Catégories
ésotérique

La saga de l'Atlantide, première partie

(Publié dans GralsWelt 23/2002)

LE MONDE ENFONDÉ  

Dans la compréhension de l'histoire de l'homme au XIXe siècle, il y avait une augmentation continue de la culture humaine. De ce point de vue, les progrès suivent les progrès. Ils ont même accepté l'effondrement des États et des civilisations aussi calmement que l'on accepte qu'un grand et vieil arbre tombe un jour pour faire place à une vie plus jeune. En conséquence, la chute de Babylone, de l'Égypte, de la Grèce et de Rome ne ferait que souligner que les vieux morts doivent céder la place aux jeunes vigoureux. Cela fait aussi partie du "progrès" nécessaire et facile à affirmer, surtout si l'on se sent appartenir à une nation jeune et aspirante.

Nous ne pouvons plus voir l'histoire du monde aussi simplement et naturellement qu'au XIXe siècle. Le XXe siècle a non seulement apporté de nombreuses découvertes, d'innombrables nouvelles idées, mais aussi des expériences amères. L'histoire de l'humanité de nos jours peut non seulement remonter plus loin dans le passé, mais elle se présente aussi plus compliquée et confuse qu'auparavant ; parce qu'il y a plus de questions nouvelles que de réponses aux anciennes.

L'une de ces questions non résolues est la probabilité d'une "haute civilisation antédiluvienne" sur cette planète. Les mythes, les sagas, les traditions religieuses notamment semblent en parler, et de nombreuses découvertes archéologiques suggèrent que nous ne connaissons nullement toutes les cultures disparues, voire que des millénaires avant notre ère existaient des royaumes inconnus qui n'étaient guère moins développés culturellement et civilisationnellement que Europe de la Renaissance. Il y avait assez de temps pour considérer que les humains se sont à peine développés physiquement au cours des cinquante ou même cent mille dernières années, c'est-à-dire qu'il y a plusieurs milliers d'années, ils n'étaient pas moins intelligents et habiles qu'aujourd'hui.

Existait-il un empire antédiluvien ?
Quand on parle d'une culture préhistorique encore inconnue, le mot "Atlantide" sera utilisé. Le son de ce nom fascine, a un effet presque enchanteur, comme s'il pouvait réveiller des souvenirs anciens qui ont disparu de la conscience du jour ; Souvenirs humains d'une époque lointaine et grandiose. On dit qu'il y a plus de 25 000 livres sur l'Atlantide ; mais son énigme attend toujours la solution, et malgré toutes les recherches nous n'en savons guère plus que Platon, dont est issue l'une des plus anciennes traditions connues.
Selon Platon, il y avait autrefois une grande île dans l'Atlantique sur laquelle vivaient des gens d'une civilisation très développée. Dans ses deux dialogues nommés « Timaios » et « Kritias », Platon en sait long sur la haute culture, la richesse et la puissance des Atlantes. Ses récits paraissent si incroyables que philologues et archéologues les ont relégués au domaine des fables.
Non moins étonnant que la haute civilisation des Atlantes décrite par Platon est leur déclin. D'énormes tremblements de terre et inondations ont coulé l'île dans la mer pendant "une mauvaise journée et une mauvaise nuit".

Que faire du récit de l'Atlantide de Platon ?
Les opinions à ce sujet continuent de diverger à ce jour. De nombreux chercheurs prennent Platon au sérieux et croient que la culture atlante a existé. D'autres, y compris des scientifiques bien connus, voient les histoires de l'Atlantide de Platon comme une simple légende qui ne vaut pas la peine d'être discutée.

