Catégories
histoire/histoire

La catastrophe majeure du XXe siècle

100 ans après le déclenchement de la Première Guerre mondiale le 1er août 1914

(Publié dans GralsWelt 83/2014)

"Maintenant, les lumières s'éteignent en Europe, et aucun des vivants ne les verra plus briller."
Le ministre des Affaires étrangères britannique Sir Edward Gray (1862-1933) a estimé
l'homme qui, selon l'historien Golo Mann "aurait pu empêcher la guerre" le déclenchement de la Première Guerre mondiale en août 1914.
En fait, cette guerre a jeté les bases d'une série de développements tragiques qui se poursuivent à ce jour.

Au tournant du XIXe et du XXe siècle, les États d'Europe ont senti qu'ils étaient sur la bonne voie. L'économie et la technologie se sont développées à un rythme sans précédent. La science européenne et la culture européenne étaient à l'avant-garde du monde. Comme le christianisme, la plus grande religion du monde, ils ont été emmenés dans les colonies ; selon la croyance générale à leur profit.

Des tensions sociales profondément enracinées sont apparues dans les sociétés industrielles à la suite d'une croissance économique rapide; mais cela se désamorcerait progressivement à mesure que la prospérité augmenterait régulièrement, et tout le monde - riches et pauvres - pourrait vivre mieux que jamais. Les traités humanitaires tels que la Convention de Genève de 1864, l'Acte du Congo de 1885 et la Convention de La Haye sur la guerre terrestre de 1899 visaient à atténuer les atrocités de la guerre.

Le déclin de l'Occident ?

La première guerre avec des moyens techniques modernes fut la guerre civile américaine (1861-65, cf. "Kurz, kurz, kurios" page 446 "L'esclavage a pris fin, le racisme est resté") avec un nombre incroyable de morts et de blessés. Mais cette guerre cruelle et ses horreurs n'ont pas été assez remarquées en Europe.
Les stratèges européens avaient plus en tête la guerre franco-prussienne de 1870-71, dans laquelle les charges de cavalerie pouvaient décider des batailles.

De plus, malgré tout l'armement, presque personne ne croyait à la très grande guerre en Europe. Alors que leur explosivité était ignorée, les multiples rivalités politiques et économiques entre les puissances européennes se sont intensifiées, et de nombreuses difficultés politiques intérieures ont exacerbé les tensions jusqu'à conduire à la grande catastrophe.
Politiques et militaires ont poussé vers un gigantesque conflit militaire dont la violence et la dynamique et surtout les conséquences ont été largement sous-estimées par tous les États impliqués.

Une lutte gigantesque
« La Première Guerre mondiale a été une tragédie aux proportions terribles. Soixante-cinq millions d'hommes avaient été mobilisés — bien plus que jamais dans un conflit militaire — pour mener une guerre dont on leur avait dit qu'elle était affaire de justice et d'honneur, de fierté nationale et de nobles idéaux ; une guerre qui mettra fin à toutes les guerres et établira un tout nouvel ordre mondial de paix et de justice...
Le 11 novembre 1918, lorsque l'armistice fut signé et la guerre terminée, huit millions de soldats avaient été tués ; vingt autres millions ont été blessés ou mutilés, mourant de maladie ou crachant du sang à la suite d'attaques au gaz. Le nombre de civils qui ont perdu la vie au cours de cette lutte gigantesque se compte en dizaines de millions. (1, p. 7).

En août 1914, l'effondrement de la "vieille Europe" a commencé. Les "puissances centrales" (Allemagne, Autriche-Hongrie et Empire ottoman) se sont battues contre "l'Entente" (en français pour accord, alliance). Celui-ci comprenait la France, la Grande-Bretagne et la Russie, ainsi que la Belgique et la Serbie depuis le début de la guerre, ainsi que l'Italie à partir de 1915. Puis, en 1917, les États-Unis interviennent de manière décisive dans la guerre. À la fin de la guerre, la Chine, la Grèce, le Japon, le Monténégro, le Portugal, la Roumanie et le Siam étaient également en guerre avec les puissances centrales.

