Catégories
histoire/histoire

C'était le Far West Partie 1

(Publié dans Grail World 27/2003)

Aujourd'hui, en ce début de XXIe siècle, l'Amérique du Nord est considérée comme la première puissance mondiale et les idéaux américains servent de modèle à de nombreuses personnes. L'histoire des "États-Unis d'Amérique" semble avoir été largement travaillée historiquement : on sait à quel point la bataille sanglante pour le "Nouveau Monde" a été menée autrefois, et on regrette le sort des quelque 25 millions d'indigènes américains à l'origine. , dont la culture remarquable au cours de a été presque entièrement détruite en quelques siècles.

Après leur horrible destruction, le monde indien a connu une popularité croissante à partir du XXe siècle. D'innombrables romans et films ont idéalisé l'audace, la proximité avec la nature, la bravoure ou le concept d'honneur de tribus individuelles, et des rapports (présumés) sur d'importantes prophéties indiennes ont fait le tour du monde.

Cependant, de nombreuses descriptions de ce qui s'est passé dans le "Wild West" sont restées superficielles et ont été attribuées au sort des "Indiens" (ce terme remonte à l'opinion erronée de Christophe Colomb, qui les reconnaissait comme des "habitants de l'Inde". croyait) pas presque juste.

Pour la série Grail World en sept parties "C'était le Far West", Siegfried Hagl a traité de manière intensive de la culture indienne et de l'histoire de l'Amérique du Nord et a pu vivre les scènes les plus importantes de cette histoire au cours de plusieurs longs voyages à travers les États Unis.

Laissez-nous vous emmener à l'intérieur de ce pays et en savoir plus sur l'affrontement capital entre le sentiment "rouge" et "blanc".

La conquête du nouveau monde

Quand on parle du "Wild West", on pense particulièrement aux Indiens Sioux (Dakota) du XIXe siècle qui galopaient à travers la prairie sur des mustangs rapides et, lorsqu'ils ne chassaient pas le bison, tiraient sur des cow-boys, des wagons ou même chemins de fer attaqués.

Cependant, cette culture indienne des plaines était une conséquence de courte durée de l'invasion blanche, car les chevaux sont arrivés pour la première fois en Amérique avec les Espagnols. Après un soulèvement Puebloan (1680-1682) qui a capturé et brûlé Santa Fee, de nombreux chevaux se sont échappés; la base des troupeaux de mustangs qui paissaient plus tard dans les Grandes Plaines pour que les Indiens puissent monter eux-mêmes.

la de nombreuses tribus indiennes étaient très différents, avaient des langues et des cultures différentes. On parle de « cinq cents nations indiennes » rien qu'en Amérique du Nord. Une classification très grossière devrait au moins distinguer les « Indiens de la forêt » à l'est, les « Indiens des Prairies » des Grandes Plaines et les « Indiens Pueblo » du sud-ouest. Nous utiliserons ici ce résumé sommaire pour ne pas surcharger ce travail avec trop de détails.

Bien avant que les prospecteurs et les colons n'affluent vers l'ouest à travers les fleuves Mississippi et Missouri, et que des chemins de fer ne soient construits reliant les côtes est et ouest (les sujets de la plupart des films amérindiens), la civilisation européenne et la culture amérindienne de l'âge de pierre s'étaient affrontées à plusieurs reprises.
Ces affrontements, bien avant la guerre civile américaine, étaient plus importants pour l'histoire amérindienne ainsi que pour l'histoire de l'Amérique du Nord que les dernières luttes désespérées dans les Grandes Plaines, dans les Rocheuses (Rocky Mountains), ou au Nouveau-Mexique.

