Catégories
économie et affaires sociales

Un peuple fier atteint le pouvoir mondial

(Publié dans GralsWelt 65/2011)

Au vu des développements en Chine, la question se pose de savoir si « l'économie de marché libre » a encore un avenir.
La compétition de demain commence dans les écoles et les collèges

J'ai réfléchi récemment. Lors de mon examen dans la matière "dynamique du véhicule" dans une université, une petite fille chinoise a écrit de loin le meilleur article. Un cas isolé qui ne veut rien dire statistiquement dans mon petit groupe d'étudiants ? Quand j'en ai parlé à ma fille, qui enseigne la chirurgie dans une université et examine les étudiants pour l'examen d'État, le commentaire est venu : "Qui d'autre ?"

« Dans le passé, l'Occident a détruit la démocratie dans d'autres pays – au nom de la démocratie. A volé la liberté à d'autres pays - au nom de la liberté. Violé les droits de l'homme des pays de l'Est – au nom des droits de l'homme.
Mo Luo, chargé de cours à l'Académie chinoise des arts (1, p. 78).

Que se passe-t-il dans notre pays densément peuplé, qui ne dispose pas de gisements importants de matières premières, mais dont l'industrie a prospéré dans le passé grâce à la fiabilité, la diligence et la compétence ?

Est-ce l'« éthique confucéenne » récemment citée qui fait mieux avancer les jeunes Asiatiques que notre « société à zéro dollar » dans le « parc d'attractions démocratique » ? Ou les Asiatiques de l'Est - comme ils le croient eux-mêmes - ont-ils un QI plus élevé que les Européens ? Peut-être parce qu'ils ont dû apprendre une écriture très compliquée pendant des siècles ?

Sommes-nous là, la connexionss perdre au sommet du monde?

Lors de ma première visite en Corée, j'ai remarqué que l'apprentissage est très important en Asie. L'éthique confucéenne traditionnelle exige le devoir, la diligence et la loyauté, et son idéal est le gentleman universellement instruit et hautement instruit (ce n'est que récemment que les femmes ont été incluses). En conséquence, la volonté d'apprendre des Asiatiques de l'Est est considérable.

En Occident, on entend dire que les enfants – par exemple en Chine, au Japon et en Corée – sont débordés à l'école à un âge beaucoup trop jeune. Cette pression inouïe de la performance les aurait tellement épuisés dans leur jeunesse qu'ils n'ont plus tard eu le pouvoir d'innover. Si cette affirmation n'est pas correcte, l'Europe et les États-Unis font face à des temps difficiles.

« Exercice confucéen » contre le capitalisme privé occidental

Nous vivons à une époque où pratiquement aucun pays ne peut risquer une guerre majeure. La destruction à craindre des armes modernes de destruction massive serait si catastrophique qu'en fin de compte, peu importe que la guerre soit officiellement gagnée ou perdue.

Au lieu de cela, il y a de plus en plus de "guerres asymétriques" qui s'apparentent plus à des actes de terrorisme ou à un soulèvement populaire qu'à une guerre classique. C'est pourquoi les rivalités des grands États se jouent désormais dans le domaine économique. Cela s'applique également à la "bataille pour le marché mondial" entre l'Est et l'Ouest.

« À l'automne 2004, pour la première fois dans l'UE, des magasins chinois locaux ont été pillés dans la ville espagnole d'Elche : une foule en colère a pris d'assaut les magasins de chaussures chinois le 16 septembre, jetant les marchandises dans les rues et y mettant le feu. Il faut savoir qu'Elche a été connue pendant des décennies comme le centre de la production espagnole de chaussures. Cependant, les fabricants les ont maintenant largement délocalisés vers la Chine bon marché, d'où provenaient non seulement les chaussures bon marché, mais aussi les commerçants chinois les plus agiles : les habitants de la ville de Wenzhou, dans l'est de la Chine, connue dans toute la Chine sous le nom de peuple de Wenzhou et pour connus pour leur sens des affaires. Ils ont donc ramené eux-mêmes les produits de la production modernisée par l'externalisation d'Elche. Pourquoi laisser cette affaire aux Espagnols ?

Est-ce ainsi que vous imaginez un monde qui tremble à cause de la Chine ? Peut-être. Probablement même. Mais autre chose pèse plus lourd : un établi mis en mouvement par plusieurs centaines de milliards de dollars consomme non seulement des travailleurs bon marché, jeunes, flexibles et peu exigeants, mais aussi de l'électricité et des matières premières, surtout du pétrole.
Jörg M. Rodolphe (4, p. 145 sq.).

En ce moment, le centre d'intérêt est la relation entre les États-Unis avec ses "valeurs occidentales" et la Chine avec son "exercice asiatique". Tant que l'Union européenne divisée n'aura pas de voix politique commune, pas de politique étrangère commune et pas d'économie coordonnée, elle ne jouera qu'un rôle mineur dans cette confrontation économique en tant qu'appendice des États-Unis.