Dans une automutilation meurtrière, les États d'Europe se sont ruinés dans une guerre d'anéantissement aux proportions sans précédent "Grande guerre civile de l'Ouest" (1). Mitrailleuses, dirigeables, ballons captifs, avions, canons à longue portée du plus gros calibre, cuirassés, sous-marins, lance-flammes, mines, gaz toxiques et voitures blindées ont démontré dans de cruelles batailles matérielles le potentiel destructeur d'une guerre moderne avec des millions de morts, de blessés , physiquement ou mentalement mutilé.

Après la Première Guerre mondiale, l'Europe du XIXe siècle s'est effondrée et le monde a changé de manière irréversible. La suprématie de l'Europe dans le monde était brisée et la fin du colonialisme et de l'Empire britannique pouvait difficilement être arrêtée. La Russie était désormais bolchevique et le communisme en expansion était devenu une idéologie révolutionnaire redoutée dans le monde entier. L'ascension des États-Unis au rang de première puissance mondiale était amorcée.

L'échec de l'ordre de paix

Déjà le guerres Napoléoniennes peut essentiellement être décrite comme une guerre mondiale. Il a été combattu non seulement dans la majeure partie de l'Europe - de l'Espagne à la Russie, de l'Italie au Danemark - mais aussi en Égypte, dans les Caraïbes, en Afrique du Sud, dans l'Atlantique, la Méditerranée et l'océan Indien.

Mais après ces guerres dures pleines de haine et de cruauté, les cabinets des monarques ont réussi à parvenir à un ordre de paix relativement stable, qui au moins jusqu'à la Première Guerre mondiale - à tort ou à raison - a duré près d'un siècle et a empêché la très grande guerre.

En revanche, après la Première Guerre mondiale et la reddition de l'Allemagne le 11 novembre 1918, il n'y avait plus ordres de paix, mais conditions de remise. Les démocraties victorieuses ont laissé libre cours à l'idée de revanche contre les monarchies renversées. Les sacrifices consentis pendant la guerre ont été durs pour toutes les personnes impliquées et catastrophiques pour les plus touchés. Maintenant, en particulier l'Allemagne, l'ennemi détesté, qui a été blâmé par les vainqueurs pour toutes les souffrances et destructions, devrait être tenu pour responsable[1].

Winston Churchill (1874-1965) a dû le sentir lorsqu'il a parlé de manière presque prophétique lors d'un débat parlementaire en 1901 :
« Une guerre en Europe ne peut aboutir qu'à la ruine du vaincu et à la misère économique à peine moins grave et à l'épuisement physique du vainqueur. La démocratie est plus vindicative que la politique de cabinet, les guerres des nations plus terribles que celles des rois.
(6, p. 37).
Mais en août 1914, Churchill salue le déclenchement de la guerre ! (1, p. 36).

Dans le traité de paix de Versailles du 28 juin 1919, l'Allemagne est seule responsable de la "guerre mondiale". Le Reich allemand a dû céder une partie de son territoire et a perdu ses colonies[2]. Elle a été durement humiliée par le traité de paix forcée et accablée d'insupportables demandes de réparations.

La première démocratie allemande a souffert de ces conditions de départ difficiles, presque désespérées, et a échoué. Ainsi, comme les historiens s'en rendent compte de plus en plus clairement, la Seconde Guerre mondiale est devenue la continuation de la Première ! Par exemple, a déclaré le Premier ministre anglais David Lloyd George (1863-1945) après la signature du traité de Versailles : "Maintenant, nous avons un document écrit qui nous garantit la guerre dans vingt ans." (2, p. 58).

Qui était responsable ?

Pendant longtemps, la question de la culpabilité de guerre s'est concentrée sur l'article 231 discutable du traité de Versailles, qui stipulait politiquement la seule culpabilité de l'Allemagne. Après cela, il y avait d'innombrables avantages et inconvénients. L'opinion s'est lentement imposée que les hommes politiques largement absorbés par les événements quotidiens et encore pleins de haine après la guerre n'étaient pas très aptes à définir les faits historiques.

