Catégories
économie et affaires sociales

Avons-nous besoin de l'éco-dictature ?

(Publié dans GralsWelt 72/2012)

Tout au long de ma vie, j'ai connu différentes phases de prise de conscience générale :
* Basculer entre l'espoir et le désespoir pendant la guerre.
* Une humeur dépressive après la reddition de l'Allemagne en mai 1945, avec des terres occupées et des villes et des usines en ruines.
* Un esprit d'optimisme hésitant après la réforme monétaire du 20 juin 1948.
* Confiance croissante dans la période de construction des années 1950.
* Enthousiasme dans les années 1960 lorsque l'optimisme américain atteint l'Europe.

Les succès des voyages dans l'espace ont démontré de manière impressionnante l'efficacité de la science et de la technologie modernes. Avec les prix de l'énergie durablement bas promis par le lobby nucléaire, presque tout semblait désormais possible ![je]

Je suis devenu pensif en 1972 quand j'ai lu "Les limites de la croissance"(5). Maintenant, j'ai été sensibilisé aux limites de notre planète. Jusque-là, je n'avais entendu parler que de professeurs, d'industriels et de politiciens d'une croissance continue et de perspectives d'avenir illimitées. A cette époque, seuls quelques-uns partageaient la prise de conscience lentement éveillée de la finitude de notre monde terrestre et donc des ressources limitées de notre terre.

Puis en 1975 parut "Une planète est pillée" par Herbert Gruhl (3). Son best-seller a provoqué le début du « mouvement vert » en Allemagne, qui a d'abord été ridiculisé par les partis établis.[ii].

A apporté un autre grave avertissement sur l'état du monde d'un point de vue écologique Mondial 2000 (2). Celui-ci commandé par le président américain Carter "Rapport au président" est apparu en 1980. Il a fini dans la corbeille à papier du président Reagan.

Entre-temps, le mot « écologie », qui avant 1972 n'était familier qu'aux biologistes, est entré dans le vocabulaire général, et l'idée fausse selon laquelle les ressources de la terre sont infinies semble avoir été dépassée. Mais il est souvent encore commercialisé comme si la terre pouvait offrir une prospérité incommensurable à un nombre incalculable de personnes grâce à notre technologie moderne.

Depuis quelques années, il y a une nouvelle accroche : dictature écologique.

Avons-nous besoin d'une « éco-dictature » ?

Ce principe directeur est utilisé dans deux sens et est très controversé :
En 2011, le gouvernement rouge-vert de la ville universitaire de Marburg a pris au sérieux la transition énergétique. Il a adopté une réglementation sur la construction unique en Allemagne : les propriétaires sont tenus d'installer un système solaire thermique s'ils construisent une nouvelle maison, renouvellent leur toit ou leur système de chauffage. Le porte-parole des fournisseurs d'électricité a immédiatement qualifié cette mesure d'« éco-dictature » et le maire de Marbourg a reçu le titre d'« éco-dictateur » (11).
Ce fut le signal de départ d'un conflit qui se déroulera probablement dans toute l'Allemagne. Car nous sommes face à un dilemme : la transition énergétique doit être accélérée, l'approvisionnement électrique sans nucléaire, pétrole et charbon doit être sécurisé.
Mais les inquiétudes et les résistances viennent de toutes parts ! Les lobbyistes s'énervent, les grands fournisseurs d'énergie et les gestionnaires de réseaux craignent une baisse des bénéfices, refusent de faire les investissements nécessaires à la conversion et veulent répercuter les coûts et les risques sur les contribuables (1). Pour de nombreux propriétaires, la conversion nécessaire semble trop coûteuse.

La résistance d'une grande partie de la population contre la construction de centrales fluviales, de lignes aériennes, de parcs solaires, de barrages avec réservoirs, d'éoliennes, etc. dans leur environnement personnel s'accroît. Dans ma commune d'origine, un référendum serré a empêché la construction d'une "centrale de cogénération à copeaux de bois", l'une des alternatives thermodynamiquement et écologiquement les plus favorables !

Les "citoyens responsables" ne veulent pas non plus être obligés d'acheter de l'électricité verte chère, faire le plein d'essence Super E-10, ce qui est écologiquement même contre-productif, financer la coûteuse conversion aux énergies alternatives avec l'argent de leurs impôts, etc.

Avons-nous besoin de l'éco-état ?