Avec cette série Grail World, nous voulons donner un aperçu de l'histoire du "Wild West", dans laquelle la civilisation la plus développée a gagné, tandis que la culture perdue, qui a été rejetée comme inférieure à l'époque, n'a été glorifiée qu'à titre posthume. L'accent est mis sur les Indiens, qui n'ont été autorisés à s'adapter ou à adopter la culture blanche qu'au XXe siècle. Mais à ce moment-là, les «rouges» étaient depuis longtemps décimés, réprimés, désespérés et leur culture était détruite.

Les blancs arrivent

Espagnols et Portugais furent les premiers à revendiquer le « Nouveau Monde ». Son intérêt se porte sur l'Amérique centrale et du Sud, largement conquise avant que les premiers colons ne s'installent en Amérique du Nord.

Les Espagnols, poussés par un incroyable désir de conquérir, s'étaient installés en Floride immédiatement après sa découverte par Ponce de Leon en 1513, de grandes parties de "l'Ouest".[1] parcourut (Coronado 1540-42), découvrit le Grand Canyon et le fleuve Mississippi et conquit Santa Fee en 1605.

Pour les Européens du Centre, la voie vers l'Amérique du Nord encore largement inconnue ne s'est dégagée que lorsque l'Armada espagnole a été détruite en 1588 et ce ne sont plus seulement les pirates et les aventuriers qui se sont aventurés dans l'Atlantique Nord. Diverses branches isolées de la français, anglais, néerlandais, chacun revendiquant de vastes territoires pour lui-même.

Presque dès le début, toutes les tribus indiennes ont eu des problèmes avec les Blancs, dont les différents groupes et nationalités se sont affrontés ; La seule chose que tous les Blancs avaient en commun était le désir de terre. Les tribus de la côte Est avaient initialement accueilli et aidé les nouveaux arrivants.
Cependant, ils ont vite découvert qu'en soutenant un groupe de Blancs, ils s'opposaient aux autres. Peu importe de quel côté ils ont choisi, ce sont toujours les terres indiennes qu'ils ont perdues et qui sont devenues la propriété de l'homme blanc.

Des guerres entre Indiens et Blancs ont éclaté pour diverses raisons. L'armement primitif des tribus ne pouvait pas résister aux attaques avec des armes plus modernes. Les Amérindiens qui ne sont pas morts dans ces combats ont été frappés de maladies contre lesquelles ils n'avaient pas développé d'immunité : rougeole, coqueluche, variole, varicelle, typhoïde et choléra.

Malgré ces afflictions, certains membres de la tribu ont continué à se battre pour leur territoire. Ils ont été conquis, capturés et emmenés sur des navires vers les Antilles, où ils ont été vendus comme esclaves. C'est à la même époque que les premiers esclaves noirs arrivent en Amérique du Nord (1619 sur un navire hollandais qui accoste à Jamestown. Dans les Caraïbes, les Espagnols ont commencé à importer des esclaves noirs dès 1510, remplaçant ceux de certaines îles qui ont presque exterminé les aborigènes) .

Le commerce apporte le changement

En explorant l'Amérique du Nord, le premier les Français en avance. Douze ans seulement après le premier voyage de Christophe Colomb, les pêcheurs bretons ont commencé à pêcher la morue au large de la Nouvelle-Écosse. Ils se sont également aventurés à l'intérieur des terres et ont découvert que des fourrures précieuses pouvaient être échangées avec les Indiens contre de la quincaillerie.

Ce commerce lucratif trouva le soutien de la couronne française et, à partir de 1603, un empire colonial français fut établi. Les Français aventureux ont été les premiers chasseurs de fourrures, trappeurs (trappeurs), rangers, commerçants de fourrures en Amérique du Nord. Ces "voyageurs" pénétrèrent jusqu'aux grands lacs, fondèrent des colonies et firent du prosélytisme.
Dès 1632, les « robes noires » (jésuites en habit noir) baptisaient déjà des convertis[2] parmi les tribus à l'ouest du lac Supérieur, un siècle avant que les colons britanniques n'aient des nouvelles définitives de terres au-delà des Appalaches.