Le départ de l'Europe de la scène mondiale
« Les signes indiquant que l'Occident est entré dans une lente agonie ne peuvent plus être ignorés. En un siècle toutes les grandes maisons royales du continent européen ont péri. Tous les empires qui régnaient autrefois sur le monde appartiennent au passé. En dehors de l'Albanie islamique, pas une seule nation européenne n'a un taux de natalité qui lui permettrait de maintenir sa taille démographique jusqu'à la fin du XXIe siècle. Depuis trois générations, la proportion de personnes d'ascendance européenne dans la population mondiale diminue inexorablement. À la suite de l'invasion du tiers monde, contre laquelle il n'y a plus aucune résistance, le caractère ethnique de toutes les nations occidentales est irrévocablement modifié. Nous sommes sur le point de disparaître progressivement de la surface de la terre.
Ayant perdu la volonté de gouverner, l'Occident semble perdre la volonté de préserver ses cultures uniques. Il s'adonne aux plaisirs de la bonne compagnie sans retenue ; Il ne semble pas se soucier des héritiers de la terre qu'il gouvernait autrefois. (1, p. 6).

Aujourd'hui, la plupart des historiens sont d'avis que la responsabilité ne peut être imputée uniquement à l'empereur allemand Guillaume II, à son cabinet et à ses généraux. Parce que presque tous les politiciens concernés avaient échoué. Ils ont glissé comme des somnambules dans une guerre que personne n'a voulue et que personne n'a empêchée. David Lloyd Georgee écrit dans ses mémoires :
"Nous avons tous trébuché dans la guerre." (1, p. 13).

Il n'est pas nécessaire de chercher bien loin pour trouver les responsables des traités de paix injustes. La Russie est éliminée parce qu'après sa Révolution d'Octobre 1917, elle a conclu une paix séparée avec le Reich allemand. Après la capitulation de l'Allemagne, cependant, les gouvernements italien et britannique, et en particulier le Premier ministre français, ont renoncé Georges Clémenceau ont donné libre cours à leur haine de l'Allemagne, que les États-Unis, plus modérés, n'ont pas pu contenir. (Les cosignataires du Traité de paix de Versailles étaient les États de Belgique, Bolivie, Brésil, Chine, Équateur, Grèce, Guatemala, Haïti, Hedjaz, Honduras, Japon, Cuba, Libéria, Nicaragua, Panama, Pérou, Pologne, Portugal, Roumanie , et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, Siam, Tchécoslovaquie et Uruguay !) Déçus, les États-Unis se retirent de la politique européenne et ne deviennent même pas membre de la Société des Nations, dont la fondation est largement due à leur initiative.

La deuxième grande catastrophe et après

Après la Première Guerre mondiale, les demandes excessives de réparations ont presque inévitablement préparé le terrain pour la deuxième grande catastrophe du XXe siècle en Europe.

La Seconde Guerre mondiale, qui a éclaté presque exactement 20 ans plus tard, comme prévu, le 1er septembre 1939, a fait beaucoup plus de victimes, apporté des destructions bien plus importantes, généré des crimes flagrants et changé la carte du monde plus que tout autre conflit majeur avant elle. Cette fois, le blâme de guerre pour la deuxième grande guerre européenne est unanimement attribué au "Führer du Grand Reich allemand". Cela a conduit son peuple trompé à une défaite militaire totale et au pire point bas moral de son histoire. Contre l'appel d'avertissement Abd-ru-tibias dans sa conférence « The Cry for the Helper » – publiée avant 1931 – les Allemands sont restés sourds.

Après la capitulation de l'Allemagne le 8 mai 1945, l'Europe se scinde en deux camps. UNE "Rideau de fer" séparait le bloc communiste de l'Est de l'ouest démocratique. Deux camps idéologiquement hostiles et bien armés se font face avec nervosité et méfiance. Une erreur ou une coïncidence pourrait déclencher une guerre nucléaire dans les années de la "guerre froide".

L'ouest du continent européen a été rapidement reconstruit avec l'aide américaine. Les États-Unis, en particulier, étaient intéressés par une Europe prospère. Aucune réparation intolérable ne fut cette fois imposée à l'Allemagne de l'Ouest, de sorte que la supériorité d'une démocratie libérale sur les dictatures socialistes pouvait se manifester de manière exemplaire dans son développement économique.

