Catégories
la science

Mystères du monde et merveilles naturelles Partie VII.

(Publié dans GralsWelt numéro spécial 11/2003)

FORCES CRÉATIVES DE LA NATURE

Y a-t-il plus dans la nature que le monde que nous pouvons voir ?
Pendant la majeure partie du développement humain, l'invisible, l'au-delà, était considéré comme une partie naturelle du monde. Il était plein de dieux et de déesses, d'anges, d'êtres de la nature, de démons, etc.

Même les religions monothéistes ne pouvaient pas complètement vider l'espace entre le seul Dieu et l'homme. Bien que les êtres naturels aient en grande partie disparu de la vue, Jésus, la Reine du Ciel, les archanges, les anges gardiens, les saints, etc. étaient vénérés par les chrétiens. Beaucoup sentaient l'immense gouffre, la distance incommensurable entre Dieu et l'homme et espéraient, avec l'aide de médiateurs comme les saints, se rapprocher de leur Dieu ou du moins trouver en lui des intercesseurs pour leurs préoccupations.

Au cours des Lumières, les sciences naturelles ont ensuite pris le chemin de l'athéisme méthodique ; c'est-à-dire qu'ils ont banni la pensée d'influences surnaturelles sur la vie humaine. À l'opposé des religions, qui considèrent encore aujourd'hui possible l'intervention divine dans les processus terrestres.

Dans les constructions matérialistes de la pensée, il n'y avait pas de place pour les anges, les êtres naturels (dévas), les démons, qui, comme les fantômes, les furies, les sorcières ou les démons, sont rejetés comme des superstitions depuis longtemps réfutées.

Conformément à la doctrine athée de la science, aucune explication n'est permise qui ne puisse remonter à des influences terrestres, visibles et vérifiables.

Assez souvent, cependant, les spécialistes des sciences naturelles eux-mêmes s'écartent de ce principe sans l'admettre ou peut-être le reconnaître eux-mêmes. Par exemple, lorsqu'une hypothèse longtemps scientifiquement indéfendable est maintenue. Les opinions doctrinales deviennent alors des dogmes, dans la science comme dans les religions.

« Le Dieu tout-puissant et inexprimable, qui était avant tous les temps, qui n'a pas eu de commencement et qui ne cessera pas d'être après la fin des temps, a créé merveilleusement chaque créature selon sa volonté, et a merveilleusement désigné chaque créature selon sa volonté. Il en assigna certains à la terre et d'autres au ciel. Il a appelé les anges bienheureux pour le salut des hommes et pour la gloire de son nom. Il a nommé certains pour aider les gens dans leurs besoins, d'autres pour leur révéler les jugements de ses décrets secrets.       Hildegard von Bingen (6, p. 141).

Une renaissance du surnaturel ?
Au XIXe siècle, la pensée physique avait largement prévalu, et quiconque voulait être considéré comme un scientifique devait penser de manière quasi-athée, même s'il s'agissait de domaines (par exemple la psychologie) pour lesquels l'approche externe, purement matérialiste, ne suffisait pas. paraissent très prometteurs.

Mais il y a eu des contre-mouvements. Beaucoup de gens ne voulaient pas s'habituer à l'image d'un univers dénué de sens qui, surgi purement par hasard, s'est développé sans but et s'est précipité vers une fin sans espoir.

En occident z. Par exemple, de nouvelles religions ont émergé, ainsi qu'une vague d'occultisme au tournant des XIXe et XXe siècles, et la vague d'ésotérisme dans la seconde moitié du XXe siècle. De nombreux courants de pensée (par exemple la doctrine de la réincarnation), que ni les sciences ni même les églises n'acceptaient, suscitèrent un large intérêt et trouvèrent l'approbation. D'innombrables récits d'expériences psychiques ont été publiés, et bien qu'il puisse y avoir des erreurs et même des fraudes parmi eux, un noyau dur dans ces expériences transcendantes a donné matière à réflexion à de nombreuses personnes.