La plus grande importance dans la concurrence entre les deux systèmes est la volonté d'accomplir et le force d'innovation des gens qui qualité des gouvernements et le Accès au matières premières rares. Pour le moment, les Chinois semblent avoir l'avantage :

L'efficacité des Asiatiques de l'Est a déjà été discutée. La mesure dans laquelle ils sont également innovants est controversée.

Dans l'histoire récente, d'importantes découvertes scientifiques et innovations techniques sont régulièrement venues de pays à culture libérale et bourgeoise et aux opportunités de développement libres. Mais il y a peu de raisons de sous-estimer un peuple qui, jusqu'au XVe siècle, était le leader mondial de la technologie. Helmut Schmidt a écrit dans son livre "La Chine voisine":

« Il y a des siècles, par rapport à l'Europe de l'époque, les Chinois ont apporté une énorme productivité de développements technologiques scientifiquement fondés ; il est concevable que cela revienne. En ce moment, ils ont d'autres soucis que d'usurper la tête du développement technologique mondial. (5, p. 309).

Le gouvernement chinois semble uni au monde extérieur. Leur régime autoritaire à parti unique ne connaît pas de processus démocratiques, souvent longs et lourds. Des décisions claires peuvent être appliquées en peu de temps, sans trop se soucier de l'opinion populaire. Les difficultés internes telles que les déficits des droits de l'homme et des systèmes sociaux, les déséquilibres entre pauvres et riches et entre la ville et la campagne, les dommages environnementaux et la destruction dramatique de la nature peuvent être passées sous silence par des dirigeants habiles tant que le peuple chinois, connu pour sa patience, ont le sentiment que les choses vont, les conditions se sont améliorées, la prospérité générale s'est accrue.

Avec des réserves de change qui s'élèveraient à 2 600 milliards de dollars, le « trésor de guerre » chinois est bien approvisionné pour toutes les éventualités, tandis que presque tous les pays occidentaux gémissent sous des niveaux d'endettement insoutenables. De cette manière, la Chine peut soutenir des pays pauvres mais riches en ressources – par exemple en Afrique – et ainsi sécuriser l'accès à leurs gisements de matières premières. C'est un avantage économique pour les Chinois qu'ils ne s'immiscent pas – comme l'Occident – dans les « affaires intérieures » et, par exemple, qu'ils n'aient pas à exiger le respect des droits de l'homme.

Dans ce contexte, les appels bien intentionnés des politiciens occidentaux pour améliorer la situation des droits de l'homme en Chine peuvent au mieux apporter des corrections cosmétiques. Car la Chine communiste se sent forte et se prépare à prendre le pas sur la première puissance occidentale, les USA ! Selon les prévisions actuelles, la production économique de la Chine devrait dépasser celle des États-Unis entre 2020 et 2030.

Cela signifierait que le revenu par habitant des 1,3 milliard de Chinois actuellement serait encore modeste par rapport aux normes occidentales. Mais le facteur décisif, surtout pour les sensibilités des Chinois, c'est la tendance. Et cela parle actuellement pour la Chine avec son économie très prospère. Les usines chinoises ne se concentrent plus sur les produits bon marché. De plus en plus de produits de haute technologie avec de grandes perspectives d'avenir viennent de Chine, qui est le leader du marché des téléviseurs, des lecteurs de DVD et des téléphones portables, par exemple. L'industrie chinoise s'intéresse particulièrement aux technologies futures telles que les voitures électriques, les cellules solaires, les technologies environnementales, les centrales éoliennes, etc.

Chine : Un peuple fier en passe de devenir une puissance mondiale

Après la mort de Mao Zedong (1893-1976), qui avait laissé le pays dans un état désastreux, Deng Xiaoping (1904-1997) a pu amorcer un développement systématique à partir de 1978.

Premièrement, les paysans ont eu la possibilité de tirer des bénéfices personnels des excédents produits. Viennent ensuite les "zones économiques spéciales" dans lesquelles les entreprises étrangères peuvent s'installer. Ils ont dû travailler avec des partenaires chinois, ce qui leur a donné accès aux technologies modernes.

Presque toutes les entreprises mondiales sont désormais actives dans la République populaire et fournissent gratuitement le savoir-faire le plus récent à leurs concurrents d'Asie de l'Est. Pas étonnant que la Chine ait pu rattraper son retard technologique à un rythme inimaginable et soit devenue compétitive à l'échelle mondiale.

À l'heure actuelle, la Chine a déjà un produit intérieur brut plus élevé (5,745 milliards US$) que le Japon (5,391 milliards US$) et se classe deuxième derrière les États-Unis[je]. Plus personne ne doute que la Chine est en passe de devenir la première puissance économique.