Dans un voyage aventureux, René Robert de La Salle descendit le Mississippi en 1681-1682. Les Français ont revendiqué une vaste zone du golfe du Saint-Laurent à travers les Grands Lacs et le long du Mississippi jusqu'au golfe du Mexique avec la ville de la Nouvelle-Orléans comme colonie "Louisiane" (sur le Mississippi) ou "Nouvelle-France" (Canada ).

Le calumet
Le calumet avait une importance particulière dans les cérémonies indiennes. Il se composait de la douille de pipe et de la pipe - cérémonieusement plus importante - principalement en bois.
Le fourneau de la pipe pouvait être fait de différents matériaux : bois, pierre, os, métal. La plus recherchée à cet effet était une roche sédimentaire molle (Catlinite, dureté Mohs 2,5) fracturée dans les «fractures sacrées» de l'argile collée ensemble pendant des millions d'années. La couche rougeâtre, épaisse de quelques centimètres seulement, est enchâssée dans des couches beaucoup plus épaisses de quartzite dur (dureté 7,5), de sorte que l'extraction avec des outils simples est difficile.
La carrière la plus importante se trouvait dans le Minnesota près de l'actuel Pipestone (environ 25 miles, environ 40 km, au nord de la I-90 à Sioux Falls). Pendant des siècles, les Indiens ont exploité cette pierre à pipe, qui est arrivée en Amérique centrale comme une denrée importante. Au XVIIIe siècle, les Sioux prennent le contrôle de ce « lieu sacré » où la paix est un devoir pour tous.
Diverses légendes rapportent que l'utilisation de la pierre sifflet remonte à l'origine à l'instruction d'un phénomène surnaturel.
Le calumet était d'une importance rituelle pour presque tous les Amérindiens d'Amérique du Nord, du Canada à l'Amérique centrale, bien que les formes des rituels variaient d'une tribu à l'autre. "Kinnikinnik" (celui qui est mélangé) était fumé, un mélange de tabac (que cultivaient de nombreuses tribus amérindiennes), d'écorce d'aulne rouge, de cornouiller rouge, de saule rouge et d'autres composants végétaux. Kinnikinnik a un effet légèrement enivrant, et l'utilisation du calumet devrait, entre autres, établir des liens avec des forces ou des êtres supérieurs.
Les carrières de Pipestone sont aujourd'hui un "Monument National" qui se visite. Les Amérindiens ont le droit d'extraire la pierre tendre en utilisant des méthodes similaires à celles utilisées il y a des siècles et de fabriquer des sifflets à vendre aux touristes.
Littérature: Murray, Robert A. "Pipes on the Plains", Service des parcs nationaux, Washington, 1993.

En raison de leur volonté de maintenir des contacts étroits avec les autochtones et d'épouser fréquemment des femmes indiennes, les Français s'entendaient généralement bien avec les Indiens. Les irritations occasionnelles n'ont pas duré longtemps. Les Indiens s'étaient rendu compte que, arrachés à l'âge de pierre et soudain dotés d'outils modernes (couteaux d'acier, haches et chaudrons, armes à feu et munitions, tissus, peintures, couvertures, alcool, etc.), ils bénéficieraient de ces marchandises de commerce apportées à eux par les Français, sont devenus dépendants.

Il y avait des difficultés avec les confiants Iroquois, les fameux "Cinq Nations". Remarquablement, leur ordre tribal démocratique est devenu plus tard un modèle pour l'Union américaine. Ignorant la situation, les commerçants français avaient établi leurs premiers contacts avec les Algonquins (Algonquins) et les Hurons, armant ainsi les ennemis des Iroquois. Depuis lors, les Iroquois sont hostiles aux Français et, avec l'aide des Hollandais, tentent de les chasser. En 1665, les troupes françaises doivent se précipiter au secours de la colonie. Les Iroquois sont écrasés, leurs villages et leurs champs incendiés. (Lire à ce sujet dans « Court, concis, curieux » page 265 « Un prophète en Amérique du Nord »).