Il était également possible de dissoudre les anciennes inimitiés et en particulier de mettre fin à "l'inimitié héréditaire" entre la France et l'Allemagne par une réelle volonté de paix. Depuis lors, la coopération au sein de l'Union européenne a remplacé la vieille confrontation entre les États-nations. Cela a beaucoup fait, mais il a des déficits démocratiques, et la nouvelle bureaucratie européenne à Bruxelles a du rattrapage à faire pour convaincre la population de tous les pays membres. L'égoïsme national n'est pas encore vaincu. En temps de crise, des rechutes dans le nationalisme et le racisme ne sont pas à exclure. L'union politique de l'Europe dont nous avons besoin de toute urgence est encore loin.

Au cours des sept décennies qui ont suivi 1945, l'Europe centrale a connu la plus longue période sans guerre depuis l'époque de la « pax romana »[3]. Malgré les tensions du conflit Est-Ouest, il n'y a pas eu de guerre majeure ; notamment parce que le risque d'utiliser des armes nucléaires est trop élevé. Même après la chute du rideau de fer, des affrontements violents entre les grandes puissances européennes semblent peu probables. Mais le continent, qui a été secoué par deux guerres majeures au XXe siècle, n'a pas été épargné par de petites guerres sanglantes et des guerres civiles haineuses, même après la guerre mondiale.

La fin d'un monde unifié

En Extrême-Orient, la guerre s'est poursuivie pendant des mois après la reddition de l'Allemagne le 8 mai 1945. Ce n'est que lorsque les troupes russes ont envahi la Mandchourie et la destruction de deux villes japonaises par des armes nucléaires que le Japon a été contraint de se rendre le 8 août 1945. Ce pays a également été occupé par les troupes américaines.

Quatre ans plus tard, la Chine est devenue communiste et donc ennemie de l'Occident. Pour freiner le communisme, les États-Unis ont mené des guerres coûteuses en Corée et au Vietnam ; Les troupes américaines et internationales se battent en Afghanistan pour lutter contre le terrorisme. La guerre de Corée s'est terminée dans une impasse, les autres guerres américaines en Asie ont été ou sont presque perdues[4] . (Le fameux dicton "jamais combattre une terre était en asie" sera Dwight Eisenhower attribué).

Au Moyen-Orient, la division des anciens pays ottomans dictée par des colonialistes bornés après la Première Guerre mondiale est en partie responsable de l'instabilité qui persiste à ce jour. Il y a eu des soulèvements populaires, des guerres civiles ou des guerres dans la plupart des pays du Moyen-Orient ; par exemple en Palestine et dans le golfe Persique. Les troupes américaines y ont laissé un désastre après deux guerres coûteuses contre l'Irak. En Syrie, des groupes haineux et implacables se déchirent actuellement et détruisent leur propre pays.

En Afrique, presque toutes les colonies sont devenues indépendantes après la Seconde Guerre mondiale ; mais les États qui en sont issus – au nord ou au sud du Sahara – ne sont en aucun cas tous dans un équilibre stable. Il ne se passe guère d'année sans crises graves, terreur religieuse, soulèvements populaires, génocides et guerres civiles.

L'Amérique du Sud a été épargnée par les deux guerres mondiales. Mais pas des crises sociales, économiques ou politiques et des guerres civiles, dont les causes peuvent finalement être attribuées à des influences extérieures.

Après deux guerres mondiales aussi inutiles[5] que dévastatrices, le monde relativement uniforme du XIXe siècle a fait place au monde multipolaire du XXIe siècle. Vers 1900, il y avait 55 États souverains dans le monde (Wikipedia). Aujourd'hui, les Nations Unies comptent 193 États membres. Il n'y a presque plus de colonies, mais l'indépendance tant attendue n'a souvent apporté ni paix et liberté, ni démocratie et prospérité. Outre l'échec de la démocratie dans de nombreux pays.