Au cours de l'histoire, la puissance économiquement la plus puissante est régulièrement devenue la puissance politique et militaire la plus importante. Est-ce différent cette fois ? Les États-Unis, lourdement endettés, pourront-ils maintenir leur avance en matière d'armement à plus long terme ? En tout cas, il ne sera pas facile pour les États-Unis d'Amérique, première puissance économique et militaire mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale, de se contenter de la deuxième place !

Après de nombreuses turbulences chaotiques aux XIXe et XXe siècles, les Chinois sont redevenus un peuple fier. Vous regardez en arrière sur une culture très ancienne avec 5000 ans d'histoire mouvementée. Les Chinois n'ont pas encore oublié les humiliations que leur ont infligées les Européens ou les Japonais aux XIXe et XXe siècles.

Un Chinois qui s'habille à l'occidentale, a étudié aux USA, utilise les technologies et les systèmes économiques occidentaux dans son pays n'est pas automatiquement un partisan de la philosophie des Lumières ou un démocrate convaincu.

Aujourd'hui, la Chine est désireuse et probablement capable de conquérir la place qu'elle mérite dans la société mondiale en tant que nation cultivée la plus grande et pendant longtemps aussi la plus innovante.

"L'opinion publique en Allemagne, essentiellement le journalisme allemand, les médias de masse, mais aussi les politiciens allemands, ont tendance à laisser entendre à l'Amérique que la Chine et la tendance chinoise à la hausse constituent un danger pour nous. En réalité, les problèmes économiques que nous, Allemands et Européens, avons moins à voir avec la Chine qu'avec des développements indésirables dont nous sommes responsables. Si un concurrent est un peu meilleur que nous dans un lot, cela signifie d'abord que nous avons raté quelque chose ou fait quelque chose de mal. Il ne sert à rien d'évoquer la dangerosité de l'adversaire et de créer ainsi un affrontement qui aggrave encore la situation."
Helmut Schmidt (5, p. 297).

L'expérience de « l'économie de marché libre » est-elle terminée ?

En Chine, le « capitalisme de cadres » détermine le développement économique du pays. Des plans gigantesques, des projets de construction gigantesques peuvent être mis en œuvre sans trop de résistance, même contre la volonté d'une partie de la population. Les dictateurs - comme en Union soviétique, par exemple - peuvent échapper aux mauvaises décisions autocratiques.

Les gouvernements contrôlés démocratiquement, en revanche, sont limités par les contraintes politiques des partis et ne peuvent souvent parvenir qu'à des compromis à moitié cuits. Dans les démocraties occidentales, l'économie de marché libre domine, laissant à chaque acteur du marché le soin de décider quoi et où investir et produire. Les grands projets doivent faire face à la critique publique et peuvent être retardés ou même empêchés par des objections de toutes sortes.

Nous avons donc devant nous une expérience intéressante : est-ce « l'économie de marché libre » qui trouve toujours et partout les moyens les meilleurs, les plus rentables, qui servent le plus le bien commun ? Ou est-ce que, du moins dans le cas d'un pays émergent, un contrôle gouvernemental intelligent peut-il faire avancer les développements avec plus de succès ?

la École de Chicago avec de nombreux lauréats du prix Nobel, dont le populaire Milton Friedman (1912-2006), a prêché la supériorité des marchés libres, du secteur privé sur toutes les autres formes d'économie pendant des décennies. La privatisation des entreprises publiques était considérée comme à l'ordre du jour. Pendant la guerre froide, c'était l'attitude acceptée, « politiquement correcte ». Entre-temps, les premiers doutes sont apparus. Même les politiciens commencent à se rendre compte qu'un État ne devrait pas abandonner les services de base essentiels que sont l'eau, l'électricité, le gaz, les transports publics, les égouts, l'élimination des déchets, etc.

Il est regrettable que Milton Friedman - le grand gourou de la privatisation - ne puisse plus être envoyé en voyage à travers l'Angleterre sur les chemins de fer anglais privatisés, puis en voyage en Suisse sur les chemins de fer nationaux suisses !

La Chine fera-t-elle mieux ?

« Les Chinois font pression parce qu'ils doivent créer des emplois dans leur propre pays. Cette tendance va s'accentuer. Cela commence lentement à se faire sentir sur les Européens. Cela s'applique également à la Pologne et à la République tchèque. Mais parce que la Chine est un grand pays, la concurrence sera d'autant plus grande. Cette question occupera les relations entre l'UE et la Chine à l'avenir. D'un autre côté, les questions sur ce qui peut être vendu en Chine, si des armes devraient y être vendues ou comment la Chine deviendra une démocratie passeront au second plan. Il s'agira principalement d'emplois. Notre position n'est pas confortable. "
Helmut Schmidt (5, p. 187).