On parlait et on parle souvent d'êtres naturels, on rapporte des contacts avec ce monde fermé à la plupart des gens, et des expériences spectaculaires comme à Findhorn*) semblent prouver l'existence de tels êtres, peut-être encore familiers à Les anciens.

Aujourd'hui, même les scientifiques à l'esprit ouvert ne rejettent généralement plus les expériences surnaturelles et sont même disposés à les inclure soigneusement dans leurs considérations. Nous avons déjà parlé de la "théorie des messages" et des "signaux de conception" (dans la partie V de cette série) qui sont discutés en biologie. Les archéologues se tournent parfois vers les médiums pour obtenir des conseils, et les souvenirs de vies antérieures semblent aider à déchiffrer des langues et des écritures anciennes inconnues, même si les personnes impliquées hésitent à en parler publiquement.

Le monde des êtres de la nature
Une vieille phrase de l'ésotérisme est "comme ci-dessus, donc ci-dessous". Il est destiné à exprimer que les mondes supérieurs et d'un autre monde sont les modèles parfaits du terrestre, que la terre avec sa vie diversifiée n'aurait pas pu se développer sans ces modèles, après quoi les formes qui nous sont familières ont été formées. Cette idée très ancienne a même trouvé sa place dans la philosophie platonicienne ; parce que la théorie des idées de Platon postule des "idées", des modèles idéaux pour les concepts humains.

C'est là que les notions ésotériques de l'au-delà rencontrent les promesses religieuses du paradis : les gens croient en des mondes plus élevés et plus parfaits dont les gens devraient lutter pour la justice. Et ces mondes supérieurs ne sont ni vides ni morts, ils sont constitués de paysages proches des plus beaux terrestres et animés par de nombreux êtres : plantes, animaux, êtres naturels, esprits humains, anges.

Il existe également des rapports sur une hiérarchie des serviteurs essentiels de Dieu, les êtres de la nature, que nous ne connaissons que par les contes de fées et les légendes. On pense involontairement aux chœurs des anges, qu'Hildegard von Bingen a devinés de façon visionnaire.

En conséquence, il existe également de nombreux êtres naturels autour et sur notre terre : nains, géants, elfes, sirènes, sylphes, dévas et peu importe comment ils s'appellent. Chez tous les peuples du passé comme du présent, il y avait et il y a des individus qui pouvaient et peuvent les voir.

Puisque rien dans la création ne peut être inutile ou superflu, les êtres naturels qui nous intéressent principalement ici ont aussi des tâches : Ils guident et dirigent le développement de la vie. Ils forment le pont entre les modèles des mondes supérieurs et aident à créer leurs images terrestres. Sans eux, la Terre serait une planète morte.

La vie est-elle plus que la physique et la chimie ?
Les religions et autres enseignements ésotériques ont toujours supposé que les humains et les animaux, et peut-être aussi les plantes, sont des êtres dotés d'une âme. Cette idée devient plus claire lorsque nous comparons un organisme vivant à un organisme mort : dans l'animal vivant, dans la plante vivante, une influence supplémentaire crée un ordre différent, supérieur, que ne pourraient le faire les processus chimiques et physiques connus de nous seuls. Si l'être vivant meurt, cette « force vitale » cesse d'être efficace. Le cadavre est alors soumis uniquement aux lois connues de la matière inanimée et se désagrège.

Comme expliqué plus en détail dans (5), nous devrions supposer que les corps terrestres des êtres vivants portent en eux une étincelle animatrice qui est cruciale pour les particularités des êtres vivants. On peut alors distinguer les types de base suivants dans l'environnement matériel qui nous est visible :
* inanimé (matière dite "morte")
* animé (plante. Ici on parle parfois d'un « être intérieur » ou d'une « âme végétale »)
* animer avec une âme de groupe (animal)
* animer avec esprit (humain)
Le Message du Graal (1) établit que et pourquoi la vie est plus que matière et qu'une véritable compréhension du vivant inclut la connaissance des niveaux de création et du travail des êtres de la nature.