Entre-temps, nous avons accepté de trier les déchets, de mettre les bouteilles dans le récipient en verre et de remplacer les anciennes ampoules par des ampoules à économie d'énergie. Sachant bien qu'il ne s'agit là que d'actions bien intentionnées, plus symboliques, qui n'affectent guère les problématiques réelles de protection de l'environnement et de transition énergétique.

Alors que faire pour sauver l'environnement ?
* Un économie tournée vers l'écologie appliquer par la loi?
* Changer fondamentalement toute notre vie - de l'alimentation aux loisirs ? Comme, par exemple, Niko Paech avec son « économie post-croissance » (6 et 12) recommande ? Alors réduire la consommation, accepter des coupures sévères dans nos vies habituelles, entraîner le reste du monde sur un chemin difficile, assez risqué ? Sans garantie que d'autres suivront ? Parce qu'un petit pays ne peut pas sauver le monde !

Une majorité n'acceptera guère volontairement cette option. Alors, une éco-dictature ou – mieux – une « éco-démocratie », une « éco-économie sociale de marché », une « écocratie » doit-elle forcer le changement ?

La fin de la folie de la croissance
« L'idéologie de la société industrielle, avec ses idées de croissance économique, d'augmentation constante du niveau de vie et de confiance dans la faisabilité technique, est inutile à long terme. Nous devons repenser et finalement poursuivre l'objectif d'une société humaine dans laquelle la taille de la population, la consommation des ressources, l'élimination des déchets et l'environnement sont fondamentalement en équilibre sain.
Avant tout, nous devons aborder la vie avec respect et admiration. Nous avons besoin d'un système éthique dans lequel la nature n'est pas seulement précieuse pour le bien-être humain, mais est une valeur en soi.
Sir Crispin Tickell, Historiker und Diplomat (4, S. 213).

La démocratie est-elle défaillante ?

Les politiciens démocrates ont un conflit d'intérêts. Votre priorité personnelle est d'être réélu. D'une part, ils doivent vendre aux électeurs des mesures de protection de l'environnement, qui d'autre part ne suivent souvent pas la raison ou la nécessité pratique, mais sont fragmentées en compromis (paresseux) dans le bras de fer entre les écologistes et les lobbyistes de l'industrie. Les objectifs réels tombent souvent à l'eau. Les critiques de toutes parts à l'égard des mesures imposées par l'État sont d'autant plus féroces.

La confiance dans les politiciens démocrates a beaucoup souffert du krach bancaire, de la corruption, de la dette nationale, des crises économiques et des turbulences de l'euro. Toutes les mesures étatiques bien intentionnées n'ont pas non plus jusqu'à présent été efficaces pour l'écologie, et les succès économiques promis ne se sont souvent pas concrétisés.
Par exemple, la promotion de l'énergie solaire a rendu notre électricité plus chère et créé moins d'emplois promis ici qu'en Chine.

L'écocratie : le salut de la démocratie
« L'écocratie veut réaliser les deux : arrêter la destruction potentiellement mortelle des moyens de subsistance et en même temps préserver nos libertés politiques. Il essaie de faire quelque chose que le système précédent n'a pas réalisé : le capitalisme tel que nous le connaissons est en train de détruire sa propre base écologique et économique. Le socialisme totalitaire, tel qu'il a été tenté sous le régime soviétique, a détruit le capital naturel encore plus rapidement et plus rigoureusement - et l'a accompagné d'une suppression brutale et inacceptable des droits de l'homme.
De cette façon, l'écocratie tente aussi de sauver la démocratie. Car le malaise écologique incontrôlé détruit la confiance dans la capacité d'action du système et dans l'adaptabilité de ses protagonistes. Le manque de ressources, les émeutes de la faim et les migrations massives résultant de la destruction écologique sont également une menace pour notre prospérité et donc pour la résolution civilisée des conflits. D'autre part, des contre-mesures décisives par rapport aux problèmes futurs de l'humanité pourraient également devenir un signe d'espoir qu'une forme de société démocratique, dont l'avenir doit être compris comme l'écocratie, est la plus susceptible d'avoir les réponses aux problèmes mondiaux urgents. ”                                            Bernard Potter (7, p. 75).

Dans ce contexte, il ne sera pas facile d'imposer démocratiquement un virage écologique réel et efficace. Cela doit innover, prendre en compte de nombreux points de vue (également contradictoires) et ignorer tous les intérêts, habitudes et préjugés mesquins et myopes, importants et absurdes en faveur de la préservation de la nature.