Les Anglais du Nouveau Monde

Les colonies de la Nouvelle-Angleterre, sur la côte est, ne s'entendaient pas aussi bien avec les Indiens qu'avec les Français. L'exception était les Quakers, dont la tranquillité était honorée par les Indiens. Un Indien écrit ce qui suit au sujet des premiers contacts avec les Anglais :
"Les premières expériences que les Algonquiens ont eues avec les Anglais ont montré exactement quel genre de prédateurs à la peau blanche étaient : lorsque les Indiens ont accueilli le premier pirate (Sir Humphrey Gilbert, 1584) avec ses colons, leur ont donné du maïs, du tabac et des haricots et leur ont montré comment pour les planter, quand ils manquaient une coupe en étain, ils les remerciaient en tuant des Indiens. Ils ont de nouveau accueilli le deuxième corsaire ( Sir Walter Raleigh ) et ses colons blancs, leur ont fourni de la nourriture et de la viande et les ont aidés à construire leur colonie «Roanoke Island». Puis un chef indien trouva un morceau d'étain cloué à un arbre avec des signes étranges dessus. Il l'a enlevé pour en faire une douille de pipe. Ils frappèrent le vieux chef et le condamnèrent à mort pour déshonneur et mépris envers le roi d'Angleterre. Ils l'ont pendu à la branche d'un chêne vivant et ont remercié Dieu d'avoir rendu cet acte possible pour eux, tout comme ils ont remercié Dieu quand ils voulaient tuer et avaient tué. Les Indiens se sont suicidés et ont brûlé leurs maisons.
(Flying Hawk, Oglalla-Sioux; 4, p. 70).

Les colons qui débarquèrent dans la baie de Chesapeake en 1607 et fondèrent la Virginie avec Jamestown (près de l'actuelle Williamsburg) durent bientôt combattre les Indiens à cause de leur attitude arrogante.

Puis c'est grâce à la fille du chef légendaire "Pocahontas" (1596-1617) de la tribu Powhatan qu'il y eut des années plus paisibles. Le gouverneur de Jamestown l'a fait voler, mais elle est tombée amoureuse d'un Anglais qui l'a épousée. Elle est venue à Londres avec son mari, a été reconnue comme une "princesse indienne" et reçue par la reine Elizabeth. Pocahontas est mort de la variole à Londres à l'âge de 21 ans.

Après la mort de son père, son successeur, Opechancanough, a décidé de mettre fin aux frictions en cours avec les Blancs.

La première grande guerre indienne

En mars 1622, la première grande guerre indienne éclate. Sur 80 colonies anglaises, 72 ont été détruites et 347 sur plus de 4 000 colons ont survécu. Ensuite, les Indiens ont commis une « erreur » cruciale : au lieu de tuer également les colons survivants, ils se sont contentés de la victoire et ont mis fin aux combats. Lorsque le chef Opechancanough a accepté une invitation à des pourparlers de paix - parce qu'un Indien doit du respect à ceux qui sont vaincus - les blancs sont tombés sur les Indiens, tuant la plupart d'entre eux, et lui-même s'est échappé de justesse.

Ce n'est qu'après 22 ans, à l'âge de quatre-vingt-dix ans, qu'il a pu attaquer à nouveau les blancs. Il leur infligea de lourdes pertes lors de la guerre de 1644 mais fut finalement capturé et fusillé.