Dans presque tous les pays du monde, il y a des conflits plus ou moins importants : chaos financier, xénophobie, pression migratoire, problèmes économiques et écologiques, tensions politiques ou religieuses, radicalisme, racisme, surendettement...

De nouveaux acteurs dans les affaires mondiales

Si vous regardez l'état actuel, vous pouvez certainement trouver des parallèles avec des situations et des événements similaires dans le passé et en tirer des conclusions :

Le monde change à une vitesse vertigineuse, beaucoup plus rapide que jamais, et il est difficile pour les responsables de contrôler des développements difficilement contrôlables.

L'Europe politiquement divisée n'a plus de réputation mondiale. La culture européenne qui était autrefois décisive dans le monde n'est plus le leader. Si le petit continent ne se ressaisit pas bientôt, se serrer les coudes, défendre ensemble ses intérêts, il sera parmi les "acteurs mondiaux" ne jouent qu'un rôle de soutien.

Cette nécessaire communauté des Européens a beaucoup souffert de la crise de l'euro. Avec une monnaie commune introduite sans réfléchir, ils voulaient créer une parenthèse qui forcerait l'Europe à se rassembler ; mais l'économie réfute la politique ! La population a largement perdu confiance en Bruxelles. Dans les nations subissant des représailles économiques sans la faute du peuple, de graves difficultés politiques, pouvant aller jusqu'au soulèvement populaire, pourraient s'ensuivre.

Semblable à l'Empire britannique au 19e siècle, les États-Unis sont submergés économiquement, politiquement et militairement. Avec la citation suivante, on pourrait croire qu'elle parle des ambitions des USA depuis 1950 :

"Je crois fermement que l'opinion publique de ce pays pourrait tomber dans l'erreur dangereuse [...] qu'il est de notre devoir d'assumer toutes les obligations possibles, de lutter contre tout le monde et de laisser chaque divergence d'opinion devenir une querelle. Cela me semble être une proposition très risquée, non seulement parce qu'elle pourrait retourner d'autres nations contre nous [...] mais parce qu'elle comporte un danger encore plus grave, à savoir que nous surestimons notre force. Peu importe la force d'une personne ou d'un pays, il y a un point au-delà duquel leur force n'atteint pas. Aller au-delà de cela à la légère est une folie et est inévitablement synonyme de catastrophe. (1, p. 5).
C'est ce qu'a dit le Premier ministre britannique Seigneur Salisbury (1830-1903), dans un discours du trône en 1897 !

Et les politiciens Patrick Buchanan écrit en 2009 :
"L'Empire britannique a commis peu d'erreurs que nous - les États-Unis - n'avons pas imitées." (1, p. 315).

Avec leurs politiques souvent myopes, arrogantes et guerrières, les gouvernements américains déraisonnables ont conduit leur pays dans une crise financière et en ont fait l'ennemi des peuples de couleur du monde ! Il sera difficile pour les États-Unis d'Amérique de continuer à jouer les premiers violons. Sa population – dans la seconde moitié du XXIe siècle avec une majorité de couleur[6] – ne voudra pas voir que la suprématie de la première puissance mondiale autrefois incontestée touche à sa fin. Pour nous, Européens, il y a peu de raisons de se réjouir. En termes de politique mondiale, nous ne sommes actuellement rien de plus qu'un canot américain qui peut facilement couler avec eux !

Les puissances émergentes – Brésil, Chine, Inde – veulent contribuer à façonner le monde selon leurs idées. Une fusion des nations islamiques, qui semble actuellement improbable, pourrait constituer un autre point focal dans les affaires mondiales ; outre l'importance difficile à évaluer du terrorisme islamique[7].

Et après?

Après cinq siècles de domination dans l'espace chrétien du pourtour atlantique[8] - Europe et Amérique - le monde se reforme. Nouveaux joueurs, nouvelles priorités, nouveaux défis ! Le XIXe siècle a été dominé par l'Europe, en particulier l'Angleterre. Au XXe siècle, les États-Unis sont devenus la première puissance mondiale.