Platon rapporte que l'Athénien Solon a reçu la nouvelle de l'Atlantide des prêtres égyptiens, ce que le petit-fils de Solon, Critias, rapporte comme suit :
...Parce qu'à cette époque on pouvait encore naviguer sur la mer là-bas, parce qu'il y avait une île devant l'embouchure, que vous appelez 'les Colonnes d'Héraclès', plus grande que l'Asie et la Libye réunies, et de là vous pouviez encore naviguer vers les autres îles et des îles à tout le continent opposé, qui renferme cette mer qui est vraiment appelée ainsi. Après tout, tout ce qui se trouve dans ledit estuaire n'apparaît que comme une baie à l'entrée étroite ; cet océan, cependant, est appelé à juste titre, et la terre sur ses rives avec le même droit, un continent. Sur cette île de l'Atlantide, il existait un grand et admirable pouvoir royal, qui régnait sur toute l'île, mais aussi sur de nombreuses autres îles et parties du continent ; de plus, leur pouvoir s'étendait sur la Libye jusqu'à l'Égypte et en Europe jusqu'à la Tyrrhénie. Cet empire a tenté une fois de subjuguer notre pays et le vôtre, ainsi que toute la zone de l'estuaire, avec une puissance militaire combinée. Alors la puissance de votre État s'est montrée dans toute sa splendeur et sa force devant tous les peuples : avant tous les autres en héroïsme et stratagèmes de guerre, il a d'abord dirigé les Hellènes, mais plus tard s'est vu contraint par la défection des autres de bâtir sur son propre force, et malgré un danger extrême, il a finalement vaincu l'ennemi qui avançait et érigé des signes de victoire; ainsi il a empêché la soumission de ceux qui n'étaient pas encore esclaves et est devenu un noble libérateur pour nous dans les portes d'Héraclès. Ensuite, il y a eu de grands tremblements de terre et des inondations, et au cours d'une mauvaise journée et d'une mauvaise nuit, toutes vos races rivales se sont effondrées sous terre en masse, et de même l'île d'Atlantide a disparu dans la mer. C'est pourquoi la mer là-bas ne peut plus être naviguée et explorée, car les masses de boue accumulées causées par le naufrage de l'île le rendent impossible..."
(Extrait du Timée de Platon).

Que disent les ésotériques ?
Un argument populaire contre la haute culture disparue est que, de manière significative, l'ésotérisme a repris ce sujet et propose des affirmations tellement impossibles qu'il n'est pas nécessaire de les réfuter.
Il n'est pas rare que les ésotéristes se réfèrent à des connaissances "anciennes, perdues" qui doivent être comprises ou redécouvertes ; sur la connaissance d'un temps révolu, dans lequel plus de sagesse existait et était aussi vécue qu'aux époques historiques.
En fait, l'Atlantide joue un rôle dans les enseignements ésotériques. théosophes, par ex. B. croient, sur la base d'intuitions surnaturelles, que quatre grandes catastrophes ont frappé la terre, et parlent des royaumes perdus de l'Atlantide (dans l'Atlantique) et de la Lémurie ou Mu (dans le Pacifique ou l'Inde).

Ces enseignements viennent d'Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891), la fondatrice de la Théosophie. L'écrivain de science-fiction W. Scott-Elliot a publié des descriptions détaillées de l'Atlantide et de la Lémurie, des autres théosophes comme Annie Besant (1847-1933) et Charles W. Leadbeater (1847-1934), ainsi que de l'anthroposophe Rudolf Steiner (1861- 1925) auraient servi de modèles (6, p. 366). Dès le XIXe siècle, leurs revendications rencontrent le rejet décisif des historiens qui tentent de dénoncer les écrits théosophiques comme un plagiat mal compilé (4, p. 67). De tels différends ont jeté le discrédit sur le sujet d'Atlantis et conduit de nombreux scientifiques à refuser de s'en occuper à ce jour.
Edgar Cayce (1877-1945), le plus célèbre des médiums américains, a également parlé de l'Atlantide. Selon ses visions, il y avait là une civilisation avancée dont la technique était au moins équivalente, voire supérieure à la nôtre. Des vestiges devraient être retrouvés et il se pourrait même qu'un jour, des parties de l'Atlantide émergent à nouveau de la mer, comme cela avait déjà été promis à l'époque romaine :

"Bien que ce soit encore loin, le temps viendra où
Où Oceanus déchaînera le monde;
Alors une vaste zone apparaîtra
De nouvelles parties du monde surgissent de la marée,
Thulé n'est plus le pays ultrapériphérique.
          Sénèque, Médée (7, p.17).