Tactiques de guerre indiennes
Partir en guerre était une tradition dans de nombreuses tribus indiennes, presque une "aventure sportive". Un Indien gagnait du prestige et de l'influence surtout en tant que guerrier victorieux (exceptionnellement aussi en tant que chaman ou orateur). Car les champs - propriété qui signifie prestige - appartenaient généralement aux femmes, qui les cultivaient aussi. Dans de nombreuses tribus, comme les Iroquois, les femmes élisent également le chef. Les activités des hommes étaient principalement la chasse et la guerre.
La guerre indienne était l'attaque surprise, "hit and run" (frapper et disparaître), qui ne devait pas nécessairement infliger de lourdes pertes à l'adversaire. Si des chevaux étaient capturés ou des prisonniers capturés (qui étaient généralement emmenés dans leur propre tribu), alors l'attaque était un succès qui apportait la gloire martiale.
Un type particulier de courage était de toucher un ennemi, appelé «coup d'État», sans le blesser; avec un ennemi armé, c'était tout sauf sûr.
Les réalisations martiales étaient visiblement documentées; par exemple par des plumes d'aigle, à partir de la coupe et de la peinture dont l'expert pouvait lire les actes du porteur. Les chefs portaient des manteaux de bison avec des photos de leurs succès.
Les sièges prolongés, tenir sous le feu ou résister à un assaut fermé n'étaient pas leur truc. Seul Tecumseh a obtenu que ses Indiens répondent à une charge à la baïonnette avec une grêle coordonnée de flèches qui a effondré la charge des soldats de l'armée. (2, p. 424).
Après avoir perdu une bataille, les Indiens ont eu du mal à continuer le combat. Même s'ils étaient au bord de la victoire dans une bataille, ils reculaient quand il y avait trop de morts et de blessés. Après un succès majeur, ils ont fièrement ramené leur butin à la maison pour célébrer la victoire, sans se soucier de l'issue de la guerre. Pour les troupes blanches, ils étaient difficiles à évaluer. À moins que les commandants ne tiennent compte des conseils de ceux qui connaissent bien les Indiens, les Indiens, adeptes de l'exploration et du combat dans la jungle, n'étaient pas des alliés fiables.
Ce comportement s'explique en partie par le fait que les petits peuples indiens ne pouvaient se permettre d'importantes pertes humaines ; chaque guerrier, chaque membre de la tribu était important pour la survie du groupe. Les généraux blancs avaient moins peur des campagnes coûteuses, exposant parfois impitoyablement leurs troupes aux tirs ennemis. Dans de nombreux cas, ils ont réussi à renverser des situations difficiles.
Dans la lutte contre les soldats réguliers, les Indiens ne réussissaient généralement que s'ils étaient capables d'attaquer l'ennemi par surprise ou de l'attirer dans un piège. Un piège indien typique était le « massacre de Vettermann » le 21 décembre 1866 (si les Indiens étaient battus et qu'il y avait beaucoup de morts, c'était une « victoire » aux yeux de l'homme blanc ; si les Indiens réussissaient, cela s'appelait un « Massacre "):
Le capitaine William J. Vettermann devait se précipiter du fort Phil Kearny*) au secours d'un groupe de bûcherons attaqué. Les cavaliers repoussèrent les Indiens et, contrairement aux ordres exprès, se laissèrent tenter de poursuivre les Indiens en fuite. Ils ont été rapidement pris en embuscade dans laquelle deux mille Sioux, Cheyenne et Arapaho, menés par le célèbre "Crazy Horse" (vers 1840 - 1877), les attendaient. Aucun des 81 soldats n'a survécu. Cette défaite a contribué au gouvernement à évacuer Fort Kearny et deux autres forts.
Note de bas de page:
*) Aujourd'hui un "National Historic Landmark" sur la I-90 (sortie 44), entre Sheridan et Buffalo (Wyoming).
Littérature:
(1) Dillon, Richard H. : "Indian Wars", Lechner, Limassol (Chypre), 1994.
(2) Steuben, Fritz: "Grand chef Tecumseh", Franckh'sche Verlagshandlung, Stuttgart, 1966.