Les centres économiques se déplacent désormais de la région de l'Atlantique vers la région du Pacifique. Un nouveau chapitre de l'histoire mondiale s'ouvre ainsi au XXIe siècle. Cette "ère post-industrielle" pourrait appartenir aux pays BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) ; surtout la Chine ! À moins que les problèmes écologiques et le désir de liberté des gens ne fixent des limites à ce qui est actuellement la dictature la plus peuplée.

Les chefs d'État d'aujourd'hui ont du mal à garder une trace des choses - comme en 1914 ! La grande industrie mondialisée et la haute finance fonctionnent largement indépendamment des réglementations étatiques, et la plupart des démocraties - des États-Unis à l'Europe en passant par le Japon - ont presque perdu le contrôle des finances publiques. Ils sont lourdement endettés et ne savent pas comment éviter l'effondrement financier et l'effondrement économique associé. J'espère qu'ils ne glisseront pas dans une plus grande guerre pour les ressources !

La prise de décision démocratique est un processus lent qui doit faire ses preuves dans un monde en constante évolution. Les vieilles recettes des démocrates querelleurs, contraints dans leur dogmatique de parti, n'ont pas résolu les problèmes du monde. Leurs appels impuissants à la démocratie, aux droits de l'homme et à la protection de l'environnement impressionnent peu les gouvernements autoritaires, les politiciens corrompus et les fraudeurs électoraux. Surtout pas lorsque les modèles démocratiques sombrent dans la faillite et font face à des crises sociales.

Mais il y a aussi l'espoir que le désir de paix et la capacité de raisonnement des gens se révéleront plus forts que la phalange de capitalistes impénitents, parfois même criminels - banquiers, parieurs, industriels, politiciens corrompus. L'espoir qu'en fin de compte l'humanité et la justice prévaudront contre toutes les pulsions destructrices. Si tout va bien sans révolutions ou guerres civiles dans beaucoup d'états et sans guerres entre les grandes puissances qui mettent en danger la civilisation !

Littérature:
(1) Buchanan Patrik J., Churchill, Hitler et la guerre inutile. Comment la Grande-Bretagne a joué son Empire et l'Occident a joué le monde, Pour le Mérite, D-24236 Selent, 2009.
(2) Carmin ER, Guru Hitler, SV International/Schweizer Verlagshaus, Zurich, 1985.
(3) Clark Christopher, Les Somnambules. Comment l'Europe est entrée en guerre en 1914, Penguin, Londres, 2012.
(4) Der Spiegel, 39/2012.
(5) Hagl Siegfried, Le chancelier occulte, auto-publié, Graefelfing, 2000.
(6) Huges Emrys, Churchill 2e édition, Arndt, Kiel, 1986.
(7) Mann Golo, Histoire allemande, Fischer, Francfort, 1962.
(8) Sethe Paul, Histoire allemande, Heinrich Scheffler, Francfort, 1960.
Notes de fin :
[1] L'Autriche-Hongrie et la Turquie ont également dû accepter des conditions de paix sévères. Ces deux grands empires se sont divisés en petits États.
[2] L'Empire allemand était la troisième plus grande puissance coloniale après l'Angleterre et la France. Cependant, les colonies allemandes coûtent toujours plus qu'elles ne rapportent.
[3] Pax romana (paix romaine) est synonyme de la paix augustéenne dans laquelle, malgré les ennemis extérieurs, l'Empire romain a prospéré intérieurement, culturellement et économiquement.
[4] Cette déclaration n'a pas été ajoutée après coup, elle a été imprimée en juillet 2014. Pourquoi nos politiques n'ont-ils pas pu le voir ?
[5] Le terme « guerre inutile » pour la Seconde Guerre mondiale vient de Winston Churchill (1, p. 13).
[6] De populations chinoises, mexicaines, noires africaines, antillaises et autres.
[7] La puissance nucléaire Le Pakistan est actuellement presque un État en train de s'effondrer dans lequel les islamistes pourraient prendre le pouvoir.
[8] Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, l'histoire « mondiale » d'un point de vue européen se déroule principalement autour de la Méditerranée (on sait peu de choses sur les étendues de l'Asie et l'importance de la Chine). À l'époque moderne, puis principalement dans la région de l'Atlantique.