Peut-on réussir à enthousiasmer notre société pour le virage écologique ? Alors que l'économie d'énergie et de matières premières est « in » et que la pression sur la politique vient « d'en bas » ? –

Cela signifie que les gouvernements démocratiques, pseudo-démocratiques et autoritaires du monde entier sont mis à l'épreuve dans des moments difficiles. Car dans l'intérêt d'un avenir apaisé et digne d'être vécu, la transition vers un « éco-Etat » démocratique doit se trouver globalement.

alternatives pour l'avenir

Si vous suivez l'économiste Prof. Franz Josef Radermacher (8), alors nous avons le choix entre trois scénarios futurs :
Effondrement des écosystèmes :
Malheureusement, cet effondrement ne peut être exclu – si les « jeux » politiques de parti, de pouvoir, idéologiques ou même guerriers continuent à dominer dans la politique mondiale, et les vraies questions de la vie sont ignorées.
Brésilisation :
Le règne de quelques riches sur une masse appauvrie, sans instruction et impuissante, qui est forcée par une éco-dictature à mener une vie misérable avec une utilisation minimale des ressources.
Espérons que la brésilisation n'ait aucune chance dans les États démocratiques à l'ère d'Internet, avec des populations de mieux en mieux éduquées et informées.
économie de marché éco-sociale:
Un monde vivable avec un développement durable devrait être rendu possible grâce à une régulation raisonnable de l'activité du marché, à l'équilibre social et à la bonne gouvernance.

Personnellement, je suis optimiste et j'espère qu'à terme prévaudra une « économie de péréquation écologique », déjà évoquée à diverses reprises dans le Monde du Graal, qui correspond à « l'économie de marché éco-sociale » évoquée par Radermacher. D'autres auteurs parlent ainsi "d'écocratie".

Les contraintes se multiplient dans le monde. De plus en plus de gens commencent à voir que beaucoup de choses doivent changer. Même les politiciens qui, étonnamment, mais malheureusement par expérience, sont souvent parmi les derniers à reconnaître les signes des temps, ne pourront pas se fermer définitivement à de meilleures idées et aux actions nécessaires qui en découlent.

L'humanité a survécu à de nombreuses crises. Notre compréhension de la nature et nos moyens techniques sont plus grands que jamais. Si nous sommes également conscients de notre responsabilité envers la terre envers le Créateur, nous devrions réussir à préserver une planète digne d'être vécue pour tous les habitants - plantes, animaux, personnes.

Lire aussi "Quelle apocalypse arrive ?" sous "Ecologie").

Littérature:
(1) Der Spiegel 15/2012, p.22 et suiv.
2) Global 2000, Zweitausendeins, Francfort 1980.
(3) Gruhl Herbert, Une planète est pillée, Fischer, Francfort 1975.
(4) Lovelock James, Gaia's Revenge, Ullstein, Berlin 2007.
(5) Meadows Dennis, Les limites de la croissance, DVA, Stuttgart 1972.
(6) Paech Niko, Gestion durable, Metropolis, Marburg 2005.
(7) Pötter Bernhard, Sortir de l'écodictature ?, oekom, Munich 2010.
(8) Radermacher, Franz-Josef, Ecosocial Market Economy, oekom, Munich 2011.
www…
Entretien avec le professeur Radermacher :
http://maennerherz.de/Franz+Josef+Radermacher+Interview+oekosoziale+Marktwirtschaft.
La « copieuse éco-dictature » :
http://www.faz.net/…/gruene-revolution-die-herzliche-oekodiktatur-12638.html.
Obligation solaire à Marbourg :
http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/0,1518,771530,00.html.
Inquiétude face à l'éco-dictature :
http://www.taz.de/!87150/.
Eco-dictature : le fantôme allemand
http://www.taz.de/!72687/.

Notes de fin :
[je] Edward Teller (1908-2003), le "père de la bombe à hydrogène", pensait que l'électricité deviendrait bientôt si bon marché qu'il suffirait de payer une redevance de base pour le raccordement et que le compteur électrique au sous-sol deviendrait superflu !
[ii] docteur Herbert Gruhl (1921-1993), que j'ai rencontré personnellement, était membre du Bundestag pour la CDU. S'il avait été nommé premier ministre de l'Environnement, la CDU serait probablement devenue le parti le plus moderne à l'époque et les Verts n'auraient peut-être pas existé en Allemagne.