De tels conseils ne doivent pas être rejetés en principe. Comme nous le rapporterons, des ruines ont été découvertes dans la mer près de Bimini sur la base des déclarations de Cayce, qui prouvent peut-être l'ancienne existence d'Atlantis.
Même les réminiscences de l'Atlantide qui ont été publiées à diverses reprises peuvent - avec toute la prudence avec laquelle il faut aborder les expériences surnaturelles - contenir des informations intéressantes.
Nous n'entrerons pas dans les enseignements ésotériques ici, mais essayons de trouver des faits. Leur évaluation est alors encore assez passionnante, pleine de pour et de contre, pour qu'il appartienne au lecteur de se forger sa propre opinion.

Le royaume insulaire englouti
Comme nous le montrerons dans cette série, il y a beaucoup à suggérer qu'il y avait une civilisation pré-déluge avec des compétences techniques, des connaissances astronomiques et géographiques que l'Europe n'a acquises qu'après la Renaissance. Des traces d'une technologie hautement civilisée peuvent être trouvées sur divers continents, et les nombreuses découvertes sont si convaincantes que, malgré toutes les réserves des experts, il faut compter avec l'existence d'une civilisation autrefois importante.
Klaus Aschenbrenner, qui décrit les Atlantes comme des "Antilides", résume l'état actuel de la recherche comme suit :
« Les Antilides ont probablement utilisé la grande île des Açores comme point de départ et premier siège du pouvoir. Plus tard, un deuxième centre a émergé dans la région des Bahamas, à partir de laquelle l'ensemble des Caraïbes et les côtes de l'Amérique centrale et du Sud étaient gouvernées. Ces zones formaient la base de la nourriture des Antilids. Les Andes, comme la région méditerranéenne, leur ont fourni des minerais précieux et d'autres matières premières telles que le marbre blanc. De cette région méditerranéenne, les ancêtres des Antilides ont jadis entrepris leur voyage vers l'ouest vers l'inconnu. Des milliers d'années plus tard, les Antilids ont régné sur l'Atlantique et les pays voisins en tant que haute civilisation technique à une époque où les autres peuples faisaient les premiers pas sur le chemin des chasseurs et cueilleurs de l'ère glaciaire vers les agriculteurs et les éleveurs de bétail. (1, p. 148).
Une grande partie de cette déclaration est hautement hypothétique; par exemple. B. l'origine des Atlantes, l'emplacement de leur capitale (Poséidie ?) et la taille de leur empire. Mais comme je l'ai dit, il y a beaucoup à dire sur l'existence d'une culture antédiluvienne qui a péri dans un cataclysme, qu'elle s'appelle Atlantis, Antilia ou autre. –

Au sujet d'Atlantis, sous Book and Movie Reviews, lisez le post "Le serpent au firmament" et dans « Bref, succinct, curieux » page 466 « L'énigmatique cosmologie dogon ».

Littérature:
(1) Aschenbrenner, Klaus "Les Antilides", Herbig, Munich 1993
(2) Berlitz, Charles "Le puzzle de l'Atlantide", Droemer-Knaur, Munich 1978
(3) Cayce, Edgar Evans "Edgar Cayce sur l'Atlantide", Howthorn Books, New York 1968
(4) de Camp "Continents engloutis", Wilh. Heyne, Munich 1975
(5) Hope, Murry "Atlantis", deux mille un, Francfort, 1994
(6) Miers, Horst E. "Lexique des connaissances secrètes", Wilh. Goldman, Munich 1982
(7) Seneca, L. Annaeus "Medea", traduit par Max Schmitt-Hartlieb, Kurt Vieweg, Leipzig 1929