Dans les premières "guerres indiennes", une faiblesse fatale du comportement indien est apparue, qui est devenue plus tard un malheur pour les Indiens encore et encore : ils ne pouvaient pas ou ne voulaient pas mener à bien un différend en toutes circonstances et étaient donc défavorisés par rapport aux blancs les plus impitoyables. Un Indien explique ce comportement comme suit :
"Les Indiens ne croient pas à la vie après la mort, mais que la mort physique est le passage à une autre dimension de la vie. Par conséquent, aucun Indien ne pouvait aller au combat sans s'être d'abord familiarisé avec la possibilité de cette transition. Cela se produisait lors de longues danses rituelles, au cours desquelles il se réconciliait également avec les adversaires qu'il finirait par tuer, avec les chevaux qu'il devrait tuer. Ces préparations duraient souvent jusqu'à l'épuisement physique total. Ensuite, vous avez revêtu les plus magnifiques insignes que vous possédiez, car l'esprit de vie du cuir, des peaux, des plumes d'aigle et de dinde, des coquillages et du bois, les esprits de ceux dont vous portiez les trophées avec vous, le bois de la selle , les tendons des animaux avec lesquels les arcs étaient enfilés - tout cela était conservé comme une partie utile de la vie par et pour le porteur, l'avait accompagné et appartenait au porteur avec tous les rituels de pardon précédents, comme ses yeux, ses mains , ou ses pensées.
En conséquence, les Amérindiens étaient presque incapables de faire face à une attaque soudaine avec une action immédiate et ciblée. Ils étaient donc incapables de se préparer à une attaque spontanée corps et âme. Si possible, ils se sont retirés pour se préparer. Et comme pour les animaux sauvages, un Indien lâcherait un adversaire qui se rendrait. Il ne connaissait que la victoire instantanée, pas la volonté d'anéantissement de l'homme blanc. Les Blancs, cependant, se reposaient avant un combat et, lorsqu'il éclatait, étaient en excellente condition physique. Ils pouvaient spontanément se décider à tuer quelqu'un en un clin d'œil et le faire ensuite avec toute la force de leur corps et de leur esprit. La mort d'un être humain, se suicidant, était pour eux quelque chose d'indifférent, presque un jeu. Ne pas tuer un humain était beaucoup plus difficile pour eux qu'autre chose et quand ils se battaient, vaincre l'ennemi ne leur suffisait pas, et ils poursuivaient les faibles jusqu'à ce qu'ils aient tué le dernier humain. Ainsi, la plupart de leurs victoires se sont terminées par l'anéantissement, donc même après avoir perdu des batailles, ils ont quand même gagné toutes les guerres contre les Indiens. 
(Le Cherokee Jess Moshulotubbe, 4, p. 73).

Dès le départ, les Indiens cèdent à la pression des Blancs, qui leur sont technologiquement et psychologiquement supérieurs. Premièrement, les tribus de la côte, par exemple Delaware, Pekhot, Powhatan, ont été totalement ou partiellement exterminées et chassées vers l'intérieur des terres. Ils devaient s'entendre pacifiquement avec les tribus qui y vivaient ou conquérir de nouvelles zones de peuplement.

Bientôt, tous les Indiens de l'Est ont commencé à ressentir cette pression et à s'inquiéter de leur avenir.


Lire aussi l'article « Histoire religieuse »La religion des Indiens d'Amérique du Nord„.

Notes de fin :
[1] Au 18ème siècle, le terme "Ouest" signifiait le pays à l'ouest des Appalaches et au 19ème siècle le pays à l'ouest du Mississippi.
[2] convertir = quelqu'un qui s'est converti à une autre foi.
Littérature:
(1) Cooke, Alistair "Histoire de l'Amérique", Pawlak, Herrsching, 1975.
(2) Eckert, Allan W. "Cette rivière sombre et sanglante", Bantam, New York, 1995.
(3) Josephy, Alvin "500 Nations", Frededing & Thaler, Munich, 1996
(4) Stammel, HJ "Indiens", Bertelsmann, Gütersloh, 1977.