nature

Le "vieux rêve américain" de croissance continue par la production de choses matérielles, cette économie du gaspillage qui est imitée dans le monde entier, n'est pas durable.

Le « rêve européen » d'utilisation durable des ressources et d'équilibre social propagé par Rifkin contient certaines approches ciblées ; mais on est encore loin d'une solution globale au problème.

L'avenir appartient à l'utilisation économique des ressources non renouvelables, à l'utilisation intelligente de ses propres possibilités, au renoncement à l'exotisme superflu et à la modestie (et non à la pauvreté) dans les exigences matérielles de la vie. Un grand piège dans lequel nous sommes tombés est de penser que le bonheur est proportionnel au fait d'avoir des choses.

Un avenir heureux exige le "rêve naturel" d'une économie et d'une société en harmonie avec la nature. La conception de cette « économie de péréquation écologico-sociale », comme alternative à la mondialisation du capitalisme prédateur, devrait être la préoccupation la plus importante des politiciens, écologistes et économistes.

Littérature:
(1) Cooke Alistair, Histoire de l'Amérique, Pawlak, Herrsching 1975.
(2) Der Spiegel, n° 44/2010, p.72 et suiv.
(3) Gates Bill, The Way Forward, Hoffman & Campe, Hambourg 1995.
(4) Hey Monika, Le rêve américain, TR-Verlagsunion, Munich 1990.
(5) Rifkin Jeremy, The European Dream, Campus, Francfort 2004.
(6) Scholl-Latour Peter, La malédiction du nouveau millénaire, Goldmann, Munich 2004.
(7) Scholl-Latour Peter, Colosse aux pieds d'argile, Ullstein, Berlin 2005.
(8) Schmidt Helmut, Les pouvoirs du futur, Settlers, Munich 2004.
(9) Wuermeling Henric L., The Lust for Freedom, TR-Verlagsunion, Munich 1987.
www…
http://www.wissenschaft.de/wissen/news/150431.html.
Notes de fin :
[1] Étonnamment, le terme « American Dream » est apparu pour la première fois pendant la crise économique mondiale des années 1930, qui a également durement touché les États-Unis. (voir bibliographie, 4).
[2] Voir bibliographie (7), page 15 : "Environ 80% de tous les citoyens américains assistent à un service religieux tous les dimanches. En France, le nombre de pratiquants réguliers est tombé à sept pour cent, en Angleterre même à cinq pour cent. Personnellement, les 80% me semblent crédibles au mieux pour le plat pays, notamment dans le Midwest, pas pour les métropoles.
[3] Nouvelle économie = Nouvelle économie. Lié à l'idée que l'informatique et les nouveaux moyens de communication vont créer une nouvelle forme d'économie façonnée par la mondialisation. La production industrielle de masse perdrait donc de l'importance. Les priorités sont désormais dans la compétition mondiale d'idées innovantes, dans le traitement de l'information.
[4] Cf. «Chine II : la Chine et le Noussten », sous « Histoire » et  "1421 - Quand la Chine découvre le monde ' sous 'Critiques de livres'.
[5] Cf. «Combien de personnes la terre peut-elle contenir ?', sous 'Ecologie'.
[6] J'espère que personne ne pense que je regarde l'idéologie excentrique du "Juche" de la Corée du Nord avec son isolement forcé comme modèle.
[7] Mercantilisme = les politiques économiques des États européens aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le mercantilisme se caractérise par le nationalisme économique et le dirigisme d'État.