Aujourd'hui, une économie mondiale sans la Chine n'est plus envisageable. Aucune grande entreprise ne peut se passer du marché chinois et de la coopération avec des partenaires chinois. Combien d'entreprises regrettent de s'être laissées faire chanter et d'avoir payé un prix trop élevé pour entrer sur le marché chinois : l'obligation de transfert de technologie ? Avec quoi ils ont peut-être initié une désindustrialisation de leur pays d'origine et même creusé leur propre tombe à la longue ! Mais quel manager pense des décennies à l'avance !

Aujourd'hui de plus en plus d'entreprises américaines, européennes et japonaises sont contraintes de produire en Chine non seulement pour le marché chinois mais aussi pour le marché mondial pour des raisons de coûts. Avec pour conséquence un déclin progressif du secteur industriel dans les pays industrialisés traditionnels.

Liberté démocratique ou centralisme modéré ?

En Occident, nous sommes convaincus que notre système de valeurs libéral occidental, façonné par la philosophie des Lumières, répond le mieux aux souhaits et aux besoins des gens.

Tous les autres systèmes de gouvernement – qu'il s'agisse d'autocratie, de dictature, de parti unique fasciste ou communiste, de monarchie, d'oligarchie ou de théocratie – ont échoué ou – comme dans le cas du turbo-capitalisme – sont sur le point d'échouer. Selon une opinion largement exprimée, à long terme, il ne peut y avoir d'État stable sans démocratie.

En ce moment, nous assistons tous à une expérience à grande échelle qui se déroule aux dépens de milliards de personnes - nous y compris : la lutte pour la domination économique mondiale entre le capitalisme de cadres oriental et les démocraties occidentales. Les deux systèmes de gouvernement ont des faiblesses : par exemple dans la réduction de la bureaucratie, la corruption, les droits de l'homme, la gestion durable, la conservation de la nature, le crime organisé, la guerre des tranchées politiques partisanes, les systèmes sociaux, la protection de l'environnement, la justice distributive, etc., qu'ils doivent corriger s'ils veulent survivre dans la concurrence mondiale. Il ne peut être exclu que cette guerre économique se décide sur le champ de bataille écologique plutôt qu'économique.

La « fin de l'histoire » propagée prématurément par Francis Fukuyama (2) se fait encore attendre. Selon lui, après la chute du rideau de fer, le libéralisme sous forme de démocratie et d'économie de marché devrait prévaloir dans le monde entier. Nul ne sait encore quel système sera le plus performant et offrira à son peuple les meilleures conditions de vie : la démocratie propagée par l'Occident - qui souvent se déchire - avec sa "liberté", qui n'est souvent entendue que comme la liberté des marchés ; ou un centralisme modéré avec un contrôle économique délibéré tout en respectant les droits de l'homme - peut-être semblable à un absolutisme éclairé[ii], comme autrefois en Europe, mais complétée par un contrôle démocratique approprié ?

Il y a peut-être aussi une composante religieuse (fanatique) à jouer dans ce débat.

Notre avenir sera passionnant ! Espérons que ce ne soit pas trop excitant, car - comme le disait mon père sous le Troisième Reich - "il n'est pas bon de vivre à une époque excitante".

Lisez aussi à ce sujet "Chine III"

Littérature:
(1) Der Spiegel, 1/2011, p.72 et suiv.
(2) Fukuyama Francis, La fin de l'histoire, Kindler, Munich 1992.
(3) Brain Wolfgang, Challenge China, Fischer, Francfort 2005.
(4) Rudolph Jörg-M., Quand la Chine envahit le monde, Hessian State Center for Civic Education, Wiesbaden 2005.
(5) Schmidt Helmut, La Chine voisine, Econ, Berlin 2006.
www…
"L'école de Chicago":
http://de.wikipedia.org/wiki/Chicagoer_Schule.
Situation environnementale en Chine :
http://de.wikipedia.org/wiki/Umweltsituation_in_der_Volksrepublik_China.
Capitalisme cadre :
http://de.wikipedia.org/wiki/Volksrepublik_China#Kader-Kapitalismus.

Notes de fin :
[je] Le produit intérieur brut des USA est de 14 624 milliards US$, celui de l'Allemagne, qui se classe au quatrième rang mondial, de 3 306 milliards US$ (selon le « Süddeutsche Zeitung » du 15 février 2011). Les chiffres de population correspondants sont : Chine : 1350 millions, États-Unis : 291 millions, Japon : 130 millions, Allemagne : 82 millions.
[ii] Les représentants les plus connus de l'absolutisme éclairé étaient Frédéric II de Prusse (roi 1740-1786), Catherine la Grande de Russie (impératrice 1729-1796), Marie-Thérèse d'Autriche (archiduchesse 1740-1780), Joseph II (empereur du Saint Empire romain germanique de la nation allemande 1765-1790).