L'évolution psychique
Le principe de développement est ancré dans toute la création et agit partout, dans la nature qui nous est visible comme dans les zones de l'au-delà qui ne sont fermées qu'à nos yeux terrestres.

On peut donc supposer que les êtres naturels non seulement favorisent et contrôlent l'évolution sur terre, mais aussi grandissent parallèlement à leur tâche. Au fur et à mesure qu'ils se développaient, ils étaient aussi capables de promouvoir de mieux en mieux les organismes dont ils s'occupaient et de les aider à se développer vers le haut.

Au cours de millions d'années, les expériences de milliards d'êtres vivants ont coulé dans les âmes de groupe des animaux. Les âmes du groupe sont devenues plus différenciées et ont en même temps fourni les conditions préalables au développement supérieur des animaux. Enfin, de cette façon, les corps des animaux les plus évolués offraient même la possibilité des premières incarnations d'esprits humains sur terre.

La vie n'est donc pas un hasard. Il y avait et il y a des modèles parfaits à des niveaux supérieurs de création pour les formes de vie qui ont vu le jour sur terre. De nombreux êtres naturels ont travaillé depuis le début pour rapprocher de plus en plus les manifestations terrestres de ces modèles.

Seuls nous, les humains, restons à l'écart, car nous n'avons pas encore compris que nous aussi avons une tâche : ennoblir et spiritualiser la beauté de la nature terrestre façonnée par des forces essentielles.

L'évolution de la vie est un processus qui se déroule à différents niveaux de l'être. Les formations terrestres ne sont que des manifestations de processus invisibles qui doivent précéder le visible. Ceux qui ne peuvent considérer qu'une partie des phénomènes sont condamnés à des conclusions incomplètes et contradictoires.

Cette image d'une création vivante, dans laquelle ce monde et l'au-delà forment un être unifié, s'émancipe d'une limitation compulsive que de nombreux scientifiques se sont imposée.

NOTES :

*) Findhorn = une communauté alternative sur la côte nord de l'Ecosse. En raison de contacts surnaturels avec des êtres de la nature, des rendements agricoles extraordinaires y ont été obtenus dans les années 1960 sur un sol peu fertile. comparer (3), (7) et (8).

LITTÉRATURE:

(1) Abdrushin "A la lumière de la vérité", maison d'édition de la Grail Message Foundation, Stuttgart.
(2) Bäzner, Erhard "Les esprits de la nature", Drei Eichen, Munich, 1967.
(3) Findhorn Community "The Findhorn Garden", Frank Schickler, Berlin 1981.
(4) Gelder, Dora van "Au royaume des esprits de la nature", aigue-marine, Grafing, oJ
(5) Hagl, Siegfried "Si ce n'était pas un miracle", maison d'édition de la Grail Message Foundation, Stuttgart, 2000.
(6) Hildegard von Bingen "Connaître les chemins", Otto Müller, Salzbourg 1981.
(7) Hawken, Paul "La magie de Findhorn", Heinr. Hugendubel, Munich 1980.
(8) Maclean, Dorothy "Vous pouvez parler aux anges", Wilh. Heyne, Munich 1997.
(9) Newhouse, Flower A. "Anges et Devas", Aquamarine, Forstinning 1982.
(10) Pogacnik, Marko "Elementalwesen" Droemer-Knaur, Munich, 1995.
(11) Ruis, Margot "Naturwesen" Pichler, Vienne, 1994.
(12) Schulze, Dr. Monika "Nains, gnomes, êtres", publié par la Grail Message Foundation, 2001.
(13) Spiesberger, Karl "Esprits élémentaires - Esprits de la nature", Bauer, Fribourg 1961.
(14) Swarovski, Daniel "Naturwesen", Sieben Quellen, Innsbruck